06 mai 2017

Ricardo Sanz (Espagne) **

Ricardo Sanz pour Lavinia - Rueda Verdejo "Las Olas" 2015 : (100% verdejo) Couleur paille, nez simple, fruité, sur l'abricot, la pêche, un peu de citron et de légères notes anisées. Bouche vive, bonne acidité, un peu moins d'abricot et un peu plus d'agrumes, pas une grosse matière, mais le vin est frais et facile à boire. Longueur moyenne. Un petit vin tout à fait correct pour l'apéritif, un peu trop simple pour le prix demandé (12€). Note : 14/20.

Ricardo-Sanz_Las-Olas_Verdejo 2015

 

Posté par tomy63 à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 avril 2017

Economou (Grèce) ****

Economou - Crète Liatiko 2006 : (100% liatiko) Couleur claire qui vire sur le tuilé, le nez fait penser à un vieux pinot d'un millésime chaud, sur les fruits rouges cuits (prunes surtout, un peu de cerise, confiture de fraise), la terre, le sous-bois, quelques notes florales. Bouche assez fine, bien équilibrée entre une belle tension très fraîche et une aromatique plus chaude sur les fruits rouges cuits, beaucoup de terre et d'humus encore, pas très concentrée, toute en longueur, avec des tannins présents mais pas asséchants. Seule la texture manque un peu de soyeux et d'épaisseur pour égaler un grand Bourgogne. Finale longue, sur la terre, le kirsch, la prune. Très belle rencontre avec mon premier Liatiko de Crète. Note : 17/20.

economou liatiko 2006

 

Posté par tomy63 à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2017

Dr. Bürklin-Wolf (Allemagne) ***

Weingut Dr. Bürklin-Wolf - Riesling Ruppertsberger Gaisböhl Spätlese trocken 1997 : (AP 10 99, 13,5% vol., région du Palatinat) Couleur or, nez moyennement expressif même s'il est bien mieux après quelques heures d'ouverture, sur la résine, le citron vert, le pamplemousse, assez jeune, pas particulièrement pétroleux. Bouche vive, tendue, avec une belle acidité, probablement encore 4-5gr de SR, beaucoup d'amertume, zeste de citron et de pamplemousse. Finale longue, à la fois sur l'acidité et l'amertume, résine, écorce, citron, pamplemousse. Un peu austère seul, mais il permet des accords intéressants à table. Note : 15/20.

dr-burklin-wolf-ruppertsberger-gaisbohl 1997

 

Posté par tomy63 à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2017

Michel Lafarge (Volnay) ***

Michel Lafarge - Bourgogne Aligoté Raisins dorés 2013 : couleur or pâle, nez très discret, même le lendemain, seulement quelques notes de pomme granny. Bouche vive, fraîche, avec une bonne acidité, mais pas grand chose au niveau aromatique, un peu de pommes bien mûres et de citron confit. Finale assez courte. Un peu décevant. L'aligoté 2013 de JM Bouley bu récemment était meilleur. Note : 13/20.

lafarge aligoté

 

Fête des Grands Vins Nov. 2015 : 

Michel Lafarge Volnay 1er cru Clos des chênes 2015 : du gaz, tannins raides, difficile à juger…

Michel Lafarge Volnay 1er cru Clos des chênes 2011 : très beau fruité au nez (fruits exotiques ?), très grosse matière, tannins encore trop présents mais de qualité, beau potentiel mais à attendre encore. TB-.

 

Posté par tomy63 à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2017

Jos. Christoffel Jr. (Allemagne) ***

Jos. Christoffel Jr. - Erdener Treppchen Riesling Auslese ** 1994 : (AP 11 95) Couleur or, nez bien typé vieux riesling, très minéral avec un côté hydrocarbures, du miel, un peu de citron confit et de mirabelle. Bouche très minérale aussi (cailloux mais pas vraiment pierre-à-fusil), très légère, un peu trop même, facile à boire, on sent que le vin a perdu pas mal de sucres, elle manque d'acidité, aromatique avec beaucoup de miel, quelques fruits jaunes et mirabelles. Finale assez courte, sur le miel, quelques épices. Un vin très intéressant, surtout pour le nez où la minéralité du terroir ressort bien, mis la bouche est trop légère et pas assez tendue. Note : 14,5/20.

christoffel

 

Posté par tomy63 à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 avril 2017

Jura et Savoie

Jura

Si l'on y trouve quelques bons vins rouges plutôt légers à base de pinot noir, de poulsard ou de trousseau, le Jura est avant tout célèbre pour ses vins blancs à base de chardonnay et de savagnin, et pour ses vins jaunes. On peut les trouver sur les AOC Château-Chalon (qui n'autorise que le vin jaune), Arbois, L'Etoile, et Côtes du Jura ; ce sont des vins qui connaissent un vieillissement oxydatif qui leur donne un goût de noix caractéristique et qui doivent rester en fût pendant au moins 6ans. Ils s'accordent à merveille avec le comté. Mais le Jura donne ici des Macvin rouges ou blancs, vins mutés avec de l'eau-de-vie de raisin, des Vins de paille (vins sucrés dont on laisse les raisins sécher sur de la paille quelques mois après la vendange) et des Crémants du Jura.

jura

 

Principaux producteurs :

***** Ganevat, Macle, Tissot.

**** Labet, Overnoy, Perron (†), Puffeney.

*** Château d’Arlay, Berthet-Bondet, La Tournelle, Marnes blanches, Rijckaert, Rolet.

** Boilley, Champ divin, Désiré Petit, Durand-Perron, Grand, Houillon, Hugues-Béguet, Montbourgeau, Mossu, Octavin, Petite marne, Pignier, Pinte...

* Savagny

 

 

Savoie

Contrairement au vignoble du Jura, celui de Savoie est très étendu et particulièrement complexe. L'appellation dominante est l'AOC Vin de Savoie qui peut être complétée par 16 dénominations géographiques (Apremont, Arbin, Ayze, Chignin, Chignin-Bergeron, Jongieux...). Le cépage altesse ou roussette a obtenu sa propre AOC, Roussette de Savoie, qui elle peut être suivie de 4 noms de crus (Frangy, Marestel, Monterminod et Monthoux). Une AOC Crémant de Savoie est en cours d'obtention. La zone de Seyssel, qui déborde sur le Bugey a elle sa propre AOC. Le vignoble du Bugey, au nord de la Savoie, comporte en plus de l'AOC Seyssel, les AOC Bugey (complétée par les crus Cerdon, Manicle et Montagnieu) et roussette du Bugey.

Ces vastes appellations comportent des vins variés : des blancs à base d'altesse, jacquère, roussanne, gringet ou encore la plus rare verdesse, des rouges à base de mondeuse, persan, gamay ou encore du rare etraire de la dhuy, des vins effervescents blancs ou rosés et quelques liquoreux. 

savoie

 

Principaux producteurs :

**** Ardoisieres, Belluard, Dupasquier, Fils de Charles Trosset, Prieuré st christophe.

*** Berlioz, Finot, Giachino, Gonin, Magnin, Maillet, Quénard A et M, Vignes de Paradis-Vins du Léman.

** Bartucci, Cave du prieuré-Barlet, Cellier des Cray, Château de Mérande-Genoux, Combe des Grand'vignes, Girard Madoux, Lingot Martin, Million Rousseau, Peillot, Quénard JP et JF, Renardat-Fâche, Vullien…

Gonnet, Grisard...

 

Posté par tomy63 à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2017

Claude Dugat (Gevrey-Chambertin) *****

Claude Dugat - Bourgogne 2010 : robe rubis, nez expressif dès l'ouverture, sur la griotte principalement, quelques petits fruits rouges et de légères notes de sous-bois. Bouche acidulée, très marquée griotte, peu tannique, belle matière mais assez simple. Finale un peu courte, facile, toujours sur la griotte. Un générique correct, mais le domaine nous a habitué à mieux, loin du niveau du 2012 par exemple. B.

 

 

(07/2013) Visite au domaine Claude Dugat à Gevrey, place de la Cure. Visite rapide du cellier, puis descente à la cave pour une dégustation des 2012 sur fûts. Les vins en sont à peu près à 10 mois d'élevage, plus que 2-3 mois pour le générique, environ 6 mois pour les autres cuvées. Les malo sont terminées, ou presque terminées, Claude Dugat ne le sait pas lui-même, les analyses n'ayant pas encore été faites.

 

DSC00430

 

Bourgogne 2012 : couleur relativement sombre, comme tous les vins goûtés du domaine (mais il faudrait vérifier cela en plein jour), nez assez ouvert et très fruité, bouche très douce, sur les fruits rouges surtout, pas beaucoup de longueur, mais d'une buvabilité déconcertante, ça commence très bien ! Je demande à M. Dugat d'où vient le côté un peu sombre de ses vins, s'il y a un lien avec l'extraction. Réponse : "Je n'aime pas le terme d'extraction, ça consiste à aller chercher quelque chose, il vaut mieux laisser les raisins donner ce qu'ils ont à donner". C'est vrai que tous les vins goûtés ensuite étaient peu extraits.

Gevrey-Chambertin Village 2012 : je trouve le nez particulièrement épicé ici, mais M. Dugat me dit que c'est probablement lié au gaz carbonique. Beaucoup plus de matière et de longueur que le précédent, mais je le trouve un peu chaud par rapport à tous les autres vins. C'est peut-être celui qui m'a le moins convaincu.

Gevrey-Chambertin 1er Cru 2012 : assemblage des 1ers Crus Perrière et Craipillot, celui-ci a l'acidité et la minéralité qui manquaient au précédent, toujours beaucoup de finesse (de "l'élégance" pardon, M. Dugat n'aime pas le mot "finesse", mais nous sommes d'accord sur le sens) et de fruit. Très long. Vraiment un excellent vin.

Gevrey-Chambertin 1er Cru Lavaux St-Jacques 2012 : encore plus minéral que le précédent, l'acidité en attaque est mordante, ensuite on retrouve le style des premiers vins, une couleur un peu sombre mais un vin peu extrait, de l'élégance, des tannins très soyeux, beaucoup de fruits (rouges surtout mais aussi un peu noirs), une belle matière, un vin déjà très accessible et très facile à boire, beaucoup de longueur.

 

DSC00428

 

Si la dégustation s'était arrêtée là, le moment aurait déjà été magique, mais non, nous passons désormais aux grands crus. Elevage 100% bois neuf désormais (et non plus 50% bois neuf 50% fûts d'un an). C'est un vrai privilège quand on sait que Claude Dugat a perdu environ 30% de sa récolte sur 2012.

Charmes-chambertin 2012 : on pourrait le situer entre la finesse de Griotte et la puissance de Chapelle. Il m'est cependant apparu moins complexe que les deux suivants (mais on s'est est rendu compte plus tard, car sur le coup c'était magnifique, on ne pensait pas qu'il existait encore mieux). Aucune trace de bois, grosse matière, beaucoup de fruits et longueur phénoménale.

Griotte-Chambertin 2012 : le vin le plus fin et le plus élégant du domaine, avec un superbe nez aux notes de pétales de rose, une bouche soyeuse, on ne sent pas les tannins ici, des notes de griotte, de fruits rouges, et beaucoup de longueur. Probablement le meilleur Bourgogne que j'ai goûté.

Chapelle-Chambertin 2012 : changement de registre, on passe sur le vin le plus puissant du domaine. Seulement 1 pièce et 1/4 de pièce ont été produit en 2012 (comme pour Griotte) soit un peu plus de 300 bouteilles. La parcelle de C. Dugat est situé sur la partie des "Gémeaux", et non pas sur "Chapelle sous chapelle" qui donne elle des vins très fins. Ce serait une découverte assez récente que M. Dugat avait faite lors d'une dégustation avec Rossignol-Trapet qui possède des vignes sur les deux terroirs. Le nez du Chapelle-Chambertin est très ouvert, on trouve des cerises noires pour la première fois, la bouche est puissante, avec une matière énorme, plus de tannins que dans les autres cuvées, mais ça reste soyeux et très facile à boire. Finale interminable. Entre Griotte et Chapelle, mon coeur balance.

 

DSC00429

 

En bouteille (eh oui chez M. Dugat quand il n'y en a plus...) :

Gevrey-Chambertin Village 2011 : en bouteille depuis janvier, le nez est plus ouvert que le village 2012, mais je trouve qu'ils se ressemblent par un côté épicé (le gaz carbonique d'après C. Dugat), belle matière, beaucoup de fruit, mais comme le 2012 il lui manque la minéralité et la fraîcheur des autres cuvées pour être parfait.

gevrey

 

Un petit mot sur les 2013 : la vigne a un peu de retard, mais pas de problèmes particuliers pour le moment, Claude Dugat redoute les coulures, mais le millésime s'annonce plutôt bien si le beau temps persiste.

 

Cette fois c'est vraiment terminé, ah non, pour la route :

Marc de Bourgogne (2002) sur fût : élevage de 12ans, le nez est très intéressant, fruité, sur le raisin de Corinthe et l'abricot, en bouche l'alcool se sent un peu trop à mon goût, je ne lui trouve pas une grande longueur. Je préfère le style de ses vins.

DSC00427

 

Cette fois c'est vraiment terminé. Un grand merci à Claude Dugat pour son accueil chaleureux, sa générosité, ses explications, son humilité, et la dégustation de ses vins magnifiques. Que c'est beau la Bourgogne quand on a la chance de la voir de comme ça !

 

Posté par tomy63 à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fondrèche (Mazan) ****

Fondrèche - Côtes du Ventoux "Fayard" 2012 : (9 mois en cuves, sols argilo-calcaires, cépages 50% grenache 30% syrah, 20% mourvèdre) couleur grenat, contours violets. Nez fruité, sur la fraise des bois, la cerise et la mûre. Bouche assez puissante, peu tannique, très fruitée (comme au nez), très légèrement épicée, fraîche, très gourmande et facile surtout après 2-3h de carafe. Finale de bonne longueur, fraîche, pleine de fruits. Très belle entrée de gamme qui donne envie de découvrir les autres vins du domaine. Note : 15,5/20.

fondreche

 

Fondrèche - Ventoux blanc 2016 :  (30% grenache blanc, 30% roussanne, 30% clairette, 10% rolle) aromatique très florale, légèrement anisée, un peu de gras, bonne tension. TB-.

 

Fondrèche - Ventoux rouge 2015 : (50% grenache, 30% syrah, 20% mourvèdre. 18mois en cuves et foudres. Refonte des anciennes cuvées Nadal et Fayard) Beau nez marqué grenache, sur les fruits rouges confiturés, la garrigue, les fruits des bois. Bouche fruitée, épicée, fraîche, aux tannins qui doivent finir de se fondre pour gagner en soyeux. TB.

 

Posté par tomy63 à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

André, Mireille et Stéphane Tissot (Arbois) *****

Tissot - Arbois Chardonnay Patchwork 2015 : (assemblage de 5 parcelles, 60% sols argileux, 40% sols calcaires, élevage 1an en fûts dont 10% neufs) Couleur or pâle, nez expressif dès l'ouverture, citronné, beurré, à peine vanillé mais l'élevage est déjà très bien intégré, de belles notes de fleurs blanches, un côté miel un peu sucré, pierre-à-fusil. Bouche vive, bien équilibrée entre une belle tension et le côté chaud de 2015 avec des fruits mûrs, du citron confit, des fleurs, du miel. Texture agréable avec un léger gras. Finale de longueur moyenne, sur les agrumes, le miel, puissante, à peine chaleureuse pour chipoter. Ca reste néanmoins excellent et même impressionnant pour une cuvée plutôt d'entrée de gamme. Note : 17/20.

 

Tissot - PMG 2005 : (dernières presses de la cuvée Spirale, poulsard et savagnin séchés sur paille 4 à 6 mois, environ 400gr de SR, bt de 37,5cl. PMG = pour ma gueule, mais la moitié des bouteilles est en fait destinée à la vente) Couleur marron un peu trouble, nez peu expressif à l'ouverture mais superbe le lendemain avec beaucoup de fraise écrasée, de la confiture de figue, de la pâte de coing, marmelade de prune, d'abricot... et un petit côté pâtisserie orientale (datte ? loukoum?). Magnifique ! La bouche est bien sûr ultra concentrée, sirupeuse, elle s'ouvre sur les fruits confiturés du nez, ça semble très léger en alcool, 5-6% (pas mentionné sur l'étiquette) puis une belle acidité arrive en fin de bouche qui lui permet de ne jamais être lourd. La finale est longue (mais pour chipoter un peu moins que les grands chenins 1996-1997) avec un peu plus de fruits secs et une pointe de noix qui nous laisse apercevoir ce qu'il pourrait devenir dans une vingtaine d'années. Grand liquoreux! Note : 19/20.

P1060606

 

 

 

Visite au caveau de dégustation du domaine à Arbois :
- Poulsard VV 2011 : petits fruits rouges, très doux, très frais mais manque de longueur Moyen
- Trousseau 2011 : les mêmes fruits rouges, mais un peu plus de puissance, plus de matière, plus tannique et épicé. Bien
- Macvin Pinot Noir : plus rien à voir avec les précédents, les fruits sont plus mûrs ici, beaucoup de cerise, longueur incroyable. Regoûté plus tard, c'est une bouteille qui doit prendre l'air. L'alcool était trop présent la première semaine puis petit à petit les fruits cuits ont pris le dessus. C'est un régal sur un fondant au chocolat ou des desserts aux fruits rouges. TB+

 

stephanetissot

magasin-arbois

 

Macvin du Jura Pinot Noir : Le vin m'avait semblé moins alcooleux lorsque je l'avais goûté au domaine, il devait être ouvert depuis plus longtemps. Celui-là était ouvert de la veille seulement. Mais ça restait très bon, à condition d'aimer le Macvin bien sûr.

macvin

 

A et M Tissot - Côtes du Jura "Sursis" 2011 (chardonnay ouillé) : couleur paille, nez très fermé (bouteille ouverte le matin pourtant), un léger côté médicinal, camphré dans le fond qui me rappelle Un Poco Agitato 2010 de Zélige-Caravent. Pas grand chose en attaque non plus, seule la finale est agréable, acide et citronnée, le vin me semble peu souffré. Personne n'apprécié vraiment autour de la table. Peut-être trop jeune, notre hôte nous dit avoir très bien goûté le 2010 récemment. B-.

photo 2(1)

 

Tissot - Poulsard Les Bruyères 1999 : couleur rubis, un peu évoluée. Nez sur le poivre et les fruits rouges, assez frais, très légèrement tertiaire. Idem en bouche, tanins un peu secs en finale. Un bon Poulsard qui ne fait pas son âge. B+.

 

Posté par tomy63 à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2017

Château de Saint-Cosme (Gigondas) ***

Château de Saint-Cosme - Little James basket press blanc IGP Pays d'Oc 2015 : (sauvignon et viognier, élevage cuves) Couleur or pâle, nez très expressif, surtout marqué viognier avec beaucoup de pêche et d'abricot et des notes de rose qui font penser à un gewurz. Bouche vive, très bonne acidité pour 2015, beaucoup de fruit, semble à peine sucrée. Finale de longueur moyenne, avec un côté litchi/rose qui devient vite écoeurant. Note : 14/20.

 

Goûtés à Vinisud 2014

Château de Saint-Cosme - Condrieu 2012 : style en finesse et en minéralité, assez floral, un peu d'anis, vif et tendu. Manque un peu de matière et de longueur. TB-.

"Little James basket press" NM : léger, peu tannique, beaux fruits rouges, joli vin de soif. B+.

Côtes du Rhône 2013 : on reste sur un style léger, un peu plus tannique que le précédent, sur la cerise croquante. B+.

Côtes du Rhône "Les 2 Albion" 2012 : un côté réduit au nez, toasté. Moyen+.

Gigondas 2012 : beau fruité rouge et noir, tanins encore un peu raide, bonne acidité en finale, prometteur. TB-.

Gigondas "Valbelle" 2012 : élevage plus présent, très tannique, vraiment raide en l'état. B-.

Gigondas "Le Claux" 2012 : plus épicé, plus fruits cuits, que les précédents, tanins raides mais moins que Valbelle, bon potentiel. B+.

Gigondas "Hominis fides" 2012 : (sols sableux), tanins très raides, moins mûr que les précédents. B-.

Gigondas "Le Poste" 2012 : plus clair, plus fruits rouges, tanins un peu raides aussi mais très frais. TB-.

saint_cosme

 

Posté par tomy63 à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]