Magnifique salon, parfaitement organisé, lieu calme, pas trop de monde, bons verres et surtout très grands vins. Voici quelques notes à prendre avec des pincettes. Lorsqu'on enchaîne les vins liquoreux, on a vite tendance a préféré les plus digestes, ceux ayant le plus d'acidité. Les Sauternes s'en sont donc mal sortis dans l'ensemble, alors que bu seuls, sans l'effet de séquence, ils auraient probablement fait meilleure figure. La température de service, parfois un peu froide a aussi pu renforcer la (fausse) impression de fraîcheur de certains vins. Puis comme toujours le dégustateur peut parfois passer à travers...

Quoi qu'il en soit, c'était une nouvelle fois la preuve pour moi que les grands liquoreux ne sont pas qu'en France, et surtout pas qu'à Sauternes, loin de là...

IMG_20190512_143919

 

Gerovassiliou (Grèce)

Malagousia 2015 PGI Epanomi : (malagousia passerillée sur souches) Le nez muscate un peu. Bouche vive, qui muscate aussi, pas très épaisse, notes intéressantes de pin et de garrigues qui apporte un certain charme et un peu de fraîcheur au côté muscaté qui doit vite devenir lassant sinon. B+.

 

Huet

Vouvray Clos du Bourg Moelleux 1e trie 2002 : (passerillage) Semble peu sucré dans la série, notes d’ananas, abricot, orange amer, très frais et digeste, belle longueur. TB+.

Constance 2015 : (botrytis, 142gr) Aromatique encore toute jeune, fruits frais, poire, c’est surtout en bouche qu’il impressionne, les 140gr passent tout seuls, grosse acidité dans le fond, tendu, frais, belle longueur, donne envie d’y retourner de suite. Très différent des Moelleux 1e trie du domaine, plus proche des liquoreux du Clos Naudin. Déjà sublime et bientôt Exceptionnel.

IMG_20190512_123405

 

Yquem

Sauternes 2009 : (80% sémillon, 20% sauvignon) un peu fermé, beaucoup de notes florales, du miel, peu de fruit, concentré, pas une grosse acidité. La finale longue avec des notes épicées le sauve. Petite déception, car loin d’être mauvais, il ne sort pas du lot, loin de là. Peut-être que ça arrivera avec le temps ? Peut-être que je suis passé à travers sur un salon où on ne donne pas beaucoup de temps à chaque vin. En tout cas pas emballé plus que ça. TB+.

IMG_20190512_122452

 

La Tour blanche

Sauternes 2015 : (135gr SR) superbe de fraîcheur, concentré, long, miellé et fruité. TB++.

Sauternes 2003 : (180gr) très belles notes de fruits confits, beau rôti, reste fais et bien équilibré. Le meilleur château du jour en Sauternes, assez loin devant. TB++.

 

Coutet

Barsac 2010 : (1er millésime du nouvel œnologue) Tout en fraîcheur, pas très marqué miel, peu de sucres pour Sauternes-Barsac, notes de fleurs blanches, pin, acacia. Finale avec un côté végétal (pin ?) qui me gêne un peu, mais son côté très digeste pourrait probablement convaincre pas mal d’anti-sémillon. TB.

 

Rayne Vigneau

Sauternes 2015 : bel équilibre, plutôt sur un style, fruité et très digeste, pas très chargé en sucres. TB+.

Sauternes 2003 : superbe nez de Sauternes évolué, abricot sec, pâte de coing, épices, la finale nous rappelle un peu le millésime chaud, pas une grosse acidité, mais pas trop lourd non plus, la canicule a été bien gérée. TB+.

 

Rieussec

Sauternes 2009 : (157gr SR, 84% sémillon, 12% sauvignon, 4% muscadelle) Puissant, très riche, belle acidité pour 2009, un peu d’alcool en finale mais assez long, taillé pour la garde. TB.

 

Climens

Barsac Cyprès de Climens 2015 : notes de caramel, peu de sucres mais peu d’acidité donc vite lourdaud. B-.

Barsac 2012 : (100% sémillon, 116gr SR, 14% alc) Encore tout jeune, semble un peu fermé mais il était servi trop froid, élégant, floral, pas très riche, longueur moyenne. Rien d’exceptionnel, peut-être pas le meilleur choix de millésime ou juste servi trop froid. Un peu déçu par ce château que j’aime beaucoup d’habitude. TB.

 

Guiraud

Sauternes 2009 : (65% semillon, 35% sauvignon) Doré, très miellé, très expressif, bouche riche, sirupeuse, juste ce qu’il faut d’acidité pour pas être lourd mais pas plus. TB+.

 

Camin Larredya

Jurançon Au Capceu 2017 : plein d’ananas, très manseng, fruits exotiques, pas très riche en sucres, grosse acidité. TB++.

Jurançon Capceu 2012 : plus coloré, plus confit, notes de fruits secs, abricot, orange amer, finit sur des amers nobles, très belle acidité, peu de sucres aussi. TB++.

 

Cauhapé

Jurançon Boléro 2017 : (100% petit manseng) servi très frais, plutôt léger en sucres, très aromatique, ananas, poire, salade de fruits frais, belle acidité, un peu monolithique peut-être. B+.

Quintessence du petit manseng 2014 : Beau nez très expressif, très manseng avec beaucoup d’ananas, des fruits confits, bouche concentrée, belle acidité derrière mais finale sur des notes de caramel avec de l’alcool qui ressort. Moins élégant que les Camin Larredya. TB.

IMG_20190512_131256

 

Inniskillin (Canada)

Sparkling Vidal Icewine Niagara Peninsula 2017 : (vidal, 9,5% alc) aromatique très pomme bien mûre, comme un cidre de glace (voire pas de glace), un peu simple en l’état mais sympa. Beaucoup de bulles assez fines, très concentré, il reste relativement digeste grâce à la bulle plutôt qu’à l’acidité. TB.

Riesling Icewine 2017 : (8,5% alc, 268gr SR) très concentré, litchi, ananas, fruits exotiques, reste assez frais sans être très acide non plus. Bien mais j’avais préféré le Vidal oak aged chez eux. TB+.

IMG_20190512_124046

 

Kracher (Autriche)

Beenrenauslese 2017 Burgenland : (welschriesling, chardonnay) très litchi, muscat, aromatique écoeurante, même si plutôt frais et pas trop chargé en sucres. B.

Scheurebe TBA N°2 Zwischen den Seen 2009 : (Scheurebe) très abricot sec, cire, miel, coing, orange, grosse concentration et grosse acidité, finale très longue sur l’orange amère et des fruits exotiques. Sublime. Me conforte dans l’idée qu’il faut prendre les Scheurebe chez Kracher. Exceptionnel.

 

Donnafugata

Pantelleria Ben Ryé 2016 : riche, puissant, plein de pâte de fruits et de fruts confits, beaucoup d’herbes méditerranéennes type myrte, romarin, fait voyager, grosse acidité dans le fond, beaucoup de longueur. TB++.

Pantelleria Ben Ryé 2006 : plus marqué caramel, notes de prunes et de coing, un côté résine de pin, il a mangé un peu de sucres mais reste riche, finale sur les amers. Je crois que je préférais le précédent. TB+.

 

Disznoko

Tokaji Aszu 5p 2011 : (100% furmint)grosse concentration, miel, commence bien mais un peu caramel brûlé avec de l’alcool sur la finale, belle acidité derrière. TB.

Tokaji Aszu 6p 2002 : (75% furmint 25% zeta) Miel, fruits exotiques et ananas rôti, abricot sec, pâte de coing, très concentré et acidité très haute, équilibre magistrale, grosse longueur. Exceptionnel.

 

Dr Loosen

Urziger Wüzgarten Auslese 1993 : (AP 09. 7,5% alc) Pointe de pétrole au nez, bouche encore jeune, peu sucrée pour un Auslese, elle manque un peu de nerf et finit court. TB-.

Erdener  Treppchen Beerenauslese Goldkapsul 2006 : (AP 64. 6% alc) Pas de pétrole, que des fruits exotiques frais, joli nez, la bouche manque un peu de tension et surtout de longueur pour en faire une grande bouteille. TB.

Un peu déçu par les vins de Loosen que j’ai connus en bien meilleure forme, à moins que ce ne soit dû à l’effet séquence. A noter, en 20ans les vendanges ont avancé de 4 semaines !

 

Morlet (USA)

Billet Doux 2012 Alexander Valley : (sémillon, sauvignon, muscadelle, 85gr SR 16,8% alc) Superbe nez très mangue, passion. La bouche est lourde, puissante, un peu trop d’alcool ressenti, finale plus sèche, presque un peu de noix. B.

IMG_20190512_133635

 

Winica Turnau (Pologne)

Szlachetny Zbior (Vendange Tardive) 2017 : (solaris, 8,5% alc, 130gr SR) léger, fruits exotiques frais type litchi, mangue, avec une grosse acidité, proche d’un Auslese allemand. Très bien fait. TB++.

Wino Lodowe (Ice wine) 2017 : (johanniter, 7,5% alc, 150gr SR, 9gr acidité tartrique) Nez sur la pomme, les fruits du verger, me rappelle les vins de glace d’Inniskillin ou certains cidres de glace. Bouche très facile avec le faible degré d’alcool, superbe acidité qui allonge le vin. Superbe découverte. TB++.

IMG_20190512_141104

 

Tirecul la Gravière

Monbazillac SGN 2016 : (170gr SR, sémillon + environ 50% muscadelle) du miel, des fruits exotiques, de la mangue, de la pêche, très gourmand, grosse acidité derrière, les 170gr passent tout seuls, même en fin de salon. TB++.

Monbazillac Madame 2014 : (220gr SR, 100% botrytis)  aromatique proche du précédent, très frais, encore plus d’acidité derrière, plein de fruit, une touche florale dans le fond, à la fois concentré, digeste et élégant. Déjà sublime. Quelle acidité par rapport aux Sauternes, d’après le producteur due au climat plus frais et aux 50% de muscadelle. Un cépage que certains devraient utiliser un peu plus ? Exceptionnel.

IMG_20190512_135931

 

Clos haut Peyraguey

Sauternes 2015 : (95% sémillon 5% sauvignon) semble très mou dans la série, surtout à côté de la Tour blanche. B-.

Sauternes 2007 : riche, un peu lourd, mais quand même bien mieux que le précédent. B+.

 

Lafaurie Peyraguey

Sauternes 2016 : (93% sémillon) vanille et fruits exotiques, goûte un peu sur l’élevage, vite écœurant. Peut-être que 2016 n’était pas le meilleur choix pour ce jour-là… B-.

 

Klein Constantia (Afr du sud)

Vin de Constance 2015 : (muscat de Frontignan) Nez exubérant, très muscat, beaucoup de rose, vite lassant, heureusement qu’une belle acidité le sauve en bouche. Peu de plaisir en l’état, mais les quelques vieux millésimes déjà goûtés me donnent quand même l’espoir d’un grand vin dans l’avenir. B+.

 

Krauthaker (Croatie)

Grasevina ibpb 2015 : (grasevina ou welschriesling, 156gr SR) Proche des « petites » cuvées Auslese et Beerenauslese de Kracher avec un côté vite lassant de litchi, muscat, bouche assez riche avec une bonne acidité, mais l’aromatique reste très simple. TB-.

Zelenac ib 2017 : (zelenac, 65gr SR) vif, léger ensucres, perlant, facile, simple. B+.

IMG_20190512_132248

 

Telmo Rodriguez (Espagne)

M. R. 2015 Malaga : (muscat d’Alexandrie en cuves) petit muscat léger, vif, facile. B.

Molino Real 2014 Malaga : (muscat d’Alexandrie 2ans en fût) élevage bien intégré, très gras et sirupeux, belle acidité, puissant, aromes de muscat et d’herbes aromatiques du sud. TB.

 

Sigalas Rabaud

Sauternes 2016 : fait litchi et fruits trop mûrs, peut-être pas en place. Moyen.

Sauternes 2001 : pour un 2001 semble léger, bien marqué miel et acacia, pas très long. B+.

 

Rabaud Promis

Sauternes 2015 : plutôt frais et digeste, un peu vanillé, finit court. B+.

Sauternes 2005 : lourd. B-.

 

Suduiraut

Sauternes 2013 : (153gr, 93% sémillon) beau nez, fruits frais, miel acacia, bouche concentrée, riche en sucres, mais plutôt bien équilibrée par l’acidité, moins lourd que ce que j’avais goûté par le passé chez Suduiraut. TB+.

Sauternes 2005 : (97% sémillon) encore très jeune, miel et acacia aussi, élégant pour Suduiraut 2005, une bonne surprise qui me réconcilie avec le château. TB+.

 

Fargues

Sauternes 2015 : très vanillé, chaud et lourd. Décevant pour Fargues. B.

 

Mann JL et F.

Gewurz Eichberg VT 2011 : un gewurz minéral, pas trop variétal, acidité plutôt basse mais peu de sucres. TB.

Pinot gris lieu-dit Letzenberg SGN 2009 : (227gr, sols calcaires) Très fruits exotiques, encore tout jeune, belle acidité, facile à boire. TB+.

 

Delesvaux

Coteaux du Layon SGN 2011 : très frais, fruité plutôt typé, poire, fruits du verger, facile, digeste. TB+.

SGN 2010 : plus confit, plus concentré, peut-être un peu plus lourd, mais beaucoup plus long. TB+.