Leroy SA (négoce) - Bourgogne rouge 2007

Le nez fait très poivré, Grenache ? Syrah ? mais ça s'estompe un peu avec le temps. La bouche continue sur ces épices, mais présente aussi de beaux fuits rouges et noirs, un peu de cerise croquante (comme dans un Beaujolais si j'ose dire). Un bon vin, mais assez déboussolant. Je l'ai regoûté le lendemain, le poivre est bien parti, il reste surtout les fruits noirs (il fait encore plus Beaujolais du coup), mais c'est temps de le finir, il est en train de devenir de plus en plus plat, faut dire qu'il est resté ouvert un bon moment. Note : 16/20.

(CR de Julien) : "Le premier a une belle robe, assez profonde je trouve. Le nez est au départ un peu écoeurant sur la crème, le bonbon anglais puis va s'ouvrir sur une très belle complexité. Des notes de poivre, de cerise, de fraise se mélangent. Egalement un aspect floral avec de la violette. J'aime beaucoup. La bouche n'est pas en reste avec un très fort côté poivré. A vrai dire, un petit côté "vert" est présent au début mais va s'estomper assez fortement avec l'aération. C'est complexe, la bouche est pleine avec une belle acidité. Beaucoup de fruits noirs en bouche au contraire du nez. Dur, dur de partir sur un bourgogne pour mes camarades car le vin fait penser à un Rhone par ce fort côté poivré."

leroy

 

Domaine Leroy - Romanée-Saint-Vivant 2007 : robe rubis, trouble. Le premier nez est réduit, fumé, mais l'odeur part après une bonne agitation du verre. On trouve des notes de rafle, (ronce, pivoine) rose, et plein de petits fruits rouges. La bouche est un cran au-dessus, très florale, sur la framboise, les fruits rouges, beaucoup de finesse, on n'est pas sur un vin qui en met forcément plein la vue comme le Meursault de d'Auvenay mais c'est une d'une buvabilité déconcertante. Les tannins sont présents mais parfaitement fondus, une très belle acidité soutient le vin pendant longtemps. Finale très longue. Grand vin, qui me rappelle un peu le style de Clavelier (peu de soufre ?). Note : 19,5/20.

leroy romanee saint vivant