02 juillet 2017

Château La Coste (Le Puy-Sainte-Réparade) ***

Château La Coste - Première cuvée blanc Coteaux d'Aix 2016 : (60% rolle, 40% sauvignon) Couleur claire, nez sur les agrumes, une pointe d'anis. Bouche vive, simple, citronnée, avec une finale de longueur moyenne très marquée par l'anis. B.

 

La Coste - Frigousse rouge 2014 IGP Méditerrannée : (négoce, grenache et cabernet sauvignon) Robe assez claire pour la provence, nez marqué grenache sur les fruits rouges, les épices. Bouche fruitée, épicée, peu tannique, pas une grosse matière mais assez puissante. Finale épicée, d'assez bonne longueur, fraîche. B+.

la coste frigousse

 

Château La Coste - Rosé d'une nuit Coteaux d'Aix en Provence 2016 : (70% grenache, 20% syrah, 10% CS)  Rosé clair, fruité, frais, sur la framboise et les petits fruits rouges, sympa. B+.

 

La Coste - Frigousse rosé IGP Méditerranée 2015 : (négoce, cinsault, grenache et syrah) Robe claire, beaucoup de fruit, plus léger que le rosé d'une nuit, arômes de fruits rouges, un côté fraise tagada, un peu plus court que le précédent. B.

 

Posté par tomy63 à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Quelques vins d'exception pour les 60ans de Jean-Marc

Terres d'Ocre - Clin d'oeil brut 2014 : Une bulle sympa, facile à boire, assez sèche, légère amertume en finale. B+.

DSC_0479

Movia - Puro rose : (2006, pinot noir, à dégorger soi-même) Une très belle bulle qu'on connaissait déjà, très légèrement rosée, sur la groseille, la framboise, un côté "nature", cerise aigre, très frais avec une bulle fine. TB.

Fuleky - Tokaji dry furmint 2009 : Là aussi, un vin que j'avais déjà eu l'occasion de goûter, il m'a encore rappelé un riesling sec sur l'écorce d'agrumes, avec une belle tension et une belle longueur. TB.

La Cabotte - Sauvageonne Côtes du Rhône villages 2014 en magnum : (clairette) Rhône très gras, mentholé, qui manque de tension à mon goût, il a souffert de la comparaison avec le suivant. B.

DSC_0482

Les Bérioles - Saint-Pourçain Tressaille 2014 en magnum : (majorité tressallier) J'avais déjà bien aimé le 2012, c'est toujours aussi bon en 2014, très vif et tendu, citronné, avec une belle matière. TB.

Robert Sérol - Côte Roannaise les Blondins 2012 en jéroboam : Je l'avais goûté au domaine en 2013, il m'avait déjà fait une belle impression, il s'est encore amélioré, plein de fruits rouges, très frais, avec une finale poivrée assez longue. Le jéroboam n'a pas survécu. TB+.

Jean Macle - Château-Chalon 1989 : Un vin encore tout jeune à la couleur comme au nez, peu différent du 2000 bu il n'y a pas si longtemps, assez classique, sur la noix, le champignon, un côté agrumes. C'est surtout en bouche qu'il fait la différence avec les autres domaines, avec beaucoup de finesse et de fruit, très frais et très long. TB+.

DSC_0483

Clos Lapeyre - Jurançon La Magendia 2005 en magnum : J'avais adoré 2001, 2004 et 2013 sur cette cuvée, le 2005 est lui aussi exceptionnel, plein d'ananas, de miel, une pointe de caramel, fruits exotiques, très frais et très long. TB+.

Jo Pithon - Coteaux du Layon Clos des Bonnes Blanches Ambroisie 1996 : On continue sur du très haut niveau, couleur ambre foncé, nez sur la pâte de coing, un peu de caramel, figues, abricot confit... Bouche sirupeuse, avec une belle acidité. Encore un très grand Layon des belles années. TB+.

Tokaji Wine Trust Co. - Tokaji Aszu Esszencia 1957 : Couleur presque noire, le nez est oxydatif, beaucoup de noix, il rappelle le vin jaune de Macle, mais aussi beaucoup de fruits secs (raisins, prunes), un côté caramel/café. La bouche est surprenante, presque sèche, le vin a mangé tous ses sucres, il reste de la noix, des fruits secs, une belle texture épaisse, une bonne acidité, beaucoup de fraîcheur. Très intéressant à goûter. Un grand merci à Jean-Marc d'avoir partager ce vin (et les autres), il est fort probable qu'on ne regoûtera jamais un Aszu Esszencia de 1957, ni même un vin de 60ans. TB+.

DSC_0484

 

grands formats

 

Posté par tomy63 à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2017

Michel Bouzereau (Meursault) *****

Michel Bouzereau - Bourgogne blanc 2010 : couleur or, nez expressif, beurré, boisé bien intégré, un peu de citron et de noisette. Bouche très grasse, épaisse, beurrée, qui manque un peu de fruit et de tension à mon goût. Finale de longueur moyenne, légèrement citronnée. Un Bourgogne générique à son apogée, qui devait être bien marqué par le fût au départ, qui bénéficie aujourd'hui de cet élevage appuyé pour donner une très belle texture mais qui manque un peu de finesse et de profondeur par rapport aux Meursaults. Note : 15/20.

bouzereau bourgogne 2010

 

Michel Bouzereau -  Meursault Les Tessons 2014 : (25% fûts neufs, sols "argilo-calcaire, roche à fleur, terre rouge") Couleur or pâle, nez moyennement expressif mais élégant, au boisé léger et bien intégré, avec des notes beurrées, des agrumes, légèrement floral, quelques fruits jaunes en se réchauffant. Bouche vive, avec une belle tension, de la finesse, légèrement beurrée, citronnée, pas ultra complexe en l'état mais bien équilibrée et élégante, avec une finale assez longue sur les agrumes. Je serais probablement parti sur Puligny à l'aveugle. TB.

 

Michel Bouzereau, Meursault Les grands charrons 2014 : Robe presque translucide, le nez est un peu fermé, très citronné, minéral. Bouche toute en tension, à l'opposée du vin précédent, dans le style de beaucoup de Meursault d'aujourd'hui, puissante, un peu austère, avec beaucoup de longueur, mais le vin manque d'un peu de gras et de gourmandise. B+.

 

Posté par tomy63 à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2017

Michel Noëllat (Vosne-Romanée) ****

Michel Noëllat - Bourgogne Hautes Côtes de Nuits 2015 : beau nez de fruits rouges assez mûrs, bouche épicée, fruitée, mais alcooleuse en finale. B-.

 

 

Goûtés lors de la Fête des Grands Vins 2015 

Michel Noëllat Vosne 1er cru Suchots 2013 : très fin, plein de petits fruits rouges, bonne matière, tannins soyeux. TB+.

Michel Noëllat Vosne 1er cru Les Beaux Monts 2013 : nez encore plus expressif que Suchots, bouche assez proche, beaucoup de fruit et de finesse. TB+.

 

Posté par tomy63 à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2017

Jura et Savoie

Jura

Si l'on y trouve quelques bons vins rouges plutôt légers à base de pinot noir, de poulsard ou de trousseau, le Jura est avant tout célèbre pour ses vins blancs à base de chardonnay et de savagnin, et pour ses vins jaunes. On peut les trouver sur les AOC Château-Chalon (qui n'autorise que le vin jaune), Arbois, L'Etoile, et Côtes du Jura ; ce sont des vins qui connaissent un vieillissement oxydatif qui leur donne un goût de noix caractéristique et qui doivent rester en fût pendant au moins 6ans. Ils s'accordent à merveille avec le comté. Mais le Jura donne ici des Macvin rouges ou blancs, vins mutés avec de l'eau-de-vie de raisin, des Vins de paille (vins sucrés dont on laisse les raisins sécher sur de la paille quelques mois après la vendange) et des Crémants du Jura.

jura

 

Principaux producteurs :

***** Ganevat, Macle, Tissot.

**** Labet, Overnoy, Perron (†), Puffeney.

*** Château d’Arlay, Berthet-Bondet, La Tournelle, Marnes blanches, Rijckaert, Rolet.

** Boilley, Champ divin, Désiré Petit, Durand-Perron, Grand, Houillon, Hugues-Béguet, Montbourgeau, Mossu, Octavin, Petite marne, Pignier, Pinte...

* Fruitière vinicole d'Arbois, Savagny

 

 

Savoie

Contrairement au vignoble du Jura, celui de Savoie est très étendu et particulièrement complexe. L'appellation dominante est l'AOC Vin de Savoie qui peut être complétée par 16 dénominations géographiques (Apremont, Arbin, Ayze, Chignin, Chignin-Bergeron, Jongieux...). Le cépage altesse ou roussette a obtenu sa propre AOC, Roussette de Savoie, qui elle peut être suivie de 4 noms de crus (Frangy, Marestel, Monterminod et Monthoux). Une AOC Crémant de Savoie est en cours d'obtention. La zone de Seyssel, qui déborde sur le Bugey a elle sa propre AOC. Le vignoble du Bugey, au nord de la Savoie, comporte en plus de l'AOC Seyssel, les AOC Bugey (complétée par les crus Cerdon, Manicle et Montagnieu) et roussette du Bugey.

Ces vastes appellations comportent des vins variés : des blancs à base d'altesse, jacquère, roussanne, gringet ou encore la plus rare verdesse, des rouges à base de mondeuse, persan, gamay ou encore du rare etraire de la dhuy, des vins effervescents blancs ou rosés et quelques liquoreux. 

savoie

 

Principaux producteurs :

**** Ardoisieres, Belluard, Dupasquier, Fils de Charles Trosset, Prieuré st christopheVignes de Paradis-Vins du Léman.

*** Berlioz, Cave du prieuré-Barlet, Château de Mérande-Genoux, Finot, Giachino, Gonin, Magnin, Maillet, Quénard A et M.

** Bartucci, Cellier des Cray, Combe des Grand'vignes, Girard Madoux, Lingot Martin, Million Rousseau, Peillot, Quénard JP et JF, Renardat-Fâche, Vullien…

Gonnet, Grisard...

 

Posté par tomy63 à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juin 2017

Les Fils de Charles Trosset (Arbin) ****

Les Fils de Charles Trosset - Mondeuse "Prestige des arpents" 2008

Couleur : rubis foncé.

Nez : très expressif, plein de fruits (cerise, framboise, mûre), quelques notes florales (violette). Très frais, annonce un vin assez léger.

Bouche : là aussi ça pète le fruit (comme au nez, peut-être un peu plus fruits rouges que noirs), les tannins sont présents mais bien fondus, belle acidité, beaucoup de fraîcheur. Un peu de poivre. Plus puissante que le laissait envisager le nez mais on reste sur un vin fin et très frais.

Finale : toujours très fruitée, fraîche, bonne longueur, un peu plus de poivre.

Note : 17/20. Une grande mondeuse, dans un registre frais et fruité.

P1040875

 

Les Fils de Charles Trosset - AOP Savoie Arbin Mondeuse "Harmonie" 2015 : robe rubis foncé, très beau nez sur la mûre, la cerise, le cassis, le poivre, il semble assez mûr. Pas du tout de bretts contrairement à ce qui est écrit dans la RVF 2018. La bouche est très fruitée, poivrée, avec des tannins encore serrés, un peu d'alcool, mais une très belle matière. Bonne longueur en finale, du fruit, de l'acidité mais des tannins un peu durs et une pointe d'alcool, encore trop jeune. A attendre mais le potentiel est là pour faire une très belle bouteille dans 4-5ans. B+.

 

Posté par tomy63 à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2017

Week-end LPV

Bouteilles du vendredi soir 

Méo-Camuzet - Hautes Côtes de Nuits blanc Clos St Philibert 2010 : superbe nez de chardonnay bourguignon très noble, beurré, floral, fruité, avec de l'amande, un boisé (grillé, vanillé) léger et parfaitement intégré. Bouche tendue, avec un beau volume, de la longueur, on part sur un 1er cru de Puligny à l'aveugle. Impressionnant pour le niveau d'appellation. Ca commence fort. TB+.

Domaine de la Romanée-Conti - Hautes Côtes de Nuits blanc Abbaye de St Vivant pour les Caves Augé 2007 : robe bien plus dorée que le précédent, plus beurré, moins grillé, fruits plus mûrs, semble plus chaud. Bouche tendue, fruitée, beurrée, plus puissante et grasse que le précédent, un peu moins d'élégance, belle longueur aussi. TB+.

Donnhoff - Hermannshohle GG Riesling trocken 2012 : robe très claire, beau nez très "riesling" avec de la résine, du citron vert surtout. Bouche légèrement perlante, tendue, longue finale sur des amers nobles, pamplemousse, citron vert. L'équilibre est là, à attendre un peu pour une aromatique plus complexe. TB.

Domaine Andrée - Anjou blanc 2014 : Robe claire, très beau nez qui fait penser à un chardonnay, avec du pétard, de la cacahuète grillée, des agrumes. Bouche vive, tendue, on retrouve bien le chenin, un peu de poire, des agrumes, légère amertume en finale, bonne longueur. Beau vin, qui souffre juste de la comparaison avec les deux Bourgognes. TB.

Jean Tardy - Nuits-Saint-Georges Au bas de Combe VV 2012 : Beau nez assez noble, fruits rouges et noirs, poivre. Bouche très fraîche, tendue, tannins fins, pas une grosse matière mais la finale est longue, fruitée, très poivrée, peut-être un peu trop. TB.

Christian Clerget - Vougeot 1er cru Les Petits Vougeots 2002 : nez très chaud, sur le pruneau, le café. Bouche très chaude aussi qui manque clairement d'acidité et de fraîcheur. Peu de longueur. Certains autour de la table ont été moins durs que moi, lui trouvant une certaine gourmandise. Moyen.

Brunel (Les Cailloux) - Chateauneuf-du-pape rouge 2001 : nez assez chaud, évolué, quelques notes en commun avec le vin précédent. La bouche est quand même plus fraîche, c'est un peu mieux mais ça manque de tension pour moi. B-.

Christophe Abbet - Ambre 2006 : (Valais, cépages petite arvine et marsanne, 6ans en barriques) Robe ambrée, beau nez sur le praliné, la nougatine, l'abricot sec, le miel, les dattes, le caramel, très gourmand, pas spécialement boisé ni oxydatif. La bouche est par contre décevante, elle manque d'acidité, pas de tension, pas de longueur. L'aromatique est pourtant gourmande, proche de celle du nez, la texture épaisse est agréable, mais un liquoreux qui manque d'acidité ça ne pardonne pas. Très décevant pour un vin qui a la réputation d'être parmi les meilleurs liquoreux du monde. B.

Jardins de Babylone (Dagueneau) - Jurançon moelleux 2011 : robe dorée, le nez nous amène tout de suite sur du manseng, très marqué ananas, fruits exotiques, miel, pas encore très complexe. La bouche est un modèle d'équilibre, les sucres passent tout seuls grâce à une superbe acidité, c'est frais, tendu, digeste et très long, presque salin en finale. Il a écrasé le vin précédent. TB+.

DSC_0475

DSC_0476

 

 

Bouteilles du samedi soir

Boyer-Martenot - Meursault 1er cru Perrières 2010 : couleur dorée, nez assez discret, peu beurré pour un chardonnay, plus sur le citron et les fruits jaunes. Bouche puissante, voire un peu alcooleuse en finale, grasse, bonne tension, mais là aussi c'est peu aromatique. Pas mauvais, mais on en attend beaucoup plus d'un Perrières 2010. B.

La Barthassade - IGP Hérault blanc Les Cargadous 2015 : (chenin, roussanne) Robe assez claire, nez très fruité, marqué par la roussanne, poire, abriot, pêche. L'attaque en bouche est sur le même fruité, belle matière avec un peu de gras, mais l'ensemble s'effondre assez vite, la fin de bouche manque de tension, finale assez courte, pas assez fraîche. B.

Ostertag - Pinot Gris A360P Muenchberg 2009 : couleur dorée, nez original sur le caramel beurre salé, la tarte tatin, la brioche, un peu de poire. Attaque vive en bouche, grosse matière, beaucoup de gras, on retrouve le caramel, la tarte tatin, bonne longueur, à boire assez frais, dès que le vin s'est réchauffé il est apparu lourd et manquant de tension. TB-.

Reynaud - Pialade Côtes du Rhône 2008 : comme d'habitude très "confiture de fraise", mais avec plus de poivre et d'orange sanguine que la bouteille goûtée il y a un an, très frais, un peu plus évolué, finale très poivrée. TB.

Gonon - Saint-Joseph rouge 2011 : très sombre, beaucoup d'olive au nez, de l'anchois, des fruits noirs. Bouche très fraîche, tendue, fruitée, pleine d'olive, tanins fins, pas très concentrée, mais très longue. Après un superbe 2012 l'an dernier, Gonon fait coup double. TB+.

Beaucastel - CdP rouge 2001 : très poussiéreux, problème de bouteille a priori.

Clos des Papes - CdP rouge 2007 : (ouverte 24h à l'avance comme les 2 suivantes) Robe sombre, très beau nez encore tout jeune, sur les fruits noirs, la fraise, un peu d'épices, des notes florales. La bouche est puissante, encore un peu sur la retenue, mais avec beaucoup de fraîcheur, des tannins soyeux, une grande longueur, on peut déjà se faire plaisir si il est servi bien frais, mais dès qu'il s'est réchauffé l'alcool se sentait en finale. Grande bouteille en devenir. TB+.

Pontet-Canet - Pauillac 2009 : Robe très sombre aussi, nez sur un élevage gourmand, coco, vanille, barbe à papa, qui doit encore s'intégrer. La bouche est magnifique, épaisse, soyeuse, très fraîche, très longue, beaucoup de fruits noirs, moins d'élevage qu'au nez, déjà bien épanouie en l'état. TB+.

Mouton-Rothschild - Pauillac 2001 : Robe sombre encore assez jeune, nez "classique", légèrement vanillé, cassis, cèdre, tabac. Bouche fraîche, aux tannins soyeux, moins de matière que le Pontet-Canet, finale un peu courte pour un Mouton et par rapport au précédent. Bon vin mais pas exceptionnel. TB.

Guigal - Côte-Rôtie La Landonne 2001 : (ouverte juste avant dégustation) Là aussi c'est encore jeune, aucune trace d'évolution, très beau nez sur les fruits noirs, l'olive (un peu moins que Gonon quand même), le poivre, pas de boisé ressenti. Bouche d'une grande fraîcheur, beaucoup de fruit, tannins parfaitement intégrés, très long. Un bon cran au-dessus du précédent. TB+.

DSC_0477

DSC_0478

 

Posté par tomy63 à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2017

Domaine Plageoles (Cahuzac-sur-Vère) ****

Dégustation à la Cave du Théâtre

Mauzac vert 2015 : nez légèrement marqué par la pierre-à-fusil, bouche citronnée, avec une belle tension, bien mieux que le 2014. Regoûté en bouteille, il est plus épais, moins citronné, un peu oxydatif. TB.

Braucol 2016 : plein de fruits rouges, réglisse, poivre, assez gouleyant, tannins bien fondus, glisse tout seul. TB.

Syrah 2016 : plus marqué fruits noirs, avec un peu plus de matière, des tannins encore plus fins, très juteux et facile à boire. TB.

Duras 2014 : moins fruité que les deux 2016, plus rustique, des notes d'agrumes, d'orange sanguine et de fruits noirs, moins mon style. B.

Prunelart 2014 : là aussi c'est rustique, épicé, plus tannique encore que le Duras, j'ai du mal aussi. B.

Loin de l'oeil 2015 : pas trop sucré, beaucoup de fruit, poire, pomme au four, brioche, très facile, manque un peu de tension et de longueur. TB-.

Mauzac 2015 petillant natrel : beau nez fruité, floral, bulle assez fine, légère amertume rafraîchissante en finale. TB.

 

 

 

Robert & Bernard Plageoles - Gaillac doux Mauzac Roux 2010

Couleur : or.

Nez : expressif dès l'ouverture, sur l'abricot, le miel, la pâte de coing. Ressemble un peu à un Sauternes légèrement évolué (7-10ans).

Bouche : on retrouve les arômes du nez, un peu de prune aussi, texture légèrement épaisse et liquoreuse, avec une bonne acidité. Bien équilibrée. Très facile à boire. Par contre je ne sens pas particulièrement de tilleul ou de verveine comme l'indique le site du domaine.

Finale : longueur moyenne, toujours sur les fruits jaunes et surtout le miel, petite pointe d'amertume.

Note : 16/20. Un bon liquoreux, à prix doux (11€ les 50cl).

P1040162

 Cépage : Mauzac roux. Rendements 25 hl/ha. Sucres résiduels : 120gr. Sols : argilo-calcaire.

 

Joli reportage sur le domaine ici : http://www.wineterroirs.com/2012/01/plageoles_gaillac_tres_cantous_tarn.html

 

 

Dégustation d'une partie de la gamme au domaine

Mauzac vert 2014 : sur la pomme bien mûre, un peu de poire et de fleur, manque un peu de tension. B.

Pét Nat 2014 : (mauzac rose majoritaire) sec sur ce millésime-là, beaucoup de fraîcheur, bulle assez fine, léger, beaucoup de fruits frais, facile à boire. B+.

Ondenc sec 2014 : le nez fait un peu moelleux, avec du miel, des fruits jaunes, de l’anis, bouche plus sèche, grasse, mielleuse, sur l’anis aussi, manque un poil de tension. B.

Braucol 2014 : très clair, nez sur le réglisse, le café, les petits fruits rouges, beaucoup de fraîcheur, léger en bouche, pas très long mais très facile. TB-.

Duras 2013 : encore plus épicé, poivré, un peu de réglisse aussi, plus de matière que le braucol, plus vif, un peu plus noir même si on reste sur un vin très fin pour du duras. B+.

Prunelart 2013 : on sent le millésime frais, le vin est léger, avec un très beau nez sur la confiture de fraise, la griotte, la bouche manque un peu de matière, du coup les tannins sont un peu secs sur la finale bien que pas très nombreux. B+.

Prunelart 2010 : beaucoup plus chaud, fruits noirs, tabac, plus de matière, manque un peu de fraîcheur à mon goût. B.

Loin de l’œil 2013 : nez très fruité, ananas, agrumes, fruits blancs (poire), assez vif en attaque, très gourmand, seule la finale manque un peu de longueur et de tension. Excellente année pour les liquoreux d'après Bernard Plageoles. TB-.

Vin d’Autan 2008 : (ondenc, passerillage sur souche, rendements 7hL/ha) nez sur le miel, l’abricot, la figue, les fruits confits, très bon équilibre en bouche, avec une grosse concentration (un peu plus de 200gr de résiduel de mémoire) mais de la fraîcheur. Belle longueur. TB+.

Vin de voile 2000 : (mauzac, élevage de 7ans en vieux demi-muids sans ouillage) beaucoup de noix, très typé vin jaune, des fruits secs, assez bonne acidité, moins puissant et fait presque un peu dilué par rapport aux vins jaunes. Une curiosité. B.

P1060408

Au final une gamme très intéressante, avec des cépages rares, des vins originaux, tous au minimum bons, et un excellent Vin d'Autan.

 

Posté par tomy63 à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2017

De Bortoli (Australie) ****

De Bortoli - Noble One Botrytis Semillon 2009 : (1/2bt, capsule à vis, 185gr SR/L, élevage 46% fûts neufs, 33% fûts d'1ou2ans, 21% cuves) Couleur ambre clair, nez très expressif qui fait de suite penser à un Sauternes, avec beaucoup de miel, de l'abricot, de l'orange, des fruits exotiques (mangue, passion...) et un peu de pâte de coing. La bouche est épaisse, sirupeuse, assez légère en alcool (10,5% sur l'étiquette), peut-être à peine perlante à l'ouverture de la bouteille, pleine de miel, d'abricot, de fruits confits et de fruits exotiques, mais surtout parfaitement équilibrée grâce à une grosse acidité. Finale longue, sur l'abricot, les agrumes, fraîche, très digeste malgré les sucres. Je ne m'attendais pas à trouver ce vin à ce niveau-là, il égale les meilleurs Sauternes sur cette bouteille. Celui qu'on surnomme "l'Yquem australien" a la réputation de mal vieillir et de devenir lourd, mais j'ai du mal à imaginer que ce sera le cas tant il est bien équilibré dans sa jeunesse. Note : 18/20.

de bortoli noble one

 

Posté par tomy63 à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2017

Recaredo (Espagne) ***

Recaredo - Cava Terrers Brut nature Gran reserva 2009 : (52% xarel-lo, 32% maccabeu, 16% Parellada, 79mois d'élevage, dégorgé le 20/12/2016) Couleur or pâle, nez élégant, très fruité, sur la poire, la pêche, l'abricot, les agrumes, légèrement floral. Bouche à la bulle très fine, fruitée, fraîche, facile à boire, avec une bonne acidité derrière. Longueur moyenne. Très bon effervescent, plus pour l'apéritif que pour la table, qui pourrait concurrencer pas mal de champagnes. Il montre qu'il existe de bons Cavas dès qu'ils sont bien travaillés et qu'on y met le prix (+- 20€). Note : 16/20.

recaredo terrers 2009

 

 

Freixenet * - Cava Brut Cordon negro Gran seleccion : couleur paille, nez fruité, sur la poire et l'abricot, un peu plus simple que le Recaredo mais dans le même style. Bouche fruitée, à la bulle plutôt fine, plus de sucre et moins de fraîcheur que le Terrers, finale un peu plus courte et légèrement amère. Mais c'est plus que correct pour le prix (5€). Note : 14/20.

 

Posté par tomy63 à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]