23 décembre 2017

Domaine des Ardoisières (Fréterive) ****

Domaine des Ardoisières - Argile blanc 2015 : (40% chardonnay, 40% jacquère, 20% mondeuse blanche, élevage 1/3 fûts anciens, 2/3 cuves) Couleur paille, nez moyennement expressif, sur le citron, un léger beurré, des notes florales, plus marqué chardonnay que la bouche qui est vive, toute en tension avec une grosse acidité, très minérale, peu de gras, à l'aromatique peut-être fermée (quelques notes florales et du citron). Finale de belle longueur, toujours très minérale et citronnée. En l'état c'est un vin bien fait, pour amateur de tension, qui manque un peu d'épaisseur à mon goût mais surtout de gourmandise. Il sera peut-être mieux dans 2-3ans si le fruité devient moins discret. Note : 16/20

 

Ardoisières - Argile rouge 2015 : (gamay et persan) robe rubis contours à peine tuilés, nez sur les fruits rouges, le poivre, une pointe de volatile. Bouche très légère, peu tannique, fruitée, poivrée, ressemble un peu à un poulsard du Jura, fraîche, acidulée, un peu maigre, manque de matière, facile à boire. Finale de longueur moyenne. TB-.

 

Ardoisières - Schiste 2015 : (jacquère, roussanne, mondeuse blanche, malvoisie) Couleur or pâle, nez sur la poire, la pomme au four, le citron, à peine beurré, fait un peu chenin. Bouche vive, avec une belle tension, minérale, sur les arômes du nez, là aussi pas une grosse matière, mais fraîche et facile, un peu plus de longueur. TB.

 

Domaine des Ardoisières - Quartz 2008 : (100% altesse) couleur dorée, nez très minéral, miel, floral, impossible de détecter l'altesse. Bouche tendue, miellée, minérale, presque austère, pas ultra fruitée, belle longueur, beaucoup de fraîcheur. TB+.

 

Domaine des Ardoisières - Ambre Vin de table (2006) : (50% altesse, 50% pinot gris, passerillage sur fil, environ 70 gr SR) couleur or, nez très fruité, plus marquée par l'altesse que par le pinot gris avec des fruits jaunes très mûrs (abricot, pêche, coing) qui me rappellent la Roussette 2010 de Dupasquier, un peu de noisette et un côté mentholé, il fait encore assez jeune. La bouche est vive, puissante, bien équilibrée, avec une bonne acidité, pas trop de sucre et une belle texture épaisse. Toujours des fruits mûrs et une fraîcheur mentholée. Seule la finale manque un peu de longueur, sinon c'est un très bon liquoreux, très digeste et qui peut tenir encore longtemps. Note : 17/20.

ambre ardoisiere

 

Posté par tomy63 à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 décembre 2017

Boursot Père & Fils (Chambolle-Musigny) *

Boursot P&F (Gds jours 2018)

Chambolle Nazoires 14 : un peu de gaz, fluet. Moyen.

Nazoires 16 : plus de fruit, mais des tannins un peu secs. B-.

Chambolle 1er cru Chatelots 15 : un peu cuit. Moyen.

Chambolle 1er cru Fuées VV 15 : un peu cuit, tannins raides. Moyen.

Fuées VV 16 : un peu serré et boisé, mais plus frais et fruité. B.

 

Boursot Chambolle 1er cru Les Fuées VV 2014 : (FDGV16) frais, fruité, belle entrée en bouche avec des tannins très fins mais malheureusement la finale sèche un peu. B+.

 

Posté par tomy63 à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2017

Roulot (Meursault) *****

Roulot - Bourgogne Aligoté 2011

Couleur : très pâle.

Nez : fermé à l'ouverture, mieux par la suite mais il ne sera jamais très expressif. Notes minérales et citronnées.

Bouche : plus expressive, très citronnée, minérale, avec une grosse acidité, une belle tension qui fait saliver. De plus en plus de fruit (même si on reste surtout autour du citron). Sensation tannique en fin de bouche et en finale, surtout à l'ouverture de la bouteille.

Finale : longueur moyenne, acide et citronnée, légère salinité, un côté Chablis du coup.

Note : 15,5/20. Bonne entrée de gamme qui laisse présager une très bonne qualité pour les autres vins du domaine.

P1030893

 

Roulot - Bourgogne blanc 2014 Mag : vin très minéral, peu de gras, citronné, tendu, bon générique. B+.

 

Roulot - Meursault Vireuils 2011 : couleur paille, nez un peu marqué par l’allumette, citronné, floral, beurré. Bouche avec une belle tension, minérale, un peu pierre-à-fusil, un léger gras par-dessus, très longue finale, tendue, citronnée, légèrement beurrée. TB+.

 

Posté par tomy63 à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2017

Henri de Villamont (Savigny-les-Beaune) *

(Grands jours 2018)

Chambolle 15 : très toasté. Moyen.

Chambolle 1er cru Feusselottes 15 : (50% fût neuf) plus frais, assez fin par rapport aux suivants, belle matière. TB-.

Chambolle 1er cru Chatelots 15 : (60% fût neuf) plus épais, plus boisé, un peu plus serré, à attendre. B+.

Chambolle 1er cru Groseilles 15 : plus sombre, plus tannique, manque de fraîcheur. B.

Chambolle 1er cru Baudes 15 : très concentré, sombre, tannique aussi mais moins asséchant, à attendre longtemps. TB-.

 

Henri de Villamont * - Savigny Le Village 2011 : (Grand Tasting 2013) léger, beaux fruits rouges, simple mais bien fait. B.

Chambolle 1C Les Baudes 2010 : nez très boisé, bouche fine, belle texture mais trop boisé. Moyen+

Grands Echezeaux GC 2010 : très clair, bois présent mais mieux intégré que sur le Chambolle, léger, bonne acidité, ça manque un peu de matière et de longueur pour un GC. B+.

 

Chambolle 1er cru Les groseilles 2014 : (FDGV 2015) beau nez avec des fruits noirs, mais la bouche manque de matière et sèche un peu. B.

 

Posté par tomy63 à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Clos de La Barthassade (Aniane) ****

La Barthassade - Fleur de Cinsault rosé 2016 IGP Pays d'Hérault : couleur pâle, nez sur la framboise, le poivre, les épices, bouche puissante, épicée, avec de la fraîcheur, une assez bonne longueur. Bon rosé, pour la table plus que pour l'apéritif. B+.

 

La Barthassade - Les Gravettes 2015 AOP Terrasses du Larzac : (majorité grenache, cinsault syrah) Robe grenat, assez sombre pour du grenache, nez très expressif, sur les fruits des bois, beaucoup de mûre, légèrement sucré, une pointe de vanille, très gourmand. Bouche puissante mais avec une bonne acidité derrière pour amener de la fraîcheur, beaucoup d'épices, on retrouve les fruits confiturés du nez, pas très tannique, la texture manque peut-être d'un peu d'épaisseur et de soyeux si on le compare à Montcalmès ou Vaïsse. Longueur moyenne, sur les épices, la mûre, la vanille. Beau vin, qui joue clairement la carte de la gourmandise. Il sera peut-être encore meilleur si il s'affine avec le temps. TB.

 

La Barthassade - Gravettes 2016 : (grenache + cinsault et syrah, futs et demi muids) Robe à peine plus claire que le 2015, nez très fruité aussi, un peu moins vanillé, peut-être un peu plus marqué cerise et moins fruits des bois, bouche un peu plus légère, plus fine, ultra gourmande, encore plus facile à boire, très consensuelle, déjà prêt. TB+. Une seconde bouteille semblait plus puissante, plus proche du 2015. TB.

 

La Barthassade - Les Ouvrées 2015 : (majorité syrah) plus sombre que Gravettes, plus puissant, plus épicé, moins facile, mais toujours ce beau travail sur la texture. Belle longueur, à attendre encore un peu. TB.

 

La Barthassade Billes de grenache IGP Pays d'Hérault 2016 : couleur assez sombre pour du grenache, nez fermé, une pointe d'alcool, on sent le vin pas tout à fait en place goûté juste après la mise en bouteille. La bouche a une belle finesse, elle ne se livre pas complètement au niveau aromatique, mais elle devrait donner un vin de soif très gourmand d'ici quelques mois. B.

 

La Barthassade cuvée H Coteaux du Languedoc 2016 : (syrah, mourvèdre, grenache) Robe violine, assez foncée. Nez sur les fruits noirs confiturés, la cerise, un peu brouillon, pas tout à fait en place, bouche à l'attaque gourmande, juteuse,confiturée, mais les tannins sont un peu serrés en finale. Comme le précédent, il n'est pas encore tout à fait remis de sa mise, à attendre quelques mois. B.

 

La Barthassade - Blanc de cinsault Vin de France 2014 : Robe saumonée, nez très gourmand avec un peu de pamplemousse, de pêche, de nougatine, un côté pâtisserie orientale "loukoum". La bouche garde ce fruité et ce côté pâtissier à peine sucré, bonne acidité derrière. Finale pas très longue. Mais très facile à boire et original. TB-.

 

La Barthassade - Pur C 2017 : (cinsault) Robe claire, contours violets. Nez sur la mûre, la cerise, la violette, un côté gamay, bouche toute en finesse, fraîche, aux tannins insensibles, gouleyante et juteuse, finale un peu courte. Très bon vin de soif. TB-.

 

La Barthassade - K Libre IGP Pays d'Hérault 2015 : (100% carignan) Robe assez claire pour un carignan avec des contours violets, nez très flatteur, plein de fruit, cerise surtout, fruits rouges, il pinote un peu, un léger côté vanillé. Bouche très gourmande, fruitée, peu tannique, fraîche, avec un beau volume mais peu d'extraction, petite pointe de sucrosité, belle longueur. Encore plus de plaisir que sur les Gravettes. TB+.

 

La Barthassade - IGP Hérault blanc Les Cargadous 2015 : (chenin, roussanne) Robe assez claire, nez très fruité, marqué par la roussanne, poire, abriot, pêche. L'attaque en bouche est sur le même fruité, belle matière avec un peu de gras, mais l'ensemble s'effondre assez vite, la fin de bouche manque de tension, finale assez courte, pas assez fraîche. B.

barthassade blanc

 

Posté par tomy63 à 14:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


04 décembre 2017

Causse-Marines (Vieux) ****

Causse Marines - Folie pure : (cépages ondenc, loin de l'oeil, muscadelle, sémillon, mauzac. 460gr SR/L. Grains nobles, passerillage sur claies, et grains aszu, 6,5% vol., millésime 1999) Robe ambrée aux reflets oranges, superbe nez très fruité, confit et légèrement exotique sur l'abricot, le coing, la rhubarbe, la mangue, le miel, un peu de caramel. La bouche est évidemment très concentrée, sirupeuse, on sent que ce n'est pas très élevé en alcool, sur le côté fruits confits du nez, l'attaque en bouche a une bonne vivacité, un peu moins d'acidité en fin de bouche et en finale mais le vin reste tout de même digeste et bien équilibré. Seule la finale manque un peu de longueur (notamment par rapport à la Trie Victor & Joseph 1996) peut-être à cause du faible degré d'alcool. Un vin hors norme, à goûter absolument pour les amateurs de liquoreux. Note : 18,5/20.

causse marines folie pure

 

Causse Marines - Hystérie 2002 : ("cépages:un peu de tout mais grain par grain, 45litres récolté à 40% potentiel. Après 10ans en barriques sans rien faire on arrive à 1% d'alcool et 660gr de sucres résiduels" En bt 20cl.) Couleur marron foncé, trouble. Au nez on sent toutes les pâtes de fruits possibles et imaginables : coing, prunes, pruneaux, dattes, figues, raisins de Corinthe, fraise, abricot... fait encore tout jeune, aucune note oxydative. Bouche sirupeuse (guère étonnant !) mais à un point assez incroyable, on pourrait presque l'étaler, sur les arômes du nez, avec une très belle acidité à l'attaque qui permet de rendre ce monstre digeste. Difficile d'imaginer qu'on est parti uniquement de raisins. Niveau alcool peu de différence avec Folie Pure à 6,5%. La finale est d'une assez bonne longueur, sans être interminable, plus que Folie pure peut-être, toujours autour de cette pâte de prunes/figues/coing/dattes. Un vin hors norme, d'ailleurs est-ce encore du vin ? Quoi qu'il en soit personnellement je trouve cela exceptionnel par sa concentration mais aussi par son équilibre sucre/acidité. Note : 19/20.

IMG_20171204_115615

 

 

Goûtés lors du salon In vin bio veritas 2013 :

Causse Marines - Gaillac blanc Les Greilles 2012 : mauzac, ondenc, loin de l'oeil, beau fruité, manque un peu de tension et de longueur. B.

Causse Marines  - Gaillac liquoreux Grains de folie 2012 : fruits confits, coing, manque un peu de fraîcheur. B.

Causse Marines - Toqué 2011 : 260gr SR, majorité muscadelle, très concentré, très confit, belle fraîcheur. TB. 17,5/20.

Causse Marines - Raides bulles 2012 : rosé effervescent légèrement sucré, simple et fruité. B.

 

Salon In Vin Bio 2015 :

Causse Marines - Peyrouzelles 2014 : (braucol, syrah, duras) fruits rouges, léger, peu tannique, marin, paëlla ? le safran sûrement. B-.

Causse Marines - Greilles 2014 : beau nez fruité, bonne matière en bouche mais léger manque de tension. B+.

 

Posté par tomy63 à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2017

Dureuil-Janthial (Rully) ****

Céline et Vincent Dureuil (= négoce) - Rully rouge 2011 : Couleur rubis, très claire, le nez pinote dès l'ouverture de la bouteille, très classique, sur des petits fruits rouges, un léger côté floral, un peu de bois. Belle attaque, assez vive, beaucoup de fruits, c'est assez léger, les tannins sont fins, une bonne acidité et beaucoup de frâicheur, bonne matière mais malheureusement un boisé/vanillé un peu trop marqué à mon goût. Finale assez courte. Note : 14,5/20.

dureuil

 

Vincent Dureuil-Janthial, Rully blanc 2014 : Robe or pâle, le nez pourrait faire penser à un Meursault (à l'ancienne), gras, beurré, vanillé, floral, une pointe d'amande, boisé/toasté à peine présent dans le fond. La bouche est à la fois grasse, beurrée et tendue par une belle acidité et des notes d'agrumes. Très beau vin, qui a convaincu tout le monde. TB.

 

Vincent Dureuil-Janthial Rully blanc 2015 : Proche du 2014 avec un boisé un peu moins marqué, une pointe de sucrosité en plus, un peu d'ananas, à la fois large, gras et tendu, encore plus gourmand que le 2014. Il peut rivaliser avec de beaux Côtes de Beaune. TB+.

 

Vincent Dureuil-Janthial, Rully rouge 2015 : Robe rubis foncé, nez très fruité (fruits rouges surtout) à peine sucré et vanillé. Bouche gourmande, aux tannins fins, beau fruité, quelques notes de vanille, légère minéralité derrière qui apporte une certaine longueur. Très bien fait. TB.

 

Posté par tomy63 à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2017

Pierre Gerbais (Celles-sur-Ource) ****

Pierre Gerbais - Coteaux Champenois rouge 2015 : (100% pinot noir, élevage 1an en cuves) robe très claire, nez de petits fruits rouges, surtout de cerise griotte, groseille, quelques notes florales. Bouche très légère, peu tannique, pas une grosse matière, belle acidité, très fraîche et facile à boire, sur les fruits rouges du nez, un vrai jus de fruit. La finale est quand même assez longue, très fruitée, salivante, on y retourne facilement. Excellent, mais à réserver aux amateurs de vins très fins. Note : 17/20.

DSC_0504

 

 

Pierre Gerbais - Champagne « Grains de celles » Extra brut : (50% pinot noir, 25% chardonnay 25% pinot blanc. Vendanges 2013. Elevage cuves + 30 mois en bouteilles sur lattes. Dégorgement janvier 2017) Robe claire, nez fin et élégant, légèrement floral, sur les agrumes. Bouche sans sucre, à la bulle fine, plutôt légère, facile, agréable, belle tension. Manque un peu de longueur et de complexité pour être parfait. Très bon niveau pour l’entrée de gamme du domaine. TB.

 

Pierre Gerbais - Champagne Grains de celles rosé Extra-Brut : (vendange 2013, dégorgé Nov 2016, 50% pinot noir, 25% chardo 25% pinot blanc) Robe rose foncé, nez marqué par les fruits rouges, framboise, groseille, très élégant. Bouche sur le fruit, fine, avec une belle fraîcheur, peu vineuse, peu briochée, sur l'élégance comme le blanc. TB.

 

Pierre Gerbais - Champagne L'audace Brut nature : (100% pinot noir, vendanges 2012 dégorgement 2017) Robe dorée, nez puissant, brioché, bouche vineuse qui n'a pas du tout le côté crayeux et tendu du Gonet-Médeville, un autre style, c'est en effet audacieux de planter du pinot ici, un peu trop lourd à mon goût. Je préfère de loin la cuvée Grains de Celles. B-.

 

Pierre Gerbais, Champagne « L’original » Extra-Brut (100% pinot blanc sur la Côte des Bar) : Robe encore plus claire, nez plus floral, quelques agrumes aussi, légèrement minéral. Bouche légère, fine, avec une bulle bien présente et une bonne acidité, on sent le côté plus sec, moins gourmand de l’extra-brut, belle longueur pour lui aussi. TB.

 

Posté par tomy63 à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2017

Domaines familiaux de Bourgogne 2017

De passage chez Mugneret-Gibourg le matin, nous arrivons un peu après midi à la dégustation du millésime 2015 des Domaines familiaux de Bourgogne au château de Montchat. Un buffet nous attend, avec sur la table quelques bouteilles de "vieux" millésimes en libre accès. Difficile de résister : les 2015 attendront. On commence donc par là tant qu'il reste du vin, en goûtant un peu trop rapidement et en jonglant comme on peut avec les appellations et les millésimes. 

Tous les vins ont été bus dans des Zalto Bordeaux (finalement pas si mals) plus ou moins dans l'ordre suivant :

IMG_20171127_131636

 

 

G. Roumier - Morey St Denis 1er cru Bussière 2009 : nez un peu chaud, on sent bien le millésime solaire, la bouche est un peu plus fraîche mais ça reste bien moins convaincant que les 2015. TB-.

JF Mugnier - Chambolle-Musigny 1er cru Fuées 2015 : robe assez sombre par rapport aux Fuées 13 et 14, nez fermé en ce moment, bouche plus mûre, avec de beaux fruits noirs, toujours le toucher très fin des Chambolle de Mugnier et une belle fraîcheur. Prometteur. TB.

A. Rousseau - Gevrey-Chambertin 1er cru Lavaux St Jacques 2005 : robe évoluée, nez aussi très évolué, kirsché, assez chaud, comme le Bussière de Roumier c'est un peu plus frais en bouche, terreux, pas mauvais mais moins convaincant que les 2015. TB-.

Dujac - Morey St Denis 2002 magnum : robe sombre, nez encore jeune, fruits noirs, un peu de cuir, très frais et noble dans la série, bouche avec du fruit, de la puissance, des tannins de belle qualité, très long. Incroyable pour un "village". Grand vin, parmi les meilleurs de cette incroyable série. TB++.

Trapet - Chambertin 2002 magnum : robe tuilée, nez chaud et évolué, kirsché, idem en bouche, même s'il y a une certaine finesse et de la fraîcheur sur la finale, il souffre surtout de la comparaison avec le Dujac. TB-.

J. Drouhin - Musigny 2001 : robe et nez encore jeunes, beaucoup de finesse, du fruit, légèrement floral, texture soyeuse. Meilleur que le 1998 bu il y a quelques années. TB+.

E. de Suremain Château de Monthélie - Monthélie 1er cru Sur la velle 2006 magnum : Robe rubis, nez encore jeune, plein de petits fruits rouges, bouche fruitée, gourmande, fraîche, pas très complexe mais très buvable. TB.

Comtes Lafon - Volnay 1er cru Santenots du milieu 2015 : robe violine, nez très fruité, avec un peu de violette, bouche croquante, gourmande, juteuse, fraîche, avec une belle tension derrière. Très prometteur, déjà délicieux. TB+.

Comtes Lafon - Volnay 1er cru Santenots du Milieu 2011 magnum : on reconnait la parenté avec le vin précédent, un peu moins croquant, mais beau fruité, fin, avec cette belle tension. TB+.

Méo-Camuzet - Vosne-Romanée 1er cru Chaumes 2006 magnum : Robe grenat, nez à la fois fruité, floral, à peine épicé, bouche avec beaucoup de finesse, une texture de velours, belle longueur, un grand vin, qui confirme que les 2006 goûtent bien en ce moment. TB++.

Bruno Clair - Gevrey-Chambertin 1er cru Cazetiers 2009 : Robe sombre, nez toasté, assez chaud, le vin manque de finesse et de fraîcheur dans la série. B.

J. Grivot - Vosne-Romanée 2012 : s'il est assez frais, il semblait un peu maigre avec une amertume gênante en finale. B.

Marquis d'Angerville - Pommard 1er cru Combes dessus 2011 : robe claire, vin très fin loin du stéréotype Pommard, sur le fruit, la fraîcheur, presque tendu, pas du tout sur le bois contrairement à une autre cuvée du domaine bue il y a quelques années. TB+.

S. Bize - Savigny-les-Beaune 1er cru Fournaux 2005 : style à l'ancienne, puissant, avec des tannins bien présents, un peu rustiques, pas mal fait mais pas mon style. B+.

Michel Gaunoux - Pommard 1er cru Grands epenots 2014 : Bien plus dans le style Pommard que le vins d'Angerville, encore un peu trop serré. B+.

Faiveley - Corton-Charlemagne 2006 magnum : on passe de suite à un grand blanc, beaucoup de gras, beurré, mais aussi tendu et très long, du même niveau qu'un excellent 2005, ce qui me conforte dans l'idée qu'il s'agit de la meilleure cuvée du domaine. TB++.

Leflaive - Puligny-Montrachet 1er cru Folatières 2009 : nez un peu soufré, vin citronné, floral, sur la tension, pas très gras, bon mais il souffre derrière le précédent. TB-.

 D6E3A8B0-

L'apéritif s'arrête ici, certains vins auraient mérité plus de temps et un ordre de service différent. Si le niveau était très élevé, plusieurs cuvées manquaient de fraîcheur, les 2015 se sont montrés potentiellement plus intéressants dans l'ensemble.

 

Les 2015

Place à la "vraie" dégustation des 2015, les conditions sont parfaites : peu de monde, bonnes températures de service, bons verres, et pas besoin de jongler entre les différents millésimes. 

IMG_20171129_101305                  

  

JF Mugnier

NsG blanc Clos de la maréchale : vin puissant, très minéral, peu de gras, tendu, très long, un poil chaud en finale. TB.

Chambolle : robe bien plus claire que Fuées 15, très croquant voire un peu sucré, gourmand, très immédiat, un délice, même s'il manque un peu de profondeur. TB.

NsG rouge clos de la maréchale : comme toujours, plus puissant et plus tannique que le Chambolle, moins gourmand, un peu plus long. TB.

 

A. Rousseau

Gevrey : très fruité, facile, bon village, même s'il n'a pas la matière ni la noblesse des suivants. TB-.

Charmes-Chambertin : beau fruité, mais avec plus de matière, un côté végétal noble, plus de longueur. TB+.

Chambertin clos de Bèze : plus sombre, plus mûr, plus de volume et de tannins, très long, toujours ce côté un peu plus austère que chez Mugnier ou Roumier qui lui donne beaucoup de classe. S'annonce grandiose. TB++.

 

Dujac

Morey : robe assez claire pour un Dujac, nez à peine toasté, beau fruité derrière, pas très épais, tannins bien présents de qualité. A voir s'il deviendra aussi grand que le 2002. TB-.

Vosne 1er cru Malconsorts : grosse différence avec le précédent, fruité, floral, mais surtout tendu mais une superbe minéralité sous-jacente, tout en longueur. Promis à un grand avenir. TB++.

Clos de la Roche : style bien plus épais, très grosse matière, il arrive à garder une certaine minéralité dans le fond même si elle est moins marquée que sur Malconsorts, plus de tannins mais jamais secs. Le vin le plus impressionnant avec le Bonnes-Mares de Roumier peut-être. TB++.

Puligny-Montrachet 1er cru Folatières : style tendu, pas très gras, avec une belle matière et de la longueur. Mais les rouges m'ont fait une plus grande impression. TB-.

 

G. Roumier

Chambolle : robe assez claire, nez peut-être un peu chaud, plus puissant et plus tannique que le Chambolle de Mugnier, à attendre (un peu de vendange entière ?) TB-.

Morey 1er cru Bussière : plus tannique et plus sauvage que le Chambolle mais il reste très digeste grâce à une matière plus concentrée, plus de longueur, beaucoup de fraîcheur. Plus convaincant que le 2009. TB+.

Bonnes-Mares : Matière énorme, puissant mais aussi plein de fruits, de fraîcheur, de tannins de grande qualité, probablement le vin avec la plus longue finale. Impressionnant. TB++.

 

Comtes Lafon

Meursault Clos de la barre : très gourmand avec du citron confit et de l'amande, belle tension, épais sans être beurré. TB.

Meursault 1er cru Charmes : proche du précédent, avec un peu plus de tout. TB+.

Volnay 1er cru Santenots du milieu : déjà goûté en "apéritif", on ne résiste pas à le regoûter, toujours aussi bon, même dans une série différente. TB+.

 

Méo-Camuzet

Hautes Côtes blanc St Philibert : manque de tension, même un peu mou. Décevant pour cette cuvée que j'avais adoré sur des millésimes plus frais. B-.

Vosne : gourmand, assez mûr, comme souvent chez Méo, belle finesse. TB-.

NsG 1er cru Boudots : beau fruité assez mûr, texture soyeuse et épaisse, de la fraîcheur et quelques tannins derrière. TB.

Corton Perrières : plus viril que le Nuits, un peu plus tannique et puissant, à attendre. TB. (Dans l'ensemble les vins étaient moins convaincants que ceux d'autres domaines mais les meilleures cuvées n'étaient pas présentées)

 

Bruno Clair

Marsannay Longeroies : beau fruité assez mûr, fin, gourmand, facile. TB-.

Gevrey 1er cru Clos du Fonteny : couleur sombre, nez chaud et grillé, épais mais manque d'élégance. B-.

Gevrey 1er cru Clos St Jacques : un peu plus frais, mais boisé trop marqué, légèrement beurré, finale un peu sèche. TB-.

Bonnes-Mares : très épais, élevage marqué, manque de fraîcheur, surtout impression d'un vin tout en largeur et en texture qui manque d'allonge et de longueur. La comparaison avec Roumierle dessert. TB-. Un peu décevant ce jour-là, est-ce la comparaison avec les meilleurs ? ou est-ce que les millésimes chauds conviennent moins au style du domaine (J'avais préféré certains 2013) ?

 

M. Lafarge

Meursault "vendanges selectionnées" : bien marqué noisette, pas très gras, sur la tension, un peu court. TB-.

Bourgogne pinot noir : belle matière, du fruit, on reconnait le style Lafarge dans la finale tendue aux tannins un peu rustiques. TB-.

Volnay 1er cru Clos des chênes : très belle matière, du fruit, de la tension, les tannins sont encore marqués sur la finale mais je les trouve plus fins qu'il y a deux ans (sur fût). Comme toujours des vins à attendre longtemps, mais un beau potentiel. TB.

 

Leflaive

Puligny : nez soufré, sur le citron, la poire, pas spécialement beurré, finale un peu chaude. B+.

Puligny 1er cru Fôlatières : nez soufré, même fruité, plus épais et plus tendu, la finale est plus fraîche. TB-.

Bâtard-Montrachet : le nez est encore plus marqué par le soufre, plus rond mais aussi plus tendu que Folatières, dommage que les vins sentent autant le soufre. TB-.

 

De Montille/Château de Puligny

Bourgogne blanc Clos du château : marqué pomme et noisette, assez simple. B+.

Puligny : style tout en tension comme souvent  avec le domaine, citronné. TB-.

Beaune 1er cru Les sizies : fruité, un peu fluet, tendu, tannins un peu durs en finale. B+.

Volnay 1er cru En champans : un peu maigre aussi, même style tendu, un peu plus long. Pas mauvais, mais il souffre lui aussi de la comparaison avec autant de grandes bouteilles. TB-.

 

A & P de Villaine

Bourgogne rouge côte chalonnaise La Fortune : beaux fruits rouges, très croquant, gourmand, simple mais efficace. TB-.

Bouzeron : grosse tension, nerveux, vif, citronné, brioché, un superbe aligoté, qui m'a semblé meilleur et plus tendu que sur d'autres millésimes. TB.

Bourgogne blanc côte chalonnaise les Clous aimé : très mou derrière le Bouzeron, très court. B-.

Rully 1er cru Grésigny 2014  : changement de millésime juste pour ce vin, boisé, gras, beurré, mais belle acidité derrière. TB-.

 

Trapet

Marsannay : bien dans le style Trapet, très fin, plein de petits fruits rouges, pas très épais mais tendu, très digeste. TB-.

Gevrey Ostrea : un peu plus d'épaisseur et de tannins mais on garde la patte tout en finesse de Trapet, belle longueur. TB.

Gevrey 1er cru Petite chapelle : plus mûr, on sent le climat plus solaire tout en gardant de la finesse, encore un cran au-dessus. TB+.

 

H. Gouges

NsG : gourmand, facile. TB-.

NsG 1er cru Porrets St Georges : un peu chaud au nez, plus frais en bouche, bien dans le style du stéréotype de NsG, puissant, tannique, pas trop mon truc. TB-.

NsG 1er cru Pruliers : style un peu plus tendu, mais les tannins sont encore trop présents à mon goût. A attendre, comme toujours avec le domaine. TB-.

NsG 1er cru Vaucrains : un peu plus boisé, mais on sent des tannins plus arrondis, beaux fruits noirs derrière, plus de finesse. TB.

 

Posté par tomy63 à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mugneret-Gibourg (Vosne-Romanée) ****

Visite au domaine pour une dégustation des 2016 sur fûts

 

Vosne-Romanée 2016 : (jeunes et vieilles vignes situées à côté du domaine, 25% fûts neufs. Le domaine ayant recours à 4 tonneliers différents, nous goûtons un pré-assemblage de plusieurs fûts) Robe rubis, nez marqué par un côté boisé/vanillé avec de beaux fruits rouges croquants, bouche, fraîche, fruitée, facile, pas un gros volume, tannins fins, assez gourmande avec son côté vanillé, finale un peu courte. B+.

NsG 1er cru Les Chaignots : (45% fûts neufs) Robe rubis, on retrouve ce côté gourmand un peu sucré/vanillé au nez, la bouche est plus tendue que dans le vin précédent avec une belle minéralité sous-jacente qui le rend plus long et plus intéressant. TB-.

 

Pas de Chambolle les Feusselottes en 2016 à cause du gel. Sur l'ensemble des cuvées le domaine a fait une demi récolte. Le millésime 2017 a enfin donné une quantité "normale" pour la première fois depuis 2009, il s'annonce plutôt qualitatif mais hétérogène pour le moment même s'il faudra attendre les malo pour avoir plus de certitudes.

mugneret caves

Ruchottes-Chambertin 2016 : (70% fûts neufs, vignes sur "Ruchottes du bas") Un peu plus coloré, quelques fruits noirs, toujours le côté vanillé, voire un peu caramélisé ici, bouche un peu plus concentrée, toujours des tannins très fins, c'est gourmand, facile, un peu sucré, pas spécialement plus long. TB-.

Clos-Vougeot 2016 : (vignes sur les "Montiotes hautes") nez encore un peu plus marqué par le caramel, bouche plus épaisse, toujours des tannins fins, suaves, ce qui semble être la signature du domaine, un peu moins sucrée et donc plus noble, avec un peu plus de longueur désormais. TB.

Echezeaux 2016 : (vignes sur "rouges du bas" et "quartiers de nuits") robe plus sombre, nez un peu fermé, l'élevage semble plus discret, mieux absorbé par une matière plus épaisse où on sent les faibles rendements, des tannins un peu plus marqués même si ça reste plutôt fin dans l'ensemble, probablement le plus long de la série. Pas le plus facile à goûter mais le meilleur potentiel. TB.

mugneret echezeaux

 

Au  final, si les vins étaient bons dans l'ensemble avec beaucoup de finesse, du fruit, de la fraîcheur, de la gourmandise, ils m'ont paru un cran en-dessous de ceux des "Grands" (Roumier, Rousseau,Dujac...) goûtés l'après-midi, notamment à cause d'élevages trop appuyés qui donnent un côté sucré voire très légèrement caramélisé aux vins. Il faudra bien sûr regoûter en bouteille, ce que nous n'avons pas pu faire, surtout quand on sait à quel point l'élevage peut ressortir ou s'estomper d'une semaine à l'autre tant que les vins sont en fûts.

 

 

FDGV 2015 : 

Mugneret-Gibourg Vosne 2013 : nez fruité et épicé, bouche tendue, fine, mais manque de matière et un peu courte. B+.

 

Posté par tomy63 à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]