16 février 2014

Gourt de Mautens - Jérôme Bressy (Rasteau) ****

Goûtés au Bon Cellier :

Rasteau blanc 2010 (IGP Vaucluse depuis peu) : le nez fait de suite penser à un champagne ou à une liqueur de champagne, avec des notes de pain grillé, de brioche, des fruits confits. La bouche présente une bonne matière, et une belle longueur sur les fruits confits. TB et très original. (+- 17,5/20).

Rasteau rouge 2007 : bouteille ouverte 12h à l'avance, vin très fruité, sur des fruits à l'eau de vie (prune, cerise). Puissant mais on ne sent pas du tout l'alcool, belle finale. TB. (+- 18/20).

Rasteau rouge 2009 : très différent du précédent, beaucoup de tertiaire au nez, des notes animales, cuir, étable, très étonnant. Bouche puissante, fruits cuits, et toujours du tertiaire, vin très sauvage mais très bien fait. On se demande ce qu'il va donner dans quelques années. TB aussi. (+- 18/20).

gourt

 

Soirée LPV Rhône 2 :  

8 - Gourt de Mautens - Rasteau 2006 : encore un vin bien noir, très marqué cassis lui aussi, un peu plus tannique que le précédent. La bouche est assez sucrée. Bonne longueur. Joli vin, mais difficile à accorder, et difficile aussi de passer derrière à cause du sucre. J'avais un peu mieux goûté 2007 et 2009.

 

Posté par tomy63 à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Julien Pilon (Condrieu) ***

Julien Pilon - Crozes-Hermitage blanc "cuvée Nuit blanche" 2012 (100% marsanne) : très beau nez d’agrumes, un peu de miel, bouche assez fruitée, manque un peu tension et longueur, mais c'est bien fait. B+.

St Joseph blanc 2012 "Un Dimanche à Lima" (roussanne et marsanne) : l’élevage en barrique se sent ici, un peu de bois au nez, bouche grasse, manque tension, un peu d'amertume. B-.

VdP des Collines Rhodaniennes Viognier "Mn Gd Père était limonadier" 2012 : (seul vin élevé en cuves, en 2010 Julien Pilon vinifiait dans le garage de son grand-père, qui était limonadier) nez frais, fruité, abricot, floral, classique, bouche fruitée, assez fraîche, simple mais efficace. B+.

VdP Collines Rhodaniennes Viognier Seyssuel "Frontière" 2012 : un peu de bois, bouche peu fruitée, grasse, manque tension, le vigneron lui-même ne semble pas totalement satisfait de cette cuvée, il voudrait faire ses Viogniers dans le style du Condrieu Lône, plus frais avec plus de minéralité. B-.

Condrieu "Lône" 2012 : on a le gras, pas de bois, beau fruité, notes florales, plus de profondeur et de complexité, plus long, reste frais, déjà prêt. Un vigneron à suivre... TB- (+- 16,5/20).

pilon

 

Bu lors de la soirée LPV Rhône 2 :

1 - Julien Pilon - "Mon Gd Père était limonadier" VdP Collines rhodaniennes 2012 : couleur assez claire, nez sur l'abricot, les fleurs blanches, un peu de litchi peut-être, violette. Bouche très florale, manque un peu de tension. Très légère amertume en finale. Longueur moyenne. Sympa là aussi.

 

Posté par tomy63 à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2014

Armand Rousseau (Gevrey-Chambertin) *****

Armand Rousseau - Gevrey-Chambertin 2006

Couleur : plutôt pâle, contours tuilés.

Nez : expressif, pinote beaucoup, fruits rouges, cerise, mûre, très légères notes de sous-bois et de fumée dans le fond.

Bouche : attaque vive, acidité mordante, beaucoup de fraîcheur, pas une grosse matière, tanins bien présents mais fins, plein de fruits (rouges et noirs). Pas super complexe, mais très gourmand. Le lendemain il semblait trop fluet, à ne pas carafer trop longtemps.

Finale : bonne longueur pour un village, grosse acidité qui fait saliver et donne envie d'y retourner.

Note : 17/20. Un très bon village, prêt à boire si l'on ne craint pas l'acidité.

P1050367

 

Posté par tomy63 à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2014

Weinbach - C. C. & L. Faller (Kaysersberg) *****

Weinbach - Furstentum GC Gewurztraminer 2008

Couleur : paille.

Nez : un peu fermé, même après quelques heures d'ouverture, notes terpéniques, pamplemousse, fruits jaunes, une petite pointe de litchi dans le fond. Mais on sent que le vin ne se livre pas complètement.

Bouche : attaque vive, puissante, minérale, grosse acidité qui équilibre bien les sucres (impression d'une cinquantaine de grammes), pas mal d'épices, toujours sur le pamplemousse, les agrumes, notes florales dans le fond. Pas une grosse matière, sans être fluet non plus.

Finale : très bonne longueur, fraîche et minérale, loin de la lourdeur rose/litchi de certains gewurz.

Note : 17,5/20. Très bon vin, malheureusement encore un peu sur la retenue, il devrait être excellent dans quelques années.

P1050360

 

Posté par tomy63 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 février 2014

Brooklyn Brewery (USA, NY) **

Brooklyn Brewery - Sorachi Ace 7,6% : saison avec du houblon sorachi ace. Couleur or pâle, mousse blanche abondante et épaisse. Le nez est citronné, sur les levures, quelques notes épicées. Bouche sèche, bonne amertume, beaucoup de levure, un côté "paic citron" un peu désagréable. Longueur moyenne, peu aromatique, sur l'amertume. Un peu décevante au final. Note : 14/20. (Notée 3,73 sur Ratebeer).

brooklyn

 

Posté par tomy63 à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 février 2014

Pithon-Paillé (Beaulieu-sur-Layon) ***

Pithon-Paillé - Anjou blanc "La Fresnaye" 2008 : couleur or, nez très expressif, fruité, sur le coing surtout, avec des notes de noisette et un peu de noix. Bouche vive, tendue, très fraîche, toujours pleine de fruits mûrs (coing), et un peu de noisette. Il lui manque juste un peu plus de matière. Finale de bonne longueur, fruitée, avec une bonne acidité. Très beau chenin, à son apogée. Note : 16,5/20.

pithon paille

 

Posté par tomy63 à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Clos de Mez (Fleurie) **

Clos de Mez - Fleurie "La Dot" 2010 : couleur assez sombre pour un beaujolais, nez peu expressif, sur les fruits rouges, un peu de mûre, et des notes vanillées. En bouche le vin ne se livre pas complètement non plus, bonne matière mais les tanins sont encore un peu raides, l'élevage un peu trop présent, le fruit en retrait, bonne acidité. Finale de bonne longueur. Un vin un peu trop jeune, mais avec un bon potentiel. Note : 15/20.

clos de mez

 

Posté par tomy63 à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2014

Château Lafite-Rothschild (Pauillac) *****

Visite du Château Lafite-Rothschild

lafite

P1050321

 

Rdv pris par mail environ 2 mois à l'avance. Les visites ne se font pas par groupes chez Lafite, nous sommes donc seuls avec le guide. On commence par un topo sur l'histoire du domaine et sur la famille Rothschild face aux vignes. Le domaine possède presque 120 hectares, avec une part très importante de cabernet sauvignon, un peu de merlot, de petit verdot et depuis peu quelques plants de Malbec. Les parcelles sont un peu plus éparpillées qu'à Pontet-Canet, avec notamment quelques vignes (4,5ha) sur la commune de Saint-Estèphe. Le domaine possède une dérogation qui lui permet d'intégrer ces raisins dans son vin d'AOC Pauillac.

P1050320

 

La visite continue avec les cuveries, un premier chai, une partie de la cave et des galeries souterraines. Les employés sont en train de finir le soutirage et le collage. La vinification est ici beaucoup plus classique que chez Pontet-Canet (vendanges en vert, taille des vignes, filtration, collage...) Le grand vin passe entièrement en barriques neuves 18 à 20 mois, le second vin "Les Carruades de Lafite" en barriques d'1 vin. Environ 300 000 bts de Lafite sont produites par an, 400 000 de Carruades, plus quelques-unes du 3e vin. Il y en aura évidemment bien moins en 2013 où les rendements sont tombés de 45hL/ha en moyenne à un peu plus de 30hL, soit encore moins qu'en 2003.

P1050325

P1050329

P1050332

 

Puis passage dans le grand chai, imaginé en 1985 par l'architecte Ricardo Bofill et inauguré en 1987. Un concert de musique classique y est donné une fois par an pour l'acoustique exceptionnel du lieu. A noter que depuis 3-4ans le domaine ne remplace plus les bouchons des bouteilles des particuliers à cause des trop nombreuses contrefaçons.

P1050333

1391797356984

 

La dégustation d'un Lafite 2001 se fait à l'intérieur du chai, à la lueur des bougies. C'est un millésime qui présente un bon "compromis" entre des vins qui seraient trop jeunes, et des vins plus vieux qui commencent à se faire rares. C'est aussi un millésime sous-estimé, bien plus abordable financièrement que 2000 par exemple, et qui commence à donner beaucoup de plaisir (alors que 2000 ne sera pas prêt avant 10-20ans).

Enfin la sortie du chai. L'achat n'est pas possible au château. Au final, une très belle visite d'une bonne heure. Comme pour Pontet-Canet, c'est un vrai privilège de pouvoir être accuielli de la sorte dans ces grandes propriétés (gratuitement là aussi).

1391797312106

 

Lafite-Rothschild 2001 : (près de 89% de cabernet sauvignon) couleur sombre, pas de traces d'évolution. Nez expressif, sur les fruits noirs (cassis surtout), le cèdre, très légèrement épicé, un peu de tabac aussi. Bouche d'une grande finesse, avec des tanins présents mais soyeux, pas de bois, une très belle acidité qui étire le vin. Sans être fluet le vin ne me semble pas non plus très épais. Finale très longue, très fraîche, fruitée. Un vin déjà excellent, pourtant pas encore tout à fait à son apogée. Il possède la fraîcheur qu'il manquait à Chevalier 2001 par exemple, la "tension" et la classe des grands cabernets sauvignons qu'il manquait à Latour et Mouton 2004, mais il joue moins sur la texture, il est par là plus proche d'un Margaux 2003 ou de Pontet-Canet 2007, des vins "en longueur". Le potentiel de garde est très élevé, il devrait être magnifique dans 15-20ans. Note : 18,5/20.

lafite r

 

Posté par tomy63 à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pontet-Canet (Pauillac) *****

Visite du domaine

P1050313

 

Rdv pris par téléphone presque 2 mois à l'avance. La visite se fait par petits groupes en général (7-8maximum), mais suite à un désistement nous nous retrouvons seuls avec la guide. Parfait, nous pouvons poser toutes nos questions ! On commence par une petite présentation historique du domaine et de la famille Tesseron. La personne habituellement chargée de faire les visites étant absente, nous devons laisser tomber la balade dans les vignes en Club car, ce n'est pas plus mal vu le froid. Nous avons quand même le droit à une présentation du vignoble (80 hectares, quasiment d'un seul tenant le long du château, les cabernets sauvignons sont majoritairement devant sur sols de graves, les merlots plutôt au fond sur sols argilo-calcaires), et à un topo sur la biodynamie.

1391797414736

 

Le domaine a commencé sa conversion en biodynamie en 2004, mais en 2007 à cause des mauvaises conditions climatiques et du mildiou quelques traitements non bio ont été faits. La période officielle de 3ans de conversion a donc dû recommencer pour s'achever en 2010. Quelques techniques marquantes (et différentes de Lafite), pas de vendanges en vert, les vignes ne sont pas rognées, sur 30% du vignoble pas de machines mais uniquement des chevaux (il en faudrait beaucoup plus pour pouvoir faire les 80 hectares), les machines (notamment pour que les chevaux puissent passer entre les vignes) ont été entièrement pensées et dessinées au domaine, 2 vaches viennent d'arriver (la bouse sert aux préparations bio). C'est là aussi loin d'être suffisant pour 80 hectares, mais le domaine tend à devenir une "entreprise autosuffisante". Ensuite pas de filtration ni de collage au blanc d'oef contrairement à Lafite.

Le domaine pense pouvoir progresser encore beaucoup au niveau du travail de la vigne, alors que tout ce qui était possible ou presque a été fait en ce qui concerne les méthodes de vinification.

Nous passons désormais dans les cuveries, ancienne (cuves bois) puis moderne (cuves béton).

P1050298

P1050300

P1050297

A l'étage, les tables de tri sur roulettes permettent de faire tomber les raisins directement dans les cuves de fermentation, le but étant qu'il y ait le moins d'intermédiaires et d'interventions possibles entre le raisin et la cuve puis le fût. Puis nous passons dans le chai, avec un côté pour les barriques bordelaises (225L) et l'autre pour les 100 nouvelles amphores jaunes (900L). Ces dernières permettent de laisser passer un peu d'air contrairement aux cuves inox par exemple, sans boiser le vin contrairement aux barriques neuves. La forme est étudiée pour qu'il n'y ait ni trop ni pas assez de lies au fond de l'amphore. A l'intérieur du béton, des graves ont été mises pour les amphores de Cabernet, du calcaire broyé pour celles de merlot. Le millésime 2012 contient 50% de vin élevé en amphore, de la barrique neuve et de la barrique d'1 vin.

A noter que la récolte 2013 a été très faible, à cause de la pluie surtout. Le domaine est plutôt satisfait des premiers résultats au niveau qualitatif, mais il ne faut pas s'attendre au millésime du siècle sur Bordeaux en général.

P1050302

1391797394550

 

Après les chais, passage rapide dans la cave souterraine, puis la dégutation du grand vin sur 2007, millésime "accessible" en ce moment. L'achat au domaine est possible si l'on y tient vraiment à prix caviste "normal" (nous n'avons pas demandé les prix exacts)  depuis quelques années, mais c'est surtout pour les étrangers qui auraient du mal à trouver du vin chez eux, bien plus que pour les visiteurs français. Au final la visite aura duré une bonne heure, l'accueil était plus que satisfaisant, un très beau moment. Merci au domaine de permettre ce genre de visites, entièrement gratuites qui plus est.

P1050310

 

Pontet-Canet 2007 : (bouteille débouchée au moment de la dégustation) couleur assez sombre, pas encore évoluée, nez très expressif, sur les fruits rouges et noirs, assez classique, pas encore de notes tertiaires. La bouche est très fruitée, légèrement épicée, vive, avec une belle acidité, les tanins sont présents mais pas du tout agressifs. Bonne puissance, mais de la finesse en même temps. Finale de bonne longueur, fraîche. Si on doit trouver un défaut, il n'a pas la complexité de Lafite 2001 bu juste après mais c'est un vin encore très jeune et sur une année plus compliquée. Très convaincant, surtout pour un "petit millésime", bien plus que le 1990. Note : 17,5/20.

 

 

 

Pontet-Canet - Pauillac 1990

Couleur : grenat, reflets tuilés. Légèrement évoluée.

Nez : bouteille ouverte 8h à l'avance (sans carafe). C'est expressif, pas vraiment austère, avec des arômes assez classiques de tabac, de bois, de cacao et un peu de terre. Un tout petit peu de fruits noirs également. Très bien, la meilleure partie du vin.

Bouche : on retrouve les arômes du nez, c'est expressif, mais le vin manque d'acidité. Du coup il manque de fraîcheur et il manque une trame pour soutenir le vin, surtout qu'il manque de puissance. Le fait de passer derrière un Teroldego 2009 de Foradori ne l'a pas aidé, le Pontet-Canet étant moins fruité, moins frais, moins acide et moins puissant. C'était un tout petit peu mieux avec le second verre et le lendemain. Mais j'ai vraiment eu l'impression d'un vin sur sa fin. Sinon les tannins sont bien fondus, la matière est correcte.

Finale : longueur moyenne, manque d'acidité, sur le tertiaire, très peu de fruit.

Note : 15,5/20 Le nez était très bien, la bouche a manqué d'acidité et de puissance. Un vin sur sa fin. On pouvait s'y attendre en voyant le prix si peu élevé pour un 1990.

chateau_pontet_canet_1990

 

Posté par tomy63 à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vieux Télégraphe (Bédarrides) ****

Vieux Telegraphe - Chateauneuf du Pape 2008 : (65% grenache, 15% mourvèdre, 15% syrah, ...) couleur entre rubis et grenat, nez très expressif, sur la cerise, un côté compoté, un peu de caramel, pruneau ?, très gourmand. Bouche très puissante, voire un peu alcooleuse en finale, très légèrement épicée, encore un fruit très compoté, presque trop, mais une bonne acidité l'empêche de tomber dans la lourdeur. Tanins présents mais assez fins, un peu fluet. Bonne longueur. Moins convaincant que Charvin 2008. Note : 16/20.

vieux tel

 

Posté par tomy63 à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]