15 juin 2015

Visite Château Tertre Roteboeuf *****

Rdv pris par mail il y a 2 mois, les visites pour les particuliers ne sont pas courantes mais sont néanmoins possibles si l'on accepte de se "greffer" sur un groupe de professionnels. Pas de vente. Après une petite mésentente avec la secrétaire sur l'horaire, je suis invité à patienter dans le salon en attendant que Nina Mitjavile, la fille de François, ne revienne avec un groupe suédois puis un peu plus tard avec un second groupe français. C'est l'occasion d'aller admirer le point de vue et de prendre quelques photos. La visite est particulière, moitié en français, moitié en anglais... mais tout se fait dans la bonne humeur ; ici on prend son temps, près de 3h de discussion et de dégustation.

 

P1060235

La maison familiale, très sobre par rapport à Pavie. Le premier millésime est 1978 pour le Tertre. Puis le domaine a souhaité s'aggrandir, mais n'a pas trouvé de belles vignes en pente accessibles sur Saint-Emilion d'où l'achat du Roc de Cambes en Côtes de Bourg à la fin des années 1980, ainsi que du domaine de Cambes, partie plate du Roc qui n'entre pas entièrement dans l'air d'appellation Côtes de Bourg, d'où l'AOC Bordeaux. Le travail et les moyens mis en oeuvre au Roc sont exactement les mêmes qu'au Tertre.

 

P1060231

Les vignes du domaine, seulement 5 hectares, sur les pentes sud de Saint-Emilion. Au fond à droite on aperçoit l'église de Saint-Laurent des Combes. C'est un endroit privilégié de l'appellation, qui permet d'avoir beaucoup de soleil mais aussi de la fraîcheur. Les sols sont argilo-calcaires, avec environ 80% de merlot, 20% de cabernet franc. Ce qui caractérise le Tertre Roteboeuf c'est la recherche d'une haute maturité, toujours à la limite de la surmaturité, pour avoir des vins très fruités et gourmands. Tous les choix qui sont faits à la vigne ou au chai en découlent. Les vendanges se font très rapidement, en une journée généralement, pour cueillir exactement le jour où la maturité souhaitée est atteinte, mais aussi parce qu'il n'y a qu'une seule parcelle ici alors que les autres domaines ramassent parcelles par parcelles sur plusieurs semaines parfois.

 

P1060242

Dans les vignes, on fauche (on ne désherbe pas) un rang sur deux pour laisser de quoi se cacher aux insectes. On utilise ensuite la taille de l'herbe pour absorber plus ou moins d'eau selon le temps. C'est une des rares propriétés du secteur à ne pas utiliser la taille Guyot. Les vignes sont enfoncées plus profondément dans le sol qu'ailleurs. Selon Nina Mitjavile 95% du travail se fait à la vigne, qui doit être cultivée comme un jardin. 5 employés y travaillent, chacun sur un hectare. Tous aident au chai lorsqu'il y a besoin, mais "il n'y a pas assez de travail pour y prendre un employé à temps plein".

 

P1060246

Les fûts du millésime 2014, 70 barriques de 225L. Dans le chai, la température est élevée pour que les vins "travaillent" constamment, alors qu'ailleurs ils sont "en pause" tout l'hiver. De plus, la durée d'élevage est particulièrement longue, elle peut durer plus de 2ans. A la mise en bouteille les vins doivent être prêts à boire, commencer à développer des arômes tertiaires pour ensuite ne pas connaître de phases de fermeture.

 

P1060248

Les cuves de fermentation et quelques-uns des fûts de 2013, seulement 35 barriques à cause de fortes pluies au moment de la floraison ! Pas de parcellaires au domaine, tout est assemblé dans un seul vin dès le départ. Lors de la macération, il n'y a que des remontages, pas de bâtonnages ou de pigeages pour garder la pureté du fruit. Les malo se font en barriques.

  

P1060249

Un seul type de fût au Tertre Roteboeuf, uniquement du 100% neuf, ce qui permet d'éviter toute "cacophonie" qu'apporteraient des fûts divers, mais aussi d'avoir une relation privilégiée avec le distributeur qui garde ses meilleurs bois pour le domaine.

 

La dégustation :

Tertre 2014 : couleur grenat, bien moins sombre que Pavie (un peu plus que La Conseillante), nez sur les fruits rouges très mûrs, confiturés, un peu de cassis, et dans le fond un côté légèrement désagréable, d’épices apporté par l’élevage ? La bouche est superbe, assez puissante, très bonne matière, de la fraîcheur, de la tension, des tannins déjà soyeux, la longueur est au rendez-vous. Très prometteur. TB.

Tertre 2013 : (seulement 35 barriques contre 70 en 2014 à cause de fortes pluies, embouteillage prévu bientôt mais aucune n’a encore été déterminée). Couleur un peu plus claire, nez de fruits rouges très mûrs, confiturés, un côté caramel lié à l’élevage, bouche plus légère que 2014, tannins très soyeux, beaucoup de fruits et de gourmandise, un petit côté sucré, un peu moins d’acidité que 2014, finale plus courte. TB-.

Tertre 2012 en bouteille : plus sombre que 13, fruits très mûrs caractéristiques de la maison, noirs et rouges ici, un peu de menthol et de réglisse. Bouche plus vive, plus acide et plus tannique que le 2013 même si ça reste fin, plus de longueur. Déjà excellent en l’état. TB+.

Tertre 2004 en 1/2bt : robe très légèrement évoluée, nez assez chaud, partant sur le tertiaire, sous-bois notamment, fruits noirs. La bouche est sublime, différente du nez, très vive et fraîche, des tannins présents mais très fins comme sur 2012, toujours du fruit mûr, très belle longueur. TB.

Domaine de Cambes 2013 (prélevé sur fût) : couleur et nez pas trop éloignés de Tertre 2013, avec des fruits rouges confiturés, côté caramel un peu moins prononcé. La bouche a un peu moins de matière, mais un peu plus d’acidité et de tannins donc plus de fraîcheur mais un peu moins de gourmandise. Au moins aussi long que Tertre 2013. Une belle réussite. TB-.

Roc de Cambes 2014 : plus sombre que les 2013, très mûr là encore, plus sur les fruits noirs (cassis, mûre). Tannins à peine plus présents que sur Tertre 2014, peut-être un peu moins de longueur, mais pas une grosse différence non plus en l’état. Encore un futur très beau vin. TB.

Bref, tout est bon, fruité, gourmand avec des tannins soyeux, que ce soit au Tertre ou au Roc. Je m'attendais à une telle excellence des vins du Tertre mais je suis particulièrement surpris de voir Roc et Domaine de Cambes à un tel niveau, qui en font de très bons rapports q/p. Un grand merci au domaine et à Nina Mitjavile pour l'accueil chaleureux.

tertre

 

Domaine de Cambes 2013 : regoûté en bouteille, toujours beaucoup de fruit, cerise surtout, élevage très bien intégré, tannins encore un peu trop présents peut-être en l'état mais ils sont de bonne qualité, jamais asséchants. TB-.

 

Posté par tomy63 à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Visite Château La Conseillante ****

Rdv pris par téléphone environ 2 mois à l'avance, visite gratuite et personnelle d'environ 1h avec dégustation du millésime en cours d'élevage. Pas de vente. Accueil très agréable et compétent, toutes nos questions ont trouvé réponse.

P1060172

P1060173

Le nom La Conseillante vient de Catherine Conseillant, propriétaire du domaine avant la famille Nicolas. Le domaine appartient à cette famille depuis 5 générations maintenant, avec en plus Jean-Michel Laporte directeur depuis 2004 et Michel Rolland consultant depuis 2013.

 

P1060197

Les 18 parcelles de La Conseillante, réparties sur 12 hectares autour du château, 80% merlot sur sols à dominante d'argiles, 20% cabernet franc sur sols de graves, sous-sols d'argiles rouges ou "crasse de fer". Elles sont vinifiées séparément avant l'assemblage au printemps, peu avant les primeurs. Depuis 2007, ce qui n'est pas gardé pour le premier vin entre dans le second vin, Duo de Conseillante.

   

P1060181

Le nouveau cuvier avec ses 22 cuves bétons revêtues de résine époxy, utilisé pour la première fois sur le millésime 2012. La macération se fait sur plusieurs semaines, mais seulement avec des remontages, pas de batonnage ni de pigeage, pour une extraction "naturelle". Les "malo" se font directement en cuves ici, et non pas en barriques, peu après la fermentation alcoolique.

 

P1060188

Les fûts vides de 2013, tout juste embouteillé. Les fûts de 2014 sont dans la pièce de droite. Ici 2014 est présenté comme un très bon millésime, bien au-dessus de 2013, même s’il n’est pas non plus au niveau de 2010.

  

P1060190

De la salle de dégustation, vue sur Cheval Blanc, La Dominique tout à gauche...

P1060193

L'Evangile,

P1060194

 et Pétrus.

 

 

Château La Conseillante - Pomerol 2014 : (78% merlot, 22% Cabernet Franc, 75% de barriques neuves pour 18mois normalement) même vin que celui présenté lors des primeurs, couleur assez claire, nez très fruité, cassis, petits fruits rouges, violette (influence de l’étiquette ?) frais, pas de bois resenti, bouche très légère, fruitée, avec beaucoup de fraîcheur et d’acidité, des tannins de bonne qualité déjà bien intégrés, manque un peu de complexité en l’état bien sûr mais aussi d’un peu de matière. Finale de bonne longueur, bien étirée par l’acidité. Un style tout en finesse et sur le fruit, très facile. TB-.

la conseillante

 

Plus d'informations sur le site du château : http://www.la-conseillante.com/

 

Posté par tomy63 à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2015

RVF Millésime 2014

Résumé du dernier numéro de la RVF sur le millésime 2014

Dans l’ensemble, 2014 est un millésime tardif, qui s’annonçait mal jusqu’à la mi-août mais qui finalement ne s’en est pas si mal tiré grâce au beau temps de la fin-août et du mois de septembre. Les vins se caractérisent souvent par de la fraîcheur, beaucoup de fruit mais un manque de profondeur, donc des vins à boire rapidement, non taillés pour la garde. La Loire est le grand vainqueur du millésime. A noter, la présence de drosophiles qui ont perturbé les récoltes dans la plupart des régions.

Alsace 

Millésime moyen, petite récolte à cause des drosophiles notamment. Les rieslings secs, sylvaners et pinots blancs s’en sortent un peu mieux. Les vins sont dans l’ensemble très frais, avec beaucoup de tension mais peu d’épaisseur. Pas de grosses surprises, meilleures notes (sur les échantillons dégustés par la RVF) chez Boxler avec la Sommerberg E, et chez Mann pour son Schlossberg.

 

Beaujolais 

Plutôt un bon millésime, surtout à Fleurie, Moulin-à-Vent et Côte-de-Brouilly (plus hétérogène sur Morgon), avec de la fraîcheur mais quand même un peu de matière. Tirent leur épingle du jeu :

Côte-de-Brouilly : Thivin, Laforest, Martray.

Fleurie : Vissoux, Villa Ponciago.

Morgon : Ch. Des Jacques, Dne des Marrans, Lucien Lardy.

MàV : Nadia et T. Janin cuvée « Domaine de l’Iris », Gérard Charvet, Le Nid-Famille Lardet.

 

Bordeaux 

Grâce à l’ensoleillement de septembre, le millésime est assez bon, mieux que 2013 en tout cas, notamment dans le Médoc, les Graves et le Sauternais. Plus compliqué en rive droite. En liquoreux Coutet, Fargues et Yquem obtiennent un 20/20, en rouge Haut-Bailly, Las Cases et Ducru-Beaucaillou côtoient ou dépassent les 1eGCC. En blanc sec, Smith Haut Lafitte est en tête.

 

Bourgogne 

La quantité est enfin présente après deux années (2012, 2013) de rendements très faibles. Les peaux sont arrivées à maturité sans que le degré d’alcool ne monte très haut, ce qui donne des vins mûrs, solides, sans le gras des années riches. Le millésime devrait être bon à très bon. En rouge NsG, Gevrey et Chambolle sont les appellations les plus prometteuses, les blancs de la Côte de Beaune s’en tirent bien aussi. Sans surprises, meilleures notes en rouge pour la Romanée Conti et les Musignys de Roumier et La Vougeraie. En blanc pour le Montrachet des Comtes Lafon et le Chevalier-Montrachet de Sauzet.

 

Champagne 

Très bons chardonnays légers et frais qui annoncent des blancs de blancs millésimés. C’est plus compliqué pour les pinots noir et meunier.

 

Corse

Belle année pour les vins rouges. Plus difficile en blanc.

 

Jura 

La catastrophe s’annonçait, notamment à cause des drosophiles, au final le millésime devrait quand même être bon, en blanc comme en rouge sur les trousseau et les pinots. Plus compliqué pour le poulsard.

 

Languedoc 

Beaucoup de fraîcheur, comme en 2012 et 2013, mais pas la même concentration qu’en 2013 malheureusement. Des vins frais, fruités, mais non taillés pour la garde. Corbières, Faugères, Pézenas, St-Chinian semblent au-dessus du lot. Les producteurs qui s’en sortent le mieux : La Baronne, Les Aurelles, L’Ermitage du Pic St Loup, Aupilhac.

 

Loire 

Une grande année s’annonce, comparée à 2010. De la fraîcheur et de la concentration en rouge, en blanc sec ou demi-sec (sauvignon ou chenin) mais peu de liquoreux. Pas très hauts en alcool, les vins se livreront assez vite, avec beaucoup de fruit, mais pourront aussi se garder. En haut du panier, beaucoup de producteurs connus et quelques petits nouveaux :

Fiefs Vendéens blancs : St Nicolas.

Muscadet : Pépière, Luneau-Papin.

Savennières : Domaine aux moines « roche aux moines ».

Saumur-Champigny : Rougeard, Roches Neuves.

Saumur blancs : Chevré « Ecotards », Roches Neuves « Clos romans ».

Bourgueil : Amirault, Bel Air, Chevalerie, Ouches, Aurélien Revillot.

Montlouis : Chidaine, Grange Tiphaine, Taille aux loups, F. Saumon.

Vouvray : Huet, Chidaine « clos baudoin ».

Jasnières : Bellivière.

Menetou-Salon blancs : Pellé, La clef du récit.

Sancerre : Boulay, Pinard, Mellot, Domaine du Pré Semelé.

Auvergne rouge : St Verny « basalte », et Yvan Bernard « Boudes ».

Côtes du Forez : F. Reumont, Verdier-Logel.

St Pourçain : Bérioles, Les terres d’ocre.

 

Provence 

Des vins sur le fruit là aussi, millésime plutôt moyen même si comme partout les bons producteurs s'en sortent toujours.

 

Rhône 

Millésime moyen, vins frais et légers, un peu comme 2008. Le Nord s’en sort mieux que le sud. Les Condrieu seront fins avec une bonne acidité.

 

Roussillon 

Bons vins rouges, fruités et mûrs et d’excellents VdN. En rouge Gauby, Matassa et Olivier Pithon en tête. Les Soulanes et les habitués en VdN.

 

Savoie

Récolte faible à cause des drosophiles. Mais de bonnes mondeuses en rouge, sur Arbin notamment, et de bonnes roussettes en blanc, sur Marestel surtout.

Mondeuses : Fils Charles Trosset, Fabien Trosset, Cellier de la Baraterie-Julien Vianon.

Roussettes : Cave du Prieuré Raymond Barlet.

 

Sud-Ouest 

Des rouges corrects, légers et sur le fruit, un peu mieux que 2013. En blanc de belles acidités en sec ou en liquoreux qui devraient donner un bon millésime sur Bergerac, Jurançon et Irouléguy en sec, Jurançon et Monbazillac en liquoreux. A suivre :

Rouges : Cosse Maisonneuve, Clos d’un jour.

Blancs : Arretxea, Plageoles « verdanel » en sec, Rotier, Clos Thou, Bru-Baché en liquoreux.

 

Posté par tomy63 à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2015

Salon In Vin Bio Veritas 3

in vin bio

 

Aquila del Torre

At Friulano DOC Colli orientali del Friuli 2013 : (100% friulano) blanc fruité, vif, pas très gras, simple et facile, léger manque de tension par rapport aux suivants. B+.

Vit dai Maz Sauvignon 2013 : sauvignon très tendu, sur les agrumes, le pamplemousse, finale très longue et salivante. TB+.

Oasi Picolit 2012 : (100% picolit) vin très gras, avec beaucoup de matière, du miel, de l’abricot, notes florales, très légère sensation sucrée (5gr ?), garde une bonne fraîcheur, finale très longue, opulente. Bravo Riccardo. TB+.

At Refosco 2011 : (100% refosco) rouge qui ressemble un peu à certaines mondeuses, sur les fruits noirs, beaucoup de poivre, peut-être un peu trop, assez frais, tanins présents mais bien intégrés. B.

Solsire 2011 : (90% Refosco, 10% merlot) toujours sur les fruits noirs, plus de matière et de rondeur que le précédent, moins de poivre, tannins plus soyeux. TB.

Picolit 2012 (passito) : (168gr SR, raisins séchés sur paille 3 mois, bu en off) belle robe dorée, nez mielleux, sur les fruits jaunes, les épices, le menthol. Bouche épaisse, concentrée, mielleuse, assez puissante et épicée, reste assez fraîche grâce à une acidité correcte, même s'il en manque peut-être un peu, et par ses arômes légèrement mentholés. Finale longue. Il me rappelle le Traminer de Feiler-Artinger. Parfait sur du bleu. TB.

aquila del torre

 

Tenuta La Novella

Chianti Classico Casa di Colombo 2010 : (85% sangiovese, 15% merlot) assez puissant, épicé, fruits noirs confiturés. TB-.

2011 : (100% sangiovese) nez réduit, un peu plus d’acidité que dans le 2010, plus frais peut-être, assez bonne longueur mais moins fruité et moins gourmand en l’état. B+.

Chianti Riserva 2009 : très grosse matière, tannins présents mais de bonne qualité, bon potentiel mais à attendre impérativement. TB-.

IGT Toscana Pian del Sarti 2011 : (90% syrah, 10% Cab.Sauvignon) là aussi très grosse matière, plus de poivre et de fraîcheur que dans le précédent, tannins encore très présents. Gros potentiel aussi mais à attendre impérativement. TB.

la novella

 

Louis Sipp

Riesling Steinacker 2014 : bonne tension, un côté litchi, fait plus gewurz que riesling. B+.

Riesling Kirchberg de Ribeauvillé 2009 : très marqué par le pétrole et la résine, un peu trop à mon goût, belle fraîcheur pour 2009. Finale longue. TB-.

Riesling Osterberg 2010 : très tendu, sec, citronné, encore plus long et plus salin que le Kirchberg. TB+.

Pinot gris Nature’s 2010 : assez exotique, avec du coing aussi, manque un peu de tension derrière Osterberg, équilibre demi-sec. B.

Gewurz Nature’s 2012 : demi-sec, épicé, marqué par le litchi et la rose sans être trop caricatural non plus. B.

Gewurz Osterberg 2010 : très litchi, entre demi sec et moelleux, manque un peu de tension. B+.

Crémant rosé : (100% pinot noir) 5gr SR, gourmand et très vineux, un peu trop dosé à mon goût, manque un peu de fraîcheur. B.

 

Bois-Brinçon

Anjou blanc Terres de grès 2012 : nez un peu grillé (pierre à fusil ?), bouche vive, minérale, citronnée, finale un peu trop amère. B.

Layon Faye d’Anjou Les Varennes 2014 : comme en 2011 un beau liquoreux, exotique, sur l’ananas, le miel, qui reste frais grâce à une bonne acidité. Manque un peu de longueur pour être parfait. TB-.

 

Clément Baraut

Herbes folles Vin de table 2014 : (100% chenin) vin nature, qui tire sur l’oxydatif avec beaucoup de pommes blettes, trop à mon goût, mais bonne tension. B-.

Savennières Les petites coulées 2013 : nez sur la pomme blette, la colle ?, mieux en bouche, plus de matière que le précédent, tendu aussi, aromatique sur la pomme blette là aussi. B-.

Bonnezeaux Carpe Diem 2013 : belle robe dorée, nez très miellée, fruits jaunes, pomme blette dans le fond, bouche très concentrée, gourmande, un peu exotique, mais manque de tension. B.

clement baraut

 

Philippe Delesvaux

Anjou Feuille d’or 2013 : (malo faite contrairement à 11 et 12) le vin tire légèrement sur l’oxydatif, un peu de noix, très différent de 11 et 12, moins à mon goût. B-.

Anjou Authentique 2013 : plus tendu que le précédent, tire encore plus sur l’oxydatif. B-.

St Aubin Les clos 2011 : beaucoup de fruits jaunes, ananas, coing, sucres bien équilibrés par l’acidité, bonne longueur. TB.

 

Mikaël Bouges

Côt Hauts AOC Touraine 2013 : (100% côt) fruits rouges, noyau de cerise, poivre, semble peu soufré, tanins un peu secs en finale. B.

Aigues vives 2010 : (côt) très grosse matière, sur les fruits noirs, poivre, tannins encore trop présents, finale longue et fraîche. Plutôt bien fait mais j’ai du mal avec le côt… B+.

Petit cormier 2010 : (cabernet franc) fruits noirs, notes florales, un peu de poivron, plus frais encore que le côt, un peu moins de matière. B+.

La Benjamine NM : (100% chenin, moelleux) moelleux frais, gourmand, pas trop sucré (50gr ?), miel, noisette, manque un poil de longueur. Pas forcément meilleur que les rouges, mais plus dans mon style. TB-.

 

Philippe Gilbert

Menetou-Salon blanc 2013 : bonne vivacité, beaucoup d’agrumes, reste assez simple et facile. B+.

Blanc Renardières 2012 : rendements très faibles sur 2012, ce qui a donné de beaux vins avec beaucoup de matière, plus de tension que le précédent, épais, brioché, long. TB-.

Rosé 2014 : toujours le même rosé que j’avais adoré sur 2012, vinifié comme un blanc, avec de la tension, des agrumes, de la framboise, assez long pour un rosé. TB-.

Rouge 2012 : les faibles rendement ont donné un vin puissant, épicé, avec une bonne matière pour l’entrée de gamme du domaine, plus de longueur que dans le 2010. TB-.

Rouge Renardières 2012 : très fruité, beaucoup de fruits rouges, moins puissant et épicé que le précédent, tannins bien fondus, beaucoup de finesse, du niveau de beaux bourgognes. TB.

 

Bertrand (et Axelle) Machard de Gramont

Bourgogne Grands chaillots 2013 : pleint de petits fruits rouges, de griotte, de framboise, frais et gouleyant, léger manque de matière par rapport aux suivants. B+.

NsG Terrasses de Vallerots 2013 : gouleyant aussi, dans un style fruité et fin, bonne acidité, un peu plus de matière que le précédent. TB-.

2011 : un peu plus chaud, plus sombre, légèrement grillé, manque de fraîcheur. B-.

NsG Aux Allots 2013 : on retrouve les petits fruits rouges et la fraîcheur des 2013, un peu plus tannique que Vallerots même si on reste sur des vins en finesse. Plus de longueur aussi. TB.

machard de gramont

 

Les Déplaude de Tartaras

Poussières d'étoile IGP Collines rhodaniennes 2014 : (viognier et chardonnay) le viognier domine, abricot, notes florales, assez gras, mais bonne acidité pour du viognier. TB-.

Hop là 2013 : (gamay) gamay classique, léger, fruité, frais, manque un peu de matière. B.

Ciel d'orage 2014 : (gamay, pinot noir, syrah) bonne matière ici, vin léger, gouleyant, fruits rouges, poivre, tanins bien fondus. B+.

Tout compte fait 2014 : (pinot noir, 10% syrah) bonne matière aussi, tannins plus ronds encore, moins de poivre, plus de fruits rouges, frais et gouleyant. TB-.

La Chanse 2013 : très poivré, fruits rouges et violette, moins de matière que le précédent, tannins un peu secs en finale. B.

déplaude

 

Eric Texier

Brézème blanc 2014 : frais, tendu, manque un peu de fruit et de gourmandise, légère amertume en finale. B-.

Brézème vieille roussette 2013 : brioché, miel, beaucoup de matière, pas l’amertume du précédent, assez long, mais peu de fruit et de gourmandise en l’état, un vin de gastronomie. B.

St Julien en St Alban Vieille marsanne 2013 : plus vif en attaque que le précédent, toujours brioché et très épais, un petit côté pomme blette, peu soufré, comme le précédent peu gourmand en l’état sans accompagnement. B+.

eric texier

 

Clos de l’anhel

Lolo de l’Anhel 2014 : nez sur le cacao, et un arôme étrange qui me fait penser à de la paille. Bouche fraîche, bonne acidité, fruitée et gouleyante, manque de matière. B-.

Les terrassettes 2014 : (60% carignan) paille et cacao aussi, plus de matière que les Lolo, frais aussi, tannins un peu raides en finale. B.

Les dimanches 2013 : nez un peu réduit, mieux en bouche, notes de garrigue, fruits noirs confiturés, violette, tannins encore présents, plus de longueur que le précédent. B+.

L’envie VdF 2013 : (100% syrah) grosse matière, fruits noirs confiturés, poivre, frais et long, tannins encore bien présents mais de qualité, à attendre mais gros potentiel. TB.

clos de l'anhel

 

Philippe Modat

De ci de là 2014 : (carignan blanc, maccabeu, grenache blanc et gris) très vif, belle tension emmenée par le carignan blanc, et en même temps beaucoup de fruits, poire, pêche, agrumes, fenouil, notes florales, long. TB.

Rosé St Martin 2013 : (1an d’élevage) robe foncée, plus rouge clair que rosé mais peu de tannins, vif, fruité et épicé. B.

Petit modat’mour 2014 : très léger, fruité, gouleyant, peu tannique, frais, facile à boire. B+.

Comme avant 2012 : (syrah, grenache, carignan) assez léger et peu tannique, mais un peu plus que le Modat’Mour, épicé, un côté cacao, gourmand grâce à des tannins soyeux. TB-.

Sans plus attendre 2011 : fruits confiturés, plus épicé, plus tannique, même si les tannins sont de qualité, à attendre encore un peu, devrait être excellent dans quelques années. TB.

modat

 

Les Eminades

Cebenna 2013 : (syrah, grenache, mourvèdre) assez fin, quelques fruits noirs, moins expressif que le suivant, un peu moins de longueur aussi. B.

Sortilège 2012 : (70% syrah) très expressif, fruits noirs confiturés, cassis, mûre, quelques épices, gourmand mais pas écoeurant. TB.

Vieilles canailles 2012 : plus tannique, plus long, mais moins gourmand et moins expressif en l’état, à attendre un peu. B+.

 

Domaine de Sabbat

Premier 2013 : pas mal de réduction, assez épicé et puissant, trop pour une entrée de gamme qui se veut facile à boire. B-.

100% Grenache 2012 : tannique, brioché, grosse matière, fruits rouges et noirs, un peu trop raide en l’état, à attendre un peu. B.

Rivesaltes grenat 2012 : vin muté plein de cacao, de fruits rouges confiturés, tannins présents mais bien arrondis, belle longueur. TB.

 

Tous les vins (ou presque) sont disponibles ici : http://www.levertetlevin.com/

 

 

Les offs :

Pavie-Macquin - St Emilion 2002 : vin encore jeune, robe peu évolué, nez fruité, cassis, fruits rouges, réglisse, quelques notes florales, bouche très fine, fraîche, avec une assez bonne matière et des tannins soyeux. Bonne longueur. TB+.

Clos Puy Arnaud - Castillon 2006 : vin encore un peu jeune, mais très fruité, dominante fruits rouges, avec une très belle trame acide, assez long, pas une grosse complexité en l'état, mais prometteur. TB.

Chasse-Spleen - Moulis en Médoc 1995 : vin évolué, légèrement tuilé, nez sur le sous-bois, le tabac, quelques fruits noirs, bouche un peu sèche, pas une grosse matière, bonne longueur cependant. B.

Lynch-Bages - blanc 2001 : robe dorée, nez oxydatif avec pas mal de noix, un peu de miel et de pain grillé, manque un peu de fraîcheur. Pas mon style. B-.

Vincent Pinard - Sancerre Grand Chemarin 2011 : vin encore bien jeune mais déjà agréable, très tendu, beaucoup de citron et d'agrumes, notes florales, très long, à attendre pour plus de complexité. TB.

Bruno Clavelier - Vosne-Romanée Hautes Maizières 2009 : robe assez claire, nez fruité, fraise, fruits rouges, peu soufré. Bouche toute en finesse, portée par une belle acidité, beaucoup de fraîcheur pour 2009, quelques notes florales, manque un peu de longueur même si ça reste plus que correct pour un villages. TB.

Méo-Camuzet - Vosne-Romanée Aux Brulées 2004 : robe légèrement évolué, nez à la fois légèrement tertiaire, sous-bois, cuir mais aussi du fruit, fraise, mûre, cerise... Bonne matière en bouche, belle acidité, la longueur est là. Proche du 1998 bu récemment, mais un peu moins de puissance et de longueur ici. Ca reste excellent pour du 2004. TB+.

Domaine Uby - Côtes de Gascogne n°4 gros et petit manseng 201? : nez expressif et exotique, ananas, fruits de la passion, bouche vive en attaque, pas trop sucrée (50gr ?), reste assez fraîche, facile à boire, manque un peu de longueur. B.

Domaine de la croix d’or - St Pourçain rouge 201? : pas grand chose au nez, bouche légère, piquante, amère, presque imbuvable. Moyen-.

Alain Paret - St Joseph Les 40 Nuits 2010 : robe sombre, le nez a besoin d'un peu de temps pour s'ouvrir, beaucoup de fruits noirs, puis très poivré après un peu d'ouverture, léger boisé. Bouche puissante, épicée, très fraîche, portée une belle acidité, bonne longueur. Déjà bon en l'état mais peut être attendu sereinement. TB.

Clusel-Roch - Côte-Rôtie Viallière 2012 : fin, belle matière, frais, légèrement poivré. TB.

Bellenda - Sei Uno spumante brut Conegliano Valdobbiadene DOCG : (100% glera) effervescent frais, facile à boire, fruité, manquant un peu de minéralité. B+.

Michel Couvreur Whisky Auld blossoming sherry 45% bt n° 735 : couleur ambrée, nez expressif, sur le chocolat, les fruits secs, un peu de tabac. Bouche de bonne ampleur pour 45%, pas trop sèche, sur les arômes du nez, assez bonne longueur. Très beau whisky. Note : 87/100. (Noté 88 par Serge).

 

Posté par tomy63 à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2015

Jean-Louis Chave (Mauves) *****

JL Chave sélection (négoce) Côtes du Rhône "Mon Coeur" 2010

Couleur : grenat.

Nez : beaucoup de réduction à l'ouverture, il a besoin de plusieurs heures de carafe pour s'améliorer. C'était même mieux le lendemain, mais le nez n'a jamais été très expressif. Un peu de fruits noirs et d'épices dans le fond.

Bouche : puissante, un peu alcooleuse, sinon les tannins sont présents mais assez fins, notes de fruits noirs, d'épices, assez frais cependant.

Finale : longueur moyenne.

Note : 14/20. Entrée de gamme correcte mais pas plus.

P1030414

 

 Un reportage intéressant sur le domaine ici : http://blog.cavesa.ch/index.php/2009/01/25/173561-jean-louis-chave-des-racines-et-des-reves

 

 

Jean-Louis Chave - Hermitage Blanc 2008 : difficile de passer derrière le Richebourg DRC, mais on change évidemment de style. Robe dorée, nez miellé, beurré, me fait penser à un chardonnay, beaucoup de fruits jaunes. Bouche puissante, tendue, citronnée, miel, fruits jaunes, grosse matière. Finale de très bonne longueur. Superbe vin. Note : 18/20.

chave

 

Posté par tomy63 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 mai 2015

D'Auvenay (Meursault) ******

D'Auvenay (= Lalou Bize-Leroy) Meursault 1er Cru Les Gouttes d'or 2004 : couleur or pâle, un peu trouble. Le premier nez est très grillé, avec un peu de cacahuète, mais avec l'ouverture ça s'estompe un peu et beaucoup de choses apparaissent derrière : citron, gingembre, abricot, beurre, notes florales. Bouche massive, très concentrée, avec une grosse tension, du poivre et du gingembre qui la rendent très vive, beaucoup de citron, de fruits jaunes. Finale interminable, portée très loin par l'acidité et son côté épicé. Très grand vin, d'une énergie incroyable, qui a complètement éclipsé le Faivelay. Je n'ai pas été trop gêné par le côté grillé que je crains habituellement, mais il était soi-disant peu prononcé pour du d'Auvenay. Note : 19,5/20.

meursault goutte sd'or

 

Posté par tomy63 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vins d'Europe Europavox

Domaine Gobelsburg *** - Kamptal Grüner Veltliner 2014 (Autriche) : vin légèrement perlant, très frais, floral et fruité, sur le pamplemousse, l'abricot. Facile à boire et rafraîchissant, longueur moyenne. B+.

gobelsburg

 

Reichsgraf Von Kesselstatt *** - Riesling trocken RK 2013 (Allemagne) : riesling allemand classique, léger en alcool, légèrement perlant, probablement un tout petit peu de sucres résiduels, sur le citron, les agrumes, une pointe de litchi, facile à boire, longueur moyenne. B+.

riesling trocken

 

Casa agricola Alexandre Relvas ** - Alentejo Insolito 2012 (Portugal) : (cépages aragonez, alicante, touriga nacional) Vin très fruité, très mûr, fruits rouges, prunes cuites, peu tannique. Il garde quand même de la fraîcheur. Longueur moyenne. B.

alentejo

 

Montelciego ** - Rioja Crianza 2011 (Espagne) : nez vanillé et fruité (fruits rouges et noirs), idem en bouche, les tannins sont bien polis par un côté boisé/vanillé peut-être un peu trop présent. Léger manque d'acidité. Longueur moyenne. B-.

montelciego

 

Posté par tomy63 à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vincent Jeanniard (Morey-Saint-Denis) *

Vincent Jeanniard - Chambolle-Musigny 1er cru Les Borniques 2011 : robe très pâle, nez moyennement expressif sur de petits fruits rouges acidulés, la cerise griotte. Bouche très légère, peu tannique, fruitée et fraîche, manquant de concentration, surtout pour un premier cru. Finale assez courte, sur les fruits rouges et la griotte. Un vin agréable, facile à boire, sur la finesse, mais trop fluet pour un premier cru. Note : 14,5/20.

chambolle borniques

 

Posté par tomy63 à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2015

Bernard Moreau (Chassagne-Montrachet) ***

Bernard Moreau & Fils - Bourgogne chardonnay 2012 : couleur dorée, nez beurré, léger boisé, quelques notes de citron et de poire dans le fond. Bouche vive, tendue, assez grasse, beurrée et légèrement briochée, manquant un peu de fruit. Finale de très belle longueur pour un générique, tendue et beurrée. Belle entrée de gamme. Note : 15/20.

bernard moreau 2012

 

B. Moreau Chassagne 2015 : plus de gras que dans la série des 2014, léger beurré, reste frais. B+.

 

Posté par tomy63 à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2015

Bruno Clavelier (Vosne-Romanée) ****

Bruno Clavelier - Vosne-Romanée Hautes Maizières 2009 : robe assez claire, nez fruité, fraise, fruits rouges, peu soufré. Bouche toute en finesse, portée par une belle acidité, beaucoup de fraîcheur pour 2009, quelques notes florales, manque un peu de longueur même si ça reste plus que correct pour un villages. TB.

clavelier

 

Posté par tomy63 à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]