29 août 2013

Compte-rendu Guide Vert RVF 2014

Dans l'ensemble peu de nouveautés les domaines les mieux notés sont plus ou moins les mêmes évidemment. Voici les quelques notes qui ont attirées mon attention. Plus que les notes sur 20, c'est un bon moyen d'apprendre quelques nouveaux noms à essayer par la suite.

Le millésime 2011 : moyen presque partout, seuls le Jura, le Beaujolais et le Bourgogne blanc s'en sortent un peu mieux d'après la RVF.

Alsace : manque d'acidité en général, des notes plus basses que les années précédentes (surtout 2010). Sont devants avec 19/20 : le Riesling Sommerberg E de Boxler, le Schoenenbourg de Deiss mais en 2010 lui, Riesling Rangen Clos St Urbain de Zind-Humbrecht. Comme tous les ans de belles notes aussi chez Mann, Ostertag, Weinbach... Vigneron de l'année : Valentin Zusslin.

Bordeaux : pour beaucoup de domaines on voyait les notes de 2009 à 2012. En général 2009 et 2010 avaient presque 2 points de plus que 2011 et 2012, guère étonnant pour 2011, mais un peu plus pour 2012 où les notes primeurs sont très basses, même en rive droite. Qqs bonnes affaires :
- Château Penin rosé clairet 15,5/20 pour 7€.
- Fleur Haut-Gaussens 2010 17/20 9€ (à voir s'il y en aura pendant les foires aux vins de septembre en GMS)
- Belle-Vue Haut Médoc 2010 et 2009 17 et 17,5/20 12€
- Fourcas-Dupré 2009 16/20 10€
En Pomerol Rouget et Gombaude-Guillot s'en sortent bien avec des 17 (dont le 2012 pour Rouget) à 35-40€
Des bonnes notes à prix corrects pour Cantenac-Brown 2009 et 2010, Gruaud Larose et Clerc-Milon 2009 (plus chers), Malescot St exupéry 2010, Batailley 2009, Tour carnet 2010, Marquis de terme 2009...

En Graves blancs sortent du lot Bouscaut 2010 17/20 22€ et Latour Martillac 2009 et 2012 17 et 17,5/20 23€. Les meilleurs notes dépassent les 50€. Pas de gros changements pour les rouges, ce sont les 2009 et 2010 déjà notés les années précédentes des grands domaines qui sont devants.

Sauternes : meilleurs notes (19/20) pour Coutet 2009 et Doisy Daene 2009 (sans compter Yquem et Climens). Très mauvaises notes pour Rieussec !

Bourgogne : comme tous les ans que des grands crus inabordables au-dessus de 17-18/20. Qqs rapports q/p intéressants :
- les Chablis de JP & Benoit Droin, domaine qui vient d'obtenir une 3e etoile (sur 3).
- le générique 2011 de Robert Groffier, vigneron de l'année en Bourgogne, le reste est très cher et dur à trouver.
- Trapet et Ponsot ont des notes excellentes mais très chers.
- Mugnier NsG Clos de la maréchale 2011 17,5/20 60-70€ mais c'est la valeur sûre dans ce budget.
- B. Clair Marsannay Longeroies 2011 15/20 20€
- Bart : leurs Marsannays notés de 14 à 15,5 de 14à18€ au domaine
- Anne Gros Chambolle 2011 16/20 36€
- JM Boillot Volnay carelle sous chapelle 2009 17/20 (dans les 40€ ?)
- Comte Armand Volnay 2011 16/20 30€
- Marquis d'Angerville Volnay 2010 16,5/20
- Dureuil Janthial Rully Chapitre 2011 16/20 20€
- Joblot Givry Cellier aux moines 2011 rouge 16/20 20€
- Lumpp Givry Petit marole 2011 16,5/20 20€

Beaujolais : toujours les mêmes devant avec 17/20 Bouland Morgon VV 12, Desvignes impénitents 2011, Chateau des Jacques Rochegres et Carquelin 2011, Janin MaV Grenériers 11, Vissoux 3 Roches 12, Lapierre Morgon 12, Thivin Zaccharie 11, Clos de Mez Fleurie la Dot 2010. Jean-Marc Burgaud n'a toujours pas retrouvé son étoile, quelle honte !

Champagne : Pierre Péters est le vigneron de l'année, Agrapart a 3 étoiles ça m'avait échappé.

Jura : Puffeney rejoint Ganevat et Tissot à 3 étoiles.

Languedoc et Roussillon : la sélection a dû être difficile, les domaines sont nombreux, plein de nouveaux, des absents qui y étaient les années précédentes, comme la Terrasse d'Elise ou le Mas de la séranne. Des rapports q/p extraordinaires. La nouvelle région du vin.
- Mas Jullien, Montcalmes, Grange des pères en tête, autour de 18/20 en rouge comme en blanc. Clos Marie et Daumas Gassac pas très bien notés par contre.
- Domaine des Aurelles : domaine de l'année en Languedoc Pézenas avec une cuvée Aurel bien notée en rouge comme en blanc.
- Mas Champart St Chinian Causse du Bousquet 2011 17/20 12,50€
- Mouscaillo Limoux blanc et rouge (en Chardo et pinot noir)
En vrac des belles notes pour Canet Valette (St Chinian), Conte des Floris, Domaine de la Garance, Maxime Magnon (Corbieres), Cal Demoura, Mas des brousses, Mas des Chimères, Ollieux Romanis (Corbieres) cuvée Atal Sia, Roc d'anglade, Mas de mon père, Olivier Pithon, La Madura (St Chinian), Cazaban (Cabardes), Clos Maïa, La Grange de Quat'sous...

Roussillon : Gauby bien noté mais très cher, sinon les blancs du Roc des Anges, le Clos du Rouge-Gorge et en vins mutés (parfois très chers) Puig-Parahy (Muscat du début 20e siècle 20/20 mais 800€), les terres de Fagayra (Maury), Vial Magnieres (Banyuls), La Rectorie...

Loire : pas mal de domaines peu connus côtoient les grands noms
- Clos Rougeard : 16,5 pour Brézé 2009, 17,5 pour le Bourg 2009 (seulement)
- Bonnes notes chez P. Bise, Thierry Germain...
- R. Leroy 18 pour Montbenault 2011
- Stephane Bernaudeau (Anjou) VdF Les Nourrissons 2010 18/20
- Domaine du Collier : Saumur blanc la Charpentrie 2010 18,5/20 40€
- La ferme de la Sansonnière VdF Les Fouchardes 2011 17,5/20
Thibaud Boudignon (Anjou) et Damien Laureau (Savennières) bien aussi.

- Clos Naudin : 18/20 pour le Moelleux 2009 (20€), 18,5 pour le Réserve 2003.
- Chidaine Vouvray moelleux 2010 17,5/20 21€
- Bonnes notes chez Huet, pas mal pour les secs de Vincent Carême.
- Patrice Colin Côteaux du Vendômois notés de 14 à 17 (prix de 7 à 15€) dont Pente des Coutis blanc (11€)

Sancerrois (en plus des classiques là aussi, on peut noter) :
- François Cotat Sancerre Monts Damnés 2012 18/20 17€ domaine
- Vincent Pinard, bonnes notes pour les Sancerre rouges et blancs
- Daniel Crochet, vigneron de l'année (Sancerre blancs et rouges)

Provence et Corse :
- La tour du Bon (Bandol) : vigneron de l'année. Notes correctes.
- Tempier : 18,5 pour Cabassaou 11 et 18 pour Tourtine.
- Trévallon 2010 rouge 17/20
- Hauvette 17,5 pour le Grand rouge, 17 pour le Grand blanc
- Pibarnon assez mal noté
- En Corse Abatucci rejoint Arena avec 2 étoiles.

Rhône
: de belles notes mais surtout sur les grandes appellations donc des prix assez chers. Chateauneuf du Pape classe beaucoup de vins parmi les meilleurs de France. Mieux vaut acheter 2010 (ou 2009) pas plus cher que 2011.

- P. Gonon : vigneron de l'année, St Jo 2011 17/20 21€
- Très belles notes chez Jamet, G. Vernay, le Cornas Billes noires du domaine du Coulet
- Voge Cornas VV 2011 18/20, Chailles 2011 17/20 (36 et 25€)
- En Condrieu arrivée de Julien Pilon avec de bonnes notes.

- Rayas 2004 rouge : 19/20.
- Brunel CdP Les Cailloux 2011 17,5/20 20€
- Vieux telegraphe rouge 2011 : 18/20 55€
- Charvin CdP 2011 17,5/20
- Clos des papes 19/20 en blanc 2012 18,5 en rouge 2011
- Marcoux VV 18,5/20
- Vieux donjon 18,5/20 mais sur 2009 et 2010 (30-35€)
- Bois de Boursan CdP 2011 : 17/20 18€

Savoie :
- Les ardoisieres : Argile blanc 2010 et 2011 16,5/20 13€
- les fils de Charles trosset, notamment Mondeuse confidentiel 2005 18/20 20€

Sud-Ouest :
- Illaria (Irouléguy) vigneron de l'année
- Camin Larredya : Jurançon au Capcéu 2012 18/20 22€
- Plageoles : Gaillac doux mauzac roux 2012 17/20 11,60€
- Clos Joliette : Juranons secs et moelleux, production presque introuvable et chère VdF 1995 et 2001 19,5/20
- Tirecul la gravière : Monbazillac les pins 2011 16,5 11€

 

Posté par tomy63 à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 décembre 2012

Grand Tasting 2012

Grand Tasting Bettane et Desseauve décembre 2012 Carrousel du Louvre.

 

gtast



Après un long voyage Clermont-Colombes pour aller chercher Chris, on arrive finalement à 11h à l'entrée où on retrouve Vincent ; la journée peut commencer (le temps de passer au vestiaire, de prendre un verre contre caution...). Face au nombre impressionnant de producteurs et à la qualité des vins présents, mieux vaut avoir un plan de bataille, heureusement j'avais eu le temps de potasser le sujet sur le net avant de partir.

Pour commencer, le lieu était vraiment très bien, beaucoup de place en général, pas tant de monde que ça, on n'a jamais fait la queue très longtemps. L'organisation m'a semblé bien meilleure qu'au dernier salon RVF, ou qu'aux Whisky Live en général.

Blancs secs :

William Fèvre : un peu de fraîcheur pour commencer, Chablis 1er Cru Montmains 2010, classique frais minéral et citronné, une belle entrée en matière. On passe au niveau au-dessus avec Chablis GC Les Preuses 2009, plus beurré, plus de matière, plus d'agrumes, puis à peu près du même niveau Chablis GC Bougros Côte Bouguerots 2009, nez plus fermé, moins beurré que le précédent, mais plus puissant en bouche et beaucoup d'agrumes aussi. Très bon niveau général.

Elena Walch
: DOC Alto Adige Pinot Gris castel ringberg 2011, un peu gras et trop boisé à mon goût. DOC Alto Adige Gewurtz Kastelaz 2011, Vincent dit de suite "on dirait une IPA", le litchi est présent autant au nez qu'en bouche, des notes florales bien marqués aussi, très original (même si on reconnaît bien le Gewurz) et vraiment excellent. Enfin Alto Adige Beyond the Clouds 2010 (chardonnay), la grosse cuvée du domaine, sûrement un peu jeune encore, c'est très gras, beaucoup de matière mais on a du mal à sentir autre chose que le bois et la vanille pour le moment.


Franz Haas : IGT Vigneti delle dolomiti Manna 2010 (mélange de riesling, sauvignon, chardonnay et autres), un coup de coeur pour moi, c'est très fruité (mandarine, litchi), Vincent a senti de la fraise je crois, très long en bouche.

Lis Neris (Frioul) : Gris Pinot Gris 2010 vanillé, gras, très "Bourgogne", puis le même en 2007, bien meilleur, plus ouvert, très gras, beaucoup de matière et une finale très longue. L'accueil était pas très sympa par contre, dire que mettre la photo de Giorgio Armani ne fait pas prétentieux mais correspond seulement à la philosophie du domaine ça fait un peu.... prétentieux !

Ronco del Gelso (Frioul) : Sot Lis Rivis Pinot Gris 2011 et Friulano 2011 moyens, trop boisés pour moi, le Malvasia 2011 était par contre très bon, frais et minéral

Chevalier : Pessac-Léognan blanc 2005, peut-être le vin de la journée, un superbe nez très complexe, fruité, frais, végétal... une bouche vive et explosive mais qui ne s'arrête jamais, une matière et une finale énorme, une vraie tuerie.

Fieuzal : Pessac blanc 2008, des notes un peu plus grillées que dans le précédent, un peu plus gras et plus frais, mais un peu moins de longueur et de complexité, c'est excellent là aussi.

Carbonnieux
: Pessac blanc 2010, vin bien trop jeune, fermé, qui n'offre pas grand chose à l'heure actuelle, moins de matière que les précédents, moins de longueur.


De belles découvertes donc, comme souvent en salon je trouve qu'on prend plus de plaisir avec les blancs, qui se livrent bien plus vites, souvent prêts à boire jeunes, et puis le palais est plus frais en début de journée.

Bourgognes rouges

Frédéric Magnien : Morey St Denis 1C Clos Sorbé Frédéric Magnien 2010, Chambolle 1C Charmes F. Magnien 2010, Chambolle 1C Sentiers Michel Magnien 2010, Charmes Chambertin F. Magnien 2010, Clos de la Roche M. Magnien 2010. Les 5 vins sont bien trop jeunes, assez fermés, sur les fruits rouges acides, peu de longueur en plus, seul le Charmes Chambertin était plus tannique et avait un peu plus de matière.

Domaine des Perdrix
: NsG 2008, assez ouvert, kirsché, assez léger pour un NsG, Bien. NsG 1C Aux Perdrix 2009, nez encore fermé, plus puissant, plus épicé et plus tannique que le précédent, bonne longueur, B+.


Charlopin-Parizot : Gevrey VV 2008, nez vraiment cramé, très puissant, j'ai trouvé ça presque imbuvable ! Et c'était le seul rouge du domaine ce jour là.

Trapet
: Gevrey 2010, un vin assez léger, sur le fruit, déjà agréable à boire. Bien. Chambertin GC 2010, encore fermé, avec un beau fruité, une pointe d'épices en plus que le précédent, plus de matière, assez léger. Bien+.


Louis Jadot (et Château des Jacques) : MàV Rochegrès 2010, très fermé, assez plat pour le moment. MàV 1997, original, sur un fruit très cuit, mais manque de fraîcheur, pas mon style. Clos de Vougeot 2007 : fermé aussi, rien de très emballant.

Chanson P&F
: Beaune 1C Clos des Fèves 2009, enfin un Bourgogne rouge plaisant à boire, ouvert, très fruité, avec une pointe d'épices, de la matière, de la puissance mai des tannins très soyeux, belle longueur. TB.


Bouchard P&F : Volnay Caillerets Ancienne cuvée Carnot 2010, un peu fermé au nez, mais un fruité intéressant en bouche. Bien. Puis le Bourgogne de la journée beaune 1C Grèves Vigne de l'enfant Jésus 2009, le petit Jésus s'est fait attendre (le temps d'aller chercher une nouvelle bouteille), puis il est enfin arrivé, avec un superbe équilibre entre puissance et finesse, beaucoup de matière, de la complexité, une finale très longue, et nous avons tous dit "Jésus, reviens!"

A part chez Bouchard et chez Chanson, les Bourgogne ont un peu déçu, bien trop jeunes pour la plupart, mais les domaines se sont donnés pour règle (à qqs exceptions près) de faire goûter leurs nouveautés. A moins d'être un grand spécialiste, il me semble impossible de savoir vraiment ce que le vin va devenir dans quelques années. Le problème va continuer avec les Bordeaux...

Après une pause sandwich assez courte, et un petit échange de samples avec Flo (merci beaucoup au passage) qui nous a expliqué le coup de la cloche, on repart sur le Bordeaux pour commencer. Finalement on a passé quasiment tout l’après-midi sur les Bordeaux, mais comment éliminer un des domaines suivants quand on ne les a jamais essayés ?

Bordeaux

Figeac : St Emilion 2008, cadenassé à triple tour, difficile de sentir quelque chose à l’heure actuelle, vraiment pas en place. St Emilion 2004, fait encore très jeune, puissant, sur les fruits noirs, avec un peu d’épices et une finale assez longue. C’est assez convaincant, on a envie de le regoûter dans quelques années.

Canon : St Emilion 2008, plus ouvert que Figeac 2008, avec un très beau fruité, une belle longueur, il fait beaucoup plus envie du coup, même si lui aussi est encore trop jeune.

Rauzan-Ségla : Margaux 2004, le nez est sympa, l’entrée en bouche aussi mais ça tombe assez vite, la finale est trop courte, il lui manque un peu de corps et de tannins pour structurer le tout. Ca manque un peu de puissance à mon goût, le problème va se répéter sur plusieurs Margaux et plusieurs 2004.

Boyd-Cantenac : Margaux 1999, on apprécie l’initiative d’emmener un vin prêt à boire même si ce n’est pas un grand millésime. On a enfin un peu de tertiaire (tabac, cacao…) Tout en finesse, un peu trop même, il manque un peu de corps et de finale, comme le Rauzan-Ségla.

Brane-Cantenac : Margaux 2008, très moyen, manque de puissance et de longueur. Margaux 2009, bien meilleur, sur des fruits cuits, bel équilibre entre la puissance et des tannins soyeux, très long. TBien.

Lascombes : Margaux 2006, j’ai moins de souvenir de celui-là, assez classique de mémoire, plutôt bien mais encore trop jeune.

Pape-Clément : Pessac 2007, encore fermé au nez, un peu jeune, la bouche est puissante, avec une belle matière déjà et une finale très longue. Là aussi on a envie de voir ce qu’il dira dans 5ans au moins.

Talbot : St Julien 2009, nez très fermé, bon équilibre puissance/finesse, assez long. Bien.

Lagrange : St Julien 2008, très fermé, aucun plaisir à l’heure actuelle, c’est dur de prédire ce qu’il va devenir. 2006, très bien même s’il fait encore tout jeune, la bouche a une grosse matière, beaucoup de tannins mais qui sont agréables, beau fruité, très grosse finale. TBien. 2004, plus ouvert, mais ça manque un peu de corps et de finale, c’est bien mais le 2006 est au-dessus.

Beychevelle : St Julien 2009, tout est là, fruité très mûr, fraîcheur, grosse matière, parfait équilibre puissance/finesse, tannins soyeux et longueur. Un coup de cœur pour moi.

Emportés par notre élan on ne peut résister aux vins suivants sur le même stand, Kirwan 2005, et Latour-Martillac 2005, deux bons vins, encore jeunes, plutôt en finesse pour le Kirwan, un peu plus de tannins et de puissance pour Latour-Martillac.

Je laisse Chris et Vincent goûter un Smith Haut Laffite Pessac rouge 2003 en magnum, et un porto de chez Graham’s aussi je crois pour Vincent, puis on retourne à l’étage.

Langoa-Barton : St Julien 2007, plutôt moyen, il a un côté assez gênant en bouche que je n’ai pas réussi à décrire.

Léoville-Barton : St Julien 2004, bien mieux que le précédent, encore très jeune, mais il a une belle puissance et une bonne finale. Bien, surtout pour un 2004.

Cos d’Estournel : St Estèphe 2007, nez fermé, mais bonne matière et bonne finale, à suivre. Bien.

Pendant que j’essaye en vain de me faire servir un verre chez Daumas-Gassac, Vincent et Chris font une halte pour goûter les Madiran du château Montus-Bouscassé. Puis on enchaîne…

Rhône

JL Colombo : Cornas Terres brûlées 2010, le nez a un côté grillé qui me gêne beaucoup, en bouche je trouve des notes briochées et de pain grillée comme dans un champagne, ça ne me plaît pas, contrairement à Chris. J’ai préféré le suivant, Cornas La Louvée 2010, plus frais, plus puissant, plus de longueur à mon avis.

Delas : nous n’avons pas pu nous empêcher de changer notre plan en voyant un vin blanc qui n’était pas annoncé dans le livret, Condrieu Clos Boucher 2011, nez très ouvert, fruité (abricot), floral, bouche assez grasse, belle matière, déjà prêt à boire. TBien, mais peut-être que le fait de boire quelque chose de frais à ce moment de la journée a joué. Puis il me semble que c’est à ce moment qu’on nous a avoué qu’on allait nous faire boire un vin qu’il ne faut absolument pas boire pour le moment ! On nous sert alors un Hermitage Domaine des tourettes 2010, très léger pour un Hermitage, très fruité et facile à boire, pas d’une grande complexité, presque un vin de soif. Puis Hermitage Bessards 2007, vin bien trop jeune, qui sent surtout le poivron vert au nez comme en bouche, un peu comme un Jamet 2007 que j’ai bu récemment.

Chapoutier : Ermitage Pavillon 2007, le nez est fermé, c’est trop jeune, bouche plutôt classique, puissante, épicée, avec des tannins souples, bonne matière et bonne longueur. Bien.

On laisse Vincent sur les Champagne d’André Jacquart, puis plus tard sur les vins d’alsace de Deiss, et on descend un peu plus au sud…

Sud-Est

Clos des fées : La cloche sonne, on est juste à côté c’est l’occasion où jamais de goûter La Petite sibérie 2002 (Côtes du Roussillon village), un vin qui m’a semblé plutôt léger, en finesse, très gourmand et très facile à boire, encore très jeune, avec une très bonne longueur. Ca ne m’a pas semblé très complexe, mais j’avoue qu’à partir de là mon palais commençait à fatiguer un peu. TBien.

Pibarnon : Bandol 2008, le nez est un peu grillé c’est assez déplaisant, mais la bouche est bien mieux, très gourmande, sur les fruits cuits mais tout en restant assez fraiche, on ne sent presque pas les tannins en entrée de bouche mais beaucoup en finale. Bien.

Nous retrouvons ensuite Vincent qui nous avait laissé pour goûter les Champagne d’André Jacquart je crois, puis un vin d’Alsace de chez Marcel Deiss.

Italie

Poggio di Sotto : Brunello di Montalcino 2007, le nez est fermé, mais la bouche est très convaincante, très puissante, un peu sucrée, gourmande, sur des fruits confits, d’une longueur incroyable. TBien.

Petrolo : Galatrona 2010, (100% merlot) vin fermé, assez plat pour le moment, on sent surtout le bois.

Luciano Sandrone : Nebbiolo d’Alba, Valmaggiore 2010, un très bon vin de soif, très fruité et avec du corps en même temps, déjà prêt, très plaisant. Barolo Le Vigne 2008, vin fermé, trop jeune, assez puissant, on ne prend pas de plaisir en l’état.

Malvirà : Roero Riserva Renesio 2007, (100% nebbiolo), le nez est expressif, très fruité, la bouche est puissante, avec des tannins soyeux, des fruits compotés, belle finale. TBien.

Planeta : Santa Cecilia DOC Noto 2008 (100% Nero d’Avola), vin légèrement sucré, très fin, avec une belle matière, de la longueur, on a envie d’y retourner. TBien.

Juste pour finir, Domaine de l’A Côtes de Castillon 2009, ouvert, gourmand, sucré, fruit mûrs, belle longueur. Tbien.

Au final, une superbe journée, de bons vins (aucun n’a été servi trop chaud contrairement au salon RVF), le verre Riedel m’a bien plu, juste quelques regrets de n’avoir pu goûter le Clos de Tart, Valandraud et Krug a priori non présents, La Gaffelière (bouteille finie), Lynch Bages (pas vu), et St Jean de Bébian, Jaboulet, L’Arrosée, Vie di Romans, San Leonardo, Colle Massari, Grattamacco, Suduiraut… (pas le temps) mais on en a fait largement assez je crois. En tout cas c’est à refaire, pourquoi pas l’an prochain ?

Posté par tomy63 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2012

Vinidôme 2011 à Clermont-Ferrand

Vinidôme 2011 à Clermont-Ferrand

Beaucoup de monde présent, comme chaque année (dont beaucoup pour boire à outrance) surtout les samedi et dimanche après-midi. Evidemment le lundi matin on peut enfin circuler sans difficultés. Les domaines sont toujours plus ou moins les mêmes que les années précédentes et que tous ces genres de salon. La qualité moyenne est très basse, il y a cependant quelques bons domaines perdus dans la masse :

Bernard Santé : Moulin-à-vent 2010 (cerise sucré, le meilleur beaujolais du salon pour moi)
Rey Michel et Eve : Pouilly-Fuissé aux charmes 2010 (belle minéralité, un peu de pomme et beaucoup d'acidité)
Maratray-Dubreuil : Ladoix les Nagets 2010 et Aloxe-Corton 2009
Anne-Sophie Debavelaere : Rully Les Cailloux 2009 (rien de fantastique)
Michel Briday : Mercurey clos Marcilly 1er cru 2008 (rien de bien génial non plus)
Maxime Champaud & Philippe germain : Savigny les Beaune 1er cru les Lavières 2010 et un Pommard de 1998 car j'ai demandé comment aller évoluer le 1er cru 2010 Les Arvelets. Bien sympa.
Granajolo : Porto-Vecchio blanc 2011 Tradition
Berthet-Bondet : Côtes du Jura tradition 2008, Macvin du Jura et un très bon Vin de paille 2006
Tour Penedesses : Faugères Les Raisins de la colère 2010
Mas de Martin : Vénus 2010 pas génial mais un excellent Roi Patriote 2010 (avec du Cabernet Sauvignon) et un très original "Casanova" 2010 (avec du Pinot noir) très doux et poivré à la fois.
Mas Karolina : Côtes catalanes blanc 2009 (Le B&D le confond toujours avec le Côte du Roussillon village, qui n'existe pas en blanc) et un grand Maury rouge 2010 (cerises mûres, épices, poivre, grande longueur). C'est le stand où j'ai pris le plus de plaisir à parler avec l'une des productrices. Mais ils n'avaient pas pris la cuvée "Oz".
Cauhapé : Jurançon La canopée sec 2010 encore un peu jeune, très acide mais grand potentiel.
Haut Montlong : Monbazillac "Audrey" 2009, tout était déjà vendu quand je suis passé et j'ai compris pourquoi. Beaucoup d'agrumes, de pêche et une finale qui reste fraîche.
Jean Teiller : Menetou-Salon blanc 2010 (très pamplemousse rose)
Montgilet : Coteaux de l'Aubance les 3 schistes 2010 moelleux
Chateau La Gardine : CdP rouge tradition 2009
Chateau St Roch (même stand car même producteur) : Lirac rouge tradition 2009
Paul Durieu : CdP rouge "Lucile avril" 2009.

 

vinidom

 

Posté par tomy63 à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Salon RVF 2012 - Paris Palais Brongniart juin 2012

Salon RVF 2012

Les coups de coeur :

- Dagueneau : Le Pouilly fumé silex 2010 tout juste mis en bouteille était fantastique, tout autant que le Jurançon moelleux Jardins de Babylone 2008.
- Clos Rougeard : Le clos et Les Poyeux 2008, très bien mais servis trop chaud malheureusement. Ils n'avaient pas amené Le Bourg ni Brézé apparemment.
- Chignard : des Fleurie fantastique, les Moriers 2010 est très frais, le 2009 plus chaud et le 2011 entre les 2. La cuvée spéciale VV 2009 un super vin de garde. M. Chignard était là en personne, très sympa. Un gros coup de coeur pour ce domaine.
- La Chevalerie : 5 Bourgueil sur 5 parcelles différentes, 5 cuvées très différentes mais toutes bien faites. Accueil très sympa.
- Montus Bouscassé : les Madiran de chez Montus sont incroyables, surtout La Tyre 2005 et le XL 1996.
- Grands Sauternes et Barsac : Coutet 2007, Doisy Daene 2009, Suduiraut 1999 et Gilette crême de tête 1989, très puissant, très jeune et encore très boisé et vanillé. De très belles choses chez la Tour Blanche et le Clos Haut-Peyraguey également.
- Grands champagnes : Bollinger grande année 2002, Pol Roger 2002, du lourd chez C. Heidsieck, Taittinger et Selosse également. 
- Louis Latour : Corton Charlemagne 2009, sans gras ni beurre, avec beaucoup de finesse, de fraîcheur et légèrement floral puis un Bâtard Montrachet 2008 un peu fermé mais avec un potentiel énorme.   

- Branaire Ducru : Le 2007 est encore fermé, trop jeune mais les 2006 et 2004 se goûtent vraiment très bien, avec un boisé et des tannins parfaitement intégrés.         


Quelques grands crus proposés au verre m'ont permis de goûter à :

Ducru Beaucaillou 2000, un Saint-Julien d'une grande finesse.

Yquem 1997 : Un grand Sauternes, très liquoreux, très sucré. Au nez on trouve des fruits jaunes, pâtes de coin et fruits secs qui commencent à arriver, un peu d'exotisme également. Il peut attendre longtemps encore, il fait assez jeune. Seul léger bémol, on aurait pu attendre un peu plus d'acidité et de fraîcheur encore, même s'il n'y avait rien d'écoeurant loin de là. Un grand vin mais un rapport qualité/prix pas terrible, la différence avec les Coutet, Doisy Daëne, Haut Peyraguey, Guiraud, Suduiraut... n'est pas si énorme que ça, en tout cas pour un novice comme moi. Après une discussion avec des experts du Sauternes, il paraît que la différence se fera après 30 ans. Patience ! patience !

 

Les déceptions (dues à la chaleur dans le palais en grande partie) :

- Smith Haut-Laffite aussi bien en blanc qu'en rouge

- Sociando-Mallet : pas mon style mais des vins bien faits cependant. Le 2009 est trop raide pour l'instant. De même pour Cantemerle.

- Pavie-Macquin 2007 et Petit-Village 2006 : fermés et trop boisés pour les deux. Mais il faisait vraiment trop chaud au moment où j'ai bu ces vins, difficile de les juger dans de pareilles conditions.

- Chapoutier : beaucoup de vins du nouveau monde et pas de parcellaires!!!!

 

Entre les deux :

- Taille aux loups (très bon Triple Zéro et Bournais)

- La Mordorée, La nerthe, Mont Olivet en Rhône

- Faiveley, Chanson, Drouhin, Jacques Prieur, Desvignes

 

Salon-RVF

 

Posté par tomy63 à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]