RVF Millésime 2018

Millésime 2018

Millésime globalement réussi, chaleureux à peu près partout en France, qui a donc particulièrement réussi aux vignobles du Nord, aux vignobles d’altitude, plutôt aux rouges et liquoreux qu’aux blancs secs.

 

Alsace : beau millésime, solaire, les rieslings et pinots gris sur coteaux « caillouteux », à rendements raisonnables, et souvent travaillés en biodynamie arrivent à garder de la fraîcheur. Plus compliqué pour le pinot noir. Belles notes chez Albert Mann, Pinot gris Furstentum notamment.  (14,5 pinot noir, 16 Riesling grand cru, 16,5 pinot gris et gewurz grands crus)

Beaujolais : belle année, solaire, mais à gros rendements, seuls les très bons producteurs qui ont misé sur la qualité plutôt que sur la quantité, et qui n’ont pas ramassé trop mûr s’en sont sortis. Belles notes chez Desvignes. (14 Rouges)

Bordeaux : très belle année, solaire, surtout favorable aux rouges. Belles notes pour le Château Closiot le Sauternes de JM Guffens. (17-19 Rouges, 16-18 blancs, 17 Liquoreux)

Bourgogne : grande année, solaire, à la 2009, surtout pour les rouges. Rendements élevés là aussi, il faut privilégier les producteurs qui ne cherchent pas la quantité. De beaux Irancys, NsG, Vosne, des Chambolles et Geverys parfois un peu secs. (17,5 Rouges,  17 blancs)

Corse : belle année, moins solaire que les précédentes en Corse, où il y a eu pas mal de pluies. De très beaux rouges et très beaux blancs, chez Vaccelli, Canarelli, Abatucci… (16 Rouges, 16 blancs)

Jura : De grands vins rouges, plus compliqué en blanc. Belles notes pour les Marnes blanches. (18 Rouges, 16 blancs)

Languedoc : année compliquée, souvent trop chaude. Mieux en altitude. A suivre en Terrasses du Larzac : Nova Solis, Mas Combarela, Clos constantin. (16 rouges, 15 blancs)

Loire : millésime solaire, de qualité hétérogène. Les liquoreux s’en sortent le mieux. Les rouges sont chauds, souvent gâchés par de trop gros rendements. De beaux muscadets, côtes roannaises, côtes d’auvergne, Chinon rouges et Saumur blancs par exemple. A suivre Bel Argus qui a repris Jo Pithon. (17 moelleux, 16 blancs, 15 rouges)

Provence : millésime pluvieux, compliqué, souvent des vins maigres, un peu mieux en rouge. (14 Rouges, 13 blancs)

Rhône : millésime solaire en Rhône Nord, plutôt bon en rouge, difficile en blanc. Au sud, des rouges gourmands, faciles à boire dans la jeunesse, mais moins de fond que les 3 années précédentes, des volumes très faibles à cause du mildiou. (15 Rouges, 14 Blancs)

Roussillon : pas mal de pluies et de mildiou comme en Rhône sud. Des vins plutôt faciles au final, mieux en rouge qu’en blanc, mais qui n’ont pas la profondeur des 2017. (15 Rouges, 14 blancs, 14 VDN)

Savoie : superbe millésime, solaire, peu de recours à la chaptalisation. Surtout en rouge, de belles mondeuses. A suivre : domaine des Côtes rousses et Cellier de la Baraterie.  (17 rouges, 15 blancs)

Sud-Ouest : très beau millésime dans toutes les couleurs, avec du fruit, des bonnes maturités et de la fraîcheur. A suivre Clos Larrouyat, domaine des Boissières… (17 Liquoreux, 17 blancs secs, 16-18 rouges)

Allemagne : très belle année, solaire, riche, mais tout en gardant de l’énergie et des acidités élevées. Proche de 2015 ?

 

Posté par tomy63 à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Vinexpo Bordeaux 2019

Justino’s (Madère)

Sercial 10ans : très sec, sur la noix, finale longue et saline, austère mais classe. TB+.

Boal 10ans : plutôt demi-sec donc un peu plus facile, même trame saline et tendue derrière. TB+.

Malvasia 1997 : plus sucré, mais finale encore plus longue, saline, plus oxydative. TB+.

Terrantez 50ans : plus puissant, notes de cuir, tabac, abricot sec, noix, bouche assez sucrée puis finale sèche, très longue, saline. Exceptionnel.

 

Henriques & Henriques (Madère)

Sercial 2001 : assez facile pour un sercial, plus sucré, moins salin que le Justino’s. B+.

Verdelho 15ans : idem, style assez rond et facile. B+.

Boal 2000 : un peu caramel, mélasse au nez, bouche sucrée à l’attaque, dans le fond, on sent la salinité, mais plus loin que les Justino’s. B+

Single Harvest 1998 Medium rich (tinta negra) : un peu trop riche et sucré. B.

Malvasia 20 ans : assez sucré et facile. Des bons Madères, mais ce jour-là ils souffrent de la comparaison. TB.

 

Martin Wassmer (Allemagne - Baden)

Weiss burgunder 2018 : facile, simple, très aromatique (fleurs blanches, fruits blancs). B.

Weiss burgunder SW 2017 Schlatter Maltesergarten : très aromatique aussi, pointe brioche en plus, plus épais, plus gras, manqué de tension à mon goût. B+.

Muskateller Markgräflerland 2017 : (38gr SR) bien marqué muscat, raisins blancs, litchi, facile, gourmand. B+.

Spätburgunder Markgräflerland 2016 : léger, plein de fruits rouges, juteux, finale à peine épicée, belle matière pour l’entrée de gamme. TB+.

Spätburgunder Schlatter Maltesergarten 2015 : fruité, texture soyeuse, matière épaisse, belle longueur, très bourguignon dans l’esprit avec de la finesse et belle longueur. TB++.

Spätburgunder Schlatter SW 2015 : superbe matière, très épais, tannins soyeux, encore un élevage (plutôt sur le côté vanillé) présent qui doit se fondre. Peut-être un grand pinot à venir. TB++.

Pinot noir Schlatter Maltesergarten GC 2015 : on monte encore d’un cran, avec à nouveau plus d’épaisseur et de longueur, l’élevage est présent à travers des notes fumées/épicées cette fois-ci. Style un peu modern mais très bien fait. A nouveau peut-être un futur très grand si cet élevage s’intègre. TB++.

IMG_20190513_132928

 

Tua Rita (Toscane-Maremma)

Rosso dei Notri 2018 : (sangiovese, cabernet, merlot, syrah) facile, sur le fruit, juteux. B+.

Perlato del bosco 2017 : (sangiovese) plus de tannins, style assez mûr, arrondi, facile d’accès, moderne. B+.

Keir 2017 : (syrah en amphore) un peu réduit, austère, compliqué, pas bien en place peut-être. B-.

Giusto di Notri 2016 : (CS, CF, merlot) goûte sur l’élevage, modern, tannins encore très présents. B-.

Per Sempre Syrah 2017 : un peu moderne, mais belle syrah pleine de fruits noirs, d’épices, assez mûr, très beau jus, texture soyeuse. TB+.

Redigaffi 2017 : (merlot, prélevé sur fût) fruits rouges, très tannique et épicé, élevage bien absorbé par une grosse matière, très long, un peu bodybuildé, mais pourra faire un joli vin si on est très patient. TB.

 

Ballande & meneret (société)

Château Cordet Margaux 2015 : B+.

Château d’Aiguilhe Castillon 2015 : très moderne, boisé, vanillé, tout rond. Moyen.

Prieuré Lichine Margaux 2010 : pas photo dans la série, cuir, boîte à cigare, sous-bois, cassis, cèdre, belle fraîcheur, tannins très fins, classieux. TB++.

Mount Mary Vineyard Yarra Valley Quintet 2015 (Australie) : (cabernet sauv. Merlot cabernet franc malbec) peu épais, assez léger, notes végétales, fruits rouges, cerise, prune, fumé, limite sous-maturité, à l’opposé du style confituré/bodybuildé de certains nouveau monde, frais. Mais assez maigre et longueur juste moyenne. TB-.

Tyler Pinot Noir 2014 Bien Nacido Vineyard Old vine Santa Maria Valley : pinot ultra toasté. Moyen.

 

German Pavillon

August Kesseler, Daily August Riesling 2017 : Riesling sec, peu épais mais vif, tendu, presque désaltérant. TB-.

Dr Wehrhein, Riesling Kastanienbusch GG 2015 : (sur pierres rouges) Riesling sec, puissant, très different du Kirschpiel de la matinée (plus calcaire) riche, épais, moins minéral. TB-.

Dr Thanisch, Berncasteler doctor spätlese 2012 : superbe notes de fruits blancs et de fruits exotiques, pointe de résine, de mirabelle et d’agrumes dans le fond, complexe, classe, et ultra facile à boire avec son peu d’alcool. TB++.

Ratzenberger, Bacharacher Wolfshöhle Auslese 2005 : (AP 04) il pétrole plus que le Thanisch, plus fruits jaunes et miel, sucres peu presents pour un Auslese, au ressenti du moins, belle tension dans le fond, très long et très classe aussi. TB++.

Dr Pauly-Bergweiler, Riesling Berncasteler Johannisbrunnchen Eiswein 2016 : (136gr SR, 8% alc, 12gr acidité tartrique) (AP 029) encore tout jeune, plein de fruits blancs, fruits frais, exotique, pas de pétrole ni de résine, à peine plus simple que les deux précédents mais parfait équilibre sucre/acidité, ça promet. TB++.

 

New York Wines

Anthony Road Pinot gris 2017 : vif, avec un côté grillé/soufré, citronné. B.

Anthony Road Cabernet franc - Lemberger 2016 : (52% CF, 48% Lemberger) couleur clair, léger en alcool, plein de fruits rouges, texture épaisse et soyeuse, finit un poil court. TB.

Fox Run Chardonnay Doyle family vineyard 2017 : ni vif, ni tendu, ni épais. Moyen.

Fox Run Chardonnay Kaiser vineyard 2017 : très boisé. Moyen.

Fox Run Traminette 2017 : (100% traminette) proche d’un gewurz, un peu de sucre, fruits exotiques, gourmand, facile. B+.

Fox Run Lemberger 2017 : bien boisé. Moyen.

Keuka Lake Vineyards Dry Vignoles 2017 : très aromatique, un peu typé riesling, belle acidité, assez épais, finale sur les zetes d’agrumes, très intéressant. TB.

Keuka Dry Riesling 2017 : assez austère, très sec, pétrole peu, manque de tension. B-.

Keuka Upper Eastside Dry Riesling 2017 : plus de tension que le précédent, finale assez longue sur les amers. TB.

Keuka Spring Vineyard Lemberger 2017 : (= blaufrankisch) fait bien blaufrankisch, travaillé sur le fruit, léger, fruits rouges et épices, juteux. TB.

Red Newt Tango oaks vineyard 2013 : très beau nez miel et fruits exotiques, bouche sèche, sur les agrumes. TB.

Red Newt The Knoll Riesling Lahoma Vineyards 2015 : riche et puissant, gras, manque d’acidité derrière. B+.

Red Newt Dry Riesling 2016 : un peu plus simple mais belle tension. TB.

(Soirée pinots/rieslings du monde Red Newt *** – Dry Riesling 2013 (Finger Lakes – USA) : (assemblage de parcelles) Riesling vif, facile à boire, fruité, peu de pétrole, bonne acidité, manque un peu de matière et de gras. B+.)

 

 

Zind-Humbrecht

Riesling Clos Windsbuh 2016 : très sec, minéral, bonne tension, beaucoup de zestes d’agrumes, pointe de résine, peu de pétrole, quelques notes florales, à attendre. TB+.

Pinot gris Heimbourg 2017 : nez de fruits exotiques et miel, bouche sèche, miel et agrumes, bonne acidité, manque un peu de longueur. TB.

Pinot gris Rangen de Thann 2017 : très sec sur 2017, notes de pierre à fusil Presque tourbe au nez, bouche épicée, grasse, épaisse, pas une grosse acidité, finale tendue par le côté épicé plus que par l’acidité qui fait un peu défaut à mon goût. A voir au vieillissement. TB+.

 

Salena (Australie bio)

Chardonnay South Australia 2019 : chardonnay floral, pas de bois, simple, court. B.

Twisted sticks chardonnay 2019 : un peu nature, sans gros défaut, assez simple. B.

 

Bibi Graetz (Toscane)

Testamatta 2016 : (sangiovese) notes de prunes, pointe balsamique, orange, tabac, beaucoup de fruit, tannins encore présents, taillé pour la garde, bon potentiel. TB+.

Colore 2016 IGT Toscana : (sangiovese + canaiolo, colorino) pas encore commercialisé, 2016 s’annonce grandiose en Toscane. Là aussi, sangiovese en vieux fûts, classe, taillé pour la garde, plus marqué fruits rouges, encore plus dense, tannins serrés qui vont demander du temps. TB++.

 

Zapata (Argentine)

Adrianna Vineyard 2015 en Mag « Mundus Bacillus Terrae » : (Malbec ) boisé présent mais bien intégré, rond, soyeux, assez mûr, fruits noirs, finit long et épicé. A attendre pour qu’il digère son élevage. Bien fait dans son style. TB+.

Cuvée Nicolas 2015 en Mag : (malbec, cabernet sauvignon) bois bien intégré aussi, plus frais, plus acide, pointe végétale, grosse matière, tannins un peu plus marqués mais de qualité. A attendre aussi, beau potentiel. TB+.

 

Primum Familiae

Antinori, Tignanello 2016 : très bordealis dans l’esprit, encore très tannique en l’état, à attendre. TB-.

Antinori, Chianti classico Ris 2015 : bien boisé, beaucoup de tannins. Moyen.

Macan, Rioja 2014 : (Rothchild et Vega Sicilia) très vanillé. Moyen.

Macan, Rioja Clasico 2015 : idem. Moyen.

Torres, Grans Murailles 2015 DO Conca de Barbera : (Catalogne. Grenache mourvedre carignan + garro, querol…) puissant, fait syrah lardé/fumé, fruits noirs, pointe d’élevage, belle fraîcheur derrière, du caractère. TB+.

Torres, Milmanda Blanc Conca de Barbera 2016 : (chardonnay) servi très froid, fermé, semble vif, floral, minéral, grillé/soufré. B+.

Escudo Rojo Grande Reserve Chile 2018 : noir, confituré, tanniqque, lourdaud. Moyen.

Joseph Drouhin Oregon, Pinot Noir Laurène 2014 : pinot noir sérieux, beau fruité, pas très épais, tannins encore bien présents pour un pinot, assez classe, taillé pour la garde. TB+.

San Guido, Guidalberto 2014 : très tannique, noir, pas spécialement boisé, peu épais, tout en tension, beaucoup de fraîcheur, style bien moins moderne que le Tignanello, beau vin à attendre absolument. TB.

Egon Muller, Schwarzhof 2018 : (AP 01) ultra aromatique, litchi et fruits blancs, ferait presque muscat, toute petite touche de sucre, bonne acidité, l’aromatique est vite lassante. A voir au vieillissement. B+.

Egon Muller, Schwarzhof Kabinett 2018 : (AP 02) encore tout jeune, plus complexe, fruits blancs, notes florales, à peine plus de sucres, bonne acidité. A regoûter dans quelques années, probablement loin de son apogée. Même niveau longueur il y a eu mieux ce jour-là. TB.

Oremus, Dry Mandolas furmint sec 2017 : si avant il était trop gras/beurré, le style suit l’évolution bourguignonne, tout en tension et vivacité avec des notes de soufre et de grille bien marqués, citronné et minéral. B+.

Oremus, Tokaji 3 puttonyos 2013 : très porté sur le miel, pas mal de sucres pour un 3p, belle acidité pour l’équilibrer. TB.

Rupert & Rothschild, Baron Edmond 2015 : (Af sud) très boisé. Moyen.

 

Pardela Wines (société)

Yalumba, Y series Viognier South Australia 2018 : pas variétal, mais grillé, soufré, un peu floral sur le final. B-.

Yalumba, Y Series shiraz 2016 : réglisse, fruits cuits. Moyen.

Allegrini, Palazzo della torre 2015 : (Vénétie. Corvina, rondinella, sangiovese) un peu sucré, confituré, type Amarone mais en plus léger, rond, peu tannique, très simple, gourmand. B+.

Pellissero, Barbaresco 2013 cuvée Nubiola : (jeunes vignes) élevage fût trop marqué, tannins encore présents. B-.

 

Ferrari (Italie, Trentin)

Brut : (100% chardonnay) léger, fruité, simple, bulle un peu grosse. B.

Perlé 2010 Mag : plus brioché, bulle plus fine. B+.

Perlé Rosé 2013 : (pinot noir, chardo) léger, élégant, petits fruits rouges, bulle assez fine, peut-être un peu trop dosé comme l’ensemble de la gamme. TB-.

Riserva Lunelli 2009 : (chardonnay) un peu plus toasté, brioché, bulle très fine. TB.

 

Castellare di Castellina

Chianti classico 2017 : plutôt facile et mûr. B+.

Chianti Riserva 2016 : plus marqué balsamique, grosse matière, très tannique, à attendre absolument. TB-.

Isodi di S Niccolo 2015 : trop mûr, tannique. B-.

 

Trapiche (Argentine)

Malbec Broquel 2017 : fruits noirs confiturés et épices, simple, solaire. B.

Medalla Malbec 2016 : plus marqué fruits rouges, plus frais, épices, tannins gras, bien lissés par le bois. TB-.

Terroir series Malbec 2015 Finca Coletto : plus puissant, plus tannique, grosse matière, style un peu moderne mais belle longueur, à attendre. TB-.

Iscay 2014 Malbec & Cabernet franc : plus d'acidité, plus de tension, moins confituré, le cabernet franc fait du bien, encore pas mal de tannins, boisé bien intégré. TB+.

 

Terra Remota (Catalogne)

Caminante Blanc 2018 : (grenache blanc, chardonnay, chenin) nez floral, très aromatique, fruits blancs, bouche vive, fruitée. B+.

Caminito rosé 2018 : rosé avec un peu de couleur, frais, belle épaisseur. B+.

 

Château de Tracy

Pouilly 2018 : sauvignon sur le pamplemousse et le buis, vif, fruité, classique. TB-.

Mademoiselle de T 2018 : (il aurait fallu faire l’inverse) idem, juste un peu plus court en l’état. B+.

 

Dirler-Cadé

Kessler Riesling 2016 : (grès + sables et argiles) sec, épicé. TB.

Saering Riesling 2016 : (marne-calcaire) plus exotique, plus accessible en ce moment, belle minéralité derrière. TB+

Saering Muscat 2017 : muscat sec pas trop variétal, juste un peu court. B+

Schinberg Pinot gris 2016 : (10gr SR) B+.

Kessler Pinot gris 2016 : (30gr SR) exotique, minéral, assez riche. TB.

 

Montirius

Côtes du Rhône Muse Papilles 2017 léger, facile. Jardin secret 2015 plus riche, Sérine 2015 un peu trop solaire. Vaqcqueyras Garrigues 2015 solaire aussi, Le Clos 2013 plus évolué, plus fondu, plus frais. Top. Gigondas Terre des aînés 2015 fait un peu pruneau, Confidentiel 2015 très tannique à attendre absolument. Pas facile en fin de salon…

 

Posté par tomy63 à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Renaissance des appellations

Deiss

Engelgarten 2016 : servi trop chaud, il m’a semblé assez gras et lourd. B-.

Rotenberg 2014 : (calcaire) servi déjà un peu plus frais, notes de fruits exotiques, facile, charmeur, pointe de sucre, plus de fraîcheur que le précédent. TB.

Gruenspiel 2013 : (argiles) plus austère, plus sec, plus tendu et salin, belle longueur. TB.

Mambourg 2015 : (calcaire, le seul qui connait un petit passage en barriques) servi un peu trop chaud en tout début de salon, gras, beurré, encore un peu sur l’élevage, notes de cire et de fleurs, peu de fruits, finit un peu mou, manque d’acidité. A voir ce qu’il deviendra avec le temps, décevant en l’état, mais s’il devient comme le 2006 bu récemment… TB-.

Altenberg de Bergheim 2013 : (argiles froides, 60gr SR) Beau nez avec des fruits exotiques, sucres bien intégrés et bien équilibrés par une belle acidité dans le fond, manque juste une pointe de longueur. TB+.

IMG_20190513_104901

 

David Leclapart

Chamapgne L’Apôtre 2013 Blanc de blancs : (à Trépail, zéro dosage) style vineux, salin, bulle assez fine. TB.

Blanc de Noirs L’Astre 2014 : (zéro dosage) couleur bien rose pour un « blanc de noirs », style oxydatif trop marqué. B.

 

Recaredo

(Le domaine est sorti de l’appellation Cava, les vins sont dans l’association Corpinnat, en attendant la probable création d’une nouvelle DO. Tous ont été dégorgés récemment)

Terrers brut nature 2015 : facile, bulle un peu grosse, court. B-.

Serrat del vell Brut nature 2011 : pointe oxydative (plutôt noix, fruits secs), fruits jaunes, tendu, bulle fine, belle longueur. TB.

Reserva particular brut nature 2007 : tout en fruits, plutôt fruits jaunes avec un peu d’ananas et de fruits exotiques, bouche tendue, bulle fine, très long. TB++.

Turo d’en Mota 2006 : (100% xarello) plus riche, plus épais que le précédent, quelques notes briochées, moins exotique, long aussi, moins mon truc mais très bien fait. TB+.

Rosé Brut nature intens 2014 : (monastrell, grenache) très rouge, beau fruité, manque un poil de tension. TB-.

IMG_20190513_110946

 

Clau de Nell

Grolleau 2017 : léger, peu coloré, juteux, poivré, un peu rustique dans l’aromatique épicée. TB.

Grolleau 2016 : réduit, un peu vert. B.

Cabernet Franc 2017 et 2016 : 2017 juteux, beau fruité, pointe végétale. TB. 2016 plus serré en l’état. B+.

Violette 2017 et 2016 : 2017 très serré, pas en place. B-.  2016 plus frais, encore tannique, à attendre. B+.

Chenin 2017 et 2016 : nez grillé, soufré, bouche tendue et citronnée. B+. 2016 est plus exotique, plus facile, plus gourmand, un peu moins de tension. B+.

IMG_20190513_112022

 

Domaine de l’Ecu

Muscadet Classic 2018 et Orthogneiss 2018 classiques, vifs, belle minéralité. Torus 2015 sur la colle, réduit. Carpe Diem (melon) bien mieux, gras, reste bien vif derrière. Lux (chardo nature en amphore) 2017 un peu réduit mais bien sinon. Faust 2017 (vin orange de chardonnay) réduit, très bizarre, même pour un vin orange. En rouge Nexus Pinot Noir est léger, épicé, un peu de gaz. B+. Bref, beaucoup de cuvées, pas mal de vins réduits ou pas en places, compliqués sur salon.

 

Coulée de Serrant

Vieux clos 2017 : (sur les 3 cuvées 40mg SO2 volcanique total, - de 10mg libre comme par le passé. Entre 2et3gr SR) un peu typé nature, cire, pomme blette. B-.

Clos de la Bergerie 2017 : plus puissant, plus de tension, plus de longueur, toujours un peu de pomme blette, miel, plus épais. TB.

Coulée 2017 : plus gras, plus miellé, plus opulent, manque peut-être d’un peu d’acidité en l’état, belle longueur. Des vins plutôt bien nés, taillés pour la garde, en espérant qu’ils ne s’oxydent pas. TB.

 

Henri Milan

Grand Blanc 2015 : (à l’ouverture de la bouteille, servi chaud) bonne acidité, frais pour la Provence, un peu nature avec une pointe de cire, pomme blette, vernis. B+.

Papillon blanc sans soufre 2017 : très original, légèrement orange, texture grasse presque huileuse, , notes de fruits secs, de melon, intéressant. TB.

Luna & Gaia 2017 : (vin orange), semble assez réduit, pas trop en place à l’ouverture de la bouteille. B-.

La Carrée Roussanne 2015 : très moderne, très boisé, vanillé. Moyen.

 

Wittmann

Riesling trocken 2018 : Riesling tendu, minéral, salin, très long pour une entrée de gamme, ça démarre fort. TB+.

Riesling Vom Kalkstein trocken 2018 : même trame tendue et saline, plus d’épaisseur, plus long. TB++.

Riesling Westhofener trocken goldkapsul 2016 : plus pétrolé, plus austère, plus amer, résine, un poil plus court. TB+.

Riesling Kirchspiel GG goldkapsul 2015 : pointe de résine et pétrole, plein d’agrumes, zestes, ulta long et minéral avec une matière énorme, aussi long que large. Déjà sublime avec un gros potentiel de garde. Gros coup de coeur. Exceptionnel.

IMG_20190513_103320

 

Posté par tomy63 à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Salon - Vins liquoreux du monde

Magnifique salon, parfaitement organisé, lieu calme, pas trop de monde, bons verres et surtout très grands vins. Voici quelques notes à prendre avec des pincettes. Lorsqu'on enchaîne les vins liquoreux, on a vite tendance a préféré les plus digestes, ceux ayant le plus d'acidité. Les Sauternes s'en sont donc mal sortis dans l'ensemble, alors que bu seuls, sans l'effet de séquence, ils auraient probablement fait meilleure figure. La température de service, parfois un peu froide a aussi pu renforcer la (fausse) impression de fraîcheur de certains vins. Puis comme toujours le dégustateur peut parfois passer à travers...

Quoi qu'il en soit, c'était une nouvelle fois la preuve pour moi que les grands liquoreux ne sont pas qu'en France, et surtout pas qu'à Sauternes, loin de là...

IMG_20190512_143919

 

Gerovassiliou (Grèce)

Malagousia 2015 PGI Epanomi : (malagousia passerillée sur souches) Le nez muscate un peu. Bouche vive, qui muscate aussi, pas très épaisse, notes intéressantes de pin et de garrigues qui apporte un certain charme et un peu de fraîcheur au côté muscaté qui doit vite devenir lassant sinon. B+.

 

Huet

Vouvray Clos du Bourg Moelleux 1e trie 2002 : (passerillage) Semble peu sucré dans la série, notes d’ananas, abricot, orange amer, très frais et digeste, belle longueur. TB+.

Constance 2015 : (botrytis, 142gr) Aromatique encore toute jeune, fruits frais, poire, c’est surtout en bouche qu’il impressionne, les 140gr passent tout seuls, grosse acidité dans le fond, tendu, frais, belle longueur, donne envie d’y retourner de suite. Très différent des Moelleux 1e trie du domaine, plus proche des liquoreux du Clos Naudin. Déjà sublime et bientôt Exceptionnel.

IMG_20190512_123405

 

Yquem

Sauternes 2009 : (80% sémillon, 20% sauvignon) un peu fermé, beaucoup de notes florales, du miel, peu de fruit, concentré, pas une grosse acidité. La finale longue avec des notes épicées le sauve. Petite déception, car loin d’être mauvais, il ne sort pas du lot, loin de là. Peut-être que ça arrivera avec le temps ? Peut-être que je suis passé à travers sur un salon où on ne donne pas beaucoup de temps à chaque vin. En tout cas pas emballé plus que ça. TB+.

IMG_20190512_122452

 

La Tour blanche

Sauternes 2015 : (135gr SR) superbe de fraîcheur, concentré, long, miellé et fruité. TB++.

Sauternes 2003 : (180gr) très belles notes de fruits confits, beau rôti, reste fais et bien équilibré. Le meilleur château du jour en Sauternes, assez loin devant. TB++.

 

Coutet

Barsac 2010 : (1er millésime du nouvel œnologue) Tout en fraîcheur, pas très marqué miel, peu de sucres pour Sauternes-Barsac, notes de fleurs blanches, pin, acacia. Finale avec un côté végétal (pin ?) qui me gêne un peu, mais son côté très digeste pourrait probablement convaincre pas mal d’anti-sémillon. TB.

 

Rayne Vigneau

Sauternes 2015 : bel équilibre, plutôt sur un style, fruité et très digeste, pas très chargé en sucres. TB+.

Sauternes 2003 : superbe nez de Sauternes évolué, abricot sec, pâte de coing, épices, la finale nous rappelle un peu le millésime chaud, pas une grosse acidité, mais pas trop lourd non plus, la canicule a été bien gérée. TB+.

 

Rieussec

Sauternes 2009 : (157gr SR, 84% sémillon, 12% sauvignon, 4% muscadelle) Puissant, très riche, belle acidité pour 2009, un peu d’alcool en finale mais assez long, taillé pour la garde. TB.

 

Climens

Barsac Cyprès de Climens 2015 : notes de caramel, peu de sucres mais peu d’acidité donc vite lourdaud. B-.

Barsac 2012 : (100% sémillon, 116gr SR, 14% alc) Encore tout jeune, semble un peu fermé mais il était servi trop froid, élégant, floral, pas très riche, longueur moyenne. Rien d’exceptionnel, peut-être pas le meilleur choix de millésime ou juste servi trop froid. Un peu déçu par ce château que j’aime beaucoup d’habitude. TB.

 

Guiraud

Sauternes 2009 : (65% semillon, 35% sauvignon) Doré, très miellé, très expressif, bouche riche, sirupeuse, juste ce qu’il faut d’acidité pour pas être lourd mais pas plus. TB+.

 

Camin Larredya

Jurançon Au Capceu 2017 : plein d’ananas, très manseng, fruits exotiques, pas très riche en sucres, grosse acidité. TB++.

Jurançon Capceu 2012 : plus coloré, plus confit, notes de fruits secs, abricot, orange amer, finit sur des amers nobles, très belle acidité, peu de sucres aussi. TB++.

 

Cauhapé

Jurançon Boléro 2017 : (100% petit manseng) servi très frais, plutôt léger en sucres, très aromatique, ananas, poire, salade de fruits frais, belle acidité, un peu monolithique peut-être. B+.

Quintessence du petit manseng 2014 : Beau nez très expressif, très manseng avec beaucoup d’ananas, des fruits confits, bouche concentrée, belle acidité derrière mais finale sur des notes de caramel avec de l’alcool qui ressort. Moins élégant que les Camin Larredya. TB.

IMG_20190512_131256

 

Inniskillin (Canada)

Sparkling Vidal Icewine Niagara Peninsula 2017 : (vidal, 9,5% alc) aromatique très pomme bien mûre, comme un cidre de glace (voire pas de glace), un peu simple en l’état mais sympa. Beaucoup de bulles assez fines, très concentré, il reste relativement digeste grâce à la bulle plutôt qu’à l’acidité. TB.

Riesling Icewine 2017 : (8,5% alc, 268gr SR) très concentré, litchi, ananas, fruits exotiques, reste assez frais sans être très acide non plus. Bien mais j’avais préféré le Vidal oak aged chez eux. TB+.

IMG_20190512_124046

 

Kracher (Autriche)

Beenrenauslese 2017 Burgenland : (welschriesling, chardonnay) très litchi, muscat, aromatique écoeurante, même si plutôt frais et pas trop chargé en sucres. B.

Scheurebe TBA N°2 Zwischen den Seen 2009 : (Scheurebe) très abricot sec, cire, miel, coing, orange, grosse concentration et grosse acidité, finale très longue sur l’orange amère et des fruits exotiques. Sublime. Me conforte dans l’idée qu’il faut prendre les Scheurebe chez Kracher. Exceptionnel.

 

Donnafugata

Pantelleria Ben Ryé 2016 : riche, puissant, plein de pâte de fruits et de fruts confits, beaucoup d’herbes méditerranéennes type myrte, romarin, fait voyager, grosse acidité dans le fond, beaucoup de longueur. TB++.

Pantelleria Ben Ryé 2006 : plus marqué caramel, notes de prunes et de coing, un côté résine de pin, il a mangé un peu de sucres mais reste riche, finale sur les amers. Je crois que je préférais le précédent. TB+.

 

Disznoko

Tokaji Aszu 5p 2011 : (100% furmint)grosse concentration, miel, commence bien mais un peu caramel brûlé avec de l’alcool sur la finale, belle acidité derrière. TB.

Tokaji Aszu 6p 2002 : (75% furmint 25% zeta) Miel, fruits exotiques et ananas rôti, abricot sec, pâte de coing, très concentré et acidité très haute, équilibre magistrale, grosse longueur. Exceptionnel.

 

Dr Loosen

Urziger Wüzgarten Auslese 1993 : (AP 09. 7,5% alc) Pointe de pétrole au nez, bouche encore jeune, peu sucrée pour un Auslese, elle manque un peu de nerf et finit court. TB-.

Erdener  Treppchen Beerenauslese Goldkapsul 2006 : (AP 64. 6% alc) Pas de pétrole, que des fruits exotiques frais, joli nez, la bouche manque un peu de tension et surtout de longueur pour en faire une grande bouteille. TB.

Un peu déçu par les vins de Loosen que j’ai connus en bien meilleure forme, à moins que ce ne soit dû à l’effet séquence. A noter, en 20ans les vendanges ont avancé de 4 semaines !

 

Morlet (USA)

Billet Doux 2012 Alexander Valley : (sémillon, sauvignon, muscadelle, 85gr SR 16,8% alc) Superbe nez très mangue, passion. La bouche est lourde, puissante, un peu trop d’alcool ressenti, finale plus sèche, presque un peu de noix. B.

IMG_20190512_133635

 

Winica Turnau (Pologne)

Szlachetny Zbior (Vendange Tardive) 2017 : (solaris, 8,5% alc, 130gr SR) léger, fruits exotiques frais type litchi, mangue, avec une grosse acidité, proche d’un Auslese allemand. Très bien fait. TB++.

Wino Lodowe (Ice wine) 2017 : (johanniter, 7,5% alc, 150gr SR, 9gr acidité tartrique) Nez sur la pomme, les fruits du verger, me rappelle les vins de glace d’Inniskillin ou certains cidres de glace. Bouche très facile avec le faible degré d’alcool, superbe acidité qui allonge le vin. Superbe découverte. TB++.

IMG_20190512_141104

 

Tirecul la Gravière

Monbazillac SGN 2016 : (170gr SR, sémillon + environ 50% muscadelle) du miel, des fruits exotiques, de la mangue, de la pêche, très gourmand, grosse acidité derrière, les 170gr passent tout seuls, même en fin de salon. TB++.

Monbazillac Madame 2014 : (220gr SR, 100% botrytis)  aromatique proche du précédent, très frais, encore plus d’acidité derrière, plein de fruit, une touche florale dans le fond, à la fois concentré, digeste et élégant. Déjà sublime. Quelle acidité par rapport aux Sauternes, d’après le producteur due au climat plus frais et aux 50% de muscadelle. Un cépage que certains devraient utiliser un peu plus ? Exceptionnel.

IMG_20190512_135931

 

Clos haut Peyraguey

Sauternes 2015 : (95% sémillon 5% sauvignon) semble très mou dans la série, surtout à côté de la Tour blanche. B-.

Sauternes 2007 : riche, un peu lourd, mais quand même bien mieux que le précédent. B+.

 

Lafaurie Peyraguey

Sauternes 2016 : (93% sémillon) vanille et fruits exotiques, goûte un peu sur l’élevage, vite écœurant. Peut-être que 2016 n’était pas le meilleur choix pour ce jour-là… B-.

 

Klein Constantia (Afr du sud)

Vin de Constance 2015 : (muscat de Frontignan) Nez exubérant, très muscat, beaucoup de rose, vite lassant, heureusement qu’une belle acidité le sauve en bouche. Peu de plaisir en l’état, mais les quelques vieux millésimes déjà goûtés me donnent quand même l’espoir d’un grand vin dans l’avenir. B+.

 

Krauthaker (Croatie)

Grasevina ibpb 2015 : (grasevina ou welschriesling, 156gr SR) Proche des « petites » cuvées Auslese et Beerenauslese de Kracher avec un côté vite lassant de litchi, muscat, bouche assez riche avec une bonne acidité, mais l’aromatique reste très simple. TB-.

Zelenac ib 2017 : (zelenac, 65gr SR) vif, léger ensucres, perlant, facile, simple. B+.

IMG_20190512_132248

 

Telmo Rodriguez (Espagne)

M. R. 2015 Malaga : (muscat d’Alexandrie en cuves) petit muscat léger, vif, facile. B.

Molino Real 2014 Malaga : (muscat d’Alexandrie 2ans en fût) élevage bien intégré, très gras et sirupeux, belle acidité, puissant, aromes de muscat et d’herbes aromatiques du sud. TB.

 

Sigalas Rabaud

Sauternes 2016 : fait litchi et fruits trop mûrs, peut-être pas en place. Moyen.

Sauternes 2001 : pour un 2001 semble léger, bien marqué miel et acacia, pas très long. B+.

 

Rabaud Promis

Sauternes 2015 : plutôt frais et digeste, un peu vanillé, finit court. B+.

Sauternes 2005 : lourd. B-.

 

Suduiraut

Sauternes 2013 : (153gr, 93% sémillon) beau nez, fruits frais, miel acacia, bouche concentrée, riche en sucres, mais plutôt bien équilibrée par l’acidité, moins lourd que ce que j’avais goûté par le passé chez Suduiraut. TB+.

Sauternes 2005 : (97% sémillon) encore très jeune, miel et acacia aussi, élégant pour Suduiraut 2005, une bonne surprise qui me réconcilie avec le château. TB+.

 

Fargues

Sauternes 2015 : très vanillé, chaud et lourd. Décevant pour Fargues. B.

 

Mann JL et F.

Gewurz Eichberg VT 2011 : un gewurz minéral, pas trop variétal, acidité plutôt basse mais peu de sucres. TB.

Pinot gris lieu-dit Letzenberg SGN 2009 : (227gr, sols calcaires) Très fruits exotiques, encore tout jeune, belle acidité, facile à boire. TB+.

 

Delesvaux

Coteaux du Layon SGN 2011 : très frais, fruité plutôt typé, poire, fruits du verger, facile, digeste. TB+.

SGN 2010 : plus confit, plus concentré, peut-être un peu plus lourd, mais beaucoup plus long. TB+.

 

Posté par tomy63 à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2019

Paulée

Domaine des Bérioles

Tresaille 2018 retour à un 100% trésallier, encore marqué fermentaire-pomme granny, moins tendu que sur d’autres millésimes. Idem pour Aurence 2018.

 

François Crochet

Sancerre Blanc 2018 pas tout à fait en place et un peu mou. Bien mieux avec Les Amoureuses 2017 et surtout avec Exils 2017 (sols de silex) très minéral et salin, surtout très long. Chêne Marchand 2017 (calcaires) très bien aussi, mais un peu moins de tension. Le Rosé 2018 de presse est coloré, fruité, frais, avec une belle matière. Sancerre rouge 2017 un peu chaud et mou, Sancerre Rouge Reserve de Marcigoué 2016 très réduit, épais, difficile à goûter ce jour-là.

 

Clos de l’Ecotard

Saumur blanc Haie Nardin 2017 (50% de malo faite) est plus simple, plus rond que les autres cuvées du domaine même s’il garde une trame minérale dans le fond qui en fait une superbe entrée de gamme. L’Ecotard 2017 (pas de malo), minéral, ciselé, très long et tendu, superbe. Les Pentes 2017 (haut de la parcelle de l’Ecotard) a encore un peu plus de longueur avec une finale interminable sur de beaux amers.

 

Jasmin

L’IGP rouge La Chevalière 2017 est fruitée, croquante, la Côte-Rotie Giroflarie 2016 une petite bombe toute en fraîcheur et en élégance, Oléa 2016 (prélevé sur fût) encore très marqué par l’élevage en l’état.

 

Dehours

Champagne brut nature (base 2014) avec levures indigènes un peu trop austère, avec une amertume marquée. Idem pour Brut Grande Réserve et Terre de Meunier Xtra-Brut (base 2015). Belle bouteille Lieu dit Genevraux Xtra-Brut 2008 (malo faite + fût) avec matière et fraîcheur.

 

Guillaume Mochel

Riesling 2017 sérieux pour une entrée de gamme, tendu, classe. Altenberg de Bergbieten Riesling 2017 très droit et minéral, pétrole un peu, belle longueur, un futur grand. Le 2016 a un peu plus de fruit, plus aromatique, un peu moins salin. 2013 commence a prendre du volume grâce à de jolies notes miellés tout en gardant la droiture des précédents. Que du très bon.

 

Domaine de Fa

Fleurie Roche Guillon 2016 plein de fruit, croquant, frais. Beaujolais en Besset 2017 malheureusement vernis (acétate).

 

St Cosme

La série Crozes, St Joseph, Côte-Rôtie 2017 est décevante, trop solaire, manque de fraîcheur comme beaucoup de Rhône Nord, à voir avec le temps. Tous les Rhône sud sont grandioses. Le Côtes du Rhône 2018 est gourmand, confiture de fruits noirs. Le CdP 2016 est magnifique, puissant, épicé, frais, belle texture. Le Gigondas 2017 excellent aussi, probablement à boire en attendant le 2016, Le Claux 2017 très concentré mais aussi frais et tendu, plus chocolaté que la cuvée domaine, Hominis fides 2017 plus sauvage voire animal d’une longueur incroyable, Le Poste 2017 se cherche encore un peu par rapport aux précédents. A encaver absolument. Le Riesling américain Forge Cellars Finger Lakes Dry riesling 2017 est tendu, minéral, belle longueur, dans l’esprit d’un allemand sec.

 

Domaine des Lises

Deux beaux Crozes 2017, surtout d’une fraîcheur rare pour le millésime. Equinoxe 2017 léger, fruité, croquant, la cuvée domaine Crozes 2017 sur la violette, beau fruité, frais, élégant.

 

Labranche Laffont

Pacherenc sec 2016 très tendu, un peu austère, mais belle longueur, le 2017 a plus de volume, un peu plus exotique aussi. Madiran Tradition 2016 ou 2017 ? excellente entrée de gamme, fraîche, juteuse, fruitée, tannins encore un peu présents en finale, il peut aussi vieillir. Madiran VV 2015 encore serré, à attendre. Madiran Préphylloxériques 2010 très élégant, vin en longueur, plein de fraîcheur et d’énergie. Pacherenc moelleux 2017 (85gr) gourmand, moins exotique que les Jurançon de Camin Larredya, frais, digeste. Du beau travail.

 

Mouthes Le Bihan

En blanc Pie Colette 2016 est un peu mou, Vieillefont 2014 plus tendu, plus gras, élevage bien intégré, Perrette et les Noisetiers 2014 a un beau jus mais un élevage encore trop présent en l’état. Les rouges sont compliqués L’aimé chai 2015 et Pie Colette 2017 un peu réduits et maigres, Vieillefont 2015 et Les Apprentis 2015, trop jeunes, serrés avec encore un peu de bois à digérer. Bien mieux le liquoreux La Lionne et le désert 2011 concentré, miellé, mêlant fruits jaunes et fruits secs, surtout bien équilibré par une bonne acidité.

 

Cosse Maisonneuve

Des vins compliqués, trop jeunes pour la plupart, Solis 2016 pas en place, mieux avec Fage 2014 et Sid 2014, Laquets 2015 est encore sur son élevage, à attendre. Marguerite 2014 réduit et très serré.

 

Bordaxuria

Excellent Irouléguy Blanc Erotik 2017, tendu, exotique, long. L’Irouléguy rouge 2016 très frais et élégant. Kixka Rouge 2016 encore serré et concentré, à attendre. Le rosé 2017 très coloré est épais, concentré, en restant fruité et digeste. Très belle gamme.

 

Dominique Andiran - Haut Campagnau

Vain de Rû 2017 très réduit, compliqué. Magnus rouge 2017 est un nature bien fait, léger, plein de fruit. Le Ruminant des Vignes 2013 est un vin oxydatif très légèrement marqué noix, plein de fruits secs, de fruits frais, de miel, il sort sec (1,8gr) et pourtant plein de fruits exotiques. Une bombe !  Pissenlits 2008 (gros manseng) bien plus marqué par l’oxydation, très noix, mais une belle finale caramel beurre/salé, très intéressant. Enfin Soyeux d’hiver 2014 est un liquoreux (80gr) avec du gaz, très frais, surprenant, original, mais pas trop mon truc. Une gamme avec du bon et du moins bon, mais du caractère et de l’originalité, qui ne laissera personne indifférent.

 

Danjou-Banessy

Le Blanc Coste 2017, grillé, réduit. Clos Escounils Blanc 2017 idem. Supernova 2018 sent le litchi à plein nez, on dirait un gewurz, vite écœurant.  En rouge Roboul 2017 très réduit et maigre.  Enfin du bon avec Truffière rouge 2017 et Myrs 2017, fruités, aériens, tendus, peu de volume mais belle longueur.

 

Alain Chabanon

Petit Trelans 2018 (80% chenin cette année) vif, fruité, brioché et Trelans 2015 (80% chenin aussi en 2015) moins oxydatif qque d’autres millésimes, belle tension, convaincants. Campredon 2017 moins concentré que l’an dernier, plus épicé, toujours aussi fruité.

 

Manuel Olivier

Chambolle 2017 confituré mais peu de matière. Bien mieux le Vosne 2017 Damaudes, plus frais, plus long, joli vin. Morey 2015 trop chaud, lourd. Clos Vougeot 2012 très pataud aussi. Toujours pas convaincu par ce domaine au style très international…

 

Jean Fournier

Très belle gamme de rouges, le Bourgogne Côte d’Or 2017 est frais et juteux, Marsannay Longeroies 2016, épais, belle longueur, tannins fins. Marsannay Clos St Urbain 17 un peu plus solaire. Excellent Marsannay Clos du Roy 2016 plus tendu que les précédents, plus minéral. Belle expression du terroir. Le Fixin Petits crais 17 prélevé sur cuve s’annonce excellent, plein de fruit et de gourmandise. Rosé 17 bien fait, les blancs Marsannay St Urbain 2017 et Aligoté Champ Forey VV 2017 manquent un peu de tension, en-dessous des rouges, même s’ils sont loin d’être mauvais.

 

Thomas Bouley

Très belle gamme, cohérente, style très classe, pointu, avec une parfaite définition des terroirs. Hautes Côtes de Beaune 17 tendu, finale encore un peu serré, Volnay VV 2016, large, puissant, mais belle minéralité dans le fond, taillé pour la garde. Le Pommard 2016 (grande partie sur les Vaumuriens) est plus fin, plus droit, plus tendu, superbe. Pommard Rugiens (du haut) 2016 pas du tout ferrugineux, plein de fruit, un style tout en tension et en minéralité, superbe.

 

Alex Gambal

Des blancs plus boisés/toastés les uns que les autres, St Aubin 2016, St Romain 2016, Beaune Montagne St Désiré, Remilly 16 et Murgers Dents de Chien 16. Peut-être un peu mieux pour ce dernier quand même. Les rouges sont à peine mieux, Morgon Les Charmes 2016 juteux, St Romain 16 croquant, facile, Savigny 2016 pas en place, réduit, NsG 1er cru clos des argillières 16 trop boisé aussi.

 

Alexandrine Roy

Très beaux 2017, Gevrey VV tout en fruit, La Justice plus solaire, Clos Prieur plus frais et plus élégant, cuvée Alexandrine à attendre un peu plus longtemps, mais de belles concentrations, fruité gourmand, et surtout des vins moins confiturés et moins boisés que par le passé. Parfaite gestion du millésime.

 

Cognac François Voyer

Terres de Grande champagne 40% et VSOP 40% sur le fruit frais. On monte bien en gamme et en complexité avec le Napoléon, puis XO 1er cru de grande champagne, XO Gold et la plus puissant Extra 42%. Dommage qu’il n’y ait pas de brut de fût dans la gamme pour avoir un peu plus d’ampleur. Le Pineau des Charentes est simple, loin du Pineau des Charentes Vieux 17% plein de fruits secs, pointe de rancio, gourmand, finissant sur le caramel beurre salé. Terrible.

 

Nicolas Grosbois et Hauts Baigneux

Chinon Cuisine de ma mère 2017 un peu vert, Gabare 2017 bien mieux, fruits noirs, encore serré, Noyer 17 encore un cran au-dessus, avec une grosse matière et des tannins plus soyeux, Gabare 16 un peu moins bien, puis Noyer 2009 qui commence juste à partir sur le sous-bois, plein de fruits mûrs, très beau. Hauts Baigneux Blanc Chenin 2014 très marqué poire, et pomme au four, manque un peu de tension.

 

Terre de vins

Louis Guntrum Rheinessen Dry Riesling 2016 : (8,5gr SR, vignes sur Nierstein et Oppenheim)frais, légèrement fruité, tendu, facile grâce à ses quelques grammes de sucres, très désaltérant, quand même un peu de longueur.

Salwey Spätburgunder 2016 très clair, acidulé, notes de caillou fumé, manque d’épaisseur.

Soltema Jorche IGP Primitivo del Salento 2016 : beaucoup de fruits bien mûrs, confiturés, peu de tannins, facile, très sexy, un peu trop.

Giovanni Rosso Barolo 2014 : tout en finesse, plein de fruits et de fraîcheur, belle longueur, une réussite dans ce millésime compliqué.

Le Salette Amarone Classico 2015 : très confituré et facile, peu voire pas de tannins. Un peu simple.

Marco Capra Moscato d’Asti Bricco delle Merende 2018 : (121gr SR) bien fruité, léger, facile, bulle assez fine, peut-être un poil trop sucré.

 

A bicyclette

Brundlmayer Kamptal Riesling Terrassen 2017 : belle entrée de gamme, riesling vif, sec, tendu.

Brundlmayer Ried Berg Vogelsang Grüner 2016 : beau grüner, frais, pas du tout variétal, minéral, pierre-à-fusil, classe.

Quinta da Muradella DO Monterrei “Alanda” Blanc 2016 : (dona blanca) très mou, manqué d’acidité.

Quinta da Muradella DO Monterrei “Alanda” Rouge 2013 : (mencia, bastardo) fruits rouges cuits, poivre, plus convaincant que le blanc.

Mullineux Swartland Old Vines White 2017 : (majorité chenin + grenache blanc, clairette, viognier) gras, beurré, boisé trop marqué.

Equipo Navazos OVNI Pedro Ximenez sec Montila-Moriles : bien marqué noix, fruits secs, moins puissant et moins ample que certains Fino/Amontillado, pas la salinité de certains Manzanilla. Pas convaincu.

Luis A Rodriguez Vazquez DO Ribeiro « A torna dos pasas » 2015 : (bracellao, ferrol,  caino longo, caino redondo) léger, épicé, réglissé, me fait penser à des négrettes ou fer servadou, du caractère.

Raul Perez St Jacques Ultreia 2017 DO Bierzo: (mencia) couleur sombre pour l’appellation, confiture de fruits noirs, peu de tannins, très lisse, pas de longueur.

Luis Seabra Xisto Illimitado Douro 2017 : Couleur sombre, fruits noirs, cuits, notes toastées, trop solaire pour moi.

Claus Preisinger zweigelt Kieselstein 2017 : beau fruité, très frais et élégant, croquant, notes de violette, léger, peu de tannins, belle entrée de gamme.

 

 

Posté par tomy63 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 février 2019

Soirée Biodynamie

Françoise Bedel - Champagne Extra-Brut Entre ciel et terre : (pinot noir, pinot meunier, base 2010) Couleur or clair, nez floral, pâtissier (frangipane), et fruité (agrumes). Bouche à la bulle très fine, jamais austère tout en restant fraîche et fruitée, belle longueur, presque saline. On commence bien. TB.

Arlaud - Chambolle-Musigny 2015 : Couleur sombre pour du pinot, nez de fruits rouges et noirs, assez mûr, on sent le millésime 2015, élevage parfaitement intégré. Bouche avec une certaine puissance, beaucoup de fruit, tannins soyeux, belle concentration pour un "village". Déjà excellent, mais surtout un grand potentiel de garde pour ce vin d'un équilibre redoutable. TB+.

Roc des Anges - Unic 2017 : (grenache sur schistes) Couleur presque violette, nez de bonbon à la cerise, certains pensent à du gamay. Bouche pleine de fruit, légère, peu de tannins, très fraîche et facile, pas une grande longueur mais très facile à boire. TB-.

Monier-Perreol - Saint-Joseph 2016 : Couleur grenat, nez sur les fruits noirs, le lardé/fumé et la violette des belles syrahs du Rhône nord. Bouche plutôt légère, fraîche et élégante, beaucoup de fruit, bonne longueur. A carafer longtemps pour enlever la réduction. TB.

Clos Canarelli - Tarra d’Orasi Vin de France (2008) : (vignes préphylloxériques de sciaccarellu et minustellu) Couleur tuilée et trouble, nez original sur l'artichaut, fruits rouges cuits. Bouche avec un peu de gaz, puissante, sur les fruits rouges confiturés, finale de très bonne longueur avec de la fraîcheur malgré le degré d'alcool élevé. Un vin avec des défauts mais du caractère et un certain charme. B+.

soiree biodynamie

 

Birichino - Cinsault Bechthold Vineyard 2016 : (cinsault centenaires de Lodi en Californie) Couleur rubis claire, nez de framboise, grenadine, rose, caillou fumé. Bouche toute en fruit, légère, élégante, peu de tannins, fruits rouges confiturés, belle finale d'une fraîcheur étonnante pour la Californie. TB+.

Weinbach - Riesling Grand cru Schlossberg 2015 : Couleur or pâle, nez sur la résine, le pétrole, les agrumes, des notes florales. Bouche dans la suite du nez, qui manque juste d'un peu de tension pour être parfaite, effet millésime chaud probablement. TB.

Albert Mann - Riesling Grand cru Furstentum 2013 : Couleur dorée, magnifiue nez sur le miel, les fruits exotiques, une pointe d'hydrocarbures. Bouche pleine de fruits exotiques, probablement quelques grammes de sucres résiduels, gourmande et tendue à la fois, finale plus longue et plus tendue que celle du Schlossberg. Le vin de la soirée probablement. TB++.

François Chidaine - Montlouis-sur-Loire Moelleux 2016 : Couleur dorée, nez sur la poire, le coing, la pêche. Bouche dans un esprit demi-sec (environ 25gr) parfaitement équilibrée entre le sucre et l'acidité, beaucoup de longueur, du fruit, de la gourmandise et de la fraîcheur. TB+.

Cazes - Rivesaltes grenat 2011 :Couleur noire, nez sur la confiture de mûre et de cassis, bouche sucrée, puissante, très fruitée avec des notes de rose en finale, pas trop lourd pour un VDN. TB-.

soiree biodynamie 2

 

Posté par tomy63 à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2019

Millesime Bio - Le vin de mes amis 2019

Hauvette

Arpège 2011 (Roussillon) : nez un peu chaud et bouche plutôt verte, très courte. Moyen.

Roucas 2017 : léger, gourmand, fruits rouges un peu sucrés, pas très long, mais très sympa. TB-.

Cornaline 2012 : très bordelais dans l’aromatique avec un côté fruits cuits, prunes. Pas mon truc. B-.

Améthyste 2016 : (cinsault majoritaire) couleur claire, nez plein de fruits rouges, bouche fine, fraîche, texture de velours, belle longueur, dans l’esprit des Haut de Carol’s. Superbe. TB++.

Jaspe 2016 : (roussanne) servi très froid, assez fermé, court. B-.

Dolia 2012 : (roussann marsanne clairette) servi très froid aussi, mais beau nez résine, citron, caillou fumé, la bouche manque un poil de tension pour chipoter, beau vin quand même. TB.

 

Camin Larredya

La Part Davant 2017 : plein de fruits exotiques, bouche tendue. TB+.

La Virada 2017 : encore plus exotique et miellé, bouche plus minérale, très longue. TB++.

Côte blanche 2017 : un peu plus gras, moins exotique, à peine moins tendu, différent mais très bien aussi. TB+.

Costat Darrer 2017 : très mangue, ananas, frais, pas trop de sucre, une gourmandise. TB+.

Au Capceu 2017 : encore plus mangue et miel, plus sucré, mais plus tendu et plus long. TB++

L’Iranja 2017 : (vin orange, demi-sec) Puissant, plein de fruits secs, de plantes au nez, à peine de rancio en finale, grosse acidité en bouche, les quelques grammes de sucres l’empêchent d’être austère, longueur incroyable. TB++.

IMG_20190128_125706

 

O. Riviere

La Bastid Blanc 2018 : (viura majoritaire, sur cuve) encore tout fermentaire.

Arlanza La Vallada 2017 : noir, fruité mûr, solaire, un peu trop tannique. B.

Rioja Trotamundos Franc de pied 2017 : solaire, beaucoup de fruits mûrs, cassis notamment, plus de tension derrière. TB.

Arlanza El Cadastro 2016 : beau jus mais trop tannique et solaire en l’état. B.

Arlanza El Quemado 2016 : idem.

Rioja Las vinas de Eusebio 2016 : trop tannique et trop jeune, très concentré, mais plus de fraîcheur derrière, gros potentiel mais à attendre. TB.

Rioja Pozo Alto 2016 : idem. TB.

IMG_20190128_141122

 

Nikolhaihof

Grüner Zwickl 2017 : très simple. B.

Grüner Smaragd Im Weingebirge 2015 : un côté Presque résine/pétrole étonnant pour du Grüner, belle minéralité, manque un poil de tension. B+.

Riesling Federspiel Vom Stein 2011 : fait gewurz varietal. B-.

Riesling Smaragd Vom Stein 2014 : tendu, salin, mineral, top. TB+.

Kremstal Riesling Steiner Hund 2014 : très mou. Moyen.

Riesling Federspiel Steinriesler 2004 : (12ans élevage foudres) brioche, un peu mou. B.

Riesling Smaragd Vinothek 2002 : (parcelle Im Weingebirge, 16ans élevage) encore tout jeune, sur la résine, le citron vert, le poivre, assez long et tendu. TB+.

IMG_20190128_172510

 

Clos St Vincent

Bellet rosé 2017 : (100% braquet) B.

Bellet Blanc 2017 : (100% rolle) encore un peu sur l’élevage, manque de tension. B-.

Bellet Blanc Vino di Gio 2016 : élevage peu sensible, très belle tension, finale longue, saline. TB+.

 

S. Pataille

Aligoté 2017 : un peu mou par rapport aux suivants. B-.

Bourgogne Bl Méchalots 2017 : (sur cuve) tendu mais un peu grillé/boisé en l’état. B.

Aligoté Champs forets 2017 : grosse tension et minéralité, long, mais aussi une belle matière épaisse, fins amers. TB+.

Aligoté charme aux pretres 2017 : (sols de marnes) finale un peu trop amère par rapport au précédent même si ça partait bien. TB.

Aligoté clos du roy 2017 : sur un fond de bouteille, semble plus gras, plus beurrré. TB-.

Marsannay 2017 : léger, poivré, facile. B.

Marsannay Longeroies 2017 : (90% VE) un peu de volatile et de gaz, belle fraîcheur derrière, mais compliqué. B-.

Marsannay Clos du Roy 2017 : se présente mieux, fruits juteux, frais, à peine de volatile, mais assez long. TB.

 

Château le puy

Emilien 2016 : léger, fruité, un peu vert. B.

Barthélémy 2016 : nez évolué, kirsché, un peu chaud, mais bouche bien plus fraîche, confiture de fruits rouges, texture de velours, à la Tertre Roteboeuf sans le côté caramel/vanille ici, assez long. TB+.

Barthélémy 2011 : nez évolué et chaud aussi, texture de bouche superbe comme le 2016, un peu de volatile en finale. TB.

 

Gramenon

Poignée de raisins 2018 : (tous sur cuve/fût) jus de fruit, pas de tannins, très gouleyant et frais. TB.

La Sagesse 2018 : plus de tannins et de puissance, même gourmandise. TB.

La Mémé 2018 : (grenache en VE) vin nature sans défaut, belle pureté de fruit, peu de tannins, frais, TB+.

Emouvante 2018 : (syrah en VE) plus tannique, belles notes lardées, nature maîtrisé là aussi. TB+.

 

Arena

Antoine-Marie Arena  Carco Rouge 2017 : encore un peu de tannins, mais beaux fruits rouges juteux, finale poivrée. TB.

JB Arena Grotte di sole Blanc 2017 : un peu marqué pomme blette, rond, pas très tendu. B-.

 

Charvin

CdR 2017 : gourmand, confiture de fruits rouges, épices, pas trop tannique ni trop chaud pour 2016. TB.

Ch9 2017 : beaucoup de gourmandise, plein de fruit, déjà facile à boire, très frais et assez léger pour 2017. TB+.

Ch9 2016 : plus puissant, plus complexe, plus épicé, chocolaté, réglissé, un futur grand, à attendre. TB++.

 

Illaria

Irouléguy blanc 2016 : (petit manseng et courbu) couleur orangée, nez de fruits secs (macération pelliculaire ?), bouche vive, nature maîtrisé, mais sans le côté exotique que je recherche sur le manseng. B+.

 

Roches neuves

L’echelier blanc 2018 : (tous sur fût) encore fermentaire.

L’echelier rouge 2018 : juteux, prometteur, mais moins que Franc de pied.

Mémoires Rouge 2018 : un peu vert et tannique en l’état.

Franc de pied 2018 : plus léger, très juteux, texture soyeuse, prometteur.

 

Vacheron

Sancerre Rouge 2016 : beau pinot, plein de fruit, léger, long, très élégant. TB+.

Belle dame rouge 2015 : très boisé/vanillé à ce stade. B-.

Les Romains 2016 : un peu austère et fermé au nez, mais belle tension en bouche. TB.

Chambrates 2016 : encore un peu plus tendu, pas du tout variétal. TB+.

Le Pavé 2016 : plus ample, plus lourd. B+.

L’enclos des remparts 2016 : bien plus de tension et d’énergie que les autres, très long. TB++.

Guigne Chèvre 2017 : beaucoup de soufre en l’état. B-.

 

La garance

A Clara rouge 2018 : (brut de cuve) Encore un peu de gaz, léger, facile. B.

Les Armières 2016 : (tout juste embouteillé) assez typé nature, pas tout à fait en place. B.

A Clara Blanc 2018 : (brut de cuve) très mou. Moyen.

Les claviers Bl 2015 : couleur dorée-ambrée, beaucoup de fruits secs, frangipane, herbes aromatiques, long, grosse épaisseur, vin de gastronomie original, très intéressant. TB+.

(Domaine de la Garance - Languedoc « Les Armières » 2013 : (90% carignan, 10% syrah) Couleur sombre, nez chocolaté, fruits noirs, menthol. Bouche avec un peu de gaz, même le lendemain ! mais une belle fraîcheur, de la matière, des tannins présents mais de qualité, une belle énergie et de la longueur, on peut l'attendre encore un peu. TB.)

 

Pattes loup

Chablis 2016 Mise Tardive : nez miellé, assez mûr comme toujours avec Pico, la bouche est tendue, avec un léger gras, on finit sur de beaux amers. TB+.

1er cru Beauregard 2016 : (MT ?) plus gras, plus beurré, mêmes amers en finale, un peu plus long. TB+.

1er cru Butteaux Mise tardive 2015 : moins beurré, plus puissant, plus tendu que les 2016, encore plus long. TB++.

 

C. Peyrus

Pic St Loup 2016 : léger, élégant, très marqué garrigue et olive verte. TB.

Spoutnik 2016 : très fin aussi, plus poivré, léger, presque maigre, très frais, à la limite de la sous-maturité mais du bon côté. TB.

IMG_20190128_131655

 

Albert Morot

Beaune Aigrots 2016 : léger,un peu chaud et grillé. B-

Beaune Toussaints 2016 : moins grillé, mais assez mûr et chaud pour 2016. B.

Beaune Bressandes 2016 : idem

Beaune Teurons 2016 : idem en plus massif.

Beaune 100 vignes 2017 : idem.

 

Landron Chartier

Naturlisch 2018 : (pet nat folle blanche gamay) frais, léger, gourmand avec une pointe de SR. B+

Coteaux d’Ancenis Malvoisie Révélation 2018 : (pinot gris, 20gr SR, sur orthogneiss) gourmand, pas une grosse acidité, fruits jaunes, facile. B+.

Coteaux d’Ancenis Malvoisie Bel Orient 2017 : (35gr) un peu plus typé nature, pomme blette. B.

 

R. Paccot

Féchy La Colombe 2017 : (chasselas) beau chasselas, pas trop variétal, minéral, citronné, tendu. TB.

Brez 2017 : (chasselas) assez proche, un peu plus de tension. TB.

Curzilles 2016 : (chasselas, pinot gris, doral, riesling) mêmes tension et minéralité, plus de fruit et de gras. TB+.

Colombe grise 2016 : (pinot gris) un peu mou à côté des précédents. B.

Colombe rouge 2016 : (gamaret, merlot, garanoir) Boisé, tannique, tabac, poivron, pas mon style. B-.

Colombe noire 2016 : (pinot noir) léger, fruité, élevage présent bien intégré. TB.

IMG_20190128_145737

 

P.J. Kuhn (Rheingau)

Riesling Oestrich Trocken 2017 : léger, très minéral, salin, très long, superbe entrée de gamme. TB+.

Riesling Oestricher Klosterberg Trocken 2017 : un peu plus épais, très tendu et salin aussi, plein d’énergie. TB++.

Riesling Hallgartener Hendelberg 2017 Trocken : idem, finale encore plus longue et saline. TB++.

Riesling Doosberg GG 2016 : goûte un peu sur le boisé en ce moment, plus gras, moins salin que les autres. B+.

Riesling Landgeflecht Trocken 2015 : plus doré, miel, fruits secs, reste long et salin en finale. TB++.

Riesling Lenchen Auslese 2016 : le nez muscate un peu, bouche sur le miel, le fruit, manque un poil d’acidité. TB.

 

F. Loimer (Kamptal)

Grüner 1er cru Käferberg 2016 : bonne acidité pour un grüner, pas trop variétal. TB-.

Riesling 1er cru Steinmassl 2016 ? : beau riesling, minéral, tendu. TB.

Thermenregion chardonnay Gumpoldskirchen 2015 : boisé, peu d’acidité. B-.

Gemischter Satz Achtung 2015 : (grüner, Riesling, welschriesling, traminer…) très dorée, mou. Moyen.

Anning 2015 Pinot Noir Gumpoldskirchen : grillé, toasté. Moyen.

IMG_20190128_165323

 

Heinrich

Naked 2017 : que du litchi, écoeurant. Moyen

Muscat Freiheyt 2017 : muscat très varietal. Moyen.

Pinot Noir 2017 : léger, fruité, simple mais bon. B+.

Red 2017 : très réduit. Moyen.

Blaufrankisch 2016 : beaucoup de réduction aussi, pas en place. B.

Blaufrankisch Leithaberg 2016 : réduit, mais plus de profondeur, belle minéralité dans le fond. B+.

 

Guiberteau

Saumur Blanc 2018 : (sur cuve) vif, tendu, citronné, pas de bois sur cette cuvée, s’annonce bien. TB.

Saumur Clos Guichaux 2017 : (encore en masse) se goûte sur l’élevage en l’état. B.

Brézé 2016 : (en masse aussi) très boisé/grillé, écœurant, beaucoup de gras, à attendre très longtemps. B-.

Clos des Carmes 2015 : un peu moins de bois ici, mais cuvée déjà embouteillé, gras, tendu. TB+.

Saumur Rouge 2018 : (sur cuve) bien mûr et bien juteux, gros millésime à venir. TB.

Saumur Chapaudaises 2017 Rg : B+.

Saumur Arboises 2016 : très boisé en l’état. B-.

 

Brendan Stater-West

Saumur Bl 2018 : belle tension, minéral. TB.

Saumur Blanc Les chapaudaises 2017 : Un peu plus de volume, beau travail sur la minéralité, la tension. Plus convaincant que les vins de Guiberteau goûtés sur le même stand ce jour-là. TB+.

 

Avignonesi

Ventisei Rosso di Montalcino 2018 : (sur cuve) léger, sur le fruit, encore un peu de gaz. B.

Avignonesi Rosso di Montalcino 2017 : style plus puissant plus tannique. B.

Ventisei Nobile di Montepulciano 2015 : (avec du merlot) très boisé. Moyen.

Avignonesi Nobile di M. Caprile 2015 : tuilé, prune, kirsch, plus frais en bouche, serré. TB-.

Avignonesi Nobile di M. Poggeto di Sopra 2015 : tuilé aussi, plus tendu en bouche et plus long même si la finale serre un peu en l’état. TB.

Anfora 2018 : (en test, sur amphore) couleur rubis, petits fruits rouges, plus « bourguignon », plus pour mon palais. TB+.

IMG_20190128_162832

 

Hetszolo

Tokaji dry furmint 2017 : vif, sec, citronné, peu de fruit. B.

Tokaji dry furmint Nagyszolo 2016 : vif, marqué résine, à la riesling, encore un peu d’élevage, plus long. B+.

Tokaji dry harslevelu Nagyszolo 2017 : très résine de pin, sec, vif. B-.

Late Harvest 2016 : muscate un peu, vite écœurant. Moyen.

Anno 1502 2017 : (100gr SR) résine, peu de sucres ressentis, mais peu aromatique, très court. B-.

 

Marcoux

Lirac La Lorentine 2017 : noir, puissant, un peu chaud. B-.

Ch9 2016 : puissant, confituré, épicé, à attendre, belle fraîcheur derrière. TB.

Ch9 2015 : bien plus solaire et chaud, sans cette trame acide derrière. B+.

Ch9 2014 : tuilé, kirsché, plus fin et léger que les autres, mais il semble déjà bien évolué. TB-.

IMG_20190128_163643

 

St Prefert

Côtes du Rhône Clos Beatus 2017 : B+.

Ch9 2017 : épicé, un peu chaud et puissant en l’état. TB-.

Ch9 Auguste Favier 2017 : (sur cuve) encore tannique et puissant, bien chocolaté, bonne fraîcheur derrière. TB.

Ch9 Charles Giraud 2017 : (sur cuve) encore plus puissant, somber et tannique, bon potential, à attendre longtemps. TB.

 

Sauta Roc

Codoliera 2017 : (syrah, grenache) fruits noirs, épices, puissant, solaire. B+.

Pezenas In Trencio 2016 : (syrah, grenache, mourv, carignan) fruits noirs et épices, mais plus de caractère, à peine lardé/fumé, plus frais derrière. TB.

Esposadis 2016 : (cinsault majoritaire) Très noir, très puissant, chocolaté, esprit Châteauneuf, à attendre longtemps. B.

 

Posté par tomy63 à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2019

Salon Biodyvin 14/01/2019

Zind-Humbrecht

Zind 2017 : (sur fût, auxerrois et chardonnay sur calcaires muschelkalk du Clos Windsbuhl) vif, tendu, une pointe fumé pierre-à-fusil", plus qu'une simple entrée de gamme. TB.

Riesling Clos Häuserer 2017 : (sur fût, marnes calcaires au pied du Hengst) très minéral, très calcaire, pointe de pierre-à-fusil là aussi, encore plus long. TB+.

Riesling Rangen de Thann 2017 : (sur fût, sols volcaniques) encore plus fumé, presque tourbé, austère mais très classe, beaucoup d'énergie en bouche, un futur très grand. TB++.

Pinot gris Rotenberg 2016 : (calcaire rouge sur le versant nord-ouest du Hengst) plus sur le miel, les fruits jaunes, quelques grammes de sucres, transition un peu difficile derrière le Rangen. TB.

Gewurz Clos Windsbuhl 2013 : (34gr SR, calcaires muschelkalk) Gewurz pas trop variétal, gourmand, beaucoup de miel et d'épices, déjà très accessible mais avec un gros potentiel de garde encore. TB+.

biodyvin 3

  

Josmeyer

Riesling Le Kottabe 2016 : sur les agrumes, pointe de pétrole, pas très tendu sur la finale mais bonne entrée en matière. TB-.

Riesling Les Pierrets 2014 : bien plus salin et plus tendu, plus sérieux. TB+.

Riesling Hengst 2014 : encore un peu fermé au nez, grosse matière en bouche, tendu avec un gros volume. TB++.

Pinot Gris Fromenteau 2014 : très fumé, toasté, réduit ?, avec un côté caillou fumé trop marqué. B-.

Pinot Gris Brand 2014 : (malo faite) Nez plein de fruits exotiques, ananas, miel, passion bouche grasse, épicée, tendue et très longue. Un grand pinot gris sec. TB++.

Gewurztraminer Folatries 2015 : (10gr environ) un peu trop marqué rose à mon goût. B.

biodyvin 10

 

Barmès-Buecher

Riesling Clos Sand 2017 : peu type riesling, pas vraiment de résine ou de pétrole, plutôt des fruits surmûris et des épices, manque de tension. B-.

Riesling Steingrubler 2016 : idem.

Riesling Hengst 2016 : idem.

Gewurz Pfersigberg 2016 : (16gr) bien plus convaincant que les Rieslings, plus frais, exotique, pas trop variétal. TB.

Gewurz Steingrubler 2014 : (20gr) idem. TB.

 

M. Kreydenweiss

Val d’Eleon 2017 : (Riesling, pinot gris) vif et fruité. B+.

Riesling Wiebelsberg 2016 : (sur sables) pas trop de pétrole, fin, fruité, élégant, semble déjà prêt. TB.

Riesling Kastelberg 2016 : plus minéral, plus salin, taillé pour la garde avec une belle matière. TB+.

biodyvin 9

 

V. Zusslin

Auxerrois 2015 : B+.

Riesling clos Liebenberg 2015 : légèrement pétrolé, floral, épais et tendu. TB.

Riesling Pfingstberg 2015 : encore un peu plus riche, à peine sucré mais reste frais. TB+.

Crémant blanc 2012 : (90% auxerrois, 10% riesling) B+.

Pinot noir Bollenberg Harmonie 2015 : beaucoup de finesse, texture soyeuse, beau fruité, élevage parfaitement intégré. TB+.

 

Muré

Crémant 2013 : (chardonnay et Riesling sur Vorbourg) TB.

Riesling Clos St Landelain 2016 : légèrement pétrolé, assez fin, finale très longue et tendue. TB+.

Pinot Noir V 2016 : pas mal de réduction, compliqué en l’état.

 

A. Mann

Riesling cuvee Albert 2016 : très belle entrée en matière, tension, résine, citronné, assez long. TB+.

Riesling Schlossberg 2017 : encore sur la pomme verte, pas mal d'épices, large,  manque un poil de tension. TB+.

Pinot gris 2017 : B+.

Pinot gris Furstentum 2010 : nez d'ananas bien mûr, miel et coing, bouche qui finit fraîche. Grand pinot gris là aussi. TB++.

Gewurz Furstentum VV 2016 : un peu trop variétal à mon goût. B.

Pinot Noir Les Saintes claires 2016 : encore un peu sur l'élevage, vanillé, belle matière, tannins soyeux, très fin. TB.

 

Arlaud

Bourgogne Roncevie 2016 : tannins très fins, frais, fruité mais surtout plus d’épaisseur que les années précédentes, un grand générique. TB+.

Morey 2016 : plus puissant, encore quelques notes toastées au nez, belle longueur pour un village. TB+.

Gevrey 1er cru Combottes 2016 : Gevrey d’une grande finesse, tout en fruit et en élégance, avec beaucoup de profondeur, déjà grand. TB++.

Clos st Denis 2016 : il s’est un peu resserré depuis l’an dernier, mais il reste d’une grande finesse, pas un gros volume mais beaucoup de longueur, la grande classe. Un futur grand. TB++.

biodyvin 4

  

Besson-Strasser (Suisse)

Müller-Thurgau 2017 : très floral et aromatique, simple. B.

Rauschling 2017 : un petit côté chenin, avec une bonne acidité et un peu de gras. B+.

Rauschling Nature 2017 : tire sur la pomme blette, moins d’acidité. B-.

Cholfirst Pinot Noir 2016 : trop boisé, bien que ce soit moins marqué que les suivants. B-.

Chlosterberg Pinot noir 2016 : très boisé. Moyen.

Albi Pinot noir 2016 : idem.

Blauer Zweigelt 2016 : très sombre, tannins durs. Moyen.

 

Roc des Anges

Segna de Cor 2017 : très fin, peu tannique, beaucoup de fraîcheur sans être maigre non plus. TB.

Australe 2017 : (100% serine) Aussi fin que le précédent, voire plus, plein de fruit, d’une grande pureté. TB+.

Reliefs 2016 : (carignans de 60 et 100ans dont 5% de carignans blancs et gris) Plus puissant, plus solaire que les précédents, moins fin, mais il garde la fraîcheur caractéristique du domaine. TB+.

Imalaya 2017 : (carignan gris) semble un peu moins minéral que le 2016, un peu plus facile et plus gras en l’état. TB.

L’Oca 2017 :  (maccabeu sur argiles rouges et schiste) Nez de réduction bourguignonne très classe, sur le sésame grillé, la pierre-à-fusil, bouche très tendue, saline, avec un peu de gras par-dessus, proche d’un Meursault de Roulot, grand blanc de gastronomie. TB++.

biodyvin 2

 

Pas de l’Escalette

Ze Rosé 2017 : très fruité, léger. B+.

Clapas Blanc 2017 : toujours beaucoup de fraîcheur pour un blanc du sud. TB.

Mas Rousseau 2017 : encore un peu sur l’élevage toasté, mais servi trop chaud, à revoir dans quelques mois.

Petits pas 2018 (sur cuve) : beau jus de fruit, prometteur. TB.

Clapas 2017 : un peu de réduction, belle fraîcheur derrière avec encore un peu de tannins. TB.

Ze Cinsault 2017 : cinsault sérieux, avec un peu de puissance et de matière, tannins fins, belle longueur. TB+.

Pas de D 2017 : un peu sur l’élevage, encore serré. B.

Grands Pas 2017 : pas tout à fait en place, mais il y a de la matière et de la fraîcheur, aucune crainte.

Frieys 2017 : très frais, belle tension, beaucoup de longueur, tannins fins. TB+.

 

La Marfée

Frissons d’Ombelles Bl 2016 : manque de fraîcheur. B-.

Gamines 2015 : réduit et vert (sous-maturité ?) Moyen.

Della Francesca 2015 : idem

Champs murmurés 2016 : idem

Les vignes qu’on abat 2016 : idem

Sugar baby love (2010) : (grenache passerillé) gourmand, un côté rancio sympa, sucre pas écœurant. B+.

 

Abatucci

Faustine blanc 2016 : (vermentino) très floral, variétal. B-.

Général Révolution ? Ministre impérial ? blanc 2016 : (vermentino, rossola brandinca, riminese, carcajolo bianco, biancone, paga debiti) grosse matière, minéral, finement anisé, citronné avec du gras. Manque une pointe de tension pour chipoter. TB.

Diplomate 2016 : (vermentino + brustiano, bianco gentile, genovese, rossola bianca) un cran en-dessous, un peu plus lourd. TB-.

Bulle Extra-Brut : (cépage barbarossa, dosage 4gr) B.

Faustine rosé 2018 : (sur cuve, sciaccarello) pas bien en place.

Faustine Rouge 2018 : (sur cuve, sciaccarello + nielluccio) idem.

Monte Bianco 2016 : (sciaccarello) petits fruits rouges, beaucoup de poivre, belle acidité, très fin, de loin le meilleur vin du domaine ce jour-là. TB++.

Valle di Nero 2015 : (carcajolo nero) couleur noire, sur les fruits noirs, le tabac, très solaire, à attendre. TB.

 

Sang des Cailloux

Vacqueyras Houreto 2016 : coloré, puissant, un peu chaud à mon goût. B.

Lopy 2016 : encore plus puissant et solaire, un vrai Vacqueyras à l’ancienne, pas mal fait si on aime ce style. B+.

Un sang blanc 2017 : en blanc aussi, un vin trop solaire pour moi. B.

 

Olivier Horiot

Rosé des Riceys En Valingrain 2014 : rosé avec une grosse acidité, sur la groseille, les airelles. B+.

Rosé des Riceys En Barmont 2014 : plus large, moins d’acidité. B+.

Coteaux Champenois Rouge Riceys En Barmont 2014 : on passe de rosés foncés à un rouge clair, pas un gros changement donc, pinot léger, fruité, très fin. B+.

Champagne Métisses Brut nature : (pinot noir et blanc sur les riceys, base 2015 en fût) bulle fine, finale tendue et saline. TB+.

Champagne Soléra : (7 cépages, 8 millésimes) très chaud et toasté. B-.

 

Huet

Vouvray Brut 2014 : bulle fine, fruité, à peine trop riche pour moi. B.

Le Mont sec 2017 : toujours le style droit et tendu du Mont, mais certains millésimes m’ont semblé plus longs et encore plus tendus. TB.

Clos du Bourg demi-sec 2017 : comme le précédent, excellent, dans son style plus opulent, toujours un grand vin sans réel défaut, mais pas dans son meilleur millésime. TB.

Haut Lieu Moelleux 2005 : superbe nez d’ananas rôti et de miel, bouche fraîche et tendue. Superbe. TB++.

biodyvin 5

  

Chidaine

Choisilles 2017 : léger, agrumes, un cran en-dessous des suivants. TB-.

Argile 2017 : tendu, sur les agrumes, avec une grosse matière, déjà bon et avec un gros potentiel de garde. TB++.

Bournais 2017 : pas vraiment en place avec une pointe oxydative. B-.

Tuffeaux 2017 : (15gr) belle tension. TB+.

Bouchet 2015 : (16gr) plus brioché, plus solaire. TB.

Moelleux 2016 : (25gr) très tendu et très salin, les quelques grammes de sucres l’empêchent d’être austère, du fruit, du miel, très long. TB++.

 

Closel

Savennières La jalousie 2016 : pointe liégeuse…

La jalousie 2015 : un peu solaire, manque de fraîcheur. B-.

Caillardières 2016 : encore un peu fermentaire, pomme granny… B-.

Caillardières 2015 : plus exotique, sur l’ananas, le miel, peut-être 2-3gr de SR, gourmand. TB.

Le Papillon 2016 : (schistes, vignes de 30à50ans) Grosse matière, large et tendu à la fois, à besoin d’être entendu mais beau potentiel. TB.

 

Bellivière

Prémices 2017 : facile, quelques fruits exotiques, une pointe de sucre, belle entrée de gamme. B+.

Les Rosiers 2017 : quelques grammes de sucres au départ, mais finale tendue, saline avec quelques amers nobles. TB++.

L’Effraie 2017 : moins tendu que le précédent, un cran en dessous. TB.

VV Eparses 2015 : très marqué par un boisé grillé gênant. Moyen.

Calligrammes 2015 : plus de volume que les autres, goûte sec, très belle finale saline. TB++.

Rouge-Gorge 2017 : (pinot d’aunis) plus léger que d’autres millésimes, encore quelques tannins en finale, un peu de poivron. B.

biodyvin 6

 

Juchepie

Anjou Les Monts de Juchepie 2016 : (sur schiste) assez rond et facile, manque un peu de tension. B.

Le clos 2015 : (argiles) plus épais, un peu de miel, un peu plus tendu derrière. B+.

La jarre 2017 : (le même en amphore) un côté pomme blette, manque d’acidité. B-.

Le paradis 2016 : plus boisé et surtout brioché. B.

Layon Les churelles 2017 : (environ 50gr SR) sucre léger, facile, court. B.

Quarts de Juchepie 2016 : (100gr SR environ) pas forcément très riche ni très confit, manque un peu de tension. B.

La Passion 2015 : (150gr environ) plus confit, exotique, miel, finit frais. TB-.

Quintessence 2011 : (210gr) encore plus confit, sans avoir une grosse acidité il y a de quoi le rendre digeste. TB.

 

Fosse-Sèche

Saumur blanc Arcane 2017 : vif et tendu, pas de sucre ni le côté exotique que j’avais apprécié dans ce vin il y a quelques années. Bien fait cependant. B+.

 

Saint-Nicolas

Fiefs Vendéens cuvée Jacques 2015 : (pinot noir) beaucoup de réduction.

Plante gate 2012 : (pinot noir) Le producteur nous prévient que la fin de bouteille en fin de journée est fatiguée. Pas en place en effet. A regoûter un autre jour.

 

Posté par tomy63 à 17:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 décembre 2018

Soiree grands vins

Salon, Champagne Blanc de blancs Brut 2006 : Couleur très claire, nez fin et élégant, floral, sur les agrumes, une pointe de noisette. En bouche la bulle est très fine, presque insensible, le vin semble évident, parfaitement équilibré, mais il faut aller le chercher (peut-être plus que sur d'autres millésimes plus puissants). Certains lui ont reproché d'être trop fin, s'attendant à plus d'épaisseur et d'exubérance, mais aussi de longueur. On se rattrapera avec la suite. TB.

 

Domaine d’Auvenay, Auxey-Duresses « Les clous » 2006 : Couleur dorée, le nez est magnifique, exubérant, avec comme toujouts une touche d'alumette mais parfaitement intégrée au milieu de miel, de fleurs, de fruits jaunes, de fruits secs... La bouche est à la fois très longue, tendue par une grosse acidité et très large avec une grosse épaisseur. Comme d'habitude tout le monde est bluffé, d'autant plus qu'il s'agit d'un village mais au niveau de bien des Montrachets. Exceptionnel.

 

Jean-Louis Chave, Hermitage blanc 2007 : La première bouteille a une pointe de liège au nez et à l'attaque, c'est vraiment léger mais ça suffit à gâcher le plaisir. Pas le choix, on la change. La seconde est bien mieux : d'une belle couleur dorée, un nez sur le miel, la poire, l'abricot. La bouche est épaisse, plus grasse que la première bouteille, puissante, massive, juste ce qu'il faut de fraîcheur derrière. Très belle longueur là aussi. TB+.

 

Bonus : Jacques-Frédéric Mugnier, Chambolle-Musigny 2013 : (bu à l'aveugle) pour ne pas attaquer les rouges directement par la DRC, nous avions choisi un vin de "transition", tout en élégance lui aussi pour "emmener" le suivant. La robe est claire, le nez plein de petits fruits rouges, beaucoup de fraîcheur, la bouche croquante, juteuse, peu tannique, pleine de fruit jusqu'à la finale de longueur moyenne. Un très beau vin, bien évidemment éclipsé par le suivant. TB+.

 

Domaine de la Romanée-Conti, Romanée-Saint-Vivant 2006 : Couleur plus soutenue que le Chambolle et le que le Chambertin, le nez est très élégant, encore plein de fruits rouges, de cassis et de mûre, avec des notes de réglisse, de rose et de pivoine comme dans un pot-pourri, pas vraiment de traces d'évolution. La bouche est incroyable, pleine de fruits frais qui rendent le vin juteux et croquant, une texture de velours, bien plus d'épaisseur que le Chambolle, et dans le fond une superbe acidité qui fait durer le vin pendant des heures. Il est moins démonstratif que le vin d'Auvenay, mais on se dit que tout est là, à la bonne place. Tout le monde en attendait beaucoup et personne n'a été déçu, bien au contraire. On frôle la perfection avec ce vin magique, qui en plus n'est qu'à l'aube de sa vie. Exceptionnel.

 

Jean-Louis Trapet, Chambertin Grand cru 2011 : Couleur rubis, un peu plus claire que le précédent, le nez fait plus "rustique", un peu terreux, fumé, épicé, avec de beaux petits fruits rouges. La bouche est plus puissante, moins soyeuse, moins épaisse, mais comme toujours chez Trapet très pure et minérale avec beaucoup de tension et de longueur, des tannins un peu plus présents. C'est un vin qui aurait pu paraître magnifique dans un autre contexte, mais là il est complètement éclipsé par la St Vivant. TB++.

 

Domaine Jamet, Côte-Rôtie 2011 : On passe à une couleur bien plus sombre, un nez "sauvage", lardé/fumé, sur l'olive, l'anchois, la violette, une vraie syrah ! La bouche est fine, fraîche, toujours très aromatique, encore toute jeune, très longue, une grande Côte-Rôtie, qui a surpris pas mal de monde par son style très pur. TB++.

 

soiree anthologie 2

 

Château Lynch-Bages, Pauillac 1983 : Couleur tuilée mais pas si évoluée que ça pour un 1983, le nez possède encore de beaux fruits rouges, un peu de sous-bois, de cèdre, de tabac. La bouche semble encore plus jeune, toujours fraîche, avec la noblese des grands Pauillac bus à leur apogée, les tannins sont fondus par le temps. Très belle bouteille, qui est une fois de plus la preuve que les grands Bordeaux nécessitent de la patience. TB+.

 

Château Yquem, Sauternes 1995 : Couleur or foncé, superbe nez sur l'abricot, les fruits exotiques, une pointe de cire et d'encaustique, du miel bien sûr. La bouche reste très digeste, sirupeuse sans être trop lourde. L'équilibre est parfait comme souvent avec Yquem. L'accord avec le crumble au coing est lui aussi parfait. On termine en beauté. TB++.

 

Posté par tomy63 à 20:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 novembre 2018

Soirée sud

Rijckaert - Arbois chardonnay 2016 : couleur claire, nez beurré, floral, très bourguignon, bouche avec du gras, du beurre, belle tension derrière. TB.

JM Boillot La Truffière - Pays d'Oc 2005 : (vermentino) Couleur dorée, nez un peu miellé, fruits mûrs, fait vieux chardonnay. Bouche plus tendue, grasse, avec de beaux amers, encore en pleine forme. TB.

Combier - Crozes 2016 : couleur assez claire, nez lardé, violette, à peine animal. Bouche avec beaucoup de fraîcheur, peu tannique, fruitée, un peu d'anchois. Belle syrah, déjà prête. TB.

Aupilhac - Cocalières 2016 : (40% syrah, 30% grenache, 30% mourvèdre) Toujours aussi sauvage et aussi frais, poivre, violette, garrigue, très frais. TB++

Vaccelli - Ajaccio Unu Rouge 2015 : (70% sciaccarellu, 30% grenache) Robe rubis, nez de confiture de fraise et de figue. Bouche légère, peu tannique, pleine de confiture de fruits rouges, belle énergie. TB+.

La Bouïssière - Gigondas 2016 : (65% grenache 35% syrah) Couleur rubis, nez sur les fruis rouges confiturés, le cacao. Bouche puissante, fruitée, peu tanniqque, très longue, belle acidité dans le fond. TB.

Or et de Gueules - La Bolida 2013 : (90% mourvèdre, 10% grenache) Couleur noire, nez encore boisé, un peu animal, bouche puissante, bodybuildée, boisée, encore tannique et sèche en finale. Moyen.

Peyre Rose - Syrah Leone 2004 : (90% syrah, 10% mourvèdre) Couleur noire, nez sur la prune, les fruits noirs, le cuir, le tabac, le menthol, un peu évolué. Bouche puissante, belle matière aux tannins qui commencent à être bien fondus, toujours ce bel équilibre fruits noirs mûrs/acidité dans le fond. Très belle longueur. TB++.

 

Posté par tomy63 à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]