21 juillet 2020

Soirée 2010 et 2000

René Muré - Crémant d'Alsace Grand Millésime 2010 : très belle bulle, beaucoup de finesse, de la tension, de la rondeur malgré le peu de dosage. TB+.

Hauvette - Jaspe 2010 : (roussanne, clairette) très beau nez exotique et miellé, bouche plus chaleureuse et un peu courte. B+.

Deiss - Altenberg de Bergheim 2010 : plein de fruits exotiques, pétrole légèrement, sucre bien présent parfaitement équilibré, superbe longueur, la grande classe. Le vin de la soirée. TB++.

Domnique Laurent - Morey St Denis 2010 : assez végétl, poivronne. B-.

Thillardon - Chénas Les boccards 2010 : fruits noirs, acidité élevée, sérieux, assez mûr tout en restant frais, bien fait, juste un peu trop austère. B+.

Domaine de  Boissan - Gigondas VV 2010 : puissant, confituré, pas mal d'alcool, assez simple. B.

Dupasquier - Roussette de Savoie Marestel 2010 : bouchon

Patrick Baudouin - Quart de Chaume les Zerzilles 2010 : (50cl) beau nez de pâte de coing et d'abricot, les 150gr de sucres sont bien équilibrés par une belle acidité. TB++.

Château Pajzos - Tokaji Esszencia 2000 : (50cl) Un "monstre" à 528gr de SR, à peine 4% d'alcool, sirupeux, épais, beaucoup de sucre, aromatique qui pourait faire penser à du chenin avec de la pate de coing, sans être ultra acide il reste digeste, avec une grosse ampleur. Un vin de méditation à goûter au moins une fois pour tout amateur de liquoreux. TB++.

 

IMG_20200719_011907

 

 

 

Posté par tomy63 à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 février 2020

Salon Dive Bouteille et Visite chez Thibaud Boudignon

Dive Bouteille

Des conditions bien plus propices à la dégustation que la veille aux Greniers, bien plus de place, des vins pas trop chauds, voire peut-être un peu frais pour les rouges, et un décor magique dans les caves Ackermann.

 

Princic (vins oranges, Frioul)

Sivi 2017 (pinot gris) bof, un peu vernis. Jakot 2017 (fiulano) plus tannique, nez intéressant mais un peu vernis aussi. Trebez (chardo, sauvignon, friulano) 2015 et 2016 aux très beaux nez plein d’abricot sec, de marmelade d’orange, 2015 assez fin et 2016 bien plus opulent. Cabernet sauvignon rouge 2008 très bizarre, presque sucré, confituré, gourmand, mais probablement vite écoeurant.

 

Gravner (vins oranges, Frioul)

Ribolla 2010 est un vin orange, très propre, très fin, plus précis que chez Princic et Radikon, mieux maitrisé, tannins fins, très digeste. Ribolla 2011 plus riche, plus concentré, au nez magnifique, qui devrait pouvoir très bien vieillir. Hâte de regoûter.

 

Radikon (vins oranges, Frioul)

Slatnik blanc 2018 vin légèrement orange, avec un côté vernis. Sivi 2018 superbe couleur rose fluo (pinot gris en vin orange pourtant) un peu fou-fou, du vernis, pas parfaitement maitrisé par rapport à Gravner mais un certain charme.

 

COS (Sicile)

Rami 2018 (ansonica, inzolia, grecanico) B. Pithos 2018 (grecanico, orange, en amphore) un peu plus compliqué. Nero di Lupo 2018 léger plein de fruit, bonne entrée de gamme rouge.  Pithos rosso 2017 (frappato et nero d’avola) un peu serré en l’état mais belle aromatique avec des herbes méditerranéennes comme dans quasi tous les vins du domaine. Cerasuolo 2015 puissant, encore un peu serré car non lissé, mais un vin à la belle aromatique, plein de fougue et de caractère, beaucoup de charme et de fraîcheur.

 

Comando G (Vinos de Madrid)

Matabarricos 2018 très clair en couleur, style épuré, tout en fraîcheur et en longueur, petits fruits rouges, tire sur le pinot avec un peu plus de tannins. Bruja de Rozas 2018 grenache très peu coloré aussi, peu extrait, avec des notes de fruits blancs, peu d’épaisseur tout en longueur, finit sur des tannins serrés. Rozas 1er cru 2018 grenache toujours dans ce style épuré, frais, peu d’épaisseur, long, minéral, un peu serré. Travail très intéressant. Mais on se pose la question de savoir si on ne va pas un peu trop loin dans la quête de fraîcheur, un poil plus de concentration ferait peut-être du bien. A regoûter sur des vins servis un peu plus chauds et avec un ou deux ans de plus de bouteille.

 

Ganevat

Kopin blanc 2017 (chardo, riesling, savagnin) correct, Les cèdres chardonnay 2016 tendu avec une pointe oxydative. On montera d’un gros cran avec les cuvées domaines. Grandes teppes chardonnay 2016 à la fois beurré et tendu. Top. Chalasses VV chardonnay 2016 très tendu, du gras, petite touche oxydative très légère, longueur immense, très salin, grand blanc. Chalasses VV Savagnin 2016 à peine plus oxydatif, grand aussi, mais moins le coup de cœur que le précédent.  Rouge T’en veux encore 2018 (pinot noir et gris) réduit, compliqué. Jaja du fred 2018 idem. Pinot noir grandes teppes 2018 toasté, réduit.

 

Collier

Très beau Saumur blanc 2016, énergique, tendu, Charpentrie 2016 bien plus gras en gardant une belle fraîcheur. Deux grands chenins ! Les rouges Ripaille 2016 et Charpentrie 2016 un peu plus compliqués, servis frais avec un peu de réduction, mais beau jus. A regoûter avec carafage. 

IMG_20200203_105336

 

Porte St Jean

La Perlée très beau chenin, tendu, avec une réduction d’autolyse bien marquée. Les deux rouges Les Pouches et Cormiers 2017 plus compliqués.

 

Bretaudeau

Muscadet Granit clos des perrières 2019 (sur cuves) tendu, joli. Gaïa 2017 ajoute un peu de gras tout en gardant la fraîcheur. Justice (chardo, savagnin) moins intéressant. Macération pinot gris 2019 joli vin orange assez fin. Solera (chardonnay) joli beurré, gras, reste digeste. Rouge Cinq sens 2018, très fin poivronne un peu. Gaïa 2013 Mag montre que les vins du domaine vieillissent admirablement.

 

Thymiopoulos & Oenos import

Muscat natur bof, Verdea 2018 bof, Muscat d’Alexandrie mieux, rosé 2017 sympa. Thymoipoulos Jeunes vignes de Xinomavro 2018 très fin, fruité, pinote légèrement, juste un peu court. Thymiopoulos Naoussa Alta 2016 (xinomavro) garde le fruité et la finesse du précédent, plus de tension et de longueur, très bien. Oenos Naoyea 2016 serré, rustique. Thymiopoulos Xinomavro 2017 idem.

IMG_20200203_102249

 

Nestarec (Rép Tchèque)

I am not a big wine fait un peu riesling voire retsina, bizarre. Gin Tonic (sauvignon, vin orange) avec un beau fruité, reste bien digeste. Pinot noir cuvée ? quasi rosé avec un peu de volatile, très léger, épicé. Pinot noir et pinot blanc cuvée ? rouge très clair, léger, épicé, proche d’un rosé des riceys, intéressant.

 

C. Tschida (Autriche)

TNT rouge léger sur le fruit. Himmel auf erden 10 2017 rouge (cabernet zweigelt) bof.

 

F. Curtet

Tonnerre de grès 2018 (altesse & jacquere) et Autrement rouge 2018 (gamay, pinot, mondeuse), pas très propres, goût de souris sur le rouge. Décevant ce jour-là par rapport à J. Maillet.

 

Valette

Mâcon-Chaintré 2015 B. Et pourtant 2015 (sur Viré) très oxydatif, Pouilly-Fuissé 2014 beau gras, un côté noisette sympa. TB. Pouilly-Fuissé cuvée Noly 2007 très beurré, truffé, maîtrisé, beau vin de gastronomie. 

IMG_20200203_104222

 

Pacalet

Meursault 2017 avec pas mal d’autolyse au nez, beau gras et belle tension en bouche. TB. Gevrey 2017 beaux fruits rouges, peu sulfité sans défauts, style épuré, sur la tension mais tannins un peu serrés. Pommard 2017 assez proche en plus poivré, un peu moins serré. Chambolle 1er cru 2017 (gruenchers, sentiers, feusselottes) très épuré, tendu, beau jus avec beaucoup de fond mais des tannins encore bien serrés. NsG 2016 ultra réduit, bof.

 

Chamonard

Morgon 2019 (brut de cuve) fin et fruité. Fleurie 2019 (brut de cuve) souris, Fleurie 2018 sérieux, épuré, beau fruité. Morgon 2018 avec plus de finesse que le Fleurie, un côté bourguignon. Fleurie Droit de Veto 2018 plu noir et concentré, taillé pour la garde. Des vins natures parfaitement maîtrisés.

 

Saladin

Chaveyron 2017 s’annonce très bien, Rosé sympa, Per El 2018 sans malo, plus vif que l’an passé.

 

Combel la Serre

Dios y diablo 2019 sur cuve s’annonce aromatique, fruits exotiques et fleurs, belle vivacité, pour ce vermentino sur lies de mémoire.

 

Romain Le Bars

Tout en 2019 prélevé sur cuve : ugni Le clos fruité, léger. Homme de la roche (carignan) léger digeste, serre un peu en finale. Lirac rosé plein de fruits exotiques, très fin. Pousse cailloux fruité très pur, peu extrait, serre un peu. Tavel rosé 2019 plein de fruits et de finesse, proche de l’Anglore. Lirac 2019 rouge pâle, sur la fraise, la rose, rappelle lui aussi le style de l’Anglore. Domaine à suivre, sur des vins finis.

 

Yoigokochi Saké

Pas mal de cuvées non pasteurisées, on a souffert !

 

Cidrerie du Vulcain

Toujours au top avec 3 pépins, Raw Boscoop cidre sec et la transparente.

 

 

Visite chez Thibaud Boudignon

Dégustation de la gamme, d’abord les fûts de 2019, l’Anjou blanc d’abord sur un fût manquant un peu de peps, puis sur un fût énorme de tension et d’énergie puis assemblage de fûts où on combine fruit, tension et gras. Très prometteur. A Françoise, toujours très tendu et énergique. Frémine, peut-être un peu plus lourd, très marqué banane. Vigne cendrée et Clos de la Hutte assez proches en l’état, plein de fruits, tendu et épais à la fois. Sublimes.

Les 2018 sont du même niveau, esprit proche, Anjou facile, Anjou A Françoise le plus tendu et minéral d’une énergie incroyable par rapport aux nombreux chenins 2018 goûtés la veille qui ne lui arrivent pas à la cheville. On monte d’un cran avec Cendrée et Hutte plus gras, tout en restant élégants. Frémine un peu banane.

On conclut sur Anjou blanc 2012 et A françoise 2011, encore jeune et plein de vie, montrent que les vins peuvent vieillir. On sent cependant que depuis 2-3ans avec le nouveau chai, les nouvelles parcelles, les vins ont franchi un cap, passant d’excellent à exceptionnel, probablement ce qu’il se fait de mieux en chenin à l’heure actuelle. 

IMG_20200203_155401

 

After

Champagne Lelarge-Pugeot les meuniers de clémence, fait bien meunier, un peu trop vineux, bulle fine.

 

Posté par tomy63 à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2020

Greniers St Jean (Angers février 2020)

Greniers St Jean

Dégustation compliquée, beaucoup de monde, des stands trop petits, plus de pain de glace dans l’après-midi donc des blancs servis parfois trop chauds en plus d’un millésime 2018 compliqué niveau fraîcheur, des vins pas toujours très propres chez les soi-disant stars montantes, des bruts de cuves pas toujours en place... Bref, peu de plaisir et l’impression d’être passé à travers de pas mal de choses. Le mérite est d’autant plus grand pour les rares domaines qui ont su sortir leur épingle du jeu.

 

M&K Hodgson

Faïa 2018 Et Aussigouins 2018 avec de l’acétate, belle énergie dans aussigouins tout de même.

 

Clos des Plantes-Lejeune

Poiesis 2018 pas très propre, pas une grosse tension non plus.

 

Batardière

Esprit Libre 2018 mou, pas super propre. 2019 (brut de cuve) bien mieux, plus tendu, servi plus frais aussi. Les cocus 2019 un peu pomme blette, bof. Grolleau 2019 gout de souris.  (Thomas Batardière - Oscar 2017 Vin de France : (chenin liquoreux, 270gr SR, bt 50cl, 11%) Couleur or profond, nez de pâte de coing, compote de pomme, tarte tatin. Bouche sirupeuse, épaisse, bonne acidité, les sucres sont bien équilibrés, on retrouve les arômes du nez, la finale est de bonne longueur mais l’alcool se sent un peu trop pur chipoter. Ca reste un liquoreux plutôt bien né, bien sûr beaucoup trop jeune. Plus convaincant que les secs blancs ou rouges qui n’étaient pas très propres… TB.)

 

 

Tessa Laroche

Berceau des fées 2018 plutôt vif et frais pour 2018. 2019 sur cuve plus salin, plus frais avec des amers nobles. Roche aux moines 2017 encore sur l’élevage, 2018 sur fût moins boisé mais un peu mou.

 

Mark Angéli

Lune 2018 mou, Lune 2018 Amphore chaud et anisé. Fourchades 2017 brioché déjà plus tendu et plus frais. VV de blanderies 2017 plus long dans un style oxydatif. 2018 semble vraiment compliqué en blanc…

IMG_20200202_123845

 

Michel Autran

Vouvrays Enfer tranquille et ciel rouge sur 2017 et 2018 brut de cuve, vins pas très propres, ni épais ni très tendu, suis passé complétement à travers !

 

Yvonne

Saumur blanc 2018 belle tension saline, frais pour 2018. Top. Gory blanc 2017 plus brioché, belle tension aussi. Enfin du bon chenin !

 

Laureau

Genêts 2018 (sur fûts) finit un peu nature… Bel ouvrage 2016 élevage bien intégré, salin, longue finale sur les amers, top. Roche aux moines 2016 boisé toasté, Genêts 2015 MAG plutôt très bon.

 

Abatucci

Faustine bl 19 brut de cuve très aromatique, Rosé 19 un peu vineux, sérieux. Général bl 2016 joli gras, Diplomate 17 plus tendu joli aussi. Barbarossa petillant, vineux, austère. Faustine Rg 2018 plein de fruit, léger, peu extrait, frais et long. Monte bianco 2017 superbe sciaccarellu très bourguignon, Ministre impérial 2017 plus fin que par le passé, belle fraicheur. Trois rouges parfaitement maitrisés.

 

Canarelli

Rosé 2019 très fruité, top. Biancu gentile 2019 très fruité pas trop lourd pour un biancu. Vermentino 2019 moins intéressant. Tarra di Sognu blanc 2019 assez lourd. Figari 2018 brut de cuve rouge pas en place, Alta Rocca 2017 sciaccarellu très fin, bourguignon, frais Top. Tarra di Sognu 2018 plus lourd fait un peu oxydé, Costa Nera 2016 très tertiaire, manque de fraîcheur.

 

Côtes Rousses

Jacquere la pente 2018, Amenaz 2018, Ensemble roussette 2018, Mon Tout roussette 2018, Verre Tige chignin bergeron 2018 : tous les vins pas très nets, imprécis, manque de tension. A regoûter dans d’autres conditions peut-être.

 

Domaine de la Pinte

Trousseau 2018 et Arbois capitaine 2018 pas propres, ultra réduits.

 

Pélican (d’Angerville)

Arbois 3 cépages 2018 très clair, juteux, frais, on sent la patte bourguignonne. Trousseau berangeres 2018 un peu moins bien en place. Poulsard 2018 un peu moins en place aussi. Plutôt intéressant dans l’ensemble.

 

MT Chappaz

Grain Arvine legerement doux 2018, beau nez mais peu d’acidité. Grain noble arvine 2017 (140gr) au superbe nez un peu typé Jurançon, très exotique, bouche qui reste digeste même si un poil plus d’acidité aurait encore aidé.

 

Maison carrée

Chasselas 19 sur lies,brut de cuve, bof. Pinot gris 2017 pointe de sucre, fruits exotiques, belle fraîcheur. Top. Œil de perdrix 19, rosé un peu épicé. B. Pinot noir 2018 pinot très très clair, fumé, airelles, profil jurassien, peu épais, très frais, sympa.

 

Stella di Campalto

Choltempo fiorello (2011, 12 et 13) très « Stella » fruits rouges confiturés avec une touche un peu oxydé/rouillé. Rosso di Montalcino 2014 très clair en couleur, fruit un peu trop cuit peut-être mais tannins élégants, Brunello di Montalcino 2008 MAG superbe de pureté et d’élégance, frais, long, proche d’un Rayas. Brunello Riserva 2011 rajoute un brin de fraîcheur dans le fond, grandiose, le vin du salon. Bravo Stella ! Rosso 2015 pas goûté dans le bon ordre semble encore un peu serré en l’état.

 

Sklavos

Tsaousi 2018 (100% tsaoussi) bof, Metagitnion 2016 (100% goustolidi) sent l’autolyse belle tension, Vestilidi orange 2019 (nom à confirmer) très belle aromatique pêche melon encore un peu trop tannique, Synodos Rg 2017 (mavrodafni) goût de souris, Orgion 2017 (100% mavrodafni) serré et rustique.

 

Tetramythos

Roditis Natur 2018 bof, Retsina amphora 2018 (100% roditis) avec un côté résiné pas omniprésent citronné derrière, muscat blanc sec natur 2018 très aromatique mais reste digeste et bien vif avec des herbes sudistes, agiorgitiko natur 2018 léger, croquant, gouleyant, Phelloe natur 2016 (agiorgitiko, mavro kalavritino) déjà très évolué, un peu cuit.

 

Ostertag

Pinot gris jardins 18 mou mais servi trop chaud, zellberg Pinot gris 18 bof, riesling jardins 18 muscaté, chaud, riesling heissenberg 18 un peu moins lourd. Fronholz Pinot noir 2018 sent la rafle. Quand même chez Ostertag tout est mou on se dit qu’on est vraiment dans un mauvais jour…

 

Marc Tempé

Pinot blanc zellenberg 17 bien, riesling zellenberg 17 tendu, fruits exotiques, top. Pinot gris zellenberg plus mou. Riesling grafen reben 17 plus rond, un peu trop. Alsace rimelsberg PG 2015 un peu de sucre, facile, sympa, gewurz furstentum 14 Bof.

 

La Barthassade

Pur C 19 juteux top. Billes grenache, très tannique. H assez puissant en l’état, beau jus. Gravettes 18 un peu puissant mais gourmand. Ouvrées 17 superbe syrah lardé, fraîche. K Libre 2017 pas bien en place. Chardonnay 18 sur cuve un peu mou. Mieux pour Vermentino et cargadous.

 

Sérol

Chenin 2019 un peu mou, viognier et rosé bien. Originel 2019 plein de fruit, prometteur idem pour Eclat de Granite 19. Parmi Millandes Oudan et Perdrizière 2018 c’est Perdrizière qui gagne plus salin et tendu, super gamay. Chez Coste Amphore un peu plus serré.

 

Domaine des Boissières

Marcillac quille de rouge 19 (brut de cuve) très juteux, frais, plein de fruit, prometteur. Parédous 2018 serré, gout de souris sur cette bouteille. A regoûter.

 

 

 

Visite au domaine Andrée de Stéphane Erissé

Accueil extrêmement chaleureux du producteur et de sa femme, dont nous nous souviendrons longtemps. Les vins sont parfois compliqués à goûter (surtout quand on n’est pas très amateurs de cabernet) mais toujours authentiques. Le style rappelle indéniablement celui du domaine du Collier voire celui de Sylvain Dittière, forcément. De vrais cabernets francs, parfois un peu réduits et un peu durs mais nobles et jamais fardés, avec de très beaux jus plein d’énergie et de fraîcheur. Parmi tout ce que nous avons pu goûter, la gamme sur plusieurs millésimes, je retiens des 2019 prometteurs, notamment Carbone, Carbone et Mines 2018, Mines 2015, Blanc 2016. Carbone est le cabernet franc le plus juteux et plus accessible, Mines cabernet franc plus sérieux. L’envolée (grolleau) moins à mon goût, un fût de cabernet sauvignon était très dur le jour J. Le blanc (chenin) toujours d’une belle tension, sérieux, pour la table. Jeune domaine à suivre, car il progresse d’années en années.

 

Quelques Afters

Chartogne-Taillet Heurtebise (base 2016) vineux avec une belle tension derrière, Ulysse Colin Les Maillons vineux aussi, énergique, très long, Renaud Boyer St-Romain 2018 un peu chaleureux, pas mal d’élevage, Dujac Chambolle 2013 épicé, tendu tannins encore un peu fermes, Maxime Magnon Bégou 2018 bien et Campagnes 2018 un poil trop solaire.

Benoit Lahaye Champagne Violaine fin, tendu, excellent, Chandon de Briailles Savigny 1er cru Lavières 2017 plein de bretts.

 

Posté par tomy63 à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2020

Salon Vinora Vins volcaniques

Tenuta di Castellaro (Lipari)

Bianco Porticello 2017 : (carricante,  moscato) trop aromatique, vif. B-.

Bianco Pornice 2017 : (malvoisie de Lipari, carricante) très « crispy », vif, un peu de gaz, minéral, tendu. TB.

Nero Ossidiana 2016 : (corinto + nero d’Avola) bien boisé. B-.

 

JB Gougis

Blanc 2018 : un peu réduit, peu sulfité, plus vif que l’an passé. B.

Rouge 2018 : (80% gamay, 20% pinot noir) juteux, croquant, avec de la matière. TB.

 

Donnafugata

Lighea 2018 : (muscat) très aromatique, vif et sec en bouche. B.

Etna bianco sul volcano 2017 : (carricante) bois toasté. B-.

Etna rosso sul volcano 2017 : (nerello) très clair, plein de fruits rouges, assez fin et long. TB+.

Kabir 2018 : muscat sucré, mais pas trop, très herbes méditerranéennes, beaucoup de charme. TB+.

Ben Ryé 2017 : comme toujours la cuvée phare, concentrée en sucres et fruits secs, grosse fraîcheur derrière. TB++.

 

Argyros

Aïdani 2017 : vif, sec, peu aromatique. B.

Assyrtiko 2018 : on monte d’un gros cran, très minéral, tendu, long. TB+.

Cuvée Monsignori 2017 : (assyrtiko en foudres) un peu plus d’épaisseur, mais on garde la tension et la salinité. TB+.

Pure 2016 : (assyrtiko cuve béton) encore plus tendu, plus austère, amers nobles, un peu comme un riesling, très très long. Le vin du salon. TB++.

Atlantis 2016 : (mavrotragano) petit rouge léger, sur le fruit. B.

Mavrotragano 2016 : plus épais, plus puissant. B+.

Vinsanto 2003 12ans : notes de fruits rouges cuits, manque un peu de fraîcheur. TB-.

 

Disznoko

Inspiration 2017 : (furmint sec) furmint brioché, fûts ? pas très tendu pour un furmint. B-.

 

Planeta

Brut Metode Trad : B-.

Etna bianco 2018 : (carricante) fait très muscat. B-.

Eruzione 2017 blanc : (carricante) bien plus vif, citronné, tendu. B+.

Eruzione 2017 rouge : (nerello) très poivré pour un nerello, plutôt fin et léger, peu tannique. B+.

 

Annie Sauvat

Indigène bl 2019 : très aromatique, léger. B.

Anthéus bl 2018 : très boisé. B-.

Coquines 2018 : (pinot noir) plutôt léger, épicé. B.

Demoiselles 2018 : (gamay) un peu plus concentré, simple aussi. B.

Météor 2018 : (gamay) macération longue, plus tannique et noir, peu élégant. B-.

 

Miolanne

Bl 2019 : (prélevé sur cuve, chardo, gewurz, pinot gris) très fruité, vif, très prometteur. TB.

Volcane rg 2019 : (sur cuve, pinot, gamay) plein de fruit, juteux, prometteur aussi. TB.

Ephemere 2018 : (gamay carbo) notes de vin blanc et brioche, un peu réduit. B-.

 

Sigalas

Assyrtiko/Monemvasia 2019 : muscate beaucoup. Moyen.

Assyrtiko 2018 : vif, minéral, bon mais en-dessous d’Argyros et Hatzidakis. TB-.

Kavalieros 2017 : (assyrtiko) idem. TB-.

Mandilaria/mavrotragano 2018 : rouge boisé et lacté. B-.

Mavrotragano 2017 : très confit, presque liquoreux, vite écœurant. B-.

VinSanto 2013 : (assyrtiko, aïdani) très mûr, un peu cuit, vite lourd. B-.

 

Hatzidakis

Santorini familia 2018 : sur la pomme blette, manque de tension. B.

Cuvée n°15 2017 : (assyrtiko) superbe assyrtiko, minéral, tendu, salin, très long. TB+.

Skitali 2017 : (assyrtiko) idem. TB+.

Nykteri 2017 : (assyrtiko)plus brioché, moins tendu, élevage ? TB-.

Assyrtiko de Louros VV 2016 : que du bois, quel gâchis ! Moyen.

Mavrotragano 2016 : très boisé aussi. Moyen.

VinSanto 2004 : nez un peu fruits cuits mais garde une belle fraîcheur en bouche malgré la concentration, le plus beau vinsanto du jour. TB+.

 

Azienda Bosco de Medici

Lavaflava Lachryma Christi Bl 2017 : (capretonne, falanghina) très simple. B-.

Pompei 2018 : (100% caprettone) muscate un peu. B-.

Dressel 19.2 : (capretonne en amphore, vin orange) plus intéressant, légèrement orange, sec, orange, fruits secs. TB.

Lavarubra Lachryma Rg 2017 : (piedirosso, aglianico) un peu rustique et serré. B.

Pompei 2017 : (piedirosso) très serré en l’état, puissant. B.

 

Tour de Pierre

Magma bl 2018 : un peu réduit. B-.

Pinot Cchio 2018 : léger, épicé. B.

Magma Rouge : (gamay en carbo) B.

Lauriers 16 ares 2018 : (une partie de carbo) gamay facile, juteux. B+.

O’Terra 2018 : (pinot noir) très beau pinot noir, beau fuité, sérieux épais, belle longueur, peut se garder. TB+.

 

Auzolle

Chanturgue 2017 : B+.

Clos des amoureux 2017 : (70% gamay) beau gamay majoritaire, fruits noirs, poivre, épais, tannins fins. TB.

Domaine de Tracol chardonnay 2017 : très boisé. Moyen.

 

Azores Wine co.

Arinto sur lies 2017 : B.

Arinto 2018 : très sec, vif, simple. B-.

Verdelho 3 iles original 2017 : plus sur la noix, reste simple. B.

Tinto vulcano 2018 Bl : un peu plus d’épaisseur et de profondeur, sec, citronné. B+.

Tinto vulcano 2018 Rg : très rustique. B-.

 

Posté par tomy63 à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2020

Rencontres Vin Passion (ex La Cugnette) Bron 2020

G. Rinaldi

Dolcetto d’Alba 2018 : tous les vins du domaine sont goûtés en début de salon, donc à l’ouverture de la bouteille et un peu froid. Ceci-dit aucune réduction ou volatile, tout était bien en place. Le Dolcetto est léger, fruité, juteux, avec une finale poivrée un peu étonnante sur du Dolcetto qui l’allonge. TB.

Langhe Freisa 2018 : petits fruits rouges acidulés, encore plus poivré et réglissé, peu épais, en longueur. TB.

Barbera d’Alba 2018 : fruit beaucoup plus mûr, plus de puissance, fruits noirs un peu confiturés, mais avec une très belle acidité dans le fond, beau grain de tannins, déjà excellent en l’état. TB+.

Barolo Tre Tine 2015 : on revient à une couleur très claire, petits fruits rouges, rose, peu d’épaisseur, tout en longueur, tendu, minéral, tannins fins pour un si jeune Barolo, tout en élégance et en fraîcheur pour un 2015. Un futur grand, mais on se fait déjà plaisir. TB++.

Merci aux producteurs (pas seulement chez Rinaldi d’ailleurs) de faire goûter des cuvées « pour le plaisir » alors qu’ils n’ont rien à vendre. Ici le Dolcetto était à 9€, 12ou13€ la Freisa et la Barbera de mémoire, 1bt de chaque par personne max. C’est déjà très bien !

rinaldi

 

 

Les Petits Riens

Petit bout de lune 2016 : (chardonnay, erbaluce) assez floral, vif au départ, manque une pointe de tension sur la finale pour chipoter. TB-.

L’air des cimes 2016 : (blanc de noirs, gamay, petit rouge) sûrement influencé, l’aromatique me rappelle un champagne blanc de noirs un peu vineux, original, bien fait. TB-.

Si 2016 : (petit rouge) plutôt léger, fruits rouges, belle texture. TB.

Comptine d’automne 2016 : (pinot) peut-être moins surpris par l’aromatique, je me fais plus plaisir avec le pinot, plein de fruit, concentré, tannins très fins, frais et long. TB+.

Ici et maintenant 2016 : (syrah majoritaire + mondeuse) Très marqué viande fumée, un peu de poivre, d’épices, là aussi, concentré tout en gardant des tannins de velours et aucun boisé perceptible. TB+.

Au coin du feu 2016 : (petit rouge et autres, en barrique) on revient sur des petits fruits rouges, avec encore une fois une texture de velours, sans boisé, de la fraîcheur. TB+. Aucune fausse note dans la gamme. 2 jours après le salon, je me dis que c’est le domaine que j’aimerais recroiser le plus vite possible, tant la gamme est originale et d’un charme fou.

(L'essence de la foret 2016 cornalin : bu plus tard en bouteille, nez très violette, myrtille, cuir, poivre, bouche un peu trop végétale, qui finit serrée, un peu de volatile, moins abouti que les autres cuvées. B.)

petits riens

 

 

Hubert Lignier

Aligoté Aux poirelots 2018 : nez sur la pomme légèrement blette, bien mieux en bouche, belle tension citronnée. B+.

St Romain 2016 : beaucoup plus gras et beurré, élevage bien intégré, finale tendue. TB-.

 

La Stoppa

Trebbiolo 2018 : (bonarda et barbera) encore du gaz, pas mal de sucre, fruits rouges confiturés. B.

Macchiona Diecianidopo 2002 : (idem) encore assez jeune, du fruit, pointe tertiaire, épais. TB.

Macchiona 2010 : réduction, et goût de souris sur la finale. Moyen.

Barbera della stoppa 2010 : très fort goût de souris. Moyen.

Ageno 2015 : (malvoisie, vin orange 4 mois de macération) un peu vernis, avec des tannins serrés. B-.

Vigna del Volta 2007 : (malvoisie, passito) comme souvent la cuvée la plus intéressante du domaine à mon goût, sur le coin, l’abricot sec, les herbes, la figue, sirupeux et acidulé à la fois. TB+.

 

Tenuta di Valgiano

Colline Lucchesi Palistorti 2017 : vin léger, fruité, simple. B.

Valgiano 2014 : un vin très végétal, clairement en sous-maturité dans ce millésime compliqué. B-.

Valgiano 2015 : (sangiovese, syrah, merlot) vin puissant, fruits noirs, tannins serrés, assez simple je trouve. B. J’ai encore eu l’impression, après un Grand Tasting il y a 3-4ans, de ne pas comprendre les vins de ce domaine.

 

Labet

Trousseau 2018 : très clair, à peine perlant, fruits rouges très juteux, gouleyant, bonne longueur, finale sur la fraise acidulée, très gourmand. TB+.

Poulsard En Billat 2018 : plus « rustique » que le trousseau, épice, pelure d’oignon. TB-.

Chardonnay chalasse 2016 : réduction bourguignonne (élevage sur lies) très marquée, on se croirait chez Lalou-Bize. La bouche est très énergique, très tendue, avec une longueur de dingue. J’aimerais le revoir dans quelques années avec un gros coup de carafe. TB+.

Fleur de savagnin 2017 : bien plus épais, plus gras, pas spécialement travaillé sur la réduction, très salin, avec une petite touche oxydative qui étire le vin, longueur immense là aussi. TB+.

Cuvée de garde 2016 : (chardo majoritaire + savagnin, sous voile) il me rappelle le Cotes du Jura 2015 de Macle bu récemment, oxydatif tout en tension et en longueur. (16€ !) TB+.

 

Charvin

Côtes du Rhône blanc 2019 : (prélevé sur cuves comme les 4 suivants) très belle fraîcheur, plus que les années précédentes je trouve, mais je le goûte généralement après la mise. B+.

Châteauneuf blanc 2019 : (clairette rose majoritaire) profil frais et tendu, en l’état quand même un peu de gras, plus que le 2017 bu récemment qui était plus salin. D’après Laurent, 2017 était comme ça aussi au départ. TB.

Rosé 2019 : fruité, croquant, pas dilué du tout, avec une finale légèrement poivrée intéressante. B+.

Côtes du Rhône Rg 2018 : plein de fruits rouges, quelques épices, plutôt fin, comme le 2017 on devrait pouvoir se faire plaisir dès le départ. Le style de la cuvée s’est affiné je trouve. TB.

Châteauneuf Rg 2018 : beaucoup de fruit, plutôt en finesse, notes de garrigue bien présentes. Prometteur. TB.

2017 : il a retrouvé du volume depuis ma dégustation de l’an dernier, plus sérieux, plus épicé, avec de la fraîcheur et de la longueur, il ira loin je pense. TB+.

2014 : vin aérien, qui pinote presque, sur la cerise, la framboise et la rose, irrésistible en l’état. TB++.

2013 : plus puissant, plus évolué et animal au nez, bouche encore jeune, fruitée, un peu plus solaire que 2014. TB+.

 

P. Baudouin

Anjou Effusion 2018 : superbe entrée de gamme, toute en tension, citronnée, salivante. TB+.

Cornillard 2016 : aromatique avec un peu de noisette, plus évoluée. TB.

Les Gâts 2013 : proche de l’Effusion au départ, puis une finale sur des amers nobles de grande classe, qui m’évoque les plus beaux Savennières. TB++.

Quarts de Chaume Zerzilles 2014 : du coing, du miel, classique, parfaitement équilibré par une grosse acidité. TB+.

Layon SGN 1999 : couleur ambrée, nez sur les fruits secs, la pierre chaude, le vin a « mangé » un peu de sucres, encore de l’acidité, des petits amers, pile à point. TB+.

 

Ludovic Engelvin

IGP Gard Spontanéo 2018 : (roussanne, grenache blanc) un peu lourd, manque d’acidité. B-.

Cruelles 2018 : (cinsault, grenache) réduit et perlant, compliqué, jus assez fin et peu extrait derrière. A regoûter en lui offrant une bonne préparation. B-.

Célas 2018 : (grenache) idem. B-.

Serre Cabanis 2016 : (majorité mourvèdre) Mieux en place, beaux fruits noirs épicés, style fin et frais. TB.

 

Desvignes

Morgon Voute St Vincent 2018 : tout en fruit (plutôt fruits noirs), très juteux et gouleyant. B+.

Morgon Côte du Py 2018 : aromatique proche, mais plus de volume, tannins encore un peu serrés, taillé pour la garde, beau potentiel. TB.

Morgon Javernières 2018 : proche du précédent, mais tannins plus fins, déjà très accessible et délicieux en l’état, belle fraîcheur dans le fond. TB+.

desvignes

 

Emidio Pepe

Trebbiano d’Abruzzes 2015 : couleur bien dorée, nez sur la réduction grillée des lies, bouche énergique, tendue, saline, épaisse, impression d’une courte macération pour donner du volume ? TB.

Pecorino d’Abruzzes 2016 : vin énergique là aussi, mais l’aromatique me dérange, pointe de liège me semble-t-il mais difficile d’être sûr n’étant pas du tout connaisseur du cépage…

Montepulciano d’Abruzzes 2015, 2013, 2003, 2001 : Le 2015 est très puissant, un peu de réduction grillée, fruits noirs, tannins encore bien présents, à attendre TB-. 2013 déjà un peu évolué, aux tannins plus fins TB. 2003 très bon aussi, gourmand, pas beaucoup plus évolué que 2013 TB. 2001 réduit, compliqué. B-.

 

Ferdinando Principiano

Dolcetto Dosset 2019 : très léger, tout en petits fruits rouges, gouleyant. B+.

Langhe Nebbiolo 2018 : pas trop de souvenir, léger, encore tout jeune.

Barolo di Serralunga 2016 : profil frais, peu épais, tendu, tannins fins, finale « nature » un peu gênante. TB-.

Barolo Boscareto 2011 : (grappe entière !) On monte d’un très gros cran, plein de fruits rouges et de rose, la grappe entière ne se sent pas vraiment, mais on sent beaucoup de fraîcheur dans le vin sur ce millésime qui a donné pas mal de vin confit. Encore des tannins de qualité. Déjà très bon et gros potentiel. TB++.

principiano

 

 

Cascina Roccalini

Langhe 2018 : léger, petits fruits rouges, bonbon anglais, semble peu sulfité, très simple. B.

Barbaresco Roccalini 2016 : pas une grosse différence avec le précédent je trouve… B.

 

Posté par tomy63 à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 janvier 2020

Soirée mediterranée

Château de Pibarnon - Bandol blanc 2016 : (45% clairette, 30% bourboulenc, marsanne, ugni blanc) Couleur clair, nez floral, anisé, fruits jaunes. Bouche vive à l'attaque, qui finit un peu courte et sur l'alcool. B.

Domaine Vaccelli - Vin de France « Sirocco » 2017 : (vermentino, carcaghjolu bianco, genovese, cudiverta, riminese) Couleur à peine plus foncée, très beau nez beurré, fleurs blanches, pêche, miel. Bouche à la fois grasse et tendue, élégante, boisée très bien intégré, belle longueur. Le blanc de la soirée à l'unanimité. TB+.

soiree medietrranee

 

Château Musar - Rouge 2011 : (cinsault, cabernet sauvignon, carignan à parts égales) Vin plutôt léger et fruité à l’ouverture, puis marqué par des notes de cèdre et de truffe à la bordelaise avant de finir sur des fruits rouges confiturés et beaucoup de rondeur comme un grenache. Très évolutif. Intéressant. TB.

Domaine de la Tour du Bon - Bandol rouge « En Sol » 2014 Mag : (100% mourvèdre en jarres) Couleur très claire, nez de grenadine, groseille, pivoine. Bouche aérienne, très fraîche, fait presque pinot, avec une finale plus épicée et réglissé. Très joli qui a divisé l’assemblée. TB++.

Ermitage du Pic St loup - Languedoc Pic-St-Loup « Guilhem Gaucelm » 2016 : (50% syrah, 50% grenache) Couleur sombre, superbe nez typé syrah, lardé, olive, anchois, épices, fruits noirs, violette, très sauvage. Bouche fraîche, concentrée, tannins fins et belle longueur. La nouvelle pépite du Languedoc. TB++.

Mas Martinet - Priorat 2005 : (65% grenache, 20% carignan + syrah, cabernet sauvignon, merlot) Couleur sombre et légèrement tuilée, nez de sous-bois et fruits cuits. Bouche puissante, tannins fondus, fruits rouges cuits, assez long. L'alcool se fait sentir dès que le vin se réchauffe. Un peu en-dessous des deux Languedocs. TB-.

Peyre Rose - Coteaux du Languedoc « Clos des Cistes » 2008 : (90% syrah, 10% grenache) A la hauteur de sa réputation comme toujours, dans un registre assez fin pour un vin de Marlène, avec du soleil, de la fraîcheur, juste ce qu'il faut d'évolution et de fruit. TB+.

 

Terres de Fagayra - Rivesaltes ambré 1986 : (macabeu + grenaches blancs et gris) Couleur ambre foncé, nez de fruits secs, noisette, caramel. Bouche assez ronde, encore pas mal de fruit, un peu de sucre, pas trop marqué noix, alcool très bien intégré. Pafait pour finir. TB+.

 

Posté par tomy63 à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2019

Soirée grands vins

rayas 2008

Selosse, Champagne Brut Initial : (100% chardonnay sur les grands crus Avize, Cramant et Oger. Dégorgé en novembre 2014)  Couleur or foncé, nez brioché, avec es notes oxydatives de noix et fruits secs bien marqués comme toujours chez Selosse. La bouche reprend ces arômes, avec une bulle très fine, une matière épaisse, presque grasse et une bonne acidité dans le fond. Longueur moyenne. TB.

 

Bonneau du Martray, Corton-Charlemagne 1998 : Couleur dorée, nez sur le miel, sur des notes beurrées, quelques fruits jaunes, encore assez jeune. Bouche très ronde, grasse, acidité assez faible, c’est même un peu mou pour certains, à la texture soyeuse, qui renforce l’impression d’un vin sur le miel et le beurre frais. Finale plutôt longue. Mais ce vin peut être déstabilisant par son équilibre pas du tout construit sur l’acidité, et en cela plus proche de certains vins du Rhône que d’un Bourgogne. TB.

 

Rayas, Châteauneuf-du-Pape blanc 2008 : (50% grenache blanc, 50% clairette sur sables) Couleur plus claire que les précédents, or pâle, nez avec un côté résine/pétrole au départ, citron vert, cédrat, fleurs blanches, abricot, envoûtant. Bouche grasse, épaisse, puissante, avec ce qu’il faut d’acidité et de fraîcheur dans le fond pour l’équilibrer. Beaucoup de longueur. Clairement le blanc de la soirée pour tout le monde. TB++.

 

Clos Rougeard, Saumur-Champigny Les Poyeux 2011 : (100% cabernet franc. Parcelle de 2,9ha, sols sableux) Couleur rubis, très claire, nez plein de petits fruits rouges, très légères notes végétales sans aller jusqu’au poivron non plus, qui donne ici un côté noble à ce vin. Bouche en dentelle, tout en fruit, peu de tannins, texture soyeuse, plus dans l’esprit d’un Chambolle que d’un Saumur. Belle longueur en plus. Tout le monde est un peu surpris mais entièrement convaincu par la finesse de ce vin. TB++.

 

la tache 2004

Coche-Dury, Volnay 1er cru 2011 : (100% pinot noir. Assemblage des premiers crus Taillepieds et Clos des Chênes) Couleur rubis proche du précédent, là aussi une aromatique sur les petits fruits rouges, la fraise surtout, moins de notes végétales, plutôt une pointe épicée et un peu de cuir. La bouche est toute en fruit, à peine plus de tannins que le Clos Rougeard, surtout dans le fond une minéralité et une acidité plus élevées, qui vont vraiment étirer ce vin tout en longueur et en fraîcheur, encore plus long. Il a parfaitement emmené La Tâche, jouant dans la même cour, dans un registre plus fin. Exceptionnel.

 

Domaine de la Romanée-Conti, La Tâche 2004 : Couleur grenat, bien plus foncée que le précédent, sans trace d’évolution. Le nez s’ouvre d’abord sur un côté lardé, viande fumée, plus typique d’un Rhône Nord que d’un pinot, on sent un vin puissant, très solaire pour 2004. Peu à peu le côté lardé se mêle au côté pot-pourri/rose fanée typique du domaine, avec du cuir, cassis, framboise… Très complexe et évolutif dans le verre. La bouche reprend ses arômes, plutôt puissante et mûre pour un pinot, mais une acidité très élevée dans le fond l’étire et lui permet de rester équilibré. Les tannins sont très fins. Finale encore plus longue que les précédents. Même si elle n’était probablement pas encore à son apogée, cette bouteille était exceptionnelle. Malgré des attentes très fortes, elle n’a déçu personne, bien au contraire. Exceptionnel.

 

Jean-Louis Chave, L’Hermitage 2011 : (100% syrah. Assemblage des parcelles Bessards, Méal, Beaume, Diognères, Ermite et Péléat) Couleur noire, on change clairement de registre. Nez de fruits noirs, graphite, qui semble un peu sur la retenue même après très long carafage, notes végétales dans le fond. Bouche puissante, sur les fruits noirs, avec une fraîcheur et une acidité très hautes derrière. Beaucoup de longueur, mais une aromatique qui refuse de se livrer complètement. Il faut vraiment aller chercher ce vin, contrairement aux précédents. Probablement encore un peu trop jeune. Mais comme on dit parfois, « un Chave c’est toujours trop jeune ». TB.

 

Justino’s, Madère Terrantez Old Reserve : (100% Terrantez. Vin muté. Assemblage de fûts de 10 à 50 ans environ) Couleur ambrée, reflets rougeâtres. Nez exubérant, sur la noix, la noisette, l’abricot sec, la figue, la datte, les plantes méditerranéennes, très complexe. Bouche puissante (19%), à l’ampleur impressionnante, sur les arômes du nez, plutôt demi-sec, voire presque sec sur la finale. Il finit très long, avec une belle acidité, une impression de salinité, qui donne envie d’y retourner. Ce vin atypique a pour beaucoup a pleinement convaincu. Accord parfait avec la tarte aux noix. TB++.

 

Posté par tomy63 à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2019

Soirée Vin de Pays et Vin de France

1 - Maison Boiteau, IGP Charentais Le Bruleau 2017 : (100% chardonnay) couleur or pâle, nez beurré, vanillé, gourmand. Bouche facile, grasse, beurrée, dans un esprit petit Côte de Beaune, manque juste un peu de longueur.

2 - Les Vignes de Paradis, IGP Allobroges Savagnin 2015 : (100% savagnin) Robe plus dorée, nez sur la brioche, le miel, les fruits secs, évoque un champagne un peu évolué, avec une pointe oxydative. Bouche concentrée, avec une belle fraîcheur derrière, de la puissance et de la longueur. Très intéressant.

3 - Mas del Périé, Vin de France Les Pièces longues 2017 : (100% chenin sur Cahors) Robe similaire, nez très réduit, même après long carafage, sur l'allumette et l'oeuf pourri, compliqué. La bouche est très différente, énergique, tendue, citronnée, avec beaucoup moins d'arômes réducteurs.

4 - Jean-Baptiste Gougis, Vin de France Puy de Joie 2017 : (quasi 100% gamay sur le plateau de Gergovie) Couleur soutenue, nez de cerise, cassis, poivre, réglisse. Bouche puissante, un peu rustique avec des épices et un côté presque "ferrugineux", tannins encore serrés. Beau potentiel, à attendre quelques années si possible.

IMG_20190928_004228

  

5 - Terrasse d'Elise, IGP Pays d'Hérault Le Pradel 2017 : (100% cinsault) Couleur rubis, bien plus claire, nez de confiture de fraise, gourmand. Bouche fruitée, confiturée, peu tannique, avec un peu trop d'alcool ressenti sur la finale.

6 - Ludovic Engelvin, IGP Gard Clos Serre-Cabanis 2016 : (50% grenache, 50% mourvèdre) Robe grenat, nez de fruits noirs, épices, olives, cuir, garrigues. Bouche très fraîche, tannins de belle qualité, de l'épaisseur et de la longueur. Très belle bouteille. Un domaine qui monte.

7 - Trévallon, IGP Alpilles rouge 2009 : (50% syrah, 50% cabernet sauvignon) Robe très sombre, nez bien plus évolué, fruits noirs, cuir, truffe, tabac, la grande classe. Bouche pas très épaisse, plutôt sur la tension avec une belle acidité, des tannins encore un peu serrés, beaucoup de longueur.

8 - Grange des Pères, IGP Pays d'Hérault rouge 2015 : (Syrah, mourvèdre, cabernet sauvignon, counoise) On revient sur une couleur plus claire, nez explosif, plein de fruits mûrs, de garrigue, de thym, d'anchois, d'olives. Bouche dans la lignée, moins serrée que le Trévallon, très aromatique avec une grande fraîcheur derrière. La Grange a tenu son rang, sur ce millésime très accessible en ce moment bien qu'encore tout jeune.

Bonus - Gourt de Mautens, IGP Vaucluse blanc 2012 : (picpoul, bourboulenc, picardan, roussanne, marsanne, viognier, clairette, grenaches blanc et gris) Robe dorée, nez réduit qui rappelle le vin du Mas del Périé, là aussi on reconnait plus le travail sur la réduction que la région. Bouche intéressante, plus tendue, moins opulente que par le passé avec ce domaine. Merci Olivier pour la bouteille.

9 - Domaine Sérol, Vin Mousseux Turbullent : (pétillant naturel 100% gamay) couleur "rose bonbon" avec une mousse blanche épaisse, nez de bonbon à la fraise, bouche vive, pointe de sucre, peu d'alcool, très rafraîchissante, parfait pour conclure la soirée.

IMG_20190928_004220

 

Posté par tomy63 à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2019

RVF Millésime 2018

Millésime 2018

Millésime globalement réussi, chaleureux à peu près partout en France, qui a donc particulièrement réussi aux vignobles du Nord, aux vignobles d’altitude, plutôt aux rouges et liquoreux qu’aux blancs secs.

 

Alsace : beau millésime, solaire, les rieslings et pinots gris sur coteaux « caillouteux », à rendements raisonnables, et souvent travaillés en biodynamie arrivent à garder de la fraîcheur. Plus compliqué pour le pinot noir. Belles notes chez Albert Mann, Pinot gris Furstentum notamment.  (14,5 pinot noir, 16 Riesling grand cru, 16,5 pinot gris et gewurz grands crus)

Beaujolais : belle année, solaire, mais à gros rendements, seuls les très bons producteurs qui ont misé sur la qualité plutôt que sur la quantité, et qui n’ont pas ramassé trop mûr s’en sont sortis. Belles notes chez Desvignes. (14 Rouges)

Bordeaux : très belle année, solaire, surtout favorable aux rouges. Belles notes pour le Château Closiot le Sauternes de JM Guffens. (17-19 Rouges, 16-18 blancs, 17 Liquoreux)

Bourgogne : grande année, solaire, à la 2009, surtout pour les rouges. Rendements élevés là aussi, il faut privilégier les producteurs qui ne cherchent pas la quantité. De beaux Irancys, NsG, Vosne, des Chambolles et Geverys parfois un peu secs. (17,5 Rouges,  17 blancs)

Corse : belle année, moins solaire que les précédentes en Corse, où il y a eu pas mal de pluies. De très beaux rouges et très beaux blancs, chez Vaccelli, Canarelli, Abatucci… (16 Rouges, 16 blancs)

Jura : De grands vins rouges, plus compliqué en blanc. Belles notes pour les Marnes blanches. (18 Rouges, 16 blancs)

Languedoc : année compliquée, souvent trop chaude. Mieux en altitude. A suivre en Terrasses du Larzac : Nova Solis, Mas Combarela, Clos constantin. (16 rouges, 15 blancs)

Loire : millésime solaire, de qualité hétérogène. Les liquoreux s’en sortent le mieux. Les rouges sont chauds, souvent gâchés par de trop gros rendements. De beaux muscadets, côtes roannaises, côtes d’auvergne, Chinon rouges et Saumur blancs par exemple. A suivre Bel Argus qui a repris Jo Pithon. (17 moelleux, 16 blancs, 15 rouges)

Provence : millésime pluvieux, compliqué, souvent des vins maigres, un peu mieux en rouge. (14 Rouges, 13 blancs)

Rhône : millésime solaire en Rhône Nord, plutôt bon en rouge, difficile en blanc. Au sud, des rouges gourmands, faciles à boire dans la jeunesse, mais moins de fond que les 3 années précédentes, des volumes très faibles à cause du mildiou. (15 Rouges, 14 Blancs)

Roussillon : pas mal de pluies et de mildiou comme en Rhône sud. Des vins plutôt faciles au final, mieux en rouge qu’en blanc, mais qui n’ont pas la profondeur des 2017. (15 Rouges, 14 blancs, 14 VDN)

Savoie : superbe millésime, solaire, peu de recours à la chaptalisation. Surtout en rouge, de belles mondeuses. A suivre : domaine des Côtes rousses et Cellier de la Baraterie.  (17 rouges, 15 blancs)

Sud-Ouest : très beau millésime dans toutes les couleurs, avec du fruit, des bonnes maturités et de la fraîcheur. A suivre Clos Larrouyat, domaine des Boissières… (17 Liquoreux, 17 blancs secs, 16-18 rouges)

Allemagne : très belle année, solaire, riche, mais tout en gardant de l’énergie et des acidités élevées. Proche de 2015 ?

 

Posté par tomy63 à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2019

Vinexpo Bordeaux 2019

Justino’s (Madère)

Sercial 10ans : très sec, sur la noix, finale longue et saline, austère mais classe. TB+.

Boal 10ans : plutôt demi-sec donc un peu plus facile, même trame saline et tendue derrière. TB+.

Malvasia 1997 : plus sucré, mais finale encore plus longue, saline, plus oxydative. TB+.

Terrantez 50ans : plus puissant, notes de cuir, tabac, abricot sec, noix, bouche assez sucrée puis finale sèche, très longue, saline. Exceptionnel.

(Justino’s, Madère Terrantez Old Reserve : (100% Terrantez. Vin muté. Assemblage de fûts de 10 à 50 ans environ) Couleur ambrée, reflets rougeâtres. Nez exubérant, sur la noix, la noisette, l’abricot sec, la figue, la datte, les plantes méditerranéennes, très complexe. Bouche puissante (19%), à l’ampleur impressionnante, sur les arômes du nez, plutôt demi-sec, voire presque sec sur la finale. Il finit très long, avec une belle acidité, une impression de salinité, qui donne envie d’y retourner. Ce vin atypique a pour beaucoup a pleinement convaincu. Accord parfait avec la tarte aux noix. TB++.)

 

Henriques & Henriques (Madère)

Sercial 2001 : assez facile pour un sercial, plus sucré, moins salin que le Justino’s. B+.

Verdelho 15ans : idem, style assez rond et facile. B+.

Boal 2000 : un peu caramel, mélasse au nez, bouche sucrée à l’attaque, dans le fond, on sent la salinité, mais plus loin que les Justino’s. B+

Single Harvest 1998 Medium rich (tinta negra) : un peu trop riche et sucré. B.

Malvasia 20 ans : assez sucré et facile. Des bons Madères, mais ce jour-là ils souffrent de la comparaison. TB.

 

Martin Wassmer (Allemagne - Baden)

Weiss burgunder 2018 : facile, simple, très aromatique (fleurs blanches, fruits blancs). B.

Weiss burgunder SW 2017 Schlatter Maltesergarten : très aromatique aussi, pointe brioche en plus, plus épais, plus gras, manqué de tension à mon goût. B+.

Muskateller Markgräflerland 2017 : (38gr SR) bien marqué muscat, raisins blancs, litchi, facile, gourmand. B+.

Spätburgunder Markgräflerland 2016 : léger, plein de fruits rouges, juteux, finale à peine épicée, belle matière pour l’entrée de gamme. TB+.

Spätburgunder Schlatter Maltesergarten 2015 : fruité, texture soyeuse, matière épaisse, belle longueur, très bourguignon dans l’esprit avec de la finesse et belle longueur. TB++.

Spätburgunder Schlatter SW 2015 : superbe matière, très épais, tannins soyeux, encore un élevage (plutôt sur le côté vanillé) présent qui doit se fondre. Peut-être un grand pinot à venir. TB++.

Pinot noir Schlatter Maltesergarten GC 2015 : on monte encore d’un cran, avec à nouveau plus d’épaisseur et de longueur, l’élevage est présent à travers des notes fumées/épicées cette fois-ci. Style un peu modern mais très bien fait. A nouveau peut-être un futur très grand si cet élevage s’intègre. TB++.

IMG_20190513_132928

 

Tua Rita (Toscane-Maremma)

Rosso dei Notri 2018 : (sangiovese, cabernet, merlot, syrah) facile, sur le fruit, juteux. B+.

Perlato del bosco 2017 : (sangiovese) plus de tannins, style assez mûr, arrondi, facile d’accès, moderne. B+.

Keir 2017 : (syrah en amphore) un peu réduit, austère, compliqué, pas bien en place peut-être. B-.

Giusto di Notri 2016 : (CS, CF, merlot) goûte sur l’élevage, modern, tannins encore très présents. B-.

Per Sempre Syrah 2017 : un peu moderne, mais belle syrah pleine de fruits noirs, d’épices, assez mûr, très beau jus, texture soyeuse. TB+.

Redigaffi 2017 : (merlot, prélevé sur fût) fruits rouges, très tannique et épicé, élevage bien absorbé par une grosse matière, très long, un peu bodybuildé, mais pourra faire un joli vin si on est très patient. TB.

 

Ballande & meneret (société)

Château Cordet Margaux 2015 : B+.

Château d’Aiguilhe Castillon 2015 : très moderne, boisé, vanillé, tout rond. Moyen.

Prieuré Lichine Margaux 2010 : pas photo dans la série, cuir, boîte à cigare, sous-bois, cassis, cèdre, belle fraîcheur, tannins très fins, classieux. TB++.

Mount Mary Vineyard Yarra Valley Quintet 2015 (Australie) : (cabernet sauv. Merlot cabernet franc malbec) peu épais, assez léger, notes végétales, fruits rouges, cerise, prune, fumé, limite sous-maturité, à l’opposé du style confituré/bodybuildé de certains nouveau monde, frais. Mais assez maigre et longueur juste moyenne. TB-.

Tyler Pinot Noir 2014 Bien Nacido Vineyard Old vine Santa Maria Valley : pinot ultra toasté. Moyen.

 

German Pavillon

August Kesseler, Daily August Riesling 2017 : Riesling sec, peu épais mais vif, tendu, presque désaltérant. TB-.

Dr Wehrhein, Riesling Kastanienbusch GG 2015 : (sur pierres rouges) Riesling sec, puissant, très different du Kirschpiel de la matinée (plus calcaire) riche, épais, moins minéral. TB-.

Dr Thanisch, Berncasteler doctor spätlese 2012 : superbe notes de fruits blancs et de fruits exotiques, pointe de résine, de mirabelle et d’agrumes dans le fond, complexe, classe, et ultra facile à boire avec son peu d’alcool. TB++.

Ratzenberger, Bacharacher Wolfshöhle Auslese 2005 : (AP 04) il pétrole plus que le Thanisch, plus fruits jaunes et miel, sucres peu presents pour un Auslese, au ressenti du moins, belle tension dans le fond, très long et très classe aussi. TB++.

Dr Pauly-Bergweiler, Riesling Berncasteler Johannisbrunnchen Eiswein 2016 : (136gr SR, 8% alc, 12gr acidité tartrique) (AP 029) encore tout jeune, plein de fruits blancs, fruits frais, exotique, pas de pétrole ni de résine, à peine plus simple que les deux précédents mais parfait équilibre sucre/acidité, ça promet. TB++.

 

New York Wines

Anthony Road Pinot gris 2017 : vif, avec un côté grillé/soufré, citronné. B.

Anthony Road Cabernet franc - Lemberger 2016 : (52% CF, 48% Lemberger) couleur clair, léger en alcool, plein de fruits rouges, texture épaisse et soyeuse, finit un poil court. TB.

Fox Run Chardonnay Doyle family vineyard 2017 : ni vif, ni tendu, ni épais. Moyen.

Fox Run Chardonnay Kaiser vineyard 2017 : très boisé. Moyen.

Fox Run Traminette 2017 : (100% traminette) proche d’un gewurz, un peu de sucre, fruits exotiques, gourmand, facile. B+.

Fox Run Lemberger 2017 : bien boisé. Moyen.

Keuka Lake Vineyards Dry Vignoles 2017 : très aromatique, un peu typé riesling, belle acidité, assez épais, finale sur les zetes d’agrumes, très intéressant. TB.

Keuka Dry Riesling 2017 : assez austère, très sec, pétrole peu, manque de tension. B-.

Keuka Upper Eastside Dry Riesling 2017 : plus de tension que le précédent, finale assez longue sur les amers. TB.

Keuka Spring Vineyard Lemberger 2017 : (= blaufrankisch) fait bien blaufrankisch, travaillé sur le fruit, léger, fruits rouges et épices, juteux. TB.

Red Newt Tango oaks vineyard 2013 : très beau nez miel et fruits exotiques, bouche sèche, sur les agrumes. TB.

Red Newt The Knoll Riesling Lahoma Vineyards 2015 : riche et puissant, gras, manque d’acidité derrière. B+.

Red Newt Dry Riesling 2016 : un peu plus simple mais belle tension. TB.

(Soirée pinots/rieslings du monde Red Newt *** – Dry Riesling 2013 (Finger Lakes – USA) : (assemblage de parcelles) Riesling vif, facile à boire, fruité, peu de pétrole, bonne acidité, manque un peu de matière et de gras. B+.)

 

 

Zind-Humbrecht

Riesling Clos Windsbuh 2016 : très sec, minéral, bonne tension, beaucoup de zestes d’agrumes, pointe de résine, peu de pétrole, quelques notes florales, à attendre. TB+.

Pinot gris Heimbourg 2017 : nez de fruits exotiques et miel, bouche sèche, miel et agrumes, bonne acidité, manque un peu de longueur. TB.

Pinot gris Rangen de Thann 2017 : très sec sur 2017, notes de pierre à fusil Presque tourbe au nez, bouche épicée, grasse, épaisse, pas une grosse acidité, finale tendue par le côté épicé plus que par l’acidité qui fait un peu défaut à mon goût. A voir au vieillissement. TB+.

 

Salena (Australie bio)

Chardonnay South Australia 2019 : chardonnay floral, pas de bois, simple, court. B.

Twisted sticks chardonnay 2019 : un peu nature, sans gros défaut, assez simple. B.

 

Bibi Graetz (Toscane)

Testamatta 2016 : (sangiovese) notes de prunes, pointe balsamique, orange, tabac, beaucoup de fruit, tannins encore présents, taillé pour la garde, bon potentiel. TB+.

Colore 2016 IGT Toscana : (sangiovese + canaiolo, colorino) pas encore commercialisé, 2016 s’annonce grandiose en Toscane. Là aussi, sangiovese en vieux fûts, classe, taillé pour la garde, plus marqué fruits rouges, encore plus dense, tannins serrés qui vont demander du temps. TB++.

 

Zapata (Argentine)

Adrianna Vineyard 2015 en Mag « Mundus Bacillus Terrae » : (Malbec ) boisé présent mais bien intégré, rond, soyeux, assez mûr, fruits noirs, finit long et épicé. A attendre pour qu’il digère son élevage. Bien fait dans son style. TB+.

Cuvée Nicolas 2015 en Mag : (malbec, cabernet sauvignon) bois bien intégré aussi, plus frais, plus acide, pointe végétale, grosse matière, tannins un peu plus marqués mais de qualité. A attendre aussi, beau potentiel. TB+.

 

Primum Familiae

Antinori, Tignanello 2016 : très bordealis dans l’esprit, encore très tannique en l’état, à attendre. TB-.

Antinori, Chianti classico Ris 2015 : bien boisé, beaucoup de tannins. Moyen.

Macan, Rioja 2014 : (Rothchild et Vega Sicilia) très vanillé. Moyen.

Macan, Rioja Clasico 2015 : idem. Moyen.

Torres, Grans Murailles 2015 DO Conca de Barbera : (Catalogne. Grenache mourvedre carignan + garro, querol…) puissant, fait syrah lardé/fumé, fruits noirs, pointe d’élevage, belle fraîcheur derrière, du caractère. TB+.

Torres, Milmanda Blanc Conca de Barbera 2016 : (chardonnay) servi très froid, fermé, semble vif, floral, minéral, grillé/soufré. B+.

Escudo Rojo Grande Reserve Chile 2018 : noir, confituré, tanniqque, lourdaud. Moyen.

Joseph Drouhin Oregon, Pinot Noir Laurène 2014 : pinot noir sérieux, beau fruité, pas très épais, tannins encore bien présents pour un pinot, assez classe, taillé pour la garde. TB+.

San Guido, Guidalberto 2014 : très tannique, noir, pas spécialement boisé, peu épais, tout en tension, beaucoup de fraîcheur, style bien moins moderne que le Tignanello, beau vin à attendre absolument. TB.

Egon Muller, Schwarzhof 2018 : (AP 01) ultra aromatique, litchi et fruits blancs, ferait presque muscat, toute petite touche de sucre, bonne acidité, l’aromatique est vite lassante. A voir au vieillissement. B+.

Egon Muller, Schwarzhof Kabinett 2018 : (AP 02) encore tout jeune, plus complexe, fruits blancs, notes florales, à peine plus de sucres, bonne acidité. A regoûter dans quelques années, probablement loin de son apogée. Même niveau longueur il y a eu mieux ce jour-là. TB.

Oremus, Dry Mandolas furmint sec 2017 : si avant il était trop gras/beurré, le style suit l’évolution bourguignonne, tout en tension et vivacité avec des notes de soufre et de grille bien marqués, citronné et minéral. B+.

Oremus, Tokaji 3 puttonyos 2013 : très porté sur le miel, pas mal de sucres pour un 3p, belle acidité pour l’équilibrer. TB.

Rupert & Rothschild, Baron Edmond 2015 : (Af sud) très boisé. Moyen.

 

Pardela Wines (société)

Yalumba, Y series Viognier South Australia 2018 : pas variétal, mais grillé, soufré, un peu floral sur le final. B-.

Yalumba, Y Series shiraz 2016 : réglisse, fruits cuits. Moyen.

Allegrini, Palazzo della torre 2015 : (Vénétie. Corvina, rondinella, sangiovese) un peu sucré, confituré, type Amarone mais en plus léger, rond, peu tannique, très simple, gourmand. B+.

Pellissero, Barbaresco 2013 cuvée Nubiola : (jeunes vignes) élevage fût trop marqué, tannins encore présents. B-.

 

Ferrari (Italie, Trentin)

Brut : (100% chardonnay) léger, fruité, simple, bulle un peu grosse. B.

Perlé 2010 Mag : plus brioché, bulle plus fine. B+.

Perlé Rosé 2013 : (pinot noir, chardo) léger, élégant, petits fruits rouges, bulle assez fine, peut-être un peu trop dosé comme l’ensemble de la gamme. TB-.

Riserva Lunelli 2009 : (chardonnay) un peu plus toasté, brioché, bulle très fine. TB.

 

Castellare di Castellina

Chianti classico 2017 : plutôt facile et mûr. B+.

Chianti Riserva 2016 : plus marqué balsamique, grosse matière, très tannique, à attendre absolument. TB-.

Isodi di S Niccolo 2015 : trop mûr, tannique. B-.

 

Trapiche (Argentine)

Malbec Broquel 2017 : fruits noirs confiturés et épices, simple, solaire. B.

Medalla Malbec 2016 : plus marqué fruits rouges, plus frais, épices, tannins gras, bien lissés par le bois. TB-.

Terroir series Malbec 2015 Finca Coletto : plus puissant, plus tannique, grosse matière, style un peu moderne mais belle longueur, à attendre. TB-.

Iscay 2014 Malbec & Cabernet franc : plus d'acidité, plus de tension, moins confituré, le cabernet franc fait du bien, encore pas mal de tannins, boisé bien intégré. TB+.

 

Terra Remota (Catalogne)

Caminante Blanc 2018 : (grenache blanc, chardonnay, chenin) nez floral, très aromatique, fruits blancs, bouche vive, fruitée. B+.

Caminito rosé 2018 : rosé avec un peu de couleur, frais, belle épaisseur. B+.

 

Château de Tracy

Pouilly 2018 : sauvignon sur le pamplemousse et le buis, vif, fruité, classique. TB-.

Mademoiselle de T 2018 : (il aurait fallu faire l’inverse) idem, juste un peu plus court en l’état. B+.

 

Dirler-Cadé

Kessler Riesling 2016 : (grès + sables et argiles) sec, épicé. TB.

Saering Riesling 2016 : (marne-calcaire) plus exotique, plus accessible en ce moment, belle minéralité derrière. TB+

Saering Muscat 2017 : muscat sec pas trop variétal, juste un peu court. B+

Schinberg Pinot gris 2016 : (10gr SR) B+.

Kessler Pinot gris 2016 : (30gr SR) exotique, minéral, assez riche. TB.

 

Montirius

Côtes du Rhône Muse Papilles 2017 léger, facile. Jardin secret 2015 plus riche, Sérine 2015 un peu trop solaire. Vaqcqueyras Garrigues 2015 solaire aussi, Le Clos 2013 plus évolué, plus fondu, plus frais. Top. Gigondas Terre des aînés 2015 fait un peu pruneau, Confidentiel 2015 très tannique à attendre absolument. Pas facile en fin de salon…

 

Posté par tomy63 à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]