Soirée Mas Jullien

Les vins sont servis à l’aveugle. Les rouges ont été ouverts la veille.

Cartagène 2009 : Couleur rose foncé, beau nez avec de la rose, du poivre, de la fraise, de la groseille. Bouche un peu trop marquée par l’alcool où on sent bien le côté eau-de-vie, aromatique intéressante proche du nez, pas trop de sucre pour une cartagène. Finale assez longue, poivrée. B.

Rosé 2012 : couleur rose foncé, nez sur la grenadine, la fraise, la framboise, assez engageant. Bouche puissante, rosé de gastronomie, une petite pointe d’alcool, beaux fruits rouges. Assez bonne longueur pour un rosé. B+.

Carlan 2009 : Robe sombre aux contours violets, nez un peu réduit, avec un côté olive verte aussi, des fruits noirs, cassis. Bouche puissante mais aux tannins soyeux, juteuse, sur la confiture de mûre et de cassis, fraîche pour 2009. Finale un peu plus courte que le Mas 2009. TB-.

Autour de Jonquières 2013 : Robe sombre aux contours violets là aussi, nez de confiture de mûre et de cassis, plus d’épices que dans le précédent, un côté garrigue, du cacao, de l’amande, du bois précieux, très jeune mais très noble. Bouche encore un peu jeune, puissante, mais avec beaucoup de fruits noirs, des épices, une touche d’élevage (bois précieux) déjà bien intégré pour 2013, tannins présents mais d’une grande finesse. Belle longueur avec de la fraîcheur. Déjà très bon, et probablement un futur grand vin. TB.

Lafage Les 11 Terrasses 2009 : Au nez du caramel, de la vanille et du café, en bouche du caramel et de la vanille, les tannins sont bien polis par le bois évidemment mais qu’est-ce que c’est lourd et écœurant. Moyen.

Mas 2009 : Robe sombre aux contours violets aussi, nez plus épicé que les précédents, on retrouve les fruits noirs confiturés, un peu de cacao. Bouche puissante, fruitée, aux tannins soyeux là aussi (plus que lors de ma dernière dégust il y a un an environ) avec une très belle tension derrière et une finale plus longue que les précédents. Un régal en l’état même si bien sûr là aussi c’est encore tout jeune. TB+.

DSC_0381

 

Mas 2005 : Robe plus claire et plus évoluée que les précédents, un peu de réduction au nez, moins de fruits et plus de tertiaire, avec un petit côté vert. En bouche les tannins sont plus serrés, on a l’impression d’un vin ramassé moins mûr, avec un côté vert qui me fait penser à du cabernet sauvignon. Il y a de la fraîcheur derrière et une bonne longueur, mais le style me plaît moins. Lors de ma dernière dégust il y a un an et demi j’avais déjà trouvé les tannins un peu serrés mais pas le côté vert. B+.

Blanc 2011 : Couleur or, nez sur le miel, l’anis, avec un peu d’élevage (vanille et surtout beurre) bien intégré, certains évoquent le chardonnay, des fruits jaunes. La bouche est puissante, mais avec une belle acidité derrière qui l’empêche d’être trop lourd, beurrée, florale, sur les fruits jaunes et les agrumes. Assez bonne longueur, finale tendue, légèrement anisée. Bien fait, mais la bouche a un côté un peu trop chaud à mon goût. TB-.

La Méjanne 2009 : Couleur or pâle, nez encore bien plus sur le miel, le citron, l’ananas, un peu mentholé. Bouche fraîche, pas très chargée en sucres, plus « moelleux que liquoreux », où on retrouve le citron, le miel, une petite touche exotique. Finale d’assez bonne longueur, citronnée, anisée. TB-.

Clairette Beudelle 1994 : Couleur ambre foncé, nez très complexe, sur le pruneau, la prune, la pâte de coing, les raisins secs, le caramel, la datte, la noisette, superbe. Bouche un peu en-dessous du nez, où on retrouve du caramel, du pruneau, de la pâte de coing, on a l’impression d’un vin très sucré au départ avec une texture épaisse mais qui a déjà bien digéré ses sucres, il n’est pas écœurant mais on aimerait quand même un peu plus de tension. Finale de longueur moyenne, sur les fruits secs, la noisette, un peu de noix et de chocolat dans le verre vide. Même si autour de la table beaucoup ont préféré le précédent, celui-ci est plus mon style de liquoreux personnellement. TB.

M. Lapierre Morgon 2009 : Très bon Beaujolais, qui a convaincu tout le monde, sur la cerise croquante, un fruité bien mûr, plus de poivre que dans mon souvenir, surtout au nez et en finale. Très facile à boire. Je l’avais déjà bien aimé dans sa jeunesse, il est encore mieux maintenant. TB.

 

Très intéressant de goûter aux multiples facettes du domaine, notamment pour moi qui ne connaissait que les rouges et le rosé. Un grand merci pour nous avoir permis de goûter la très rare cuvée Clairette Beudelle malheureusement plus produites depuis longtemps.

 

Posté par tomy63 à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Clos du Rouge Gorge (Latour-de-France) ***

Clos du Rouge Gorge (Cyril Fhal) - Vin de Pays des Côtes Catalanes "Jeunes vignes" 2013 : (grenache, sans soufre ajouté) couleur rubis foncé, nez légèrement réduit à l'ouverture, mieux après quelques minutes, beaucoup de fruits rouges, quelques notes animales, un peu d'olive verte. Bouche assez légère, peu tannique, très fruitée et très fraîche, facile à boire, pas du tout perlante, sur les fruits rouges, l'olive verte, quelques épices. Finale assez courte, mais d'une grande fraîcheur qui appelle à se resservir. Note : 15/20.

clos rouge gorge jeunes vignes

 

Posté par tomy63 à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mas des Caprices (Leucate) ***

Mas des caprices - RAS Rouge à Siroter IGP Aude 2014 : (carignan, grenache, mourvèdre, sans soufre ajouté) couleur grenat, un peu de réduction et de gaz à l'ouverture, bien mieux après un tour en carafe. Nez moyennement expressif, simple, sur la cerise et la mûre. Bouche légère, fruitée (cerise, fruits noirs), gouleyante, peu tannique, très fraîche et facile à boire, un peu de gaz. Finale assez courte, mais avec un beau fruité acidulé qui appelle à se resservir. Un vin qui porte bien son nom. Note : 14,5/20.

mas des caprices ras

 

Posté par tomy63 à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Languedoc-Roussillon

Languedoc

Le Languedoc est « le Nouveau Monde de la France, la scène de bonnes idées nouvelles et d’attentes de plus en plus exigeantes » (Atlas Mondial du Vin).  Il s’agit en effet d’une région immense, où les jeunes vignerons peuvent facilement trouver de la place et innover dans chaque couleur, avec des cépages variés. La région bénéficie à la fois de la chaleur et du soleil méditerranéens mais aussi d’une certaine fraîcheur au pied des montagnes. La partie orientale est dominée par l’appellation AOP Languedoc, qui remplace l’AOC Coteaux du Languedoc depuis 2006 (mais les vignerons ont jusqu’à 2017 pour changer leurs étiquettes) suivie du nom de ses « crus » : Pic St Loup, Terrasses du Larzac, Montpeyroux, Pézenas… La partie occidentale bénéficie aussi de la fraîcheur de l’Atlantique, on peut d’ailleurs y trouver des cépages bordelais, à Cabardès par exemple. Les appellations intéressantes sont nombreuses : Corbières, Saint-Chinian, Faugères, Fitou, Minervois, Limoux… Toutes peuvent présenter d’excellents rapport q/p. L’avenir du vin français est probablement ici.

languedoc

 

Principaux producteurs :

***** Grange des Pères, Mas Jullien, Montcalmès.

**** Aupilhac, Barral, Clos Marie, Conte des florisErmitage du Pic St Loup, La BaronneLes aurelles, Mas Champart, Peyre Rose, Roc d'AngladeSt Jean de Bébian, St sylvestre, Terrasse d’elise, Vaïsse.

*** Alquier, Barré, Bertrand Bergé, Borie la Vitarele, Cazaban, Chabanon, Champ des sœurs, Chemin des rêves, Clos maïa, Daumas Gassac, Domaine des Homs, Grange léon, La Garance, La Madura, La Pèira, La Traversée, LedogarLes eminades, Les vignes oubliées, Leyris MaziereMas de la séranne, Mas Laval, Maxime Magnon, Mouscaillo, Mylène Bru, Navarre, Ollieux Romanis, Pas de l’escalette, Puech Haut, Puech Lazert, Sénat, Terre Inconnue.

** Aigues belles, Amants de la vigneronne, Bertrand G., Borie de Maurel, Cal Demoura, Canet Valette, Caraguilhes, Castelmaure, Cazeneuve, Clos de l'Anhel, Domaine de la prose, Fabre-Gasparets, Grande Courtade, Grange de quat'sous, Hautes Terres, Henry, Hortus, La Sorga, La Voulte Gasparets, Lerys, Les Creisses, Les fusionnels, Lorgeril, Maels, Mas CorisMas de MartinMas des BroussesMas des caprices, Mas des chimeres, Mas pas resMas Fabregous, Mas Foulaquier, Mansenoble, Mirausse, Mille Vignes, Murettes, Oustal Blanc, Pech Redon, Pelletier, Plan de l’homme, Ravanes, Trois Orris, Zélige Caravent

* Alliance Minervois, Ancienne mercerie, Antech, Arjolle, Capitoul, Cébène, Clos Bagatelle, Coopérative du Laurens, Gourdou, Grézan, Haut Gléon, La Baume, Mas de Novi, Moulin de Lène, Notre dame du Quatourze, Pierre Fil, Prieuré de ValcroseTour Penedesses, Vignes d'Elodie, Vin de Merde

 

 

Roussillon

Si le Roussillon peut présenter lui aussi d’excellents vins rouges et blancs dans l’esprit de ceux du Languedoc, son intérêt majeur réside peut-être dans la production de vins doux naturels, des vins qui comme les portos sont mutés à l’eau-de-vie pour stopper la fermentation et conserver les sucres résiduels. Comme les portos ils peuvent connaître un vieillissement non oxydatif pour être bus jeunes et sur le fruit, ou oxydatif et ce sont alors des vins de longue garde aux arômes de noix et de fruits secs. Les grands Banyuls et Maury sont des vins mésestimés, vendus à des prix bien peu élevés par rapport à leur qualité.

roussillon

 

Principaux producteurs :

***** Gauby.

**** Abbé Rous, Clos des fées, Edre, Olivier Pithon, Vial Magnères.

*** Cazes, Clos du rouge gorge, Clot de l'oum, Coume del Mas, Gardiès, Mas Amiel, Mas Karolina, Matassa, ModatPouderoux, Puig-parahy, Rectorie, Roc des anges & terres de fagayra, Sarda Malet, Sabbat, Soulanes.

** Berta-Maillol, Bila-haut, Boudau, Calvet Thunevin, Casa blanca, Casenove, Clos des Paulilles, Danjou-Bannessy, Domaine de Rancy, Duchene, l’Elephant, Le soula, Lafage, Laguerre, l’Ou, La Nouvelle donne, L'horizon, Madeloc, Mas Cristine, Mas des Clots, Mudigliza, Padié, Pietri Géraud, Préceptorie, Schistes, Singla, Tour vielle, Traginer, Vaquer…

* Demoiselles, Lavail, Mas de MadameSaint Sébastien

 

Posté par tomy63 à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2016

Domaine de la Grange des Pères (Aniane) *****

Grange des Pères - VdP de l'Hérault rouge 2005 : (40% syrah, 40% mourvèdre, cabernet sauvignon) Carafée 8h environ. Couleur rouge grenat. Nez très éxubérant, magnifique, et très complexe, sur de la fraise et des fruits très mûrs, compotés. On trouve aussi un très léger fumé, tabac, des épices (poivre, olives noires), et un côté un peu iodé. La bouche est puissante mais en même temps très fine, les tannins sont très bien intégrés, moins asséchants que La Mission HB, l'acidité lui donne de la fraîcheur qui contrebalance bien les fruits très mûrs. C'est très agréable à boire même sans manger. Finale très longue. 19/20. (dégusté lors d'une soirée aux caves Naudot).

grange

 

Goûtés lors du Witch 2014 :

Grange des Pères 2009 : au nez l’élevage est encore présent, caramel, vanille, beaucoup de fruits noirs, un peu d’épices. Mieux en bouche, bonne matière et bonne acidité, il a besoin d’encore un peu de temps pour que l’élevage s’intègre, mais ça devrait être très bon dans 3-4ans. TB-.

Grange des Pères 2005 : nez évolué, sur le cuir, le champignon, mais malheureusement une petite pointe liégeuse me dérange. Pareil en bouche, très légèrement bouchonné, sinon on sentait de la fraîcheur, un beau fruité et des arômes plus évolués derrière. Dommage.

Grange des Pères 2010 blanc : (roussanne, chardonnay + marsanne et gros manseng) robe très foncée pour un blanc 2010, nez beurré, vanillé, proche d’un Meursault, avec aussi beaucoup d’abricot. C’est un peu jeune mais on se dit que dans quelques années ça pourra être très beau. Par contre la bouche est très décevante, épaisse, vanillée, mais très molle. Gros manque de tension. Un peu déçu. B-.

 

Grange des Pères - Blanc 2004 : robe or profond, nez puissant, très beurré et boisé, avec du miel, de l’abricot, de la pêche qui m’évoque un chardonnay de Bourgogne sur une année chaude avec un élevage trop appuyé. Bouche puissante, très grasse et beurrée, fruits très mûrs, miel. Finale très longue, quelques épices, un peu alcooleuse. Peu de plaisir pour moi (encore une fois avec GdP blanc) même si ce n’est pas un mauvais vin, loin de là. Il va souffrir de la comparaison avec les autres vins de la soirée. B.

gdp blanc

 

Grange des Pères rouge 2009 : nez expressif avec beaucoup d'herbes sauvages, garrigue, fruits noirs, bouche exubérante, avec des tannins fins, ça part un peu dans tous les sens mais sans que ce soit déséquilibré, finale légèrement saline. TB+.

 

Grange des Pères rouge 2012 : (soirée LPV) robe plus foncée, on sent qu’on a changé de région, le nez est exubérant, avec beaucoup d’anchois, de l’olive, du fruit assez mûr. Plusieurs pensent à la Grange des Pères autour de la table, pour l’anchois surtout. La bouche est à la fois exubérante et fraîche, avec des tannins de velours, belle longueur en plus avec un côté salin qui donne envie d’y retourner. Grand vin, déjà, que tout le monde a adoré. TB+.

 

Grange des Pères rouge 2010 : (ouverte à midi pour le soir) On retrouve bien le nez exubérant de la GdP avec des fruits rouges et noirs assez mûrs et sauvages, des notes de garrigue, un peu d'anchois, mais beaucoup moins que dans le 2012, mais toujours ce qu'il faut de fraîcheur. La bouche est par contre plus puissante que dans le 2012, et semble un peu trop jeune, plus brutale que sur les autres millésimes même après une longue ouverture. Très longue finale, sur la garrigue, l'olive, l'anchois. Déjà très bon, mais moins prêt à boire que 2012, il semble encore loin de son apogée. TB.

 

Posté par tomy63 à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 décembre 2016

Jean-Michel Alquier (Faugères) ***

Jean-Michel Alquier - Faugères Les Premières 2011 : couleur rubis foncé, nez légèrement alcooleux à l'ouverture puis bien mieux après quelques minutes, fruité, plus fruits rouges que noirs, avec une pointe de cacao. Bouche plutôt fine et légère, peu tannique, fruitée, fraîche, sur la cerise, la mûre, assez simple mais facile à boire. Longueur moyenne, finale sur le fruit, un peu de poivre. Note : 15/20.

alquier faugeres les premieres

 

Posté par tomy63 à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2016

Mas Jullien (Jonquières) *****

Mas Jullien - Coteaux du Languedoc 2005 (syrah, mourvedre, carignan + grenache) robe sombre, nez avec beaucoup de fruits noirs, du cacao, des épices et des arômes tertiaires de cuir, tabac et de cèdre. Bouche sur les fruits noirs, moins tertiaire, beaucoup de fraîcheur, des tannins encore présents mais de très bonne qualité, le vin est encore un peu austère. Très bonne longueur. Le plaisir commence juste à arriver sur cette bouteille pour laquelle il aura fallu patienter longtemps, mais qu'on peut encore attendre sans problèmes. Note : 17/20.

mas jullien 2005

 

Mas Jullien - Rosé 2011 : Très belle robe rose foncé. Le nez est sur les fruits rouges, surtout sur la grenadine. La bouche est parfaitement équilibrée, on a une bonne puissance sans trop en faire non plus, de la fraîcheur, juste ce qu'il faut d'acidité, et assez de matière pour être bu en mangeant. Finale assez longue, toujours sur la grenadine, avec un peu d'épices désormais. Me voilà enfin réconcilié avec les rosés. Note : 15/20.

 

Mas Jullien rosé 2015 : rosé assez coloré, nez sur la framboise et les agrumes, moins marqué grenadine que le 2011, bouche vineuse, assez puissante, avec de la fraîcheur et une longueur moyenne. Bon rosé de gastronomie, comme toujours avec le Mas Jullien. B+.

 

Mas Jullien – les cailloutis 1992 : (soirée LPV) il sent la marée, un peu de liège aussi, une bouteille qui semble avoir mal vieilli. Dommage.

 

Mas Jullien rouge 2009 : style assez différent des autres, on retrouve la trame de fruits noirs, quelques fruits rouges et épices, mais surtout un vin plus tendu, avec plus d'acidité, des tannins plus présents mais de belle qualité, moins opulent que les autres mais plus de longueur. TB+.

 

 

Soirée LPV Mas Jullien

Les vins sont servis à l’aveugle. Les rouges ont été ouverts la veille.

Cartagène 2009 : Couleur rose foncé, beau nez avec de la rose, du poivre, de la fraise, de la groseille. Bouche un peu trop marquée par l’alcool où on sent bien le côté eau-de-vie, aromatique intéressante proche du nez, pas trop de sucre pour une cartagène. Finale assez longue, poivrée. B.

Rosé 2012 : couleur rose foncé, nez sur la grenadine, la fraise, la framboise, assez engageant. Bouche puissante, rosé de gastronomie, une petite pointe d’alcool, beaux fruits rouges. Assez bonne longueur pour un rosé. B+.

Carlan 2009 : Robe sombre aux contours violets, nez un peu réduit, avec un côté olive verte aussi, des fruits noirs, cassis. Bouche puissante mais aux tannins soyeux, juteuse, sur la confiture de mûre et de cassis, fraîche pour 2009. Finale un peu plus courte que le Mas 2009. TB-.

Autour de Jonquières 2013 : Robe sombre aux contours violets là aussi, nez de confiture de mûre et de cassis, plus d’épices que dans le précédent, un côté garrigue, du cacao, de l’amande, du bois précieux, très jeune mais très noble. Bouche encore un peu jeune, puissante, mais avec beaucoup de fruits noirs, des épices, une touche d’élevage (bois précieux) déjà bien intégré pour 2013, tannins présents mais d’une grande finesse. Belle longueur avec de la fraîcheur. Déjà très bon, et probablement un futur grand vin. TB.

Mas 2009 : Robe sombre aux contours violets aussi, nez plus épicé que les précédents, on retrouve les fruits noirs confiturés, un peu de cacao. Bouche puissante, fruitée, aux tannins soyeux là aussi (plus que lors de ma dernière dégust il y a un an environ) avec une très belle tension derrière et une finale plus longue que les précédents. Un régal en l’état même si bien sûr là aussi c’est encore tout jeune. TB+.

DSC_0381

 

Mas 2005 : Robe plus claire et plus évoluée que les précédents, un peu de réduction au nez, moins de fruits et plus de tertiaire, avec un petit côté vert. En bouche les tannins sont plus serrés, on a l’impression d’un vin ramassé moins mûr, avec un côté vert qui me fait penser à du cabernet sauvignon. Il y a de la fraîcheur derrière et une bonne longueur, mais le style me plaît moins. Lors de ma dernière dégust il y a un an et demi j’avais déjà trouvé les tannins un peu serrés mais pas le côté vert. B+.

Blanc 2011 : Couleur or, nez sur le miel, l’anis, avec un peu d’élevage (vanille et surtout beurre) bien intégré, certains évoquent le chardonnay, des fruits jaunes. La bouche est puissante, mais avec une belle acidité derrière qui l’empêche d’être trop lourd, beurrée, florale, sur les fruits jaunes et les agrumes. Assez bonne longueur, finale tendue, légèrement anisée. Bien fait, mais la bouche a un côté un peu trop chaud à mon goût. TB-.

La Méjanne 2009 : Couleur or pâle, nez encore bien plus sur le miel, le citron, l’ananas, un peu mentholé. Bouche fraîche, pas très chargée en sucres, plus « moelleux que liquoreux », où on retrouve le citron, le miel, une petite touche exotique. Finale d’assez bonne longueur, citronnée, anisée. TB-.

Clairette Beudelle 1994 : Couleur ambre foncé, nez très complexe, sur le pruneau, la prune, la pâte de coing, les raisins secs, le caramel, la datte, la noisette, superbe. Bouche un peu en-dessous du nez, où on retrouve du caramel, du pruneau, de la pâte de coing, on a l’impression d’un vin très sucré au départ avec une texture épaisse mais qui a déjà bien digéré ses sucres, il n’est pas écœurant mais on aimerait quand même un peu plus de tension. Finale de longueur moyenne, sur les fruits secs, la noisette, un peu de noix et de chocolat dans le verre vide. Même si autour de la table beaucoup ont préféré le précédent, celui-ci est plus mon style de liquoreux personnellement. TB.

 

Très intéressant de goûter aux multiples facettes du domaine, notamment pour moi qui ne connaissait que les rouges et le rosé. Un grand merci pour nous avoir permis de goûter la très rare cuvée Clairette Beudelle malheureusement plus produites depuis longtemps.

 

Posté par tomy63 à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2016

Olivier Pithon (Calce) ****

Olivier Pithon - Le Pilou Côtes du Roussillon 2007 : (100% carignan, 18mois en demi muids, rendements 20hL/ha, vignes 100ans pour la partie calcaire, 60ans pour les schistes, 2000bts) Robe grenat, nez expressif sans traces d'évolution, sur le cassis, la cerise, avec un peu de menthol, de garrigue et de cacao. Bouche avec un peu d'alcool à l'ouverture mais parfaite après quelques heures d'ouverture, dans un style pas très concentré ni opulent, mais sur la tension, la minéralité avec une fraîcheur digne d'une syrah du rhône nord, sur les fruits noirs, les épices de garrigue, le cacao, encore très jeune, tannins bien fondus. Finale très longue, fraîche et tendue. Excellent vin avec beaucoup de finesse pour des carignans du roussillon. Note : 17,5/20.

Pithon pilou 2007

 

Posté par tomy63 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2016

Château la Baronne (Fontcouverte) ****

Château La Baronne - Corbières Les chemins 2013 : (carignan, syrah, grenache) un peu de réduction au nez, mais bouche sublime avec des fruits rouges confiturés et quelques fruits noirs, peu de tannins, beaucoup de finesse, de la matière, une belle acidité, beaucoup de fraîcheur, très gouleyant, finale assez longue pleine de fruits des bois. TB-.

 

Château La Baronne - Pièce de Roche IGP Hauterive 2011 : (100% carignan) couleur grenat, nez très fruité, qui fait peu soufré, fruits rouges et noirs. Bouche fruitée, à peine sucrée, fraîche, belle acidité, puissante mais aux tanins soyeux là aussi, un peu d'épices en fin de bouche. Longueur correcte. Belle découverte. TB.

la baronne 2011

 

Posté par tomy63 à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2015

Puech Lazert (Saint Jean de la Blaquière) ***

Puech Lazert - Oeillades IGP Pays d'Hérault NM : (cinsault ou oeillade ?) Robe rubis, nez expressif avec beaucoup de fruits rouges, grenadine et cerise surtout, bouche légère, peu tannique, gouleyante, sur les fruits rouges avec des épices, très frais. Finale assez courte. Bon vin, très facile à boire. Note : 15/20.

oeillades

  

Posté par tomy63 à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]