14 septembre 2013

Rapet (Pernand-Vergelesses) ***

Domaine Rapet, Corton Pougets Grand Cru 2002

CR de Julien : "Belle robe claire, pas trop prononcée.
Le nez est assez peu complexe et se limite à de fortes notes de fumée, terreuses, de feuilles mortes. Il faut creuser pour avoir quelques arômes de cerise derrière tout ça. Ca reste néanmoins classe car l'équilibre entre tous ces arômes est atteint.
La déception vient de la bouche. En effet, la matière de demi-corps au début devient fluette en fin de bouche. La finale est quasi inexistante.
Dommage !"

Nez très intéressant, fumé, avec des notes de sous-bois, terreux, un peu de fruits rouges dans le fond. La bouche est en-dessous, ça manque de matière et de longueur, les tannins sont un peu asséchants. Pas mauvais mais un peu décevant quand on voit l'étiquette. 14,5/20.

rapet

 

 

 Rapet - Corton-Charlemagne 2002 (soirée Bourgogne LPV )

Le meilleur blanc de la soirée, parfaitement éxécuté, aucun défaut (longueur, fraîcheur, équilibre, complexité...) mais bizarrement pas un vin qui m'a (qui nous a je crois) donné beaucoup de plaisir. 17/20.

CR de Julien "Notre dernier blanc se présente sur une couleur encore jeune mais assez profonde. Le nez est sur la finesse mais assez complexe. On a de la noisette, de l'amande fraiche. C'est floral, frais. Il s'ouvre avec le temps sur un côté mentholé puis sur la minéralité avec un côté assez strict de pierre mouillée. La bouche n'est pas en reste avec une très belle matière. Le gras est présent mais contre blancé par une très belle tension. La finale est longue et salivante sur une sorte de "jus de caillou". C'est très bon, cependant, je pense qu'il gagnera à être attendu encore quelques années. On est plus sur un vin de gastronomie."

corton rapet

 


Rapet - Corton-Charlemagne 2002 : une bouteille que j'avais préférée il y a 2-3ans, elle manque aujourd'hui d'un peu de fraîcheur, même si elle a une bonne puissance et de la longueur. B+.

 

Posté par tomy63 à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 septembre 2013

Yvon et Chantal Contat-Grangé (Dezize les Maranges) ***

Visite au domaine Contat-Grangé

Nous arrivons au domaine avec quelques minutes de retard à cause d'une dégustation qui s'est éternisé chez T. Liger-Belair. Autant dire de suite que la transition n'est pas évidente, les Maranges et Santenay vont devoir passer derrière les Richebourg, Clos Vougeot, Corton-Renardes... Nous passons du chai impressionnant de T. Liger-Belair à Nuits-St-Georges au petit gîte des Contat-Grangé à Dezize-les-Maranges, dans une salle bien plus modeste, mais non dénué d'un certain charme, dans un style tout à fait différent.

P1040848 cantat g

Le domaine est installé depuis 1981 (après un passage chez Trévallon !) et à toujours travaillé dans un esprit bio. Les producteurs n'ont demandé la certification qu'en 2008 et l'ont obtenue à partir du millésime 2011. Plus d'informations ici :

http://www.contat-grange.com/ElementsRubrique.aspx?SITE=EGRAN10&RUB=235&MP_SS_RUB=ELEM&MP_ELT=DETAI&PAGE=1&Lang=FR

 

Les blancs

Aligoté 2011 : élevage en cuve, robe très claire, nez et bouche originaux pour de l'aligoté, très marqués par la noisette, bouche légèrement grasse, bonne fraîcheur. B.

Hautes Côtes de Beaune 2011 : 20% bois neuf, robe assez pâle là aussi, nez boisé, bouche citronnée et encore boisée, pointe d'amertume en finale et encore du bois. Moyen.

Santenay "St Jean de Narosse" 2011 : le boisé est beaucoup mieux intégré, le nez plus fin, bouche assez classique avec une belle acidité et une bonne longueur. TB-.

P1040849 cantat g

 

Les rouges

Maranges 2011 : passage en fûts non neufs, nez ouvert, sur les petits fruits rouges, je lui trouve un côté "griotte" typé gamay mais je semble être le seul. Bonne acidité, mais les tannins sont un peu raides et serrent un peu en finale. B-.

Santenay 2011 "St Jean de Narosse" : un vin plus fin que le précédent, les sols sont plus calcaires ici alors que les Maranges sont sur des sols argileux qui les rendent plus puissants. Robe assez sombre, nez sur les fruits rouges, tannins très fins, peut-être un peu fluet par rapport aux suivants. B.

Maranges 1er cru "Les Fussières" 2011 : superbe nez, très expressif, sur les fruits rouges, bouche légèrement en retrait, avec des tannins plus présents que sur le Santenay village mais moins raides que dans le Maranges village. Bonne longueur. TB-.

Maranges 1er cru "Les clos Roussots 2011" : robe un peu plus sombre et concentrée que le précédent, nez un peu plus fermé (mais la bouteille est ouverte depuis moins longtemps), bouche très fruitée, un peu plus mûre que le précédent, on trouve aussi du fruit noir désormais, un peu plus tannique que Fussières, très frais là aussi. TB-.

Maranges 1er cru "Les Fussières" 2010 : le nez est très différent des 2011, il y a beaucoup plus de différence entre les millésimes qu'entre les terroirs, beaucoup plus de fraîcheur (bien que les 2011 n'en manquaient pas), avec un côté groseille, beaucoup d'acidité, des tannins à peine plus présents que sur le Fussières 2011, à peine plus long et plus minéral. Un vin excellent. TB.

 

Un grand merci à Chantal Contat-Grangé pour son accueil et pour ses vins. Passer après T. Liger-Belair n'était pas chose aisée, et au bout du compte elle s'en est très bien tirée, avec notamment 3 excellents Maranges rouge 1er cru et un joli Santenay blanc.

 

Posté par tomy63 à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2013

François Raquillet (Mercurey) **

Raquillet - Mercurey VV 2011

Couleur rubis classique, nez très expressif toasté et vanillé, quelques fruits rouges dans le fond. Bouche très vanillée, encore un peu toastée, par contre la texture est très agréable, très douce, avec des tannins très fins. Peu de longueur. Un peu déçu par ce vin, trop marqué par le bois. Note : 13,5/20. (B&D 15).

IMG_0208

 

Posté par tomy63 à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2013

Guffens-Heynen (Vergisson) *****

Guffens-Heynen - Mâcon-Pierreclos "Tri des hauts de chavigne" 2007

CR de Julien : "Une robe joliment dorée, brillante.
Le nez est très gourmand sur les fruits mûrs, l'abricot, la pêche jaune mais aussi exotiques comme la mangue. Quelques petites touches vanillées donnant de l'élégance au vin sont là.
La bouche possède une très grosse matière, ça rempli la bouche avec un jus presque huileux mais équilibré. C'est gras, dense mais jamais lourd grâce à une belle tension. C'est un vin riche qui mériterait peut être un autre plat que la cassolette de poisson, à mon goût."

Nez très exotique et très mûr, qui nous fait partir dans le sud ou sur du chenin mais pas sur du Chardonnay. Superbes notes de mangue, de goyave, d'abricot. La bouche est grasse, légèrement beurrée, on reconnait un peu mieux le Chardonnay, mais c'est tellement mûr qu'on reste sur le sud et pourtant l'acidité est présente, beaucoup de longueur. Quelques notes d'élevage aussi mais parfaitement intégrées. Un vin assez déroutant qui fait plus que son âge, mais le nez m'a vraiment bluffé. 18/20.

guffens

 

 

Guffens-Heynen - Mâcon-Pierreclos "En Crazy" 2011

Couleur : or pâle, reflets verts, un peu plus coloré que la moyenne.

Nez : très discret à l'ouverture, un peu mieux après un passage en carafe mais ça reste assez fermé. On trouve des notes assez classiques de citron, un tout petit peu de beurre, et un côté minéral.

Bouche : même si le vin est encore un peu fermé on sent une très belle texture, avec un élevage très bien maîtrisé, un côté vanillé parfaitement intégré, mais aussi un côté légèrement gras et beurré, un peu de citron et une acidité correcte sans être mordante.

Finale : bonne longueur, minérale, citronnée, mais pas très tendue non plus.

Note : 16/20. Un vin un peu jeune et fermé, à attendre, mais peut-être pas trop longtemps car il n'a pas l'acidité pour faire un vin de garde. En tout cas il impressionne déjà par sa texture et son élevage parfaitement maîtrisé. Très belle entrée de gamme, qui donne envie de goûter aux autres cuvées du domaine, mais pas un très bon rapport q/p.

P1030934

 

Guffens-Heynen - Mâcon-Pierreclos Tri des 25ans de Chavigne 2005 : couleur dorée, nez qui nous emmène très vite sur un chardonnay bourguignon avec beaucoup de beurre, légèrement vanillé, fruits jaunes mûrs, praliné. La bouche est riche, grasse avec un élevage bien intégré et une bonne acidité l’empêche de tomber dans la lourdeur. Bonne longueur. Bien fait, dans le style Guffens, un peu trop boisé à mon goût. Il a été très apprécié autour de la table il me semble. TB-.

 

Posté par tomy63 à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2013

Robert Groffier (Morey-Saint-Denis) *****

Robert Groffier - Bourgogne "Pinot Noir" 2011

Couleur : rubis foncé, contours violets.

Nez : très expressif après une petite heure d'ouverture, plein de petits fruits rouges, pinote un peu. Pas très complexe mais très agréable. En se réchauffant le vin développe un peu de fruits noirs.

Bouche : on retrouve les fruits rouges, un léger côté floral maintenant, avec une très belle matière, un peu de puissance, des tannins très bien fondus. Un peu de minéralité, et une grosse acidité en fin de bouche. En se réchauffant le vin perd un peu d'acidité.

Finale : très bonne longueur pour un générique, pleine de fruits rouges, toujours pas de bois.

Note : 16,5/20. Très bon générique, déjà un régal, et il a de quoi tenir quelques années.

P1030915

 

Posté par tomy63 à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 juillet 2013

Jean-Paul & Benoît Droin (Chablis) ****

Droin - Chablis 2011

Couleur : paille.

Nez : expressif dès l'ouverture de la bouteille, sur le citron, les agrumes (orange, pamplemousse), légères notes florales.

Bouche : très beau fruité, beaucoup d'agrumes, un petit peu de gras en attaque puis une bonne acidité et une légère minéralité ensuite. Bonne matière pour un "Village". Pas très complexe, mais efficace.

Finale : bonne longueur, citronnée, légère salinité, avec une belle acidité qui donne envie d'y retourner et une petite pointe d'amertume.

Note : 16,5/20. Très beau Chablis, avec du fruit et une belle tension pour un Village. On se régale en attendant les 1ers et Grands crus. Bon rapport q/p (11€). Une référence de l'appellation, plus simple à trouver que Raveneau et Dauvissat. (B&D 14).

P1030895

 

Posté par tomy63 à 12:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 juillet 2013

Roulot (Meursault) *****

Roulot - Bourgogne Aligoté 2011

Couleur : très pâle.

Nez : fermé à l'ouverture, mieux par la suite mais il ne sera jamais très expressif. Notes minérales et citronnées.

Bouche : plus expressive, très citronnée, minérale, avec une grosse acidité, une belle tension qui fait saliver. De plus en plus de fruit (même si on reste surtout autour du citron). Sensation tannique en fin de bouche et en finale, surtout à l'ouverture de la bouteille.

Finale : longueur moyenne, acide et citronnée, légère salinité, un côté Chablis du coup.

Note : 15,5/20. Bonne entrée de gamme qui laisse présager une très bonne qualité pour les autres vins du domaine.

P1030893

 

Posté par tomy63 à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2013

Dujac (Morey-Saint-Denis) *****

Dujac - Morey-Saint-Denis 2010 1/2 bt

Couleur : rubis légèrement foncé.

Nez : moyennement expressif, très légèrement boisé (vanillé surtout), de beaux arômes de fruits rouges avec un peu de fruits noirs aussi. Pinote un peu.

Bouche : puissante, avec une très belle matière, les tannins sont encore un peu trop raides à mon goût, puis on retrouve le léger boisé (bien intégré), et les fruits du nez. Beaucoup d'acidité. Un peu trop jeune donc, mais devrait être très bien dans quelques années.

Finale : belle longueur, fruitée, acidulée.

Note : 16,5/20. Un village un peu jeune, mais avec un beau potentiel.

P1030880

 

Dujac Morey 2014 : bonne matière, assez long, fond minéral, fruits noirs, encore un peu trop tannique en l'état. TB-.

 

Posté par tomy63 à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2013

Claude Dugat (Gevrey-Chambertin) *****

Visite au domaine Claude Dugat à Gevrey, place de la Cure. Visite rapide du cellier, puis descente à la cave pour une dégustation des 2012 sur fûts. Les vins en sont à peu près à 10 mois d'élevage, plus que 2-3 mois pour le générique, environ 6 mois pour les autres cuvées. Les malo sont terminées, ou presque terminées, Claude Dugat ne le sait pas lui-même, les analyses n'ayant pas encore été faites.

 

DSC00430

 

Bourgogne 2012 : couleur relativement sombre, comme tous les vins goûtés du domaine (mais il faudrait vérifier cela en plein jour), nez assez ouvert et très fruité, bouche très douce, sur les fruits rouges surtout, pas beaucoup de longueur, mais d'une buvabilité déconcertante, ça commence très bien ! Je demande à M. Dugat d'où vient le côté un peu sombre de ses vins, s'il y a un lien avec l'extraction. Réponse : "Je n'aime pas le terme d'extraction, ça consiste à aller chercher quelque chose, il vaut mieux laisser les raisins donner ce qu'ils ont à donner". C'est vrai que tous les vins goûtés ensuite étaient peu extraits.

Gevrey-Chambertin Village 2012 : je trouve le nez particulièrement épicé ici, mais M. Dugat me dit que c'est probablement lié au gaz carbonique. Beaucoup plus de matière et de longueur que le précédent, mais je le trouve un peu chaud par rapport à tous les autres vins. C'est peut-être celui qui m'a le moins convaincu.

Gevrey-Chambertin 1er Cru 2012 : assemblage des 1ers Crus Perrière et Craipillot, celui-ci a l'acidité et la minéralité qui manquaient au précédent, toujours beaucoup de finesse (de "l'élégance" pardon, M. Dugat n'aime pas le mot "finesse", mais nous sommes d'accord sur le sens) et de fruit. Très long. Vraiment un excellent vin.

Gevrey-Chambertin 1er Cru Lavaux St-Jacques 2012 : encore plus minéral que le précédent, l'acidité en attaque est mordante, ensuite on retrouve le style des premiers vins, une couleur un peu sombre mais un vin peu extrait, de l'élégance, des tannins très soyeux, beaucoup de fruits (rouges surtout mais aussi un peu noirs), une belle matière, un vin déjà très accessible et très facile à boire, beaucoup de longueur.

 

DSC00428

 

Si la dégustation s'était arrêtée là, le moment aurait déjà été magique, mais non, nous passons désormais aux grands crus. Elevage 100% bois neuf désormais (et non plus 50% bois neuf 50% fûts d'un an). C'est un vrai privilège quand on sait que Claude Dugat a perdu environ 30% de sa récolte sur 2012.

Charmes-chambertin 2012 : on pourrait le situer entre la finesse de Griotte et la puissance de Chapelle. Il m'est cependant apparu moins complexe que les deux suivants (mais on s'est est rendu compte plus tard, car sur le coup c'était magnifique, on ne pensait pas qu'il existait encore mieux). Aucune trace de bois, grosse matière, beaucoup de fruits et longueur phénoménale.

Griotte-Chambertin 2012 : le vin le plus fin et le plus élégant du domaine, avec un superbe nez aux notes de pétales de rose, une bouche soyeuse, on ne sent pas les tannins ici, des notes de griotte, de fruits rouges, et beaucoup de longueur. Probablement le meilleur Bourgogne que j'ai goûté.

Chapelle-Chambertin 2012 : changement de registre, on passe sur le vin le plus puissant du domaine. Seulement 1 pièce et 1/4 de pièce ont été produit en 2012 (comme pour Griotte) soit un peu plus de 300 bouteilles. La parcelle de C. Dugat est situé sur la partie des "Gémeaux", et non pas sur "Chapelle sous chapelle" qui donne elle des vins très fins. Ce serait une découverte assez récente que M. Dugat avait faite lors d'une dégustation avec Rossignol-Trapet qui possède des vignes sur les deux terroirs. Le nez du Chapelle-Chambertin est très ouvert, on trouve des cerises noires pour la première fois, la bouche est puissante, avec une matière énorme, plus de tannins que dans les autres cuvées, mais ça reste soyeux et très facile à boire. Finale interminable. Entre Griotte et Chapelle, mon coeur balance.

 

DSC00429

 

En bouteille (eh oui chez M. Dugat quand il n'y en a plus...) :

Gevrey-Chambertin Village 2011 : en bouteille depuis janvier, le nez est plus ouvert que le village 2012, mais je trouve qu'ils se ressemblent par un côté épicé (le gaz carbonique d'après C. Dugat), belle matière, beaucoup de fruit, mais comme le 2012 il lui manque la minéralité et la fraîcheur des autres cuvées pour être parfait.

gevrey

 

Un petit mot sur les 2013 : la vigne a un peu de retard, mais pas de problèmes particuliers pour le moment, Claude Dugat redoute les coulures, mais le millésime s'annonce plutôt bien si le beau temps persiste.

 

Cette fois c'est vraiment terminé, ah non, pour la route :

Marc de Bourgogne (2002) sur fût : élevage de 12ans, le nez est très intéressant, fruité, sur le raisin de Corinthe et l'abricot, en bouche l'alcool se sent un peu trop à mon goût, je ne lui trouve pas une grande longueur. Je préfère le style de ses vins.

DSC00427

 

Cette fois c'est vraiment terminé. Un grand merci à Claude Dugat pour son accueil chaleureux, sa générosité, ses explications, son humilité, et la dégustation de ses vins magnifiques. Que c'est beau la Bourgogne quand on a la chance de la voir de comme ça !

 

Posté par tomy63 à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

René Bouvier (Gevrey-Chambertin) ***

René Bouvier - Bourgogne "Le Chapitre" 2010 : couleur rubis, nez fruité, avec beaucoup de fruits rouges, la bouche manque un peu de fraîcheur, il y a maintenant un léger côté kirsché. Finale moyenne. Ca reste un générique correct, et un bon rapport q/p. 14/20.

bouvier

 

Goûtés lors du GT 2014 :

Marsannay clos du roy VV 2012 : sombre, beaucoup d’épices, manque un peu de fraîcheur. B.

Fixin Crais de chêne 2012 : plus clair, plus fin et plus tendu, manque un peu de matière. B+.

Gevrey Jeunes rois 2012 : léger boisé, plus de matière, plus long, tanins un peu raides en l’état. B+.

Charmes Chambertin 2012 : nez discret, bouche légèrement beurrée, assez long, à attendre. B+.

 

René Bouvier - Marsannay La Morisotte 2012 : fruits rouges et noirs, gourmand, de la finesse mais de la matière et une bonne longueur. B+.

 

Posté par tomy63 à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]