Michel Lafarge (Volnay) ***

Michel Lafarge - Bourgogne Aligoté Raisins dorés 2013 : couleur or pâle, nez très discret, même le lendemain, seulement quelques notes de pomme granny. Bouche vive, fraîche, avec une bonne acidité, mais pas grand chose au niveau aromatique, un peu de pommes bien mûres et de citron confit. Finale assez courte. Un peu décevant. L'aligoté 2013 de JM Bouley bu récemment était meilleur. Note : 13/20.

lafarge aligoté

 

Fête des Grands Vins Nov. 2015 : 

Michel Lafarge Volnay 1er cru Clos des chênes 2015 : du gaz, tannins raides, difficile à juger…

Michel Lafarge Volnay 1er cru Clos des chênes 2011 : très beau fruité au nez (fruits exotiques ?), très grosse matière, tannins encore trop présents mais de qualité, beau potentiel mais à attendre encore. TB-.

 

Posté par tomy63 à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Bourgogne

Bordeaux étant sur le déclin depuis quelques années, la Bourgogne est probablement le vignoble le plus prisé du monde à l’heure actuelle. Sa petite taille (3% du vin français contre environ 30% pour Bordeaux) entraîne sa rareté et du coup la flambée des prix ces dernières années. Il ne faudrait pas qu’à l’instar de Bordeaux, la Bourgogne devienne la région des spéculateurs plus que des amateurs, ce qui commence malheureusement à être le cas. 

La région est divisée en 5 parties (même 6 normalement en comptant le Beaujolais). Au nord-ouest, dans l’Yonne se trouve la zone du chablisien et des côtes d’Auxerre, où les vins blancs sont tout en tension et en minéralité et présentent peut-être le meilleur rapport q/p de la région. Au sud, le Mâconnais, autour de Pouilly-Fuissé notamment produit de beaux vins blancs, qui, chez les meilleurs producteurs, se rapprochent doucement des vins de la Côte de Beaune. A Rully et à Givry, en côte chalonnaise, les producteurs travaillent aussi bien le rouge que le blanc, offrant de très bons vins à prix raisonnable. La Côte de Beaune, même si elle contient de beaux vins rouges sur Pommard, Volnay, Aloxe-Corton ou Beaune, est avant tout la zone des grands vins blancs. C’est ici que l’on trouve les grands crus autour du Montrachet, où le chardonnay livre sa meilleure expression. A partir de Nuits-St-Georges commence la Côte de Nuits, où le pinot noir devient magique, bien plus que partout ailleurs dans le monde (ce qui le différencie du cabernet sauvignon ?). Sur le côté ouest de la route nationale s’enchaînent les plus belles appellations du monde : Nuits-St-Georges, Vosne-Romanée, Echezeaux, Vougeot, Chambolle-Musigny, Morey-St-Denis, Gevrey-Chambertin...

Le classement des vins est complexe. Au Moyen-âge, les parcelles appelées ici « climats » ont été délimitées par les moines avant d’être classées au XXe siècle en appellations régionales (Côte de Beaune, Hautes Côtes de Nuits…), villages (Gevrey-Chambertin), 1er cru (Gevrey-Chambertin 1er cru « Les corbeaux », ou simplement Gevrey-Chambertin 1er cru s’il y a un assemblage de parcelles classées 1er cru) et Grand Cru (les parcelles ont alors leur propre AOC : Griotte-Chambertin, La Romanée…). Attention qu’une parcelle, La Combe d’Orveau par exemple, peut avoir une partie classée en grand cru Musigny, une partie en 1er cru et une partie en villages…

Dans les grands domaines le système de vente ne se fait pas en primeur comme à Bordeaux, mais par système d’allocation. Les vins ne sont vendus chaque année qu’aux clients fidèles, qu’ils soient cavistes, restaurateurs ou particuliers, ce qui permet aux domaines d’être assurés de tout vendre rapidement sans avoir à chercher de nouveaux clients et aux acheteurs d’être assurés d’avoir leurs vins au plus bas prix. Par contre, les non allocataires doivent se battre pour trouver des bouteilles, ce qui augmente la spéculation et les fausses étiquettes.

 

bourgogne 1

 

Principaux producteurs :

 

Yonne

***** Dauvissat, Raveneau.

**** Droin, William Fèvre.

*** Bessin, ColinotDe Moor, Goisot, La chablisiennePattes Loup, Tribut

** Brocard, Billaud, Billaud SimonDavenne, Defaix, Domaine d’Elise, Domaine de la MotteDrouhin-Vaudon, Grossot, Laroche, Long Depaquit, Louis Michel, Moreau, Moreau-Naudet, Picq, Pinson, Servin, Simmonet-Febvre

* Bel Air...

 

Mâconnais

***** Guffens-Heynen.

**** Bongran, Château des RontetsLa Soufrandière/Bret brothers...

*** Barraud, Ferret-Lorton, Héritiers Comtes Lafon, Maillet, Saumaize-Michelin, Verget.

** Beauregard, Bonhomme, Château FuisséCordier, Duboeuf, Guillot-Broux, Jeandeau, Merlin, Rey, Rijckaert, Saumaize, Soufrandise, Thibert, Valette, Vignes du Mayne...

* Manoir du capucin...

 

Côte Chalonnaise

**** De Villaine, Jacqueson, Joblot.

*** Champs de l'abbaye, Dureuil Janthial, Lorenzon, F. Lumpp.

** Aladame, Berthenet, Briday, Chamirey, Chanzy, Garrey, Guillot, Juillot, Menand, Ponsot JB, Raquillet, Sarrazin, Theulot Juillot…

Belleville, Château de Rully (Antonin Rodet)Debavelaere,...

 

Côte de Beaune

****** D'Auvenay.

***** Bonneau du MartrayCoche Dury, Comtes LafonLeflaiveRamonet, Roulot.

**** BouzereauBuisson-Charles, Carillon F., Carillon J., Carillon L. (†), Colin M., Comte Armand, Dancer, De Courcel, De Montille, Ente A., Fichet, Germain H., Grivault, Jobard  A.Jobard R.Lejeune, Le MoineMatrot, Morey-CoffinetPousse d’Or, SauzetVoillot.

*** Ballot-Millot, BizeBoillot JM, Boillot H., Boisson-Vadot, Bouchard P&F, Bouley JMCamille Giroud, Château de PulignyChandon de BriaillesChanson, Château de PommardColin-Morey, Contat-Grangé, Cyrot-Buthiau, d’Angerville, Drouhin, Ente B., Girardin, LafargeLamy, Maréchal, MikulskiMoingeonMoreau B., Morey P., Morey ThomasOlivier Leflaive, Pillot, Prieur, Rapet, Rossignol.

** Aleth Girardin, Bachelet JC, Bachelet-Ramonet, BelleneBergeretBichot, Blain-Gagnard, Bonin, Boyer Martenot, Champaud, Champy, ChartronChâteau de MeursaultChevalier, Chevrot, Clair F&DColin B., Croix, Darviot-Perrin, Demougeot, Follin Arbelet, Gambal, Gay, Giboulot, Guyon A., Heitz-LochardetJadot, JessiaumeLamy-Pillot, Latour, Leroux B., Maltroye, Maratray Dubreuil, Monnier, Morey Marc, Muzard, Paquet, Pavelot L., Potinet-Ampeau, Rebourgeon Mure, Regnaudot JC, Remoissenet, Terres de Velle, Tessier, Tollot-Beaut, Vaudoisey, Vaudoisey Creusefond, Vincent AM&JM, Violot-Guillemard

* Belland, Buffet, Château de Blagny, DebrayDelagrange B., Delagrange H., Guillemot, Maillard, Roux, Villamont

 

Côte de Nuits

****** Henri Jayer (†), Leroy, Romanée-Conti.

***** BarthodCathiard, Clos de Tart, Clos des LambraysComte Liger-Belair, Dugat, Dugat-Py, DujacGroffier, Gros AnneLiger-Belair T., Méo-Camuzet, Mugnier, Ponsot, Rouget, Roumier, Rousseau, Trapet, Vogüé.

**** Amiot-Servelle, Arlaud, Bizot, Chevillon, Clair/Clair-Daü (†), Clavelier, Confuron-Cotetidot, DamoyDominique LaurentDuband, Engel (†)/Eugénie, Esmonin, FauroisFourrier, Gouges, Grivot, Gros F&SLignier, Mortet, Mugneret Gibourg, Noëllat G., Noëllat M.Perrot-Minot, RoyTremblay.

*** Amiot P., Arnoux Lachaux, Bernstein, BertheauBouvier René, Burguet, Castagnier, Château de la Tour, Drouhin-LarozeFaiveleyForeyGeantet Pansiot, Harmand Geoffroy, Hudelot Noellat, La Vougeraie, Lamarche, Lecheneaut, Lescure, Lienhardt, Lignier-Michelot, Machard de Gramont, Moine-Hudelot (†)Odoul-Coquard, PataillePerdrixRémy C&L, Rossignol-Trapet, Roumier L., Roty, Sérafin, Sigaut, Taupenot Merme.

** Arlot, Ballorin, Bart, Bertagna, BerthautBoursotCharlopin-Parizot, Chicotot, Clerget, Decelle-Villa, Durand, Felettig, FournierGachot-Monnot, Gerbet, Gros M.Guyon JP., Guyot, Heresztyn-Mazzini, Hudelot-BailletHuguenot, Humbert, Jeanniard A., Leclerc R., Leymarie-CeciMagnien F. et M., Manuel Olivier, Marchand Tawse, Michelot, MunierNaddef, Naudin Ferrand, Pernin-Rossin, Prieuré-Roch, Rebourseau, Rion D., Rion JC, Roblot-Marchand, Rossignol P., Sirugue, Tardy, Tilleuls, Tortochot, Vigot F....

* Aegerter, Bouvier Régis, Digioia-RoyerCommarin, RemoriquetVieux collège, Vincent Jeanniard

 

Posté par tomy63 à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2017

Claude Dugat (Gevrey-Chambertin) *****

Claude Dugat - Bourgogne 2010 : robe rubis, nez expressif dès l'ouverture, sur la griotte principalement, quelques petits fruits rouges et de légères notes de sous-bois. Bouche acidulée, très marquée griotte, peu tannique, belle matière mais assez simple. Finale un peu courte, facile, toujours sur la griotte. Un générique correct, mais le domaine nous a habitué à mieux, loin du niveau du 2012 par exemple. B.

 

 

(07/2013) Visite au domaine Claude Dugat à Gevrey, place de la Cure. Visite rapide du cellier, puis descente à la cave pour une dégustation des 2012 sur fûts. Les vins en sont à peu près à 10 mois d'élevage, plus que 2-3 mois pour le générique, environ 6 mois pour les autres cuvées. Les malo sont terminées, ou presque terminées, Claude Dugat ne le sait pas lui-même, les analyses n'ayant pas encore été faites.

 

DSC00430

 

Bourgogne 2012 : couleur relativement sombre, comme tous les vins goûtés du domaine (mais il faudrait vérifier cela en plein jour), nez assez ouvert et très fruité, bouche très douce, sur les fruits rouges surtout, pas beaucoup de longueur, mais d'une buvabilité déconcertante, ça commence très bien ! Je demande à M. Dugat d'où vient le côté un peu sombre de ses vins, s'il y a un lien avec l'extraction. Réponse : "Je n'aime pas le terme d'extraction, ça consiste à aller chercher quelque chose, il vaut mieux laisser les raisins donner ce qu'ils ont à donner". C'est vrai que tous les vins goûtés ensuite étaient peu extraits.

Gevrey-Chambertin Village 2012 : je trouve le nez particulièrement épicé ici, mais M. Dugat me dit que c'est probablement lié au gaz carbonique. Beaucoup plus de matière et de longueur que le précédent, mais je le trouve un peu chaud par rapport à tous les autres vins. C'est peut-être celui qui m'a le moins convaincu.

Gevrey-Chambertin 1er Cru 2012 : assemblage des 1ers Crus Perrière et Craipillot, celui-ci a l'acidité et la minéralité qui manquaient au précédent, toujours beaucoup de finesse (de "l'élégance" pardon, M. Dugat n'aime pas le mot "finesse", mais nous sommes d'accord sur le sens) et de fruit. Très long. Vraiment un excellent vin.

Gevrey-Chambertin 1er Cru Lavaux St-Jacques 2012 : encore plus minéral que le précédent, l'acidité en attaque est mordante, ensuite on retrouve le style des premiers vins, une couleur un peu sombre mais un vin peu extrait, de l'élégance, des tannins très soyeux, beaucoup de fruits (rouges surtout mais aussi un peu noirs), une belle matière, un vin déjà très accessible et très facile à boire, beaucoup de longueur.

 

DSC00428

 

Si la dégustation s'était arrêtée là, le moment aurait déjà été magique, mais non, nous passons désormais aux grands crus. Elevage 100% bois neuf désormais (et non plus 50% bois neuf 50% fûts d'un an). C'est un vrai privilège quand on sait que Claude Dugat a perdu environ 30% de sa récolte sur 2012.

Charmes-chambertin 2012 : on pourrait le situer entre la finesse de Griotte et la puissance de Chapelle. Il m'est cependant apparu moins complexe que les deux suivants (mais on s'est est rendu compte plus tard, car sur le coup c'était magnifique, on ne pensait pas qu'il existait encore mieux). Aucune trace de bois, grosse matière, beaucoup de fruits et longueur phénoménale.

Griotte-Chambertin 2012 : le vin le plus fin et le plus élégant du domaine, avec un superbe nez aux notes de pétales de rose, une bouche soyeuse, on ne sent pas les tannins ici, des notes de griotte, de fruits rouges, et beaucoup de longueur. Probablement le meilleur Bourgogne que j'ai goûté.

Chapelle-Chambertin 2012 : changement de registre, on passe sur le vin le plus puissant du domaine. Seulement 1 pièce et 1/4 de pièce ont été produit en 2012 (comme pour Griotte) soit un peu plus de 300 bouteilles. La parcelle de C. Dugat est situé sur la partie des "Gémeaux", et non pas sur "Chapelle sous chapelle" qui donne elle des vins très fins. Ce serait une découverte assez récente que M. Dugat avait faite lors d'une dégustation avec Rossignol-Trapet qui possède des vignes sur les deux terroirs. Le nez du Chapelle-Chambertin est très ouvert, on trouve des cerises noires pour la première fois, la bouche est puissante, avec une matière énorme, plus de tannins que dans les autres cuvées, mais ça reste soyeux et très facile à boire. Finale interminable. Entre Griotte et Chapelle, mon coeur balance.

 

DSC00429

 

En bouteille (eh oui chez M. Dugat quand il n'y en a plus...) :

Gevrey-Chambertin Village 2011 : en bouteille depuis janvier, le nez est plus ouvert que le village 2012, mais je trouve qu'ils se ressemblent par un côté épicé (le gaz carbonique d'après C. Dugat), belle matière, beaucoup de fruit, mais comme le 2012 il lui manque la minéralité et la fraîcheur des autres cuvées pour être parfait.

gevrey

 

Un petit mot sur les 2013 : la vigne a un peu de retard, mais pas de problèmes particuliers pour le moment, Claude Dugat redoute les coulures, mais le millésime s'annonce plutôt bien si le beau temps persiste.

 

Cette fois c'est vraiment terminé, ah non, pour la route :

Marc de Bourgogne (2002) sur fût : élevage de 12ans, le nez est très intéressant, fruité, sur le raisin de Corinthe et l'abricot, en bouche l'alcool se sent un peu trop à mon goût, je ne lui trouve pas une grande longueur. Je préfère le style de ses vins.

DSC00427

 

Cette fois c'est vraiment terminé. Un grand merci à Claude Dugat pour son accueil chaleureux, sa générosité, ses explications, son humilité, et la dégustation de ses vins magnifiques. Que c'est beau la Bourgogne quand on a la chance de la voir de comme ça !

 

Posté par tomy63 à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2017

Joseph Roty (Gevrey-Chambertin) ***

Joseph Roty - Marsannay 2011 : Couleur rubis, nez expressif dès l'ouverture, qui "pinote" sur des arômes de fraise, framboise, griotte, un côté pivoine dans le fond. Bouche légère, peu tannique, pleine de fruits rouges comme au nez, à peine sucrée, gourmande, avec une belle matière et une texture soyeuse, aucun boisé ressenti, on a perdu le côté végétal/pivoine du nez, très belle acidité qui lui donne de la fraîcheur. Finale assez courte sur les fruits rouges avec une petite touche de poivre blanc. Très bon Marsannay, d'une grande buvabilité, qui manque bien sûr d'un peu de longueur et de complexité pour rivaliser avec les grands de la Côte de Nuits. A servir assez frais (15-16° environ). Note : 16,5/20.

joseph-roty-marsannay-2011

 

Posté par tomy63 à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2017

Moine-Hudelot (Chambolle-Musigny) ***

Daniel Moine-Hudelot - Chambolle-Musigny 1er cru Les Amoueruses 2004 : robe plus sombre que le précédent, peu évoluée. Beau nez sur la mûre, la cerise noire et des notes plus originales d'abricot confit, de coing. La bouche est superbe, avec une texture encore plus soyeuse que le précédent, on est encore monté d'un cran, beaucoup de fruit et de fraîcheur, plutôt fruits noirs, c'est légèrement confituré, gourmand, peu évolué. Finale de bonne longueur sans être exceptionnelle, à peu près comme le Bertheau, c'est le seul moment où on sent le petit millésime. TB+.

moine hudelot

 

Posté par tomy63 à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


François Bertheau (Chambolle-Musigny) ***

François Bertheau - Chambolle-Musigny 1er cru Les Charmes 2007 : robe plus claire que le précédent avec quelques signes d'évolution. Nez très marqué par la pierre-à-fusil, le grillé, avec derrière des notes de fraise écrasée, griotte. C'est bien mieux en bouche avec une belle matière et une texture soyeuse, beaucoup moins grillé et avec plus de fruits, toujours fraise, griotte, framboise, quelques épices, très fraîche et fruitée. Bonne longueur. TB-.

Bertheau chambolle charmes 2007

 

Posté par tomy63 à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2017

Antoine Jobard (Meursault) ****

Antoine Jobard - Bourgogne blanc 2012 : couleur or pâle, nez expressif, citronné, avec des notes d'élevage vanille/caramel très bien intégrées qui pour une fois dans ce vin me semblent gourmandes et jamais écoeurantes. Bouche vive, avec une belle tension pour un générique, un peu de gras, toujours ce côté vanille/caramel (surtout quand le vin se réchauffe) dans le fond qui rend le vin gourmand, de l'amande aussi, bel équilibre. Finale assez longue pour un générique, sur le citron, les agrumes, fraîche. Belle entrée de gamme qui donne envie de connaître les autres cuvées. Note : 16/20.

jobard 2012 Bourgogne

 

Posté par tomy63 à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2017

Joblot (Givry) ****

Joblot - Givry Pied de chaume 2015 : Bouteille ouverte pour "prendre la température" des 2015. Couleur assez sombre pour du pinot avec des contours violets, nez de fruits mûrs, cerise, mûre, avec une petite touche vanillée et de l'amande dans le fond, encore un peu jeune. Bouche sur le même fruité bien mûr et légèrement sucré, belle acidité en attaque, tannins déjà bien fondus mais une finale très courte. Pas entièrement convaincu par ce vin, encore un peu jeune en l'état bien sûr, mais qui manque clairement de longueur. On verra dans quelques années ce que donnent les 1er crus 2015. Note : 14,5/20

 

 

Joblot - Givry Clos de la servoisine 1er cru 2009

Le nez est éxubérant, voilà un vin qui vient vraiment nous chercher. Beaucoup de fruits noirs (mûre, cerise), un peu confits, sucrés, confiturés. Ce n'est pas d'une grande complexité, plutôt simple même, mais quel plaisir ! Note : 17/20.

(CR de Julien) "Le vin suivant présente encore une très belle robe, profonde. Le nez est à fond sur les fruits noirs (cassis, mûre). C'est confit et très expressif tout en restant frais avec une sensation d'écorces d'orange. Egalement un léger poivré. C'est complexe et gourmand. La bouche présente une belle matière avec des tanins soyeux. J'ai trouvé une très belle longueur sur le fruit. C'est bien bon, très gourmand."

joblot

 

Posté par tomy63 à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2016

Michel Bouzereau (Meursault) ****

Michel Bouzereau - Bourgogne blanc 2010 : couleur or, nez expressif, beurré, boisé bien intégré, un peu de citron et de noisette. Bouche très grasse, épaisse, beurrée, qui manque un peu de fruit et de tension à mon goût. Finale de longueur moyenne, légèrement citronnée. Un Bourgogne générique à son apogée, qui devait être bien marqué par le fût au départ, qui bénéficie aujourd'hui de cet élevage appuyé pour donner une très belle texture mais qui manque un peu de finesse et de profondeur. Note : 15/20.

bouzereau bourgogne 2010

 

Posté par tomy63 à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2016

Jean Fournier (Marsannay) **

Jean Fournier - Marsannay Les Longeroies 2011 : couleur assez sombre, nez toasté et vanillé, derrière on trouve un beau fruité avec de la mûre surtout, un peu de cerise et de fraise. La bouche aussi est un peu trop boisée, derrière on retrouve la mûre, les fruits des bois, bonne matière et tannins soyeux. Finale courte, qui manque de tension par rapport au Marsannay Longeroies 2011 de Sylvain Pataille, bien plus fruité, tendu, moins boisé et surtout bien meilleur. Note : 14/20.

jean fournier longeroies 2011

 

J. Fournier Marsannay clos du roy 2015 : (FDGV15) plus toasté que celui de Pataille, plus puissant et plus tannique, moins fin, un peu trop boisé en l’état. B.

 

Posté par tomy63 à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]