Château Tire Pé (Gironde-sur-Dropt) ***

Château Tire Pé - Bordeaux 2009 : (100% merlot, élevage cuves) Robe grenat, nez expressif à l'ouverture sur des notes de fruits rouges et de prunes cuites voire un peu de kirsch, puis se développant de plus en plus sur le cassis avec l'aération, il semble bien plus frais et fruité après 2-3h de carafe. La bouche est vive, assez puissante, épicée, avec beaucoup de fruits, qui comme au nez partent de plus en plus sur les fruits noirs, une très belle acidité derrière pour un 2009. Finale assez longue, fraîche, fruitée, légèrement poivrée, les tannins sans être nombreux pourraient être un peu plus soyeux. Ca reste néanmoins un bon Bordeaux, à prix très sage (9-10€). Note : 15,5/20.

chateau tire pé

 

Posté par tomy63 à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 novembre 2015

Bordeaux

Longtemps considéré avec la Bourgogne comme la meilleure région viticole de France, le Bordelais est sur le déclin chez les amateurs de vin depuis quelques années. La principale raison reste les tarifs qui ont atteint des sommes stratosphériques pour les châteaux les plus réputés. La seconde raison, qui elle touche moins la Bourgogne, est l'émergeance des vins modernes, "parkerisés" c'est-à-dire au boisé trop marqué. Mais on ne le dira jamais assez, les grands Bordeaux sont des vins à attendre longtemps pour en profiter pleinement. Ils peuvent alors être magiques lorsque le terroir repasse devant l'élevage, et sans équivalents dans le monde. Mais le Bordelais c'est aussi, des centaines de petits producteurs, qui ont de plus en plus de mal à exister derrière les grandes propriétés, mais vendant des vins parfois très fruités à des prix attractifs, sur les appellations Côtes de Bourg et Blaye par exemple.

La région se divise en quatre grands secteurs, la rive gauche ou Médoc, terre où le cabernet sauvignon domine sur des sols majoritairement composés de graves. La rive droite ou Libournais, zone du merlot sur des sols plus argileux donnant des vins un peu plus fin en général. Plus au sud, se trouve la région des Graves, qui porte le nom de son type de sol, produisant des vins rouges parfois proches des vins du Médoc mais aussi des vins blancs intéressants à base de sauvignon. Encore plus au sud, le Sauternais est un secteur de vins liquoreux, à majorité de sémillon, donnant de grands vins de garde au goût de miel et de fruits jaunes, généralement un peu plus fins à Barsac qu'à Sauternes.

Les classements sont complexes car différents, le Médoc a conservé son classement de 1855 en fonction du prix des bouteilles à l'époque. Les Saint-Emilions entrent dans un autre classement avec des grands crus classés A, B ou seulement "grands crus", et "révisable" tous les 10ans en fonction de la qualité des vins, ce qui entraîne toujours des recours en justice. Les Pomerols ne sont pas classés. Les Graves ont leur propre classement depuis les années 1950 et les vins du Sauternais depuis 1855.

 

bordeaux ima

 

Principaux producteurs :

 

Rive Gauche

***** Ducru BeaucaillouLafite RotschildLatour, Léoville Las Cases, MargauxMouton-RothschildPontet-Canet.

**** Beychevelle, Branaire Ducru, Brane Cantenac, Cos d’Estournel, Gruaud Larose, Lagrange, Léoville Barton, Léoville Poyferré, Lynch Bages, Malescot St Exupéry, Montrose, Palmer, Pichon Longueville Baron, Pichon Longueville Comtesse, Rauzan Ségla.

*** Armailhac, Batailley, Bel air marquis d’aligre, Boyd Cantenac, Calon Ségur, Cantenac Brown, Chasse Spleen, Clerc Milon, Cornélie, Dufort Vivens, Duhart Milon, Giscours, Grand Puy Lacoste, Haut Marbuzet, Issan, Kirwan, Lascombes, Marquis de Terme, Pez, Poujeaux, Prieuré Lichine, Saint Pierre, Sociando-Mallet

** Agassac, Belle-vue, Camensac, Cantemerle, Closerie des Moussis, Croizet-Bages, Dauzac, Fourcas-Dupré, Haut-Batailley, Haut Condissas, La Lagune, Labégorce, Langoa Barton, Meyney, Monbrison, Montbousquet, Ormes de Pez, Peyrabon, Phélan Ségur, Planquette, Potensac, Rauzan Gassies, Reignac, Rollan de ByTalbot, Tertre, Tour CarnetTrigadeuil

* Château des graviers, Clément Saint Jean, Gaudin, Léo de PradesPoitevin, Tour de Mons...

 

Rive Droite

***** Ausone, Canon la gaffelièreCheval BlancLafleur, L'Eglise Clinet, PetrusTertre RoteboeufTrotanoy, Vieux Château Certan.

**** Angélus, Beau-séjour Bécot, Beauséjour HDL, Canon, Clos Fourtet, Figeac, Gombaude-Guillot, L’Evangile, La Conseillante, La Mondotte, Larcis Ducasse, Le Gay, Le Pin, PaviePavie-Macquin, Roc de Cambes et Domaine de Cambes, Trottevieille, Troplong Mondot, Valandraud.

*** Arrosée, Bel Air Monange, Bellevue Mondotte, Champ des Treilles, Clinet, Clos Puy Arnaud, Domaine de l’A, Gazin, Hosanna, La Gaffelière, La Violette, Lafleur Pétrus, Le Puy, Mondésir Gazin, Nénin, Pavie Decesse, Petit villageRouget, Tire Pé

** Aurage, Bon Pasteur, Bourgneuf, Clémence, Clos Badon, Clos du Beau Père, Destieux, Feytit-Clinet, Fleur Cardinale, Fleur Haut Gaussens, Fombrauge, Fonroque, Fougas Maldoror, Grand Corbin, Haut Corbin, La Dominique, La Rame, Larmande, Mangot, Marjosse, Martet, Mondésir, Paul Barre, Plain-PointRol Valentin, Soutard, Tertre Daugay, Trois Petiotes, Vieux château mazerat, Vray croix de gay…

* Annereaux, Canteloup, Clos les Hauts Martins, Daugay, Daniel Mouty, Gachet, Grand ParcGraves d'Ardonneau, Haut Tuquet, Lalande de TayacLa Gasparde, La Piecelle, Laroche Joubert, Le Castelot, Saint Amand...

 

Graves

***** Haut-BrionMission Haut-Brion.

**** Chevalier, Fieuzal, Haut-Bailly, Malartic-Lagravière.

*** Carbonnieux, Clos 19bis, Floridène, Larrivet Haut-Brion, Latour-Martillac, Liber Pater, Olivier, Pape Clément, Respide Médeville, Smith Haut Lafitte

** Bouscaut, Carmes Haut-Brion, Couhins-Lurton, Haut-BergeyHaut Vigneau, La Grave, La Louvière, Les Fougères, Lespault Martillac, Villa Bel-Air

* BellefontLéhoul, Mamin, Mancède...

 

Sauternais

***** ClimensYquem.

**** Clos Haut-Peyraguey, Coutet, Cru Barréjats, Doisy-Daëne, Fargues, GuiraudRieussec, Tour blanche.

*** Caillou, Clos 19bis, Doisy Védrines, Gilette, Lafaurie-Peyraguey, Myrat, Nairac, Raymond Lafon, Rayne Vigneau, Sigalas Rabaud, Suduiraut

** Bastor Lamontagne, Cantegril, Château d'Anna, D'ArcheFilhot, Les Justices, Rabaud Promis…

 

Posté par tomy63 à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2015

Beau-Séjour Bécot (Saint-Emilion) ****

Château Beau-Séjour Bécot 1998 : robe assez claire, sans trace d'évolution, nez moyennement expressif sur les fruits rouges, légèrement glycériné, de légères notes de sous-bois. Bouche fine et classieuse, sur les fruits rouges, avec une bonne acidité, des notes de cèdre et de bois précieux, puis du cassis, avec beaucoup de fraîcheur et des tannins encore bien présents mais de belle qualité, peu de tertiaire. Longueur moyenne, sur le fruit, léger vanillé bien intégré, cèdre. Note : 17/20.

 beauséjour becot

 

Posté par tomy63 à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2015

Soirée Bordeaux

Crêt de Bine Beaujolais Nouveau 2015 : nez assez discret, annonce un vin puissant, sur les fruits rouges. Bouche assez puissante, belle matière, fruité différent des beaujolais nouveau, plus sur les fruits rouges, fruité moins immédiat et peut-être moins gourmand mais plus de profondeur et de complexité. Finale assez longue pour du Beaujolais nouveau. Bon vin, qui mériterait d'être attendu quelques mois de plus. B+.

 

Château Caillou Sauternes cuvée spéciale 1992 : robe presque ambre clair, nez sur le safran, le miel, l'abricot, quelques fruits exotiques, ananas. Bouhe vive, tendue, très fine, pleine de fruits exotiques et d'agrumes. Finale longue, tendue, saline, toute en fraîcheur. Très grand Sauternes. TB++.

caillou

 

Closerie des Moussis Haut-Médoc 2010 : couleur sombre encore jeune, nez un peu réduit, bouche sur les fruits noirs, encore un peu trop tannique, qui sèche un peu, notes de cacao et d'épices. Finale un peu amère. B-.

moussis

 

Sociando Mallet Haut Médoc 1995 : robe légèreemnt tuilé, beau nez animal, un peu de café, de grillé, la bouche manque un peu de matière mais elle est assez tendue et fraîche avec des tannins de qualité. Finale fraîche et de bonne longueur. TB.

sociando

 

Sociando-Mallet Haut-Médoc 1990 : Vin qui fait encore assez jeune, sombre, sur les fruits noirs, mais la bouche est très tannique et sèche, le vin semble surextrait. Peu de plaisir. B-.

 

Château Haut-Bailly Pessac 1993 : robe légèrement tuilé, nez sur le bois précieux, un peu tertiaire. Bouche fraîche, avec des tannins présens mais de très bonne qualité. Bonne longueur. Très beau vin. TB+.

haut bailly

 

Château Haut-Brion Pessac 1992 : nez très tartiaire, comme la bouche, tannins secs, le vin est dissocié même si la matière est plutôt bonne. C'est frais mais l'acidité est trop présente. Une déception à la vue de l'étiquette. B.

haut brion

 

Cos d’Estournel St Estephe 1990 : robe tilé, nez très marqu sous-bois et feuilles mortes, trop à mon goût. C'est mieux en bouche, avec pas mal d'épices, de poivre, de la puissance, des tannins présents mais pas secs, assez long. TB.

cos

 

Montrose St Estephe 1995  : robe sombre légèrement tuilée, nez sur le bois précieux, la boîte à cigare, de la rose, des fruits noirs, assez mûr. Bouche très fraîche avec beaucoup de matière, des tannins soyeux, très long. Très grand vin. TB++.

montrose

 

Château Palmer Margaux 1991 : très tuilé, nez un peu trop tertiaire à mon goût, un peu vert, puis un côté pot-pourri et floal intéressant. Belle bouche, tendue avec des fruits rouges et du café, des tannins fins et de la matière, de la longueur. Comme pour le Cos, j'aime beaucoup la bouche mais le nez est trop tertiaire pour moi. TB.

palmer

 

Château Margaux Margaux 1991 : nez de fruits noirs, assez mûr, avec du bois précieux, des épices. Bouche tendue, encore assez jeune, matière, tannins et longueur excellents. A peine en-dessous du Montrose 1995, mais grand vin aussi. TB+.

margaux91

 

Sigalas Rabaud Sauternes 1989 : robe ambrée, nez très marqué orange confite qui me rappelle Yquem 1996, un peu de caramel et de safran en bouche aussi. Ble fraîcheur, mais une petite pointe d'alcool en fin de bouche. Beau Sauternes, mais il souffre de la comparaison avec Caillou 1992. TB.

sigalas

 

Château d’Arche Sauternes 1983 : bouchon.

 

Posté par tomy63 à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2015

Château Sociando-Mallet (Saint-Seurin) ***

Sociando Mallet Haut Médoc 1995 : robe légèreemnt tuilé, beau nez animal, un peu de café, de grillé, la bouche manque un peu de matière mais elle est assez tendue et fraîche avec des tannins de qualité. Finale fraîche et de bonne longueur. TB.

sociando

 

Sociando-Mallet Haut-Médoc 1990 : Vin qui fait encore assez jeune, sombre, sur les fruits noirs, mais la bouche est très tannique et sèche, le vin semble surextrait. Peu de plaisir. B-.

 

 

Château Sociando-Mallet *** Salon RVF 2012

- La Demoiselle 2010 : très facile, pas une grande longueur. Moyen

- Haut-Médoc 2009 : bien trop jeune, puissant, chaud, tannique, mais grosse matière. B

- Haut-Médoc 2003 : encore un peu jeune, le style poivré de Sociando ne me plaît pas trop, mais c'est bien fait. B

 

Posté par tomy63 à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 août 2015

Château Caillou (Barsac) ***

Château Caillou Sauternes cuvée spéciale 1992 : robe presque ambre clair, nez sur le safran, le miel, l'abricot, quelques fruits exotiques, ananas. Bouhe vive, tendue, très fine, pleine de fruits exotiques et d'agrumes. Finale longue, tendue, saline, toute en fraîcheur. Très grand Sauternes. TB++ (19/20).

caillou

 

Goûtés à Vinidôme :

Château Caillou *** - Sauternes Les érables 2009 : Bon Sauternes, un peu trop chaud peut-être. 16/20.

Château Caillou *** - "Le Grand Vin sec" 2010 : (majorité sauvignon, sémillon), nez très vanillé, bouche fraîche, vanillée, florale, finale très boisée. Moyen.

 

Posté par tomy63 à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2015

Château Margaux (Margaux) *****

Château Margaux 2003

Couleur : pas très foncée, vire légèrement au tuilé sur les contours, déjà un peu d'évolution.

Nez : un peu d'évolution a priori, un peu de tertiaire, sous-bois, tabac, cuir, mais surtout beaucoup de fruits rouges. Très fruité et peu boisé, déjà assez expressif.

Bouche : très fraîche et très fruitée (fruits rouges), superbe acidité, tannins très fins. Pas de tertiaire en bouche contrairement au nez. Texture très agréable, beaucoup de finesse. Très léger manque de matière si on doit vraiment lui trouver un défaut.

Finale : très longue, fruits rouges, belle acidité, il a de quoi durer longtemps je pense.

Note : 19/20. Un vin étonnemment déjà accessible, qui a le potentiel pour traverser le temps et gagner en complexité. C'est le 1er GCC qui m'a le plus convaincu, même s'il est encore très jeune.

margaux

 

Château Margaux – Margaux 1998 : couleur sombre, encore très jeune. Nez sur les fruits noirs, bois précieux, boîte à cigare et toutes les épices qui vont avec, très noble. Bouche toute en finesse, à la fois complexe et très facile à boire, tannins de velours, bonne matière, du cassis un peu confituré et gourmand, de la fraîcheur. Très élégant, ça n’en met pas plein la vue mais tout est là à la bonne place. Pour chipoter la finale est longue mais pas autant que celle du Chevalier ou du Richebourg. Grand vin. Note : 19/20.

margaux

 

Château Margaux - Margaux 1991 : nez de fruits noirs, assez mûr, avec du bois précieux, des épices. Bouche tendue, encore assez jeune, matière, tannins et longueur excellents. A peine en-dessous du Montrose 1995, mais grand vin aussi. TB+ (18,5-19/20).

 

Posté par tomy63 à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2015

Château Palmer (Margaux) ****

Propriété des héritiers de deux grandes familles, les Mähler-Besse et les Sichel, Palmer est dirigé par Thomas Duroux depuis 2004. Après quelques essais sur un hectare en 2008, sur 3 puis sur 30 hectares ensuite, le domaine est en cours de conversion en bio et en biodynamie pour l'ensemble de son vignoble depuis 2014 et devrait donc être certifié en 2017. Peu d'informations précises nous sont données sur la biodynamie à Palmer, mais heureusement on trouve des interviews sur le net (ici par exemple http://www.terredevins.com/actualites/chateau-palmer-chemin-vers-bio-ineluctable-les-grands-crus-classes/)

palmer chateau

 

Le domaine possède 55 hectares de vignes, disséminés un peu partout sur l'appellation Margaux. Sur la photo les vignes proches du château avec au loin l'église et à sa droite le toit du Château Margaux. L'estuaire de Gironde est à 900m environ. L'originalité de Palmer tient dans la forte proportion de merlot, près de 50%, inhabituelle pour la région, ce qui lui donne un style "fait d'opulence, de rondeur, avec un soyeux magnifique" (RVF).

P1060314

 

Les sols de Palmer sont majoritairement composés d'une couche de graves sableuses, puis d'une couche de graves argileuses et à nouveau d'une couche de graves sableuses. 

P1060317

 

Après un passage par le tri optique, les raisins sont directement montés par un système de poulie dans les 54 cuves (tronconiques pour les plus récentes, cylindriques pour les plus anciennes). Des levures sont ajoutées pour éviter le soufre avant l'entrée des raisins en cuves. L'extraction se fait grâce à plusieurs remontages par jour pendant 5 à 7 jours, pas de pigeages.

P1060322

 

Le chai des 2014. Les malo se font en barriques d'octobre à décembre environ. Alter Ego reste en fûts 18 mois, le grand vin 20 à 22 mois.

P1060321

 

Le chai des 2013, Alter Ego s'apprête à être embouteillé. Pour le grand vin on utilise 60 à 70% de fûts neufs, 30 à 40% pour Alter Ego, avec 6 tonneliers différents et des chauffes moyennes.

P1060325

 

L'Alter Ego a été renommé ainsi en 1998 pour montrer qu'il s'agit d'un autre vin, avec une plus forte proportion de merlot, plus vite accessible, et pas d'un second vin fait avec les jeunes vignes ou les moins bonnes barriques. En 2014, 45% de la récolte a servi pour l'Alter Ego.

Alter Ego 2011 : (48% merlot, 37% cabrnet sauvignon, 15% petit verdot) robe assez sombre, nez sur des fruits rouges mûrs, un peu de cassis, bouche volumineuse, puissante, avec une belle matière mais manquant de fraîcheur, encore trop tannique en l'état. B.

Palmer 2006 : (56% cabernet sauvignon, 44% merlot) robe foncée, contours légèrement tuilés, nez de fruits noirs, cassis et mûre, avec dans le fond de légères notes de truffe et de tabac. Attaque en bouche très soyeuse, belle texture, une bonne matière, il y a la fraîcheur qu'il manquait à l'Alter Ego ici, les tannins sont déjà bien fondus, moins marquée par les arômes tertiaires, plus par le chocolat et le cassis. Finale de bonne longueur, manquant peut-être d'un peu de tension pour être parfait. TB.

P1060328

 

Visite groupée (10à12 personnes) gratuite, sur rendez-vous, par une employée du domaine sympathique mais pas toujours compétente, comme c'est souvent le cas à Bordeaux où on ne rencontre que trop rarement le vigneron.

 

 

Château Palmer - Margaux 1991 : très tuilé, nez un peu trop tertiaire à mon goût, un peu vert, puis un côté pot-pourri et floal intéressant. Belle bouche, tendue avec des fruits rouges et du café, des tannins fins et de la matière, de la longueur. Comme pour le Cos, j'aime beaucoup la bouche mais le nez est trop tertiaire pour moi. TB.

 

Posté par tomy63 à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2015

Château Troplong Mondot (Saint-Emilion) ****

Visite au Château Troplong Mondot, situé sur le lieu-dit Mondot, en haut de la butte de Saint-Emilion, entre La Mondotte, Pavie-Macquin et Pavie-Decesse. Avec ses 33hectares situés tout autour du château, le domaine est l'un des plus grands de l'appellation. Il a été acquis et rénové par la famille Pariente dans les années 1980.

P1060306

 

Le domaine privilégie le merlot (et la finesse) qui représente 90% de l'encépagement, complété par 8% de cabernet sauvignon et 2% de cabernet franc. Les vignes sont assez jeunes, 25ans de moyenne d'âge, les rendements limités à 35hL/ha environ. 

P1060299

 

Les sols sont majoritairement composés d'argile et de calcaire, avec parfois des sous-sols de sables et du silex sur certaines parcelles. Depuis peu, 10hectares sont labourés au cheval, pour ne pas trop brusquer les sols, auxquels le domaine fait particulièrement attention, le but étant d'étendre cette pratique à tout le domaine d'ici quelques années ; mais pas de passage en bio ou en biodynamie prévu.

P1060307

 

Ici, comme souvent à Bordeaux les parcelles sont vinifiées séparément avant d'être assemblées peu avant les primeurs.

P1060287

 

La fermentation se fait dans les 21 cuves, 10 cylindriques et 11 tronconiques quasiment neuves. L'extraction est assez importante mais se déroule très lentement, sur un mois environ,  avec quelques pigeages et aération ou non suivant les cuves. Le château est conseillé par Jean-Phillippe Faure, bras droit de Michel Rolland. Tout est contrôlé par ordinateur.

P1060284

P1060289

 

La fermentation malolactique se fait en fût dans une salle chauffée à part. Le chai de 360 barriques, dont 85à100% de neuves, avec 7 tonneliers différents.

P1060292

 

Château Troplong Mondot 2011 (en 1/2 bt) : robe assez claire, nez sur la cerise, la mûre, le cassis avec dans le fond des notes de menthol et de réglissse (les marqueurs de la propriété aparemment, qui se renforcent généralement après quelques années). Bouche assez légère, pas une grosse matière, beaucoup de fraîcheur, du fruit. La finale est assez longue, avec des tannins peut-être un peu secs et un léger boisé désormais. Au final un vin assez fin, fruité, frais et facile à boire, qui se délivre déjà pas trop mal. TB-.

Le domaine produit un second vin "Mondot" dont l'étiquette a aussi changé récemment. Les deux étiquettes actuelles sont celles de gauche. 

P1060296

 

Visite d'une bonne heure par une employée du domaine très agréable et compétente, 15€ pour une visite privée (12€ en groupe).

 

Posté par tomy63 à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2015

Visite Château Pavie ***

Rdv pris par mail via le site du Château, visite privative d'environ 1h avec dégustation d'un millésime de Pavie, 25€. Ici au moins c'est clair, plutôt facile d'obtenir un rendez-vous, ça change des domaines qu'on ne peut pas visiter mais qu'on peut quand même visiter si on connait du monde... 

 

pavie

Le Château Pavie, sur les pentes sud de Saint-Emilion, racheté par Gérard Perse (qui possédait quelques hypermarchés Continent) en 1998 avec les propriétés Pavie-Decesse, Monbousquet et Bellevue-Mondotte un peu plus tard. Le nom "Pavie" provient de la variété de pêche présente sur la côte au IVe siècle lorsque les Romains y ont planté les premières vignes. Le domaine possède aujourd'hui 37 hectares, à la fois sur la pente sud (sol brun calcaire sur terres argilo-calcaires), sur le pied de la pente (sol brun calcaire sur sable argileux, où l'on trouve plutôt les cabernets) et surtout sur le plateau de Saint-Emilion (sol blanc calcaire). 60% merlot, 30% cabernet franc, 10% cabernet sauvignon.

 

P1060217

Le hall d'entrée, rénové, de même que les chais, par l'architecte Alberto Pinto en 2013. On a l'impression d'être dans un musée d'art, musée de 8500m2 tout de même...

 

P1060221 

P1060226

P1060227

Le cuvier (20 cuves bois pour une cuvaison d'environ 3 semaines) puis le chai sur deux étages, construit en 1998. Les murs sont soutenus par les arcades de l'ancienne gare de Bordeaux Bastide. Fermentations malolactiques en barriques. Les élevages sont longs, 18à32 mois suivant les millésimes, 70% à 100% de bois neuf.

 

P1060223

P1060225

Suite de la visite du "musée" Pavie avec l'entrée de l'oenothèque et un tonneau de 40hL fabriqué à partir du chêne de Morat, un arbre de 340ans qui allait être coupé. Il a permis de faire ce foudre ainsi qu'une soixantaine de barriques ! A l'heure actuelle, une partie du second vin 2014 vieillit dans ce tonneau, pour l'expérience. Beaucoup de choses intéressantes chez Pavie, mais nous n'avons toujours pas vu une vigne !

 

P1060220

P1060229

Les bouteilles "noires" de Pavie 2012, pour fêter le passage en Grand Cru classé A, dont on est très fier ici (on le voit écrit partout) et une partie de l'immense salle de dégustation. Ici on recherche une haute maturité des raisins, les rendements sont plus bas que sur les autres propriétés de l'appellation (30hL/ha contre 40-45 ailleurs), l'extraction est un peu plus poussée que chez les voisins pour obtenir des vins très concentrés. Le domaine produit aussi un second vin "Arômes de Pavie" contenant un peu plus de merlot (70% en moyenne contre 60à65% pour le grand vin) pour être plus vite prêt à boire. "Esprit de Pavie" n'est pas vraiment un troisième vin mais une autre propriété de Gérard Perse, en AOC Bordeaux, qu'il travaille dans le même style.

 

Château Pavie Saint-Emilion 2006 : robe très sombre, pas de traces d’évolution, nez épicé, marqué par les fruits noirs, légèrement vanillé et torréfié. Bouche puissante, épicée, très épaisse et très tannique, manquant clairement de finesse et de fraîcheur. Finale longue, réglisse, fruits noirs, vanille, tannique. Un vin à attendre impérativement, aucun plaisir en l’état. B-.

pavie 2006

 

Posté par tomy63 à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]