A&P De Villaine St Aubin 1er cru Les Perrières 2015 : élevage discret, style tendu avec un beau volume, une pointe d'alcool en finale, probablement encore un peu jeune. B+.

Ramonet Chassagne-Montrachet 1er cru Ruchottes 2016 : pas forcémént très boisé ni très gras pour un jeune Ramonet, mais aromatique fermé et gros manque de tension. Le vin goutait mieux à l'ouverture juste avant le trajet et un peu mieux le lendemain aussi. Décevant en l'état, mais à revoir dans quelques années. B.

Domaine des Soulié IGP Monts de la Grage Le secret de Rémy 2016 : (chenin, clairette, vermentino, grenache gris) Nez sur le grillé, la cacahuète, la poire, bouche tendue, grillée, assez longue. Grande surprise à la découverte de l'étiquette pour cet excellent vin qui pourrait faire penser à Roulot, Leflaive... que je n'aurais jamais mis dans le Languedoc. Le meilleur blanc de la série. TB.

Leflaive Puligny-Montrachet 2010 : robe dorée, nez bien beurré, touche de caramel. Bouche grasse, épaisse, beurrée, fruits jaunes, mais manquant un peu de tension, que je voyais plutôt sur 2009. Loin d'être mauvais, mais on attend un peu plus d'un Leflaive 2010. B+.

 

Heureusement, on va se rattraper avec les rouges...

IMG_20190413_005154

 

David Duband Morey 1er cru Clos Sorbé 2015 : couleur sombre, nez fruits noirs, un peu lardé/fumé, m'évoque une syrah, bouche fraîche, juteuse, pointe d'élevage en finale pour chipoter, mais quand même un gros plaisir sur ce premier rouge, pourtant encore tout jeune. TB+.

De Courcel Pommard Vaumuriens 2013 : couleur bien plus claire, fruits rouges, notes d'évolution, un peu de végétal. Bouche austère, stricte, un peu verte, belle fraîcheur et plutôt une bonne longueur. A attendre encore. B+.

Ponsot Gevrey-Chambertin Cuvée de l’abeille 2012 : très clair, nez de fraise et de rose, bouche toute en dentelle, légère, pleine de fruit, d'une grande buvabilité, ne fait pas du tout Gevrey ni 2012 sur le papier, grande élégance. Petit coup de coeur. TB+.

Amiot-Servelle Chambolle 1er cru Les Amoureuses 2010 : un peu plus de couleur, fruits rouges et noirs, rose là aussi, bouche en dentelle, peu de tannins, mais bien plus épaisse que le précédent, plus longue aussi, même si l'aromatique est un peu moins expressive. Déjà un gros plaisir et un potentiel énorme pour ce vin. TB++.

Echezeaux 2013 pour la St Vincent de Flagey : (assemblage des Echezeaux de presque tous les producteurs, dont une bonne partie DRC, vinifié par Méo-Camuzet) Plus sombre, plus marqué fruits noirs, tannins un peu plus présents, très belle matière là aussi, moins en finesse, gros potentiel, mais un poil moins de plaisir en l'état, à attendre, peut-être plus que les autres. Mais il faut dire qu'il a été ouvert/carafé juste avant d'être servi alors que les autres vins ont été ouverts la veille. TB+.

IMG_20190413_005205

Méo-Camuzet Vosne Romanée 1er cru Les Chaumes 2010 : peut-être la synthèse du Ponsot et des Amoureuses, aromatique ouverte sur les fruits rouges, la rose, bouche avec une grosse matière, tannins soyeux, fraîcheur et longueur. TB++.

Lecheneaut NsG Damodes 2008 : bouchonné.

Mugnier NsG 1er cru Clos de la Maréchale 2010 : Ouvert juste avant service pour remplacer le Lecheneaut, grosse réduction, étrange chez Mugnier, bouche pas nette, (goût de souris ?). On me dit à l'oreillette que le vin se présentait bien mieux le lendemain. Dommage, j'aurais aimé le goûter dans des conditions optimales. Mais qui aurait pu penser qu'un Mugnier 2010 serait aussi réduit ? A retenter...

De Montille Volnay 1er cru Mitans 2008 : Couleur claire, à peine évoluée, nez de petits fruits rouges, réglisse, une pointe d'évolution. Bouche légère, en dentelle, pas mal de fruit et une pointe de tertiaire, un peu moins long et moins épais que le Chambolle ou que les Vosne. TB+.

IMG_20190413_005212

 

La Vougeraie Vougeot blanc 1er cru Le Clos blanc 2005 : couleur dorée, nez beurré, boisé, vanillé. Bouche puissante, grasse, beurrée, qqui manque de tension, trop sur l'opulence. B.

Lafarge Meursault 2002 : couleur or profond, nez sur le caramel, le beurre, la noisette. Bouche molle, sur le caramel, fatiguée. B-.

Auvenay Meursault Narvaux 2003 : pour rattraper la mauvaise série de blanc, notre hôte rajoute une bouteille mystère ! Couleur dorée, nez à peine grillé/soufré, plein de miel, de fruits jaunes, léger beurré, notes florales. Bouche grasse, matière énorme, pas une grande tension mais pas d'excès d'alcool non plus, un 2003 bien géré, finale de longueur hors-norme. Merci ! TB++.

Champagne Jacquesson 736DT : champagne très sec, tendu, puissant, vineux, pour la gastronomie, bulle fine, belle longueur. TB.

Chartreuse Reine des liqueurs 2011 43% : très belle version, avec une finale plus longue et poivrée par rapport à la jaune classique. TB.

IMG_20190413_005225