RVF Spécial Millésime 2017

 

Millésime compliqué dans l’ensemble, à cause des orages de grêle, du gel, de la sécheresse… A part en Bourgogne, les volumes sont faibles. Pour des bouteilles de grande garde, il faudra probablement miser sur les Languedoc-Roussillon et Rhône rouges, voire certains Beaujolais, Savoie, Jura ou liquoreux du Sud-Ouest.

 

Alsace : De belles réussites pour les Rieslings grands crus secs sur les coteaux (Sommerberg, Rangen…). Quelques bonnes surprises pour les muscats secs. Année compliquée pour les pinots gris, les pinots noirs ou les gewurz. Meilleures notes pour l’Altenberg de Bergheim de Deiss et le Riesling Sommerberg de Boxler.

 

Beaujolais : Très beau millésime, en partie grâce à un été chaud, Morgon et Brouilly en tête. Malheureusement beaucoup de grêle sur Moulin-à-Vent ou Fleurie. Morgon chez Desvignes, Bouland, Laurent Gauthier, Laurent Perrachon. Juliénas chez Bergeron ou Bel Avenir. Brouilly et Côte de Brouilly chez Thivin, Julien Duport, Laurent Martray, Château des Tours, Chevalier Métrat

 

Bordeaux : Faible récolte à cause du gel de printemps. Bon millésime, mais inférieur à 2016 ou 2015. Style assez frais et fruité. En rouge le Nord du Médoc s’en sort mieux (St-Estephe, Pauillac). La meilleure réussite de la région est peut-être les Pessac blancs.

 

Bourgogne : Les volumes sont enfin bons après plusieurs années de faibles récoltes (à part quelques gelées de printemps sur Chablis et Châlon ou un orage de grêle sur le Clos de la Roche). La qualité est bonne dans tous les secteurs, mais inférieure à 2016 ou 2015. Quelques vins ont semblé dilués chez les producteurs qui sont sur de gros rendements. L’été a été sec et chaud, sans stress hydrique néanmoins. Le style est plus « classique » que celui des 2 millésimes précédents. Les meilleures AOC : premiers crus de Chablis sur la rive droite du Serein, Vosne, Gevrey, Nuits st Georges, Pommard, Meursault, Puligny, Givry rouge, Pouilly-Fuissé. Meilleures notes chez d’Auvenay bien sûr.

 

Champagne : Il y aura probablement peu de millésimés 2017. Les chardonnays s’en sortent toutefois bien mieux que les pinots.

 

Corse : Faibles volumes à cause du gel de printemps puis ensuite de la sécheresse. Les rouges s’en sortent mieux que les blancs. Les vins sont moins concentrés qu’en 2015 ou 2016 et devraient se livrer assez vite. Meilleurs vins chez Clos Canarelli (Tara di Sogno blanc), Clos Canereccia, Vaccelli, Sant Armettu (cuvée Myrtus), Clos Nicrosi, Yves Leccia, Abbatucci, Mariotti Bindi, A. Arena, AM. Arena et Giacometti.

 

Jura : Très faibles volumes à cause du gel d’avril. Mais la qualité est là, au niveau des 2015 et 2016. Même si l’été a été chaud, les vins sont frai, équilibrés et concentrés. Les rouges (surtout les trousseaux) à peine meilleurs que les blancs. Meilleures notes chez Cartaux-Bougaud, Rijckaert, Daniel Dugois, Marnes Blanches

 

Languedoc : Gel, grêle et sécheresse : les volumes sont très faibles en 2017. Mais la qualité est au rendez-vous, les vins sont nettement supérieurs aux 2016, les réserves d’eau hivernales ayant permis de garder la fraîcheur qu’il manque au millésime précédent. Les terroirs d’altitude s’en sortent bien : Pic-St-Loup, Montpeyroux, Corbières… les Saint-Chinian ou Faugères sur schistes également. Meilleures notes chez Les Hautes Terres, Pièce de Roche de La Baronne, Mas d’Alezon, Domaine des Païssels, Aupilhac cuvée Cocalières, Domaine de la Prose, Clos Maïa, Pas de l’Escalette, Mas des Chimères, Mas Haut-Buis, Ermitage du Pic St Loup

 

Loire : Le gel d’avril a fait des dégâts, mais moins qu’en 2016. L’été chaud a engendré une récolte précoce, donnant des blancs solaires, mais moins concentré que les 2015. Cour-Cheverny et Jasnières s’en sortent un peu mieux. Les rouges sont juteux et s’en sortent mieux que les blancs, notamment sur Chinon et Bourgueil. Les liquoreux ne sont pas très riches, ils seront faciles et digestes. Meilleures notes chez Baudry, Grosbois, domaine de La Butte, Huards, Montcy, Bellivière, La Grange Tiphaine, Delesvaux, Soucherie, Huet, Pinard, Crochet, Vacheron, Roches Neuves, Angéli, Leroy

 

Provence : le gel d’avril puis la sécheresse ont donné un millésime faible en quantité et moyen en qualité, avec des vins manquant souvent de fraîcheur, surtout en blanc. Meilleurs vins pour le blanc de Simone, les rouges d’Hauvette, Tempier, Ray-Jane.

 

Rhône : Pas de grêle ni de gel ici, mais la chaleur d’été et le manque d’eau ont entraîné des rendements plutôt faibles, avec des acidités assez basses. Les blancs manquent souvent de tension. Les rouges sont très beaux, avec de la concentration et une fraîcheur supérieure à 2015, la vigne n’ayant pas été bloquée par le stress hydrique. Au sud, les vins rouges ne sont pas trop marqués par l’alcool, les nuits fraîches ayant sauvé les équilibres, mais pas les rendements, au plus bas. Cornas, Côte-Rôtie, St Joseph, Hermitage, Châteauneuf-du-Pape livrent de beaux vins. En blanc Saint-Péray s’en sort bien. Meilleures notes chez Bonnefond, Duclaux, François & Fils, Villard, Tunnel, Rayas, Mont-Olivet, Gradassi, Villeneuve, Vieux Donjon

 

Roussillon : Même situation que dans le Languedoc, avec des rouges vendangés très tôt mais qui avaient accumulés suffisamment d’eau pour tenir l’été. Meilleures notes chez Gauby, Clos du Rouge-Gorge, Treloar

 

Savoie : peu de volume à cause du gel d’avril, mais une excellente qualité, surtout en rouge, avec la concentration des 2015 et la fraîcheur des 2016. Les mondeuses et gamays rayonnent, les blancs sont homogènes avec une belle fraîcheur. Meilleures notes chez A&M Quénard, Domaine de Chevillard, Fils de Charles Trosset, JF Quénard, Berthollier

 

Sud-Ouest : Ce qui n’a pas gelé en avril est rare mais de belle qualité. Comme dans d’autres régions l’été a été très chaud. En rouge Cahors, Madiran, Bergerac donnent de bons vins, pas très concentrés mais juteux et frais, à boire rapidement. En blanc sec mansengs s’en sortent mieux grâce à leur acidité naturelle. Ce sont sûrement les liquoreux botrytisés qui s’en tirent le mieux. Meilleures notes chez Les Verdots, Barouillet, Cosse Maisonneuve, Montus, Larredya, Labranche-Laffont, Arretxea