Rossignol-Trapet - Chapelle-Chambertin 1995 : Robe très claire et évoluée, le nez est magnifique, sur la cerise griotte, la fraise, le sous-bois, la viande fumée, la pierre-à-fusil. Bouche encore jeune, avec beaucoup de fruit, de l'acidité, pas une grosse épaisseur mais très tendue et toute en longueur. Les tannins sont quasiment insensibles. Sur le second verre, peut-être un peu plus de matière et de caillou fumé. Finale très longue, minérale, tendue, sur la cerise griotte. Grand vin, bu à son apogée. Exceptionnel.

 

Rossignol-Trapet - Gevrey-Chambertin 1er cru Petite Chapelle 2006 : Robe rubis à peine tuilée sur les bords. Le nez est sublime, sur des fruits rouges confiturés, de très légères notes d'évolution qui commencent à apparaître, un côté floral. La bouche est parfaitement équilibrée, puissante mais avec des tannins fins, fruitée, fraîche, concentrée, "une main de fer dans un gant de velours". Très bonne longueur. Par rapport au précédent, on sent surtout que le vin est bu à son apogée, ça change tout. TB+.