Bouteilles du vendredi soir 

Méo-Camuzet - Hautes Côtes de Nuits blanc Clos St Philibert 2010 : superbe nez de chardonnay bourguignon très noble, beurré, floral, fruité, avec de l'amande, un boisé (grillé, vanillé) léger et parfaitement intégré. Bouche tendue, avec un beau volume, de la longueur, on part sur un 1er cru de Puligny à l'aveugle. Impressionnant pour le niveau d'appellation. Ca commence fort. TB+.

Domaine de la Romanée-Conti - Hautes Côtes de Nuits blanc Abbaye de St Vivant pour les Caves Augé 2007 : robe bien plus dorée que le précédent, plus beurré, moins grillé, fruits plus mûrs, semble plus chaud. Bouche tendue, fruitée, beurrée, plus puissante et grasse que le précédent, un peu moins d'élégance, belle longueur aussi. TB+.

Donnhoff - Hermannshohle GG Riesling trocken 2012 : robe très claire, beau nez très "riesling" avec de la résine, du citron vert surtout. Bouche légèrement perlante, tendue, longue finale sur des amers nobles, pamplemousse, citron vert. L'équilibre est là, à attendre un peu pour une aromatique plus complexe. TB.

Domaine Andrée - Anjou blanc 2014 : Robe claire, très beau nez qui fait penser à un chardonnay, avec du pétard, de la cacahuète grillée, des agrumes. Bouche vive, tendue, on retrouve bien le chenin, un peu de poire, des agrumes, légère amertume en finale, bonne longueur. Beau vin, qui souffre juste de la comparaison avec les deux Bourgognes. TB.

Jean Tardy - Nuits-Saint-Georges Au bas de Combe VV 2012 : Beau nez assez noble, fruits rouges et noirs, poivre. Bouche très fraîche, tendue, tannins fins, pas une grosse matière mais la finale est longue, fruitée, très poivrée, peut-être un peu trop. TB.

Christian Clerget - Vougeot 1er cru Les Petits Vougeots 2002 : nez très chaud, sur le pruneau, le café. Bouche très chaude aussi qui manque clairement d'acidité et de fraîcheur. Peu de longueur. Certains autour de la table ont été moins durs que moi, lui trouvant une certaine gourmandise. Moyen.

Brunel (Les Cailloux) - Chateauneuf-du-pape rouge 2001 : nez assez chaud, évolué, quelques notes en commun avec le vin précédent. La bouche est quand même plus fraîche, c'est un peu mieux mais ça manque de tension pour moi. B-.

Christophe Abbet - Ambre 2006 : (Valais, cépages petite arvine et marsanne, 6ans en barriques) Robe ambrée, beau nez sur le praliné, la nougatine, l'abricot sec, le miel, les dattes, le caramel, très gourmand, pas spécialement boisé ni oxydatif. La bouche est par contre décevante, elle manque d'acidité, pas de tension, pas de longueur. L'aromatique est pourtant gourmande, proche de celle du nez, la texture épaisse est agréable, mais un liquoreux qui manque d'acidité ça ne pardonne pas. Très décevant pour un vin qui a la réputation d'être parmi les meilleurs liquoreux du monde. B.

Jardins de Babylone (Dagueneau) - Jurançon moelleux 2011 : robe dorée, le nez nous amène tout de suite sur du manseng, très marqué ananas, fruits exotiques, miel, pas encore très complexe. La bouche est un modèle d'équilibre, les sucres passent tout seuls grâce à une superbe acidité, c'est frais, tendu, digeste et très long, presque salin en finale. Il a écrasé le vin précédent. TB+.

DSC_0475

DSC_0476

 

 

Bouteilles du samedi soir

Boyer-Martenot - Meursault 1er cru Perrières 2010 : couleur dorée, nez assez discret, peu beurré pour un chardonnay, plus sur le citron et les fruits jaunes. Bouche puissante, voire un peu alcooleuse en finale, grasse, bonne tension, mais là aussi c'est peu aromatique. Pas mauvais, mais on en attend beaucoup plus d'un Perrières 2010. B.

La Barthassade - IGP Hérault blanc Les Cargadous 2015 : (chenin, roussanne) Robe assez claire, nez très fruité, marqué par la roussanne, poire, abriot, pêche. L'attaque en bouche est sur le même fruité, belle matière avec un peu de gras, mais l'ensemble s'effondre assez vite, la fin de bouche manque de tension, finale assez courte, pas assez fraîche. B.

Ostertag - Pinot Gris A360P Muenchberg 2009 : couleur dorée, nez original sur le caramel beurre salé, la tarte tatin, la brioche, un peu de poire. Attaque vive en bouche, grosse matière, beaucoup de gras, on retrouve le caramel, la tarte tatin, bonne longueur, à boire assez frais, dès que le vin s'est réchauffé il est apparu lourd et manquant de tension. TB-.

Reynaud - Pialade Côtes du Rhône 2008 : comme d'habitude très "confiture de fraise", mais avec plus de poivre et d'orange sanguine que la bouteille goûtée il y a un an, très frais, un peu plus évolué, finale très poivrée. TB.

Gonon - Saint-Joseph rouge 2011 : très sombre, beaucoup d'olive au nez, de l'anchois, des fruits noirs. Bouche très fraîche, tendue, fruitée, pleine d'olive, tanins fins, pas très concentrée, mais très longue. Après un superbe 2012 l'an dernier, Gonon fait coup double. TB+.

Beaucastel - CdP rouge 2001 : très poussiéreux, problème de bouteille a priori.

Clos des Papes - CdP rouge 2007 : (ouverte 24h à l'avance comme les 2 suivantes) Robe sombre, très beau nez encore tout jeune, sur les fruits noirs, la fraise, un peu d'épices, des notes florales. La bouche est puissante, encore un peu sur la retenue, mais avec beaucoup de fraîcheur, des tannins soyeux, une grande longueur, on peut déjà se faire plaisir si il est servi bien frais, mais dès qu'il s'est réchauffé l'alcool se sentait en finale. Grande bouteille en devenir. TB+.

Pontet-Canet - Pauillac 2009 : Robe très sombre aussi, nez sur un élevage gourmand, coco, vanille, barbe à papa, qui doit encore s'intégrer. La bouche est magnifique, épaisse, soyeuse, très fraîche, très longue, beaucoup de fruits noirs, moins d'élevage qu'au nez, déjà bien épanouie en l'état. TB+.

Mouton-Rothschild - Pauillac 2001 : Robe sombre encore assez jeune, nez "classique", légèrement vanillé, cassis, cèdre, tabac. Bouche fraîche, aux tannins soyeux, moins de matière que le Pontet-Canet, finale un peu courte pour un Mouton et par rapport au précédent. Bon vin mais pas exceptionnel. TB.

Guigal - Côte-Rôtie La Landonne 2001 : (ouverte juste avant dégustation) Là aussi c'est encore jeune, aucune trace d'évolution, très beau nez sur les fruits noirs, l'olive (un peu moins que Gonon quand même), le poivre, pas de boisé ressenti. Bouche d'une grande fraîcheur, beaucoup de fruit, tannins parfaitement intégrés, très long. Un bon cran au-dessus du précédent. TB+.

DSC_0477

DSC_0478