Florian Beck-Hartweg - Pinot Gris Gd cru Frankstein 2012 : couleur paille, nez très discret à l'ouverture, à peine mieux le lendemain, sur les agrumes, du menthol, un peu floral. Bouche vive, légèrement perlante, très bonne acidité, saline, dans un esprit demi-sec, l'aromatique est à peine plus expressive qu'au nez sur des notes d'agrumes bien mûrs, belle matière. Finale longue, tendue et saline. Tout est là pour faire un excellent vin dans quelques années, mais en l'état il n'offre pas un grand plaisir. Note : 15,5/20.

beck

 

 

Gewurz cuvée prestige 2012 : Aromatique assez classique, litchi et rose, pas trop écœurante cependant, bonne fraîcheur, bouche légèrement perlante, peut-être quelques grammes de résiduel, très facile à boire. Manque un peu de longueur peut-être. B+.

 

Beck-Hartweg – Pinot Noir F 2013 : robe rubis assez trouble, nez légèrement réduit, sur des notes de fruits rouges, typé vin nature. La bouche est perlante, légère réduction là encore, beaucoup d’acidité, quelques fruits rouges, je pars sans aucune certitude sur un Beaujolais sans soufre. Aucun plaisir en l’état pour quasiment tous les convives. La fin de verre, un peu moins réduite et moins perlante est plus intéressante, à voir après une très longue ouverture peut-être. Mais on me souffle dans l’oreillette que le lendemain ce n’était guère mieux. Moyen.